Hôpital mère-enfant de Sétif : ablation d'une tumeur de 20 kg de l'utérus d'une quinquagénaire    Le Premier ministre ordonne de changer le visage des zones d'ombre avant la fin de l'année en cours    Zones d'ombre : près de 12.000 projets de développement enregistrés avec une enveloppe de plus de 200 milliards DA    Un protocole sanitaire préventif dans les établissements scolaires, universitaires et de formation    Covid-19: 488 nouveaux cas, 377 guérisons et 8 décès    Khaled Drareni n'a jamais été détenteur de la carte de presse professionnelle    Des bureaucrates entravent la mise en œuvre du programme du président Tebboune    L'ONU appelée à trouver une solution juste et définitive à la question sahraouie    Réunion FIFA-CAF consacrée à la préparation du retour des activités footballistiques    El Tarf: installation du nouveau procureur général de la Cour de justice    Ressources en eau: la nouvelle loi relative à l'eau fin prête    Prix Katara pour le roman et l'art plastique: des plasticiens algériens primés    Rénover et démystifier le "contrôle" pour optimiser la gestion locale    Tebboune accuse !    Nouvelle mobilisation de milliers de personnes contre le Président Keïta    Le Président visé par une enquête pour financement illégal de campagne    Windhoek rejette l'offre de réparations allemande    Suspension du traité d'extradition avec Paris et Berlin    Kamala Harris comme colistière de Joe Biden    Nouvelle agression militaire israélienne contre Gaza    L'Algérie parmi les premiers pays à avoir dépêché une délégation médicale et des aides au Liban    Ali Haddad transféré vers la prison de Tazoult    Nassim Saâdaoui quitte la prison d'El-Harrach    L'expérience au service de la JSK    À quand la reprise ?    Nivellement par le bas, suite et pas fin !    Pour Toko-Ekambi «tout est possible sur un match»    Boudebouz écarté du stage de Dinard    Hamel condamné à douze ans de prison sur fond d'un nouveau scandale    La traque d'un "sulfureux" général    Le procès Tliba reporté au 2 septembre    La drôle de démarche d'un syndicat    La direction de l'éducation rassure    14 nouveaux départs de feu déclarés    Vers le report de la rentrée    Quand la sardine prend des ailes    Bougie n'a pas illuminé cet été    "Une réelle réflexion doit être engagée sur l'avenir de la culture et des arts"    Le corona met la vie culturelle en berne    Journées nationales du costume algérien sous le thème «Mon costume, ma mémoire, ma culture»    Des Algériens parmi les auteurs les plus attendus    L'esprit joyeux et la sincérité de «Aâmmi Bachir», les secrets de sa notoriété    Dr Fawzi Derrar. Virologue et directeur général de l'Institut Pasteur d'Algérie (IPA) : «Il me paraît peu probable d'avoir un vaccin avant la fin de l'année»    Ligue des champions d'Europe: Sur fond d'opposition de styles    L'apolitique supplante le politique ?    Presse: Il faut crever l'abcès !    Skikda - Programme AADL 2 : les souscripteurs protestent    L'instit, l'obole et la révolution    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les grandes manoeuvres
Election présidentielle 2019
Publié dans Le Midi Libre le 23 - 07 - 2018

Alors qu'il ne reste plus que quelques mois pour la tenue de la prochaine élection présidentielle, prévue au printemps 2019, la scène politique nationale donne la nette impression d'être toute focalisée sur l'évènement.
Alors qu'il ne reste plus que quelques mois pour la tenue de la prochaine élection présidentielle, prévue au printemps 2019, la scène politique nationale donne la nette impression d'être toute focalisée sur l'évènement.
Cet été caniculaire ne semble pas de tout repos pour la classe politiquetant les événements, tournant principalement autour du prochain rendez-vous électoral, s'enchaînent. Autantdire que les grandesmanoeuvres ont bel et bien commencé. La question de la candidature du Président Bouteflika demeure, incontestablement,la pierre angulaire de toute la rhétorique, des déclarations et de positionsdes uns et des autres.
Sera-t-il ouiou non candidat ? Sile principal intéressé garde pour le moment le silence,ses partisans s'activent dans tous lessens et multiplient les appels de pied afin de l'amener à se décider et briguer ainsi un 5e mandat et ce, au moment oùla liste des candidats, à l'exception de celle déjà annoncée de Nacer Boudiaf, lefils du défunt Mohamed Boudiaf, resteencore vierge. Pour revenir aux partisans d'un 5e mandat , c'est incontestablement le FLN qui mène le bal. Le vieux parti a été le premier à se prononcer sur l question. Son secrétaire général , Djamal Ould Abbès, fait le forcing depuis de longs mois déjà donnant l'impressionde mener la campagne avant lalettre. Il a, pour ce faire, mobilisé tout l'appareil du FLN et c'est pourquoi lesappels et les invites en direction du Président Bouteflika se sont multipliés.
Dans la foulée, et après avoir longtemps hésité voire même guerroyé contra le vieux parti sur la question, le RND afini par sortir de son silence en affichant ouvertement son soutien à un 5e mandat. Ahmed Ouyahia, son secrétaire général,a alors inspiré une résolution du conseil national du parti dans ce sens. "Noussommes le premier parti à avoir appeléouvertement le Président à poursuivre sa mission" se vantent même les dirigeants du RND adressant au passage une pique au FLN. Car pour eux, ce parti n'a pasencore réuni sa plus haute instance, à savoir le comité central, pour se positionnerde manière officielle.
D'autres partis et organisations de la société civile ont emboîté le pas, à l'exemple notamment du TAJ et de l'UGTA. Maisun grain de sable est venu gripper cette machine. En effet la position affichéepar un autre parti partisan du Président Bouteflika a suscité moult interrogations. Le MPA, parti que dirige Amara Benyounès, ne s'est pas encore inscritdans cette dynamique. Il préfère attendre un peu pour voir plus clair. Amara Benyounès a soutenu que le conseil national de son parti se prononcera sur laquestion du 5e mandat en automne ou même un peu plus tard encore. Uneposition de "wait and see" qui a ouvert la voie à toutes les spéculations. Certainsont même cru percevoir le recul de l'hypothèse du 5emandat.Ce d'autant qu'unautre parti, affilié à l'opposition celui là, croit savoir lui aussi que l'option d'un 5e mandat s'éloigne de plus en plus.
C'estpourquoi le MSP, puisque c'est de lui qu'il s'agit, a lancé une nouvelle initiativepolitique pour favoriser l'option d'une période de "transition" autour delaquelle la classe politique accréditera un consensus national. C'est dans cette optique qu'Abderazak Makri a rencontré Amara Benyounès et AliBenflis en attendant d'en faire de même avec d'autres leaders politique. Pendant ce temps Ali Benflis, qui ne désespère pas de monter sur la plus haute marche du pouvoir sillonne d'ores et déjà le pays dans ce qui semble être une campagne anticipée.
Cet été caniculaire ne semble pas de tout repos pour la classe politiquetant les événements, tournant principalement autour du prochain rendez-vous électoral, s'enchaînent. Autantdire que les grandesmanoeuvres ont bel et bien commencé. La question de la candidature du Président Bouteflika demeure, incontestablement,la pierre angulaire de toute la rhétorique, des déclarations et de positionsdes uns et des autres.
Sera-t-il ouiou non candidat ? Sile principal intéressé garde pour le moment le silence,ses partisans s'activent dans tous lessens et multiplient les appels de pied afin de l'amener à se décider et briguer ainsi un 5e mandat et ce, au moment oùla liste des candidats, à l'exception de celle déjà annoncée de Nacer Boudiaf, lefils du défunt Mohamed Boudiaf, resteencore vierge. Pour revenir aux partisans d'un 5e mandat , c'est incontestablement le FLN qui mène le bal. Le vieux parti a été le premier à se prononcer sur l question. Son secrétaire général , Djamal Ould Abbès, fait le forcing depuis de longs mois déjà donnant l'impressionde mener la campagne avant lalettre. Il a, pour ce faire, mobilisé tout l'appareil du FLN et c'est pourquoi lesappels et les invites en direction du Président Bouteflika se sont multipliés.
Dans la foulée, et après avoir longtemps hésité voire même guerroyé contra le vieux parti sur la question, le RND afini par sortir de son silence en affichant ouvertement son soutien à un 5e mandat. Ahmed Ouyahia, son secrétaire général,a alors inspiré une résolution du conseil national du parti dans ce sens. "Noussommes le premier parti à avoir appeléouvertement le Président à poursuivre sa mission" se vantent même les dirigeants du RND adressant au passage une pique au FLN. Car pour eux, ce parti n'a pasencore réuni sa plus haute instance, à savoir le comité central, pour se positionnerde manière officielle.
D'autres partis et organisations de la société civile ont emboîté le pas, à l'exemple notamment du TAJ et de l'UGTA. Maisun grain de sable est venu gripper cette machine. En effet la position affichéepar un autre parti partisan du Président Bouteflika a suscité moult interrogations. Le MPA, parti que dirige Amara Benyounès, ne s'est pas encore inscritdans cette dynamique. Il préfère attendre un peu pour voir plus clair. Amara Benyounès a soutenu que le conseil national de son parti se prononcera sur laquestion du 5e mandat en automne ou même un peu plus tard encore. Uneposition de "wait and see" qui a ouvert la voie à toutes les spéculations. Certainsont même cru percevoir le recul de l'hypothèse du 5emandat.Ce d'autant qu'unautre parti, affilié à l'opposition celui là, croit savoir lui aussi que l'option d'un 5e mandat s'éloigne de plus en plus.
C'estpourquoi le MSP, puisque c'est de lui qu'il s'agit, a lancé une nouvelle initiativepolitique pour favoriser l'option d'une période de "transition" autour delaquelle la classe politique accréditera un consensus national. C'est dans cette optique qu'Abderazak Makri a rencontré Amara Benyounès et AliBenflis en attendant d'en faire de même avec d'autres leaders politique. Pendant ce temps Ali Benflis, qui ne désespère pas de monter sur la plus haute marche du pouvoir sillonne d'ores et déjà le pays dans ce qui semble être une campagne anticipée.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.