Dette extérieure.. 1,8 milliard de dollars en juin 2018    Registre de commerce électronique.. Seuls 43% des commerçants inscrits    Proches de leur plus haut niveau en trois mois.. Les prix du Brent dépassent les 66 dollars    Cités universitaires.. Hadjar «active» les dispositifs de sécurité    Washington contre l'Europe    Attentat en Iran.. Des terroristes présumés arrêtés    Médaillés lors du 16e Championnat méditerranéen d'Escrime.. Ooredoo honore les escrimeurs algériens    Venezuela.. L'Europe met en garde contre une confrontation    Grand Prix du Concours national du saut d'obstacles.. Chakib Tabarout lauréat    Championnat de Basket-ball (17e journée).. Le leader sur du velours    Lutte antiterroriste.. Un élément de soutien arrêté à M'sila    DJELFA : La daïra d'Aïn Oussera promue wilaya déléguée    ACCUSES D'ENLEVEMENT SUIVI DE VIOL : Deux présumés ravisseurs arrêtés à Bejaia    Le maréchal dira-t-il me voilà ?    «Le plan de partition de la Syrie n'est pas nouveau»    L'Algérie manque de cadres dans le commerce international !    Création d'une agence de régulation    Convention africaine de lutte contre la corruption et infractions assimilées (CUA) de 2003    Le temps des regrets    Rien ne résiste au NC Magra    Alain Michel au lieu de Bouzidi ?    Questions sans réponses    Facebook s'invite à la présidentielle    Makri sensible à l'option    «La nature de la demande syndicale a changé»    Deux amateurs de parapente meurent accidentellement au cours d'exercices    Un assassin sous les verrous    Création de l'orchestre symphonique de la ville d'Oran    Les Constantinois renouent avec le cinéma    Tikoubaouine à la conquête de la capitale du chaâbi    24 heures    Allez-y tout doucement Messieurs !    Le ras-le-bol    80ème anniversaire de la Guerre civile espagnole: Oran, pour un hommage aux réfugiés républicains    Le terroir algérien à l'honneur: Une semaine gastronomique de la ville d'El Oued à l'hôtel Royal    Commémoration de la Journée du Chahid    La révolution algérienne, un exemple pour la liberté des peuples    Les droits de l'Homme infiltrent nos prisons    Victoire du GSP devant Souihli    «Seules les compétences seront appelées à gérer le club sous Hyproc»    Le système actif à Oran, Alger et Annaba    La revendication sociale se transforme en atteinte à la Sûreté de l'Etat    Abdelaziz Bouteflika : «L'Algérie attachée à ce choix stratégique et populaire»    La mission des choyoukh soufis dans l'unification de la nation    Les candidatures sont ouvertes jusqu'au jeudi 4 avril 2019    EDF : L'Ebitda a rebondi en 2018 mais risque de stagner cette année    L'opposition cherche toujours un candidat    Accord de pêche UE-Maroc : Appel au boycott des produits issus du Sahara occidental occupé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





38 % sont des Algériens
Médecins extra-ue en France
Publié dans Le Midi Libre le 14 - 10 - 2017

Les médecins diplômés en Algérie représentent 38 % de l'ensemble des médecins extra Union européenne en activité régulière en France, a indiqué jeudi le Conseil national de l'ordre des médecins (Cnom) de France.
Les médecins diplômés en Algérie représentent 38 % de l'ensemble des médecins extra Union européenne en activité régulière en France, a indiqué jeudi le Conseil national de l'ordre des médecins (Cnom) de France.
Selon une étude sur la démographie médicale qui a relevé qu'au 1er janvier 2017, la France comptait 26.805 médecins titulaires d'un diplôme européen ou extraeuropéen, derrière les Algériens, viennent les Syriens (11 %), les Marocains (9 %), les Tunisiens (7 %) et les Malgaches (4 %), ce qui constitue une hausse de 7,8 points par rapport à 2007, année de la dernière étude. Parmi ces médecins, 22.619 exerçaient de façon régulière, soit 11,8 % du total des médecins en activité régulière. Le président du Conseil national de l'ordre des médecins algériens, Dr.
Bekkat Berkani Mohamed, avait avancé en janvier dernier le chiffre de 10.000 médecins algériens activant en France, alors que dans le milieu des praticiens on parle de plus de 20.000. Le Cnom français, avec ses 290.974 médecins inscrits au tableau de l'ordre au 1er janvier 2017, a indiqué que les médecins diplômés à l'étranger rendent énormément service à certains hôpitaux qui ont du mal à attirer les jeunes médecins français, mais affirme que les médecins étrangers ne sont pas la solution pour combattre les déserts médicaux en France. Par ailleurs, l'étude met en relief une baisse du nombre de médecins en activité régulière, une féminisation de la
profession et un renouvellement générationnel. "Les femmes représentent désormais 47 % des médecins en activitérégulière contre 38 % en 2007", a précisél'étude qui note une baisse préoccupante du nombre de généralistes, alors que lapopulation nationale augmente."Cette baisse du nombre de généralistes estd'autant plus alarmante qu'elle affecte laquasi-totalité de nos territoires".
Selon une étude sur la démographie médicale qui a relevé qu'au 1er janvier 2017, la France comptait 26.805 médecins titulaires d'un diplôme européen ou extraeuropéen, derrière les Algériens, viennent les Syriens (11 %), les Marocains (9 %), les Tunisiens (7 %) et les Malgaches (4 %), ce qui constitue une hausse de 7,8 points par rapport à 2007, année de la dernière étude. Parmi ces médecins, 22.619 exerçaient de façon régulière, soit 11,8 % du total des médecins en activité régulière. Le président du Conseil national de l'ordre des médecins algériens, Dr.
Bekkat Berkani Mohamed, avait avancé en janvier dernier le chiffre de 10.000 médecins algériens activant en France, alors que dans le milieu des praticiens on parle de plus de 20.000. Le Cnom français, avec ses 290.974 médecins inscrits au tableau de l'ordre au 1er janvier 2017, a indiqué que les médecins diplômés à l'étranger rendent énormément service à certains hôpitaux qui ont du mal à attirer les jeunes médecins français, mais affirme que les médecins étrangers ne sont pas la solution pour combattre les déserts médicaux en France. Par ailleurs, l'étude met en relief une baisse du nombre de médecins en activité régulière, une féminisation de la
profession et un renouvellement générationnel. "Les femmes représentent désormais 47 % des médecins en activitérégulière contre 38 % en 2007", a précisél'étude qui note une baisse préoccupante du nombre de généralistes, alors que lapopulation nationale augmente."Cette baisse du nombre de généralistes estd'autant plus alarmante qu'elle affecte laquasi-totalité de nos territoires".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.