Tipasa : Le peuple insiste sur la fin total des symboles du système    CHLEF.. «Nous voulons un changement radical !»    Ramadhan.. Les abattoirs d'Alger mobilisés    Fédération des sports mécaniques.. Asma Ben Messaoud désignée DTN    Sport scolaire.. Cinq accords de coopération avec des fédérations sportives    World Cadet Challenge 2019 de Tennis de table.. Azzala et Belache dans l'équipe africaine    Bab El Oued(Alger).. Cinq marchés de proximité seront ouverts    Sidi Bel Abbés.. Légère baisse des accidents de la route    Village ath allaoua.. Hommage à trois martyrs    Libye.. Les combats continuent    Poutine rencontrera le président nord-coréen    Boumerdès.. De nouveaux projets pour relancer l'artisanat    Les Soudanais exigent un pouvoir civil    Gaïd Salah à partir de la 4e région militaire : «Les tentatives de déstabilisation ont échoué et vont échouer»    «La précédente Constituante n'a empêché ni les abus ni l'instabilité constitutionnelle»    L'Afrique du Sud réitère son soutien constant aux peuples sahraoui et palestinien    Trump a donné l'ordre de limoger Robert Mueller    Pour éviter la déstabilisation, pour une sortie rapide de la crise politique en Algérie : sept (07) propositions    1,033 milliard m3 lâchés du barrage de Béni Haroun    Plus de 6.600 qx d'agrumes transformés en conserves    L'arbitre assistant Doulache invité par la commission de discipline    La FAHB sanctionne le CRDM et donne la victoire au CHBB    MARCHE DE L'EMPLOI : Plus de 8000 nouveaux postes créés à Oran    UGTA : Sidi Saïd dément sa démission    Bensalah opte pour la concertation avec la classe politique    Collision entre un camion et un véhicule à fait 5 morts    Campagne de volontariat pour la plantation de l'armoise blanche    SIDI BEL ABBES : 05 blessés dans une collision sur la RN 07    TIARET : 7 ans de prison ferme pour un dealer    MASCARA : 110 motocycles mis en fourrière en 90 jours !    CONSULTATIONS POLITIQUES : La Présidence organisera une rencontre consultative lundi    Papicha de Mounir Meddour en lice    Souidani Boudjemaâ, toujours un modèle pour les jeunes    Cœur de lumière    L'AUTRE FACE SI MERVEILLEUSE DU ‘'HIRAK'' : Mostaganem s'offre une superbe ‘'toilette''    Constantine : L'autre visage du mouvement populaire    Les élus de Béjaïa répondent au porte-parole du gouvernement : «C'est vous qui êtes illégitimes»    Le Coupe arabe des clubs change de nom    Ligue 1 : Fin du championnat le 26 mai prochain    Un sit-in de soutien au procureur général de la cour de Ghardaïa    On pourrait dire presque spontanément que le prix Nobel de la paix revient de droit au peuple algérien    Handi-basket : Les trois premières journées reprogrammées    Khenchela : les artistes pour un vrai changement    Avril 1980, catalyseur des luttes pacifiques    Pour une authentique «République» «algérienne» «démocratique» et «populaire»    La catastrophe de Notre-Dame de Paris    Forum Russie-Monde arabe: La sécurité et la stabilité en tête des priorités    Pourquoi le KGB n'a pas pu empêcher l'effondrement de l'URSS    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Premiers succès constatés chez l'Homme
Nanomédecine
Publié dans Le Midi Libre le 11 - 01 - 2014

La nanomédecine en est à ses balbutiements, elle vient de connaître sa première réussite en phase clinique chez l'Homme.
La nanomédecine en est à ses balbutiements, elle vient de connaître sa première réussite en phase clinique chez l'Homme.
Des nanoparticules contenant un médicament contre le cancer, le docétaxel, seraient sûres pour la santé humaine. Seule la troisième phase de l'essai clinique pourra le confirmer, mais elles pourraient bien faire reculer les tumeurs.
Les scientifiques tentent de mettre au point des nanoparticules depuis les années 90. Une vingtaine d'années après, seulement, la nanomédecine commence à entrer dans les phases cliniques avec succès chez l'Homme. Peut-être le début d'une très longue aventure...
Contre le cancer, il faut toujours trouver de nouvelles solutions. Opérations chirurgicales, immunothérapies, radiothérapies et bien sûr les célèbres chimiothérapies ne suffisent pas toujours pour venir à bout des tumeurs, pour diverses raisons. Les traitements manquent parfois de spécificité et le médicament atteint aussi bien les cellules cancéreuses que les cellules saines, entraînant des effets secondaires parfois très lourds.
L'objectif des chercheurs consiste donc à cibler davantage les cellules malades tout en épargnant les tissus en bonne santé. C'est également le but de la nanomédecine, qui consiste à envoyer des particules microscopiques prévues pour délivrer les médicaments spécifiquement sur les régions concernées.
Si les succès se multiplient chez les animaux, la transposition à l'Homme reste toujours plus difficile. Enfin, une première du genre a été réussie, nous rapportent des chercheurs dans Science Translational Medicine, la première phase d'un essai clinique en cours se passant jusque-là
Depuis janvier 2011, 17 patients atteints de différents cancers ont reçu des injections par voies sanguines de nanoparticules spécialement conçues pour délivrer un médicament contre le cancer, le docétaxel, précisément au niveau des tumeurs.
Toutes les trois semaines, on leur a administré des doses croissantes et les médecins ont porté leur attention sur l'apparition de nouveaux effets secondaires, différents de ceux déjà connus pour le docétaxel. Aucun ne s'est manifesté, remarquent les spécialistes, précisant même que les effets indésirables semblent être moins sévères que le traitement classique à des doses équivalentes.
Il faut rappeler que la phase 1 d'un essai clinique consiste à s'assurer de l'innocuité d'un médicament pour l'Homme et son efficacité sera jugée ultérieurement, dans la troisième phase. Cependant, il semble que chez les patients, la thérapie soit efficace.
Chez un homme de 51 ans atteint d'une tumeur au niveau des voies biliaires, ses métastases ont quasiment disparu après deux injections. Un sexagénaire atteint d'un cancer aux amygdales a vu sa tumeur se résorber de 25 %. Pour les 15 autres patients, leurs excroissances ont cessé de grossir.
Des nanoparticules pour réparer les blessures
Bonne nouvelle pour la chirurgie réparatrice. En utilisant des nanoparticules, une équipe française a réussi la prouesse de recoller deux morceaux d'organes ayant subi une lésion profonde.
La texture à base de nanoparticules de silice permet une adhésion en quelques secondes entre deux morceaux de foie.
« Dans le domaine de la chirurgie, aucune méthode ne s'avérait jusqu'à présent totalement satisfaisante pour obtenir une adhésion solide entre deux tissus biologiques », explique Ludwik Leibler, directeur de recherche au CNRS. Avec son équipe, il a mis au point une nouvelle technique de cicatrisation innovante. Dévoilée dans la revue Nature, elle utilise les nanoparticules, ces toutes petites molécules qui montrent progressivement leur utilité dans le monde de la médecine.
Le principe est simple : répartir une texture composée de nanoparticules entre deux tissus différents, afin d'obtenir une adhésion très résistante. « Les nanoparticules se lient aux molécules du tissu par un phénomène appelé adsorption », expliquent le chercheur. Les deux extrémités des tissus se rejoignent alors et gagnent en solidité. Pour en établir la preuve, les chercheurs se sont exercés sur de vrais organes et ont recollé deux morceaux de foie de veau préalablement coupés au scalpel !
Selon les auteurs, cette méthode pourrait déboucher sur le développement de pansements, de patchs ou d'hydrogels en cas de lésions cutanées profondes. Cette solution miracle pourrait être utile dans d'autres domaines. « les propriétés adhésives des nanoparticules valent pour d'autres produits comme les gels retrouvés dans la gélatine alimentaire, les lentilles de contact, la partie absorbante des couches ou encore certaines prothèses mammaires », concluent les chercheurs.
Des nanoparticules d'or radioactives contre le cancer
Les noyaux d'hélium produits par radioactivité alpha sont très efficaces pour tuer des cellules cancéreuses. Ils le sont malheureusement aussi pour tuer les cellules saines, ce qui a jusqu'ici posé problème pour lutter contre les cancers. On apprend comment contourner l'obstacle grâce aux nanotechnologies : en utilisant des nanoparticules d'or.
L'article que viennent de publier des chercheurs de l'University of Missouri dans Plos One aurait certainement fait plaisir à Marie Curie. La célèbre physicienne a en effet été une pionnière dans l'utilisation de la radioactivité en médecine. Il s'agit en l'occurrence d'une nouvelle technique de radiothérapie basée sur l'emploi des rayons alpha, c'est-à-dire des noyaux d'hélium émis par des noyaux radioactifs.
D'ordinaire, ce sont plutôt des rayons bêta (des électrons), et des photons X ou gamma que les cancérologues utilisent pour détruire des cellules cancéreuses. Ils utilisent aussi des faisceaux de protons accélérés pour faire de la protonthérapie. Les rayons alpha sont très efficaces contre les tumeurs mais ils endommagent tout aussi sérieusement les tissus sains, de sorte que le remède peut être pire que le mal. De plus, les substances radioactives émettrices de rayons alpha ont tendance à se diffuser facilement dans l'organisme.
Toutefois, dans le cas d'un petit nombre de cancers, des succès basés sur l'utilisation des rayons alpha ont parfois été obtenus. On peut citer le cas du chlorure de radium 223. Cette substance radioactive se fixe en effet dans les os et permet donc de traiter des tumeurs associées à ces tissus.
Des nanoparticules contenant un médicament contre le cancer, le docétaxel, seraient sûres pour la santé humaine. Seule la troisième phase de l'essai clinique pourra le confirmer, mais elles pourraient bien faire reculer les tumeurs.
Les scientifiques tentent de mettre au point des nanoparticules depuis les années 90. Une vingtaine d'années après, seulement, la nanomédecine commence à entrer dans les phases cliniques avec succès chez l'Homme. Peut-être le début d'une très longue aventure...
Contre le cancer, il faut toujours trouver de nouvelles solutions. Opérations chirurgicales, immunothérapies, radiothérapies et bien sûr les célèbres chimiothérapies ne suffisent pas toujours pour venir à bout des tumeurs, pour diverses raisons. Les traitements manquent parfois de spécificité et le médicament atteint aussi bien les cellules cancéreuses que les cellules saines, entraînant des effets secondaires parfois très lourds.
L'objectif des chercheurs consiste donc à cibler davantage les cellules malades tout en épargnant les tissus en bonne santé. C'est également le but de la nanomédecine, qui consiste à envoyer des particules microscopiques prévues pour délivrer les médicaments spécifiquement sur les régions concernées.
Si les succès se multiplient chez les animaux, la transposition à l'Homme reste toujours plus difficile. Enfin, une première du genre a été réussie, nous rapportent des chercheurs dans Science Translational Medicine, la première phase d'un essai clinique en cours se passant jusque-là
Depuis janvier 2011, 17 patients atteints de différents cancers ont reçu des injections par voies sanguines de nanoparticules spécialement conçues pour délivrer un médicament contre le cancer, le docétaxel, précisément au niveau des tumeurs.
Toutes les trois semaines, on leur a administré des doses croissantes et les médecins ont porté leur attention sur l'apparition de nouveaux effets secondaires, différents de ceux déjà connus pour le docétaxel. Aucun ne s'est manifesté, remarquent les spécialistes, précisant même que les effets indésirables semblent être moins sévères que le traitement classique à des doses équivalentes.
Il faut rappeler que la phase 1 d'un essai clinique consiste à s'assurer de l'innocuité d'un médicament pour l'Homme et son efficacité sera jugée ultérieurement, dans la troisième phase. Cependant, il semble que chez les patients, la thérapie soit efficace.
Chez un homme de 51 ans atteint d'une tumeur au niveau des voies biliaires, ses métastases ont quasiment disparu après deux injections. Un sexagénaire atteint d'un cancer aux amygdales a vu sa tumeur se résorber de 25 %. Pour les 15 autres patients, leurs excroissances ont cessé de grossir.
Des nanoparticules pour réparer les blessures
Bonne nouvelle pour la chirurgie réparatrice. En utilisant des nanoparticules, une équipe française a réussi la prouesse de recoller deux morceaux d'organes ayant subi une lésion profonde.
La texture à base de nanoparticules de silice permet une adhésion en quelques secondes entre deux morceaux de foie.
« Dans le domaine de la chirurgie, aucune méthode ne s'avérait jusqu'à présent totalement satisfaisante pour obtenir une adhésion solide entre deux tissus biologiques », explique Ludwik Leibler, directeur de recherche au CNRS. Avec son équipe, il a mis au point une nouvelle technique de cicatrisation innovante. Dévoilée dans la revue Nature, elle utilise les nanoparticules, ces toutes petites molécules qui montrent progressivement leur utilité dans le monde de la médecine.
Le principe est simple : répartir une texture composée de nanoparticules entre deux tissus différents, afin d'obtenir une adhésion très résistante. « Les nanoparticules se lient aux molécules du tissu par un phénomène appelé adsorption », expliquent le chercheur. Les deux extrémités des tissus se rejoignent alors et gagnent en solidité. Pour en établir la preuve, les chercheurs se sont exercés sur de vrais organes et ont recollé deux morceaux de foie de veau préalablement coupés au scalpel !
Selon les auteurs, cette méthode pourrait déboucher sur le développement de pansements, de patchs ou d'hydrogels en cas de lésions cutanées profondes. Cette solution miracle pourrait être utile dans d'autres domaines. « les propriétés adhésives des nanoparticules valent pour d'autres produits comme les gels retrouvés dans la gélatine alimentaire, les lentilles de contact, la partie absorbante des couches ou encore certaines prothèses mammaires », concluent les chercheurs.
Des nanoparticules d'or radioactives contre le cancer
Les noyaux d'hélium produits par radioactivité alpha sont très efficaces pour tuer des cellules cancéreuses. Ils le sont malheureusement aussi pour tuer les cellules saines, ce qui a jusqu'ici posé problème pour lutter contre les cancers. On apprend comment contourner l'obstacle grâce aux nanotechnologies : en utilisant des nanoparticules d'or.
L'article que viennent de publier des chercheurs de l'University of Missouri dans Plos One aurait certainement fait plaisir à Marie Curie. La célèbre physicienne a en effet été une pionnière dans l'utilisation de la radioactivité en médecine. Il s'agit en l'occurrence d'une nouvelle technique de radiothérapie basée sur l'emploi des rayons alpha, c'est-à-dire des noyaux d'hélium émis par des noyaux radioactifs.
D'ordinaire, ce sont plutôt des rayons bêta (des électrons), et des photons X ou gamma que les cancérologues utilisent pour détruire des cellules cancéreuses. Ils utilisent aussi des faisceaux de protons accélérés pour faire de la protonthérapie. Les rayons alpha sont très efficaces contre les tumeurs mais ils endommagent tout aussi sérieusement les tissus sains, de sorte que le remède peut être pire que le mal. De plus, les substances radioactives émettrices de rayons alpha ont tendance à se diffuser facilement dans l'organisme.
Toutefois, dans le cas d'un petit nombre de cancers, des succès basés sur l'utilisation des rayons alpha ont parfois été obtenus. On peut citer le cas du chlorure de radium 223. Cette substance radioactive se fixe en effet dans les os et permet donc de traiter des tumeurs associées à ces tissus.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.