Le nouveau tsar    Djerad préside une cérémonie de remise des clefs à 1.000 bénéficiaires de logements AADL à Baba Hassen    Chanegriha confirmé au poste de chef d'état-major de l'ANP    Débat virtuel sur le hirak avec Bouchachi et Belkaïd    LE HIRAK EST UN MOUVEMENT DE PROTESTATIONS, DE REVENDICATIONS ET NON UN PARTI POLITIQUE OU UNE COOPTATION DE CERTAINS INDIVIDUS.    Les candidats à l'instance présidentielle connus mardi prochain    Un geste d'apaisement qui en appelle d'autres    Les citoyens ferment le siège de l'APC    Deux navires de Sonatrach mis sous séquestre    Les Syriens et les Français en tête    Disponibilité d'Android 11 Beta sur OPPO Find X2 Series    Le Mali à la croisée des chemins    Ce que risquent l'Algérie, le Maroc et le Rwanda    Le bilan s'alourdit à 89 morts    Le chef du gouvernement tiendra-t-il le coup ?    La Corée du Nord contre tout assouplissement «prématuré» du confinement    Le Président proroge de trois mois le recours à l'armée pour la mise en œuvre du confinement    Les clubs de la Ligue 1 ont cumulé un déficit estimé à 1 000 milliards de centimes    Zidane ne souhaite pas un départ de Messi du Barça    Mohyiddine Kerrache signe pour quatre ans    L'épreuve    28 décès dus à la Covid-19 en 48 heures    Les sapeurs-pompiers en formation    Les médecins critiquent la gestion de la crise    9 décès et 413 nouveaux cas en 24 heures    «L'obstination de certains pour un projet inutile»    L'appel de la terre natale à ses enfants martyrs de la liberté    Décès du poète et parolier Mohamed Angar    Un lectorat espagnol au campus de Béjaïa    Chlef : Le projet des deux trémies toujours en souffrance    Biskra : La Casnos active un portail électronique pour ses affiliés    Chanegriha: le rapatriement des crânes des résistants, un complément aux fondements de la souveraineté nationale    Brèves    Session de l'APW d'Oum El Bouaghi : Radioscopie du secteur éducatif    JSMB : Nacer Yahiaoui n'est plus    Mouloudia d'Alger : La direction fustige la FAF    Taleb Omar appelle à davantage de mobilisation contre l'inaction de l'ONU face aux dépassements de l'occupant    Poésie. Agarruj Yeffren de Mohamed Said Gaci : Un trésor caché    Agression de l'éditeur Karim Chikh : Vague d'indignation sur la toile    Paléontologie : Le jurassique au pied de la cite Malki    Ligues 1 et 2: Encore des divergences sur la reprise    En dépit d'une décision de l'UE: L'Espagne ne rouvrira pas ses frontières aux Algériens    Non respect des mesures préventives contre le Covid 19 : 1034 infractions en un mois    De l'eau pour tous...    L'INDEPENDANCE, LE HIRAK ET LE MAL PROFOND    Adrar: L'ex-député Mohamed Guerrot n'est plus    l'Algérie a honoré sa dette    ONU/CDH: l'Algérie appelle à Genève au respect de la souveraineté des Etats    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Une décision "symbolique"
Retrait du Qatar de l'opep
Publié dans Le Midi Libre le 04 - 12 - 2018

Le Qatar a annoncé hier sa décision de se retirer de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) dès le 1er janvier 2019. L'annonce en a été effectuée par le ministre de l'Energie qatari, Saad al- Kaabi, mettant ainsi fin le mois prochain à un partenariat durant depuis plus d'un demi-siècle.
Le Qatar a annoncé hier sa décision de se retirer de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) dès le 1er janvier 2019. L'annonce en a été effectuée par le ministre de l'Energie qatari, Saad al- Kaabi, mettant ainsi fin le mois prochain à un partenariat durant depuis plus d'un demi-siècle.
Cette "décision reflète le désir du Qatar de se concentrer sur le développementde l'industrie de gaz naturel et de mettre en place les plans, récemment annoncés, d'augmenter la production dupays en gaz naturel liquéfié de 77 à 110millions de tonnes annuelles", a expliqué le ministre qatari cité par Reuters.Saad al-Kaabi a par ailleurs affirmé que"cette décision n'est pas motivée politiquement. Le Qatar fait en effet l'objetd'une rupture des relations diplomatiquesde la part de plusieurs pays du Golfenotamment, menée par l'Arabie saoudite,également leader de facto de l'Opep".
L'annonce du retrait du Qatar de l'Opepintervient à quelques jours seulementd'une réunion cruciale pour le cartel prévueà Vienne afin de décider d'une éventuelleréduction de la production de pétrole visantà contrer la récente baisse des prix. Lescours du pétrole ont perdu plus de 25 % deleur valeur après avoir atteint un pic inéditen quatre ans au début du mois d'octobre.Bien qu'il soit l'un des plus grands producteursde GNL dans le monde, le Qatar estl'un des plus petits producteurs de pétroleau sein de l'Opep. "Quitter l'Opep est unedécision principalement symbolique pourle
Qatar", a estimé Amrita Sen, analysteau cabinet de consulting londonienAspects Ltd. "Sa production de pétrole aété stable avec peu de perspectives d'augmentation",a ajouté l'analyste, citée parBloomberg."Dans notre quête visant à renforcer laposition du Qatar comme un fournisseur d'énergie fiable et digne de confiance à travers le monde, nous avons dû effectuer des étapes pour évaluer le rôle et les contributions du Qatar sur la scène énergétiqueinternationale", a indiqué le ministre de l'Energie qatari. "Il est devenu clair pour nous que réaliser notre stratégie ambitieusedevra requérir plus d'efforts concentrés,d'engagement et de dévouement pour maintenir et renforcer la position du Qatar comme le leader de production de GNL"
, aconclu le ministre. Trois pays ont auparavant quitté l'Opepdans son histoire, rappelle Bloomberg.L'Equateur a quitté le cartel en 1992 aprèsune crise économique et politique avant derevenir en 2007. Le Gabon a quitté l'Opep en 1995 mais y est revenu en 2016. L'Indonésie a, quant à elle, suspendu sonadhésion à l'organisation en 2016 après que le pays soit devenu durant les annéesprécédentes un importateur net de pétrole.
Le pétrole s'envole de plus de 5 % en Asie
Les cours du pétrole s'envolaient hier en Asie de plus de 5% "après la trêve commerciale conclue par Donald Trump et Xi Jinping lors du sommet du G20 à Buenos Aires et l'annonce que Moscou et Ryadh étaient disposés à continuer de limiter leur production", expliquent des analystes.Ainsi, et vers 3h25 GMT, le baril de "light sweet crude"(WTI), référence américaine du brut, pour livraison en janvier, progressait de 2,76 dollars à 53,69 dollars dans les échanges électroniques en Asie. Le baril de Brent, référence européenne, pour livraison en février et dont c'était le premier jour comme contrat de référence, gagnait 2,95 dollars, à 62,41 dollars.
Les mêmes analystes soulignent qu'àBuenos Aires, Washington a notamment décidé de suspendre pour 90 jours l'imposition de nouveaux droits de douane sur 200 milliards de dollars de produits importés de Chine, le temps pour les deux pays de tenter de s'entendre sur des "changements structurels" dans leurs relationscommerciales. Ils notent, de même, que les marchés réagissaient favorablement à l'annonce faite samedi au G20 par le Président russe Vladimir Poutine selon laquelle son pays et l'Arabie saoudite sont disposés à prolonger leur accord de restriction de la production ; un accord arrive en principe à expiration à la fin de l'année. Il convient de rappeler, dans ce contexte, que
L'Organisation des pays exportateurs de pétrole ( et ses partenaires, dont la Russie, lesquels représentent plus de la moitié de la production mondiale, se réunissent cette semaine à Vienne pour en discuter. Il est attendu une réduction de l'ordre d'un million de barils par jour, mais certains jugent que cela ne sera peut-être pas suffisantà faire remonter des cours qui, avant ce rebond, avaient perdu de 30 % depuis début octobr
Cette "décision reflète le désir du Qatar de se concentrer sur le développementde l'industrie de gaz naturel et de mettre en place les plans, récemment annoncés, d'augmenter la production dupays en gaz naturel liquéfié de 77 à 110millions de tonnes annuelles", a expliqué le ministre qatari cité par Reuters.Saad al-Kaabi a par ailleurs affirmé que"cette décision n'est pas motivée politiquement. Le Qatar fait en effet l'objetd'une rupture des relations diplomatiquesde la part de plusieurs pays du Golfenotamment, menée par l'Arabie saoudite,également leader de facto de l'Opep".
L'annonce du retrait du Qatar de l'Opepintervient à quelques jours seulementd'une réunion cruciale pour le cartel prévueà Vienne afin de décider d'une éventuelleréduction de la production de pétrole visantà contrer la récente baisse des prix. Lescours du pétrole ont perdu plus de 25 % deleur valeur après avoir atteint un pic inéditen quatre ans au début du mois d'octobre.Bien qu'il soit l'un des plus grands producteursde GNL dans le monde, le Qatar estl'un des plus petits producteurs de pétroleau sein de l'Opep. "Quitter l'Opep est unedécision principalement symbolique pourle
Qatar", a estimé Amrita Sen, analysteau cabinet de consulting londonienAspects Ltd. "Sa production de pétrole aété stable avec peu de perspectives d'augmentation",a ajouté l'analyste, citée parBloomberg."Dans notre quête visant à renforcer laposition du Qatar comme un fournisseur d'énergie fiable et digne de confiance à travers le monde, nous avons dû effectuer des étapes pour évaluer le rôle et les contributions du Qatar sur la scène énergétiqueinternationale", a indiqué le ministre de l'Energie qatari. "Il est devenu clair pour nous que réaliser notre stratégie ambitieusedevra requérir plus d'efforts concentrés,d'engagement et de dévouement pour maintenir et renforcer la position du Qatar comme le leader de production de GNL"
, aconclu le ministre. Trois pays ont auparavant quitté l'Opepdans son histoire, rappelle Bloomberg.L'Equateur a quitté le cartel en 1992 aprèsune crise économique et politique avant derevenir en 2007. Le Gabon a quitté l'Opep en 1995 mais y est revenu en 2016. L'Indonésie a, quant à elle, suspendu sonadhésion à l'organisation en 2016 après que le pays soit devenu durant les annéesprécédentes un importateur net de pétrole.
Le pétrole s'envole de plus de 5 % en Asie
Les cours du pétrole s'envolaient hier en Asie de plus de 5% "après la trêve commerciale conclue par Donald Trump et Xi Jinping lors du sommet du G20 à Buenos Aires et l'annonce que Moscou et Ryadh étaient disposés à continuer de limiter leur production", expliquent des analystes.Ainsi, et vers 3h25 GMT, le baril de "light sweet crude"(WTI), référence américaine du brut, pour livraison en janvier, progressait de 2,76 dollars à 53,69 dollars dans les échanges électroniques en Asie. Le baril de Brent, référence européenne, pour livraison en février et dont c'était le premier jour comme contrat de référence, gagnait 2,95 dollars, à 62,41 dollars.
Les mêmes analystes soulignent qu'àBuenos Aires, Washington a notamment décidé de suspendre pour 90 jours l'imposition de nouveaux droits de douane sur 200 milliards de dollars de produits importés de Chine, le temps pour les deux pays de tenter de s'entendre sur des "changements structurels" dans leurs relationscommerciales. Ils notent, de même, que les marchés réagissaient favorablement à l'annonce faite samedi au G20 par le Président russe Vladimir Poutine selon laquelle son pays et l'Arabie saoudite sont disposés à prolonger leur accord de restriction de la production ; un accord arrive en principe à expiration à la fin de l'année. Il convient de rappeler, dans ce contexte, que
L'Organisation des pays exportateurs de pétrole ( et ses partenaires, dont la Russie, lesquels représentent plus de la moitié de la production mondiale, se réunissent cette semaine à Vienne pour en discuter. Il est attendu une réduction de l'ordre d'un million de barils par jour, mais certains jugent que cela ne sera peut-être pas suffisantà faire remonter des cours qui, avant ce rebond, avaient perdu de 30 % depuis début octobr


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.