PSG : Pochettino s'exprime pour Neymar    Extinction de l'action publique dans l'affaire Tabbou    Barça : Koeman tranquille pendant deux jours    Bordj Bou Arréridj : Retard dans le versement des cotisations    Les micro-entreprises appelées à s'inscrire    Le gouvernement envisage une protection policière pour les députés    Italie : deuxième tour des élections municipales à Rome    L'UGTT appelle à présenter les objectifs    Fin des procès par visioconférence à Oran    Brahim Laâlami transféré à la prison de Bouira    Près de 300 harraga secourus en mer par les Espagnols    Le Cnapeste s'alarme de la dégradation de la situation des enseignants    Massacres du 17 octobre 1961 : Fatima, la fille du fleuve, une BD contre l'oubli    Nombreux appels à la désescalade    Issine ? Connais pas !    Tebboune déclare la guerre aux spéculateurs    Un nouveau concept sur le marché des assurances    Paqueta croit aux chances du Chabab    Medaouar assure que «rien n'est officiel»    Milan prend la tête après un samedi renversant    Le MSP menace de se retirer    Le chef de l'état se recueille au sanctuaire du Martyr    Benbouzid «corrige» l'OMS    «Rien n'a été fait en matière de prévention»    Cherchem    «L'informel ? Un danger pour la sécurité du pays»    Présentation à Alger d'une pièce théâtrale sur la Révolution algérienne    Liga : Le Barça se reprend face à Valence    Asphyxiées par le monoxyde de carbone: Trois personnes sauvées par la protection civile à Es-Sénia    Haï Edhaya: Un quinquagénaire mort dans un incendie    WA Tlemcen: Une nouvelle ère commence    Croissance factice    La mort comme seul héritage    17 octobre 1961: L'Algérie n'acceptera jamais une amnistie des mémoires    Tlemcen: Une stèle dédiée à Benaouda Benzerdjeb    Les néo-harkis reviennent cette semaine    «Il n'y a pas de petits ou de grands pétards»    La main tendue de Lamamra    Le Polisario demande à l'ONU de préciser la mission de son émissaire    Déboires d'un père de 9 enfants    Une loi pour protéger les institutions    Où finira robert Lewandowski?    La France officielle se cloisonne    L'Algérie «rapatrie» le 17 octobre 1961    Un langage et des paradoxes...    Vers de nouvelles hausses en 2022    "Ni complaisance, ni compromission"    Plusieurs secteurs à l'ordre du jour    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Les grandes manoeuvres
Election présidentielle 2019
Publié dans Le Midi Libre le 23 - 07 - 2018

Alors qu'il ne reste plus que quelques mois pour la tenue de la prochaine élection présidentielle, prévue au printemps 2019, la scène politique nationale donne la nette impression d'être toute focalisée sur l'évènement.
Alors qu'il ne reste plus que quelques mois pour la tenue de la prochaine élection présidentielle, prévue au printemps 2019, la scène politique nationale donne la nette impression d'être toute focalisée sur l'évènement.
Cet été caniculaire ne semble pas de tout repos pour la classe politiquetant les événements, tournant principalement autour du prochain rendez-vous électoral, s'enchaînent. Autantdire que les grandesmanoeuvres ont bel et bien commencé. La question de la candidature du Président Bouteflika demeure, incontestablement,la pierre angulaire de toute la rhétorique, des déclarations et de positionsdes uns et des autres.
Sera-t-il ouiou non candidat ? Sile principal intéressé garde pour le moment le silence,ses partisans s'activent dans tous lessens et multiplient les appels de pied afin de l'amener à se décider et briguer ainsi un 5e mandat et ce, au moment oùla liste des candidats, à l'exception de celle déjà annoncée de Nacer Boudiaf, lefils du défunt Mohamed Boudiaf, resteencore vierge. Pour revenir aux partisans d'un 5e mandat , c'est incontestablement le FLN qui mène le bal. Le vieux parti a été le premier à se prononcer sur l question. Son secrétaire général , Djamal Ould Abbès, fait le forcing depuis de longs mois déjà donnant l'impressionde mener la campagne avant lalettre. Il a, pour ce faire, mobilisé tout l'appareil du FLN et c'est pourquoi lesappels et les invites en direction du Président Bouteflika se sont multipliés.
Dans la foulée, et après avoir longtemps hésité voire même guerroyé contra le vieux parti sur la question, le RND afini par sortir de son silence en affichant ouvertement son soutien à un 5e mandat. Ahmed Ouyahia, son secrétaire général,a alors inspiré une résolution du conseil national du parti dans ce sens. "Noussommes le premier parti à avoir appeléouvertement le Président à poursuivre sa mission" se vantent même les dirigeants du RND adressant au passage une pique au FLN. Car pour eux, ce parti n'a pasencore réuni sa plus haute instance, à savoir le comité central, pour se positionnerde manière officielle.
D'autres partis et organisations de la société civile ont emboîté le pas, à l'exemple notamment du TAJ et de l'UGTA. Maisun grain de sable est venu gripper cette machine. En effet la position affichéepar un autre parti partisan du Président Bouteflika a suscité moult interrogations. Le MPA, parti que dirige Amara Benyounès, ne s'est pas encore inscritdans cette dynamique. Il préfère attendre un peu pour voir plus clair. Amara Benyounès a soutenu que le conseil national de son parti se prononcera sur laquestion du 5e mandat en automne ou même un peu plus tard encore. Uneposition de "wait and see" qui a ouvert la voie à toutes les spéculations. Certainsont même cru percevoir le recul de l'hypothèse du 5emandat.Ce d'autant qu'unautre parti, affilié à l'opposition celui là, croit savoir lui aussi que l'option d'un 5e mandat s'éloigne de plus en plus.
C'estpourquoi le MSP, puisque c'est de lui qu'il s'agit, a lancé une nouvelle initiativepolitique pour favoriser l'option d'une période de "transition" autour delaquelle la classe politique accréditera un consensus national. C'est dans cette optique qu'Abderazak Makri a rencontré Amara Benyounès et AliBenflis en attendant d'en faire de même avec d'autres leaders politique. Pendant ce temps Ali Benflis, qui ne désespère pas de monter sur la plus haute marche du pouvoir sillonne d'ores et déjà le pays dans ce qui semble être une campagne anticipée.
Cet été caniculaire ne semble pas de tout repos pour la classe politiquetant les événements, tournant principalement autour du prochain rendez-vous électoral, s'enchaînent. Autantdire que les grandesmanoeuvres ont bel et bien commencé. La question de la candidature du Président Bouteflika demeure, incontestablement,la pierre angulaire de toute la rhétorique, des déclarations et de positionsdes uns et des autres.
Sera-t-il ouiou non candidat ? Sile principal intéressé garde pour le moment le silence,ses partisans s'activent dans tous lessens et multiplient les appels de pied afin de l'amener à se décider et briguer ainsi un 5e mandat et ce, au moment oùla liste des candidats, à l'exception de celle déjà annoncée de Nacer Boudiaf, lefils du défunt Mohamed Boudiaf, resteencore vierge. Pour revenir aux partisans d'un 5e mandat , c'est incontestablement le FLN qui mène le bal. Le vieux parti a été le premier à se prononcer sur l question. Son secrétaire général , Djamal Ould Abbès, fait le forcing depuis de longs mois déjà donnant l'impressionde mener la campagne avant lalettre. Il a, pour ce faire, mobilisé tout l'appareil du FLN et c'est pourquoi lesappels et les invites en direction du Président Bouteflika se sont multipliés.
Dans la foulée, et après avoir longtemps hésité voire même guerroyé contra le vieux parti sur la question, le RND afini par sortir de son silence en affichant ouvertement son soutien à un 5e mandat. Ahmed Ouyahia, son secrétaire général,a alors inspiré une résolution du conseil national du parti dans ce sens. "Noussommes le premier parti à avoir appeléouvertement le Président à poursuivre sa mission" se vantent même les dirigeants du RND adressant au passage une pique au FLN. Car pour eux, ce parti n'a pasencore réuni sa plus haute instance, à savoir le comité central, pour se positionnerde manière officielle.
D'autres partis et organisations de la société civile ont emboîté le pas, à l'exemple notamment du TAJ et de l'UGTA. Maisun grain de sable est venu gripper cette machine. En effet la position affichéepar un autre parti partisan du Président Bouteflika a suscité moult interrogations. Le MPA, parti que dirige Amara Benyounès, ne s'est pas encore inscritdans cette dynamique. Il préfère attendre un peu pour voir plus clair. Amara Benyounès a soutenu que le conseil national de son parti se prononcera sur laquestion du 5e mandat en automne ou même un peu plus tard encore. Uneposition de "wait and see" qui a ouvert la voie à toutes les spéculations. Certainsont même cru percevoir le recul de l'hypothèse du 5emandat.Ce d'autant qu'unautre parti, affilié à l'opposition celui là, croit savoir lui aussi que l'option d'un 5e mandat s'éloigne de plus en plus.
C'estpourquoi le MSP, puisque c'est de lui qu'il s'agit, a lancé une nouvelle initiativepolitique pour favoriser l'option d'une période de "transition" autour delaquelle la classe politique accréditera un consensus national. C'est dans cette optique qu'Abderazak Makri a rencontré Amara Benyounès et AliBenflis en attendant d'en faire de même avec d'autres leaders politique. Pendant ce temps Ali Benflis, qui ne désespère pas de monter sur la plus haute marche du pouvoir sillonne d'ores et déjà le pays dans ce qui semble être une campagne anticipée.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.