203 nouveaux cas confirmés et 7 décès en Algérie    Plus de 45 exposants à la 4ème édition du Phramex prévue en Novembre à Oran    Farès en colère contre la direction de la Lazio    Webinaire sur les opportunités du tourisme à l'ère du Covid-19    Cour d'Alger: report du procès en appel de l'affaire Ali Haddad au 27 septembre    Ligue 1 : Paris se ressaisit et s'impose face à Nice    Real : Un couac avant le premier match de Liga face à la Sociedad    Sabri Boukadoum entame une visite de travail à Bamako    Ligue 1-reprise des entraînements: les clubs voient enfin le bout du tunnel    La justice à la recherche des complices de Haddad    Les partis privés de subventions de l'Etat    Un "casus belli" technologique nommé TikTok    Gloire à l'ANP et gratitude envers l'Armée rouge !    Manifestations pour plus de démocratie    Des opposants poursuivis pour terrorisme    "Libérez Drareni, libérez tous les détenus d'opinion"    Des robes noires s'insurgent contre les procès à distance    Tebboune installe une commission pour l'amender    Liberté de dire. Toujours !    Ce que prévoit la note du MJS    Plus de 50 milliards de dinars de perte    Mort d'un conducteur suite au renversement de son camion    Le flou persiste et inquiète les concernés    Fin prêtes pour accueillir les étudiants    Les cafés littéraires dénoncent et condamnent    Jimi Hendrix, mythes et légendes marocaines 50 ans après sa mort    Appel à la solidarité au profit des démunis    L'Algérie participera à l'édition BFM du Limousin    Plus de 4000 logements à attribuer avant la fin de l'année    Le projet de la cité des 1000 logements «dégommé»    Tikjda : Encore des feux de forêt    Où est l'Algérie ?    Etats-Unis et Chine : duel à distance    Automobile : Une plateforme numérique de préinscription dédiée aux opérateurs    Match amical Algérie – Cameroun aux Pays-Bas    Caricatures... indigènes : le décryptage d'Alain Ruscio    Lettres de mon moulin anonyme !    Le mouvement El Islah décide de voter "Oui" au référendum du 1e novembre    Offres et avantages de la CNAS: Une caravane de sensibilisation dans les zones d'ombre    Paradou AC: Le meilleur est à venir    IRB Sougueur: Mohamed Benhalima nouveau président    Il avait intenté une autre action contre l'Algérie: Sawiris de nouveau débouté dans l'affaire Djezzy    BRAVADE AVEUGLE    LE «KOURSI» FANTASME    Une "étape cruciale" pour Chanegriha    "Nous n'importerons aucun vaccin qui ne soit pas pré-qualifié OMS"    L'ONU salue la décision de Fayez al-Sarraj de démissionner    Israël : le «pacte d'Abraham» et la trahison des émirs    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un second tour pour départager Essebsi et Marzouki
Une première pour une élection présidentielle en Tunisie
Publié dans Le Midi Libre le 26 - 11 - 2014

Béji Caïd Essebsi arrive en tête de l'élection présidentielle en Tunisie. Il est suivi de très près par Moncef Marzouki. Une mince victoire pour le vieux briscard de la politique tunisienne contraint, de nouveau d'affronter, dans un second tour, le président sortant, Moncef Marzouki.
Béji Caïd Essebsi arrive en tête de l'élection présidentielle en Tunisie. Il est suivi de très près par Moncef Marzouki. Une mince victoire pour le vieux briscard de la politique tunisienne contraint, de nouveau d'affronter, dans un second tour, le président sortant, Moncef Marzouki.
Un écart de 200.000 voix sépare les deux hommes. Un duel qui sera arbitré par les voix des militants et partisans du leader de gauche Hamma Hammami qui n'ont pas, jusque là, reçus des consignes de vote.
Les résultats de l'élection présidentielle du dimanche dernier ont été proclamés, hier par l'Instance supérieure indépendante pour les élections (ISIE). Le chef du parti tunisien Nidaa Tounès, Béji Caïd Essebsi, est arrivé en tête des suffrages exprimés à l'élection présidentielle de dimanche en Tunisie avec 39,46 % des voix, devant le président sortant Moncef Marzouki (33,43 %). Un second tour aura donc lieu mais sa date dépendra des recours déposés, a indiqué le président de cette instance, Chafik Sarsar, lors d'une conférence de presse à Tunis.
Contrairement aux sondages, l'écart entre Beji Caïd Essebsi et Moncef Marzouki s'est nettement réduit suite à l'annonce du nombres de voix récoltées par l'un et par l'autre. Le deuxième tour de l'élection présidentielle s'annonce d'ores et déjà serré puisque presque 200.000 voix séparent les deux candidats. Selon les observateurs de la scène politique tunisienne, la spécificité des régions a particulièrement influencé le mode de scrutin. Le Nord et le Sahel sont plutôt favorables à Béji Caïd Essebsi.
Marzouki a trouvé, lui, le bon compte au Sud et dans les circonscriptions du monde arabe, tandis que Hachemi Hamdi a créé la surprise en prenant la place de Slim Riahi, annoncé auparavant quatrième. Les régions Centre-Ouest et de Sfax sont divisées entre les deux candidats. Moncef Marzouki a obtenu les scores éloquents de 76,7 % des voix exprimées à Tataouine et 77 % à Kébili, ainsi que les premières places à Gafsa et Tozeur. Quant à Béji Caïd Essebsi, il est arrivé en tête à Mahdia et Le Kef.
Les autres grandes villes n'ont pas encore annoncé leurs résultats
Le président de l'Instance supérieure indépendante pour les élections, Chafik Sarsar, a déclaré lors d'une conférence de presse tenue dimanche soir que le taux général de participation à l'élection présidentielle, à l'intérieur de la Tunisie, était de 64,6 %. Il a ajouté que le meilleur taux a été enregistré dans la circonscription de Tataouine (73,2 %) alors que la circonscription de Jendouba a enregistré le taux le plus faible (52,8 %). Concernant les Tunisiens vivant à l'étranger, leur taux de participation était seulement de 29,68 %, selon M. Sarsar.
Le suspense est bien entretenu quant au choix sur lequel de deux candidats opteront les Tunisiens qui se sont branchés sur le second tour. Le choix de la date du deuxième est ainsi proposé par l'Instance supérieure indépendante pour les élections. Nabil Bafoun, membre de cette instance, a affirmé que s'il y aura passage au deuxième tour des présidentielles, le jour du vote aura lieu soit le 14, le 21 ou le 28 décembre 2014. Comme attendu, Beji Caïd Essebsi et Moncef Marzouki s'affronteront au second tour de l'élection présidentielle tunisienne. Ce sera un combat dur où des dérives verbales ne sont pas à exclure entre les deux hommes.
L'expérimenté contre le démocrate
Les points de divergences qui les séparent sur tous les plans, idéologique, économique ou social sont trop visibles. Les partisans d'Essebsi remettent les pieds sur terre après avoir caressé l'espoir de voir leur poulain l'emporter avec une large avance.
« Nous sommes premiers et la différence est assez consistante, au moins dix points, avec le deuxième. On croit qu'on n'est pas très loin des 50 % », avait clamé Mohsen Marzouk, le directeur de la campagne BCE, lors d'une conférence de presse. Au QG de Marzouki, on était plus près de la réalité. On évoquait au contraire un écart minime et l'heure était à la fête, hier. Marzouki, qui avait pris la parole devant quelque 300 sympathisants, a qualifié cette performance de « victoire des volontaires ».
C'est que le président sortant a réussi un tour de force : très critiqué sur son bilan, sanctionné aux législatives avec seulement quatre sièges pour son parti, il a opéré une remontée spectaculaire, en s'imposant comme le rempart contre le risque d'un « retour de l'ancien régime », qu'incarnent, selon lui, Nidaa Tounes et son leader.
L'ancien opposant à Ben Ali a surtout rallié les voix d'une bonne partie des bases d'Ennahdha. Si le parti islamiste a décidé officiellement de ne soutenir personne, des cadres intermédiaires se sont mobilisés en faveur de Marzouki. Beji Caïd Essebsi a, lui, convaincu par « sa grande expérience »,
Pour de nombreux tunisiens « C'est l'homme de la période actuelle, pour lutter contre le terrorisme et restaurer notre image auprès des Occidentaux ». En somme un vote « utile » confient les désabusés de la politique menée par Moncef Marzouki, à la tête de l'Etat tunisien. Marzouki a défié son concurrent d'accepter un débat télévisé et compte se poser, comme il l'a fait dès hier soir, comme « le candidat des forces démocratiques ». Un débat qui aurait eu lieu entre les deux tours. Cependant Essebsi a refusé de participer à ce débat.
C'est ce qu'il a fait savoir dans un entretien accordé, hier, à une chaine satellitaire française. Répondant au duel proposé par leur adversaire au second tour, Moncef Marzouki, le leader de Nidaa Tounes, Mohsen Marzouk, s'est exprimé, lundi soir, sur la chaîne nationale tunisienne demandant des excuses de Moncef. Marzouki.
« Est-ce normal dans une relation politique de dire un combat face-àface (nizal), sommes-nous dans un film de l'avant Islam ? Où es-tu ? Viens me combattre ?... Dis : Je demande un dialogue » M. Marzouk s'est interrogé : « Est-ce qu'il demande un dialogue avec le taghout ? (tyran) N'étions-nous pas un taghout pour lui il y a deux semaines ? ...
Il doit s'excuser parce qu'il a désigné Béji Caid Essebsi de taghout, et nous a appelé taghout. Nous voulons des excuses officielles et publiques ! » Le soir des élections, Moncef Marzouki a appelé, devant ses partisans qui se sont rassemblés devant le siège central de sa campagne électorale, son rival au second tour, Béji Caïd Essebsi, à un débat télévisé retransmis en direct. Les médias ont rapporté la demande du face-à-face, mais Nidaa Tounes a perçu la demande du duel autrement.
Le second tour se jouera sur quelques détails. Les observateurs jugent que la position qu'adoptera le leader de gauche, Hamma Hammami, sera déterminante. Hier soir, il n'a donné aucune consigne de
vote. Le taux de participation est en baisse de cinq points par rapport aux législatives, à 64,4 % des inscrits. A moins que les abstentionnistes révisent leurs positions et se rendent aux urnes pour prendre part à ces joutes électorales pour participer à la naissance de la 2e République tunisienne. Dans ce cas, chacun des deux hommes aura une chance d'occuper le palais de Carthage.
Un écart de 200.000 voix sépare les deux hommes. Un duel qui sera arbitré par les voix des militants et partisans du leader de gauche Hamma Hammami qui n'ont pas, jusque là, reçus des consignes de vote.
Les résultats de l'élection présidentielle du dimanche dernier ont été proclamés, hier par l'Instance supérieure indépendante pour les élections (ISIE). Le chef du parti tunisien Nidaa Tounès, Béji Caïd Essebsi, est arrivé en tête des suffrages exprimés à l'élection présidentielle de dimanche en Tunisie avec 39,46 % des voix, devant le président sortant Moncef Marzouki (33,43 %). Un second tour aura donc lieu mais sa date dépendra des recours déposés, a indiqué le président de cette instance, Chafik Sarsar, lors d'une conférence de presse à Tunis.
Contrairement aux sondages, l'écart entre Beji Caïd Essebsi et Moncef Marzouki s'est nettement réduit suite à l'annonce du nombres de voix récoltées par l'un et par l'autre. Le deuxième tour de l'élection présidentielle s'annonce d'ores et déjà serré puisque presque 200.000 voix séparent les deux candidats. Selon les observateurs de la scène politique tunisienne, la spécificité des régions a particulièrement influencé le mode de scrutin. Le Nord et le Sahel sont plutôt favorables à Béji Caïd Essebsi.
Marzouki a trouvé, lui, le bon compte au Sud et dans les circonscriptions du monde arabe, tandis que Hachemi Hamdi a créé la surprise en prenant la place de Slim Riahi, annoncé auparavant quatrième. Les régions Centre-Ouest et de Sfax sont divisées entre les deux candidats. Moncef Marzouki a obtenu les scores éloquents de 76,7 % des voix exprimées à Tataouine et 77 % à Kébili, ainsi que les premières places à Gafsa et Tozeur. Quant à Béji Caïd Essebsi, il est arrivé en tête à Mahdia et Le Kef.
Les autres grandes villes n'ont pas encore annoncé leurs résultats
Le président de l'Instance supérieure indépendante pour les élections, Chafik Sarsar, a déclaré lors d'une conférence de presse tenue dimanche soir que le taux général de participation à l'élection présidentielle, à l'intérieur de la Tunisie, était de 64,6 %. Il a ajouté que le meilleur taux a été enregistré dans la circonscription de Tataouine (73,2 %) alors que la circonscription de Jendouba a enregistré le taux le plus faible (52,8 %). Concernant les Tunisiens vivant à l'étranger, leur taux de participation était seulement de 29,68 %, selon M. Sarsar.
Le suspense est bien entretenu quant au choix sur lequel de deux candidats opteront les Tunisiens qui se sont branchés sur le second tour. Le choix de la date du deuxième est ainsi proposé par l'Instance supérieure indépendante pour les élections. Nabil Bafoun, membre de cette instance, a affirmé que s'il y aura passage au deuxième tour des présidentielles, le jour du vote aura lieu soit le 14, le 21 ou le 28 décembre 2014. Comme attendu, Beji Caïd Essebsi et Moncef Marzouki s'affronteront au second tour de l'élection présidentielle tunisienne. Ce sera un combat dur où des dérives verbales ne sont pas à exclure entre les deux hommes.
L'expérimenté contre le démocrate
Les points de divergences qui les séparent sur tous les plans, idéologique, économique ou social sont trop visibles. Les partisans d'Essebsi remettent les pieds sur terre après avoir caressé l'espoir de voir leur poulain l'emporter avec une large avance.
« Nous sommes premiers et la différence est assez consistante, au moins dix points, avec le deuxième. On croit qu'on n'est pas très loin des 50 % », avait clamé Mohsen Marzouk, le directeur de la campagne BCE, lors d'une conférence de presse. Au QG de Marzouki, on était plus près de la réalité. On évoquait au contraire un écart minime et l'heure était à la fête, hier. Marzouki, qui avait pris la parole devant quelque 300 sympathisants, a qualifié cette performance de « victoire des volontaires ».
C'est que le président sortant a réussi un tour de force : très critiqué sur son bilan, sanctionné aux législatives avec seulement quatre sièges pour son parti, il a opéré une remontée spectaculaire, en s'imposant comme le rempart contre le risque d'un « retour de l'ancien régime », qu'incarnent, selon lui, Nidaa Tounes et son leader.
L'ancien opposant à Ben Ali a surtout rallié les voix d'une bonne partie des bases d'Ennahdha. Si le parti islamiste a décidé officiellement de ne soutenir personne, des cadres intermédiaires se sont mobilisés en faveur de Marzouki. Beji Caïd Essebsi a, lui, convaincu par « sa grande expérience »,
Pour de nombreux tunisiens « C'est l'homme de la période actuelle, pour lutter contre le terrorisme et restaurer notre image auprès des Occidentaux ». En somme un vote « utile » confient les désabusés de la politique menée par Moncef Marzouki, à la tête de l'Etat tunisien. Marzouki a défié son concurrent d'accepter un débat télévisé et compte se poser, comme il l'a fait dès hier soir, comme « le candidat des forces démocratiques ». Un débat qui aurait eu lieu entre les deux tours. Cependant Essebsi a refusé de participer à ce débat.
C'est ce qu'il a fait savoir dans un entretien accordé, hier, à une chaine satellitaire française. Répondant au duel proposé par leur adversaire au second tour, Moncef Marzouki, le leader de Nidaa Tounes, Mohsen Marzouk, s'est exprimé, lundi soir, sur la chaîne nationale tunisienne demandant des excuses de Moncef. Marzouki.
« Est-ce normal dans une relation politique de dire un combat face-àface (nizal), sommes-nous dans un film de l'avant Islam ? Où es-tu ? Viens me combattre ?... Dis : Je demande un dialogue » M. Marzouk s'est interrogé : « Est-ce qu'il demande un dialogue avec le taghout ? (tyran) N'étions-nous pas un taghout pour lui il y a deux semaines ? ...
Il doit s'excuser parce qu'il a désigné Béji Caid Essebsi de taghout, et nous a appelé taghout. Nous voulons des excuses officielles et publiques ! » Le soir des élections, Moncef Marzouki a appelé, devant ses partisans qui se sont rassemblés devant le siège central de sa campagne électorale, son rival au second tour, Béji Caïd Essebsi, à un débat télévisé retransmis en direct. Les médias ont rapporté la demande du face-à-face, mais Nidaa Tounes a perçu la demande du duel autrement.
Le second tour se jouera sur quelques détails. Les observateurs jugent que la position qu'adoptera le leader de gauche, Hamma Hammami, sera déterminante. Hier soir, il n'a donné aucune consigne de
vote. Le taux de participation est en baisse de cinq points par rapport aux législatives, à 64,4 % des inscrits. A moins que les abstentionnistes révisent leurs positions et se rendent aux urnes pour prendre part à ces joutes électorales pour participer à la naissance de la 2e République tunisienne. Dans ce cas, chacun des deux hommes aura une chance d'occuper le palais de Carthage.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.