Assassinat de Ali Tounsi: Chouaïb Oultache condamné à la prison à perpétuité    Boukadoum: nécessité de renforcer le dialogue et la concertation avec l'UE    Affaires religieuses: la question de la prière des Tarawih "en cours d'examen"    Un journaliste marocain appelle à un procès contre le régime marocain pour grave violation des droits de l'Homme    Référendum d'autodétermination: la cause sahraouie s'appuie à une base "juridique solide"    Zones d'ombre: les programmes de développement dénotent d'une approche visionnaire    La pensée de Feraoun victime de la censure des autorités coloniales    Annaba: une délégation sahraouie pour évoquer l'évolution de la situation au Sahara occidental    Manchester City: les effets de la folie Mahrez en Algérie !    Bayern Munich: une offre de 45 M€ pour Koulibaly ?    OPEP+: maintien des volumes, l'Arabie saoudite prolonge ses coupes, la Russie et le Kazakhstan épargnés    RND: nécessité de renforcer le front interne pour l'édification de l'Algérie nouvelle    Saadi: l'organisation d'élections locales et législatives le même jour difficile sur le plan pratique    Festival du court-métrage d'Imedghassen: les meilleures œuvres primées    Liverpool: Klopp ne veut pas d'excuses    Terrorisme et déchéance de la nationalité    Levées d'alertes au tsunami après des évacuations massives à travers le Pacifique    Les Etats-Unis ne retrouveront pas le plein emploi en 2021    Les Etats-Unis déterminés à résoudre la crise au Yémen    L'accident d'hélicoptère est survenu à cause du « mauvais temps »    Spectacle théâtral « Nedjma » à Ain Fouara    Covid-19: six nouveaux cas du variant britannique découverts en Algérie    L'Opep+ décide de maintenir son niveau de production actuel jusqu'à fin avril    MES PREALABLES AU RAPPORT DE BENJAMIN STORA.    Le théâtre d'Oran reprend ses activités après une année d'arrêt    Coronavirus: 168 nouveaux cas, 148 guérisons et 6 décès    Mouassa s'en va déjà    Cristiano Ronaldo rejoint Pelé avec 767 buts... ou pas    Mahrez, étincelant    Démantèlement d'un réseau activant à Tipasa    Le Front Polisario invite la Minurso à l'impartialité    L'ambassade de France s'explique    Le corps d'un des deux pêcheurs disparus retrouvé    "Les élections ne sont pas une priorité"    Tebboune reçoit les présidents de trois partis politiques    Huiles de table - Communiqué de Cevital    Améliorer d'abord les conditions de vie    La victoire ou l'élimination    Lancement de la 1re édition du Festival international du court métrage d'Imedghassen    Des experts se penchent sur la restauration du mausolée d'Imedghassen    Skikda… Bariq 21 lance Green Farm    Salon national du livre d'Alger : Un livre, une vie    Beldjoud insiste sur le principe de l'égalité    1.020 DA pour le bidon de 5 litres    L'Algérie tend la main à sa diaspora    La mafia du foncier dénoncée    Education: Le ministre renoue le dialogue avec les syndicats    Ras El Aïn et Haï Sanawber: Relogement prochain de 3.000 familles    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un "rempart contre la culture de la haine"
10e colloque international sur le soufisme
Publié dans Le Midi Libre le 19 - 12 - 2013

La promotion de l'enseignement du soufisme et de ses valeurs est "impératif" face aux "dangers extérieurs" de l'extrémisme religieux, facteur de "division" et de "haine" dans les sociétés musulmanes, a affirmé, mardi à Alger, la ministre de la Culture.
La promotion de l'enseignement du soufisme et de ses valeurs est "impératif" face aux "dangers extérieurs" de l'extrémisme religieux, facteur de "division" et de "haine" dans les sociétés musulmanes, a affirmé, mardi à Alger, la ministre de la Culture.
Khalida Toumi qui s'exprimait à l'ouverture du 10e colloque international "Les routes de la foi", consacré au fondateur de la confrérie Tidjaniya Sidi-Ahmed Tidjani, a rappelé que les valeurs, éthiques et philosophiques, du soufisme sont un des "fondements de la culture spirituelle algérienne", contrairement à la vision "étrangère et rétrograde de l'Islam portée par des ennemis de l'humanité" et dont le but est de "corrompre les esprits", dit-elle.
"La culture de l'exclusion et du désespoir qui nous cerne de toutes parts "ne triomphera pas" tant que nous restons fidèles à nos racines soufies, porteuses d'une culture d'espoir, d'amour et de pardon", a martelé la ministre. De son côté, le plus haut dignitaire dans le monde de la Tariqa Tidjaniya, qui compte des centaines de millions d'adeptes, l'Algérien Sidi Ali Ben Larbi Tidjani a estimé que les "troubles" et le "désordre" que connaissent certains pays musulmans, comme la Libye ou la Mali sont une "épreuve".
La confrérie qu'il représente, "préfère se tenir loin de ce débat sur la fitna qui est pire que le meurtre", a tenu à préciser dans une allusion à la surenchère des groupes islamistes qui a conduit au chaos dans ces pays. "La tariqa Tidjaniya est une voie pacifiste qui prône la fraternité entre les hommes à travers les enseignements du Coran et de la Sunna", a rappelé le dignitaire algérien pour mieux se démarquer de l'islam rigoriste tel que pratiqué dans certaines sociétés musulmanes et introduit par des prédicateurs extrémistes au Maghreb et dans les pays du Sahel.
Fondée en 1782 par Sidi-Ahmed Tidjani à Aïn Madhi (Laghouat), la confrérie Tidjaniya est l'une des voies les plus importantes du soufisme. Très répandue dans les pays du Maghreb et d'Afrique de l'Ouest (Sénégal, Mauritanie, Niger, Burkina Faso, etc), elle compte également des adeptes en Asie (Azerbaïdjan, Inde, Pakistan, Indonésie...). Sidi Ali Ben Larbi Tidjani rappelle également "l'importance" d'une collaboration entre religieux et universitaires dans la diffusion des valeurs soufies et de l'histoire des confréries, afin de "dépasser le cadre traditionnel de transmission" et en élargir l'accès au grand public.
"Sidi Ahmed Tidjani qui a été un savant avant d'être un saint, a enseigné dans les grands centres de rayonnement de l'Islam comme la grande mosquée de Tlemcen ou la Zeïtouna en Tunisie", rappelle-t-il. Organisé du 17 au 19 décembre à la résidence d'Etat Djenane El Mithaq par le ministère de la Culture et le Cnrpah (Centre national de recherches préhistoriques, anthropologiques et historiques), le colloque international
"Les routes de la foi" réunit des chercheurs et des religieux de vingt-six pays autour du concept spirituel du "Sceau de la sainteté", titre attribué au fondateur de la Tidjaniya. La présence et la diffusion dans le monde de l'enseignement du fondateur de la confrérie Tidjaniya dont les adeptes célèbreront en 2015 le bicentenaire de la mort seront également abordées lors de ce colloque.
Khalida Toumi qui s'exprimait à l'ouverture du 10e colloque international "Les routes de la foi", consacré au fondateur de la confrérie Tidjaniya Sidi-Ahmed Tidjani, a rappelé que les valeurs, éthiques et philosophiques, du soufisme sont un des "fondements de la culture spirituelle algérienne", contrairement à la vision "étrangère et rétrograde de l'Islam portée par des ennemis de l'humanité" et dont le but est de "corrompre les esprits", dit-elle.
"La culture de l'exclusion et du désespoir qui nous cerne de toutes parts "ne triomphera pas" tant que nous restons fidèles à nos racines soufies, porteuses d'une culture d'espoir, d'amour et de pardon", a martelé la ministre. De son côté, le plus haut dignitaire dans le monde de la Tariqa Tidjaniya, qui compte des centaines de millions d'adeptes, l'Algérien Sidi Ali Ben Larbi Tidjani a estimé que les "troubles" et le "désordre" que connaissent certains pays musulmans, comme la Libye ou la Mali sont une "épreuve".
La confrérie qu'il représente, "préfère se tenir loin de ce débat sur la fitna qui est pire que le meurtre", a tenu à préciser dans une allusion à la surenchère des groupes islamistes qui a conduit au chaos dans ces pays. "La tariqa Tidjaniya est une voie pacifiste qui prône la fraternité entre les hommes à travers les enseignements du Coran et de la Sunna", a rappelé le dignitaire algérien pour mieux se démarquer de l'islam rigoriste tel que pratiqué dans certaines sociétés musulmanes et introduit par des prédicateurs extrémistes au Maghreb et dans les pays du Sahel.
Fondée en 1782 par Sidi-Ahmed Tidjani à Aïn Madhi (Laghouat), la confrérie Tidjaniya est l'une des voies les plus importantes du soufisme. Très répandue dans les pays du Maghreb et d'Afrique de l'Ouest (Sénégal, Mauritanie, Niger, Burkina Faso, etc), elle compte également des adeptes en Asie (Azerbaïdjan, Inde, Pakistan, Indonésie...). Sidi Ali Ben Larbi Tidjani rappelle également "l'importance" d'une collaboration entre religieux et universitaires dans la diffusion des valeurs soufies et de l'histoire des confréries, afin de "dépasser le cadre traditionnel de transmission" et en élargir l'accès au grand public.
"Sidi Ahmed Tidjani qui a été un savant avant d'être un saint, a enseigné dans les grands centres de rayonnement de l'Islam comme la grande mosquée de Tlemcen ou la Zeïtouna en Tunisie", rappelle-t-il. Organisé du 17 au 19 décembre à la résidence d'Etat Djenane El Mithaq par le ministère de la Culture et le Cnrpah (Centre national de recherches préhistoriques, anthropologiques et historiques), le colloque international
"Les routes de la foi" réunit des chercheurs et des religieux de vingt-six pays autour du concept spirituel du "Sceau de la sainteté", titre attribué au fondateur de la Tidjaniya. La présence et la diffusion dans le monde de l'enseignement du fondateur de la confrérie Tidjaniya dont les adeptes célèbreront en 2015 le bicentenaire de la mort seront également abordées lors de ce colloque.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.