Comment faire du Bouteflika sans Bouteflika    Référendum sur la constitution en Egypte : Un plébiscite pour renforcer le pouvoir d'Al Sissi    Foyers de rougeole à Jijel : Rush sur les centres de vaccination    On vous le dit    Jijel : Des aigles retrouvés morts dans la nature    Décès de l'historienne Annie-Rey Goldzeiguer    Réconciliation historique    Musique : Amgud ula ahriq nouvel album d'Idir Akfadou    49 imams algériens accueillis par la Grande Mosquée de Paris    Football - Ligue 1: Des enjeux énormes pour tout le monde    Ligue 2: Le RCR hors course, l'ESM et l'ASMO en panique    UAFA - Incident entre Raouraoua et Bahloul: La FAF réagit et exige des excuses    Tizi Ouzou, Bouira: Imposantes marches pour le printemps berbère    Une mascarade de plus au détriment de l'intérêt national    Le choix des armes    51 morts sur les routes en une semaine    Pour réclamer leur dû auprès de l'APC d'Oran: Des entreprises privées, chargées des démolitions des habitations protestent    Plusieurs quartiers et cités ciblés par l'opération: Vers la réhabilitation des façades de 433 immeubles    Rencontre des Fédérations de wilaya, aujourd'hui, à Alger: L'UGTA à l'heure du changement    128 millions de mètres cubes: Situation rassurante des réserves en eau    RND: Des dizaines de militants demandent le départ de Ouyahia    Le quart de rôle de Bensalah    Grande-Bretagne : L'hypothèse du "no Brexit" plus probable que celle du Brexit dur    Contestation populaire : Renforcer la cohésion politique    En soutien aux revendications du Hirak populaire : Les avocats poursuivent le boycott des audiences    EDF: Des experts recommandent de réparer les soudures de l'EPR    "Le rôle de leader des Etats-Unis à l'Otan" n'est dû qu'"à la contrainte et au chantage"    Transition politique : Me Brahimi plaide pour la mise en place d'une commission souveraine    Création de zones de pêche réglementées : Pour une exploitation durable de la ressource halieutique    Bourses : L'Europe finit en légère hausse avant le week-end de Pâques    Japon : L'inflation restera sous 2% pendant encore 3 ans, selon la BoJ    CAN-2019 (préparation): Algérie - Mali le 16 juin à Abu Dhabi    FAC : L'AG élective fixée pour le 27 avril    13 présumés auteurs de crimes et délits interpellés    Légère baisse des importations    Sharp, un prototype d'un mobile pliable présenté au Japon    Ould Abbès obtient l'autorisation    Forte explosion et tirs dans le centre de Kaboul    Un 39e anniversaire particulier    Championnats d'Afrique U18 et U20 d'athlétisme.. Médaille d'or pour l'Algérien Ameur    FAC.. L'AG élective fixée au 27 avril    Célébration du mois du patrimoine à Tizi-Ouzou.. Pour la sauvegarde du patrimoine amazigh    Le président américain motive le maréchal Haftar.. Washington soutient la guerre en Libye    La semaine du titre pour le Barça ?    Papicha sur la croisette    L'opposition met l'armée devant le fait accompli    Un milliard d'euros pour Notre-Dame de Paris, combien pour les enfants du Yemen?    Exposition « L'Afrique à la mode » jusqu'au 25 juillet à Alger    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Une décision "symbolique"
Retrait du Qatar de l'opep
Publié dans Le Midi Libre le 04 - 12 - 2018

Le Qatar a annoncé hier sa décision de se retirer de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) dès le 1er janvier 2019. L'annonce en a été effectuée par le ministre de l'Energie qatari, Saad al- Kaabi, mettant ainsi fin le mois prochain à un partenariat durant depuis plus d'un demi-siècle.
Le Qatar a annoncé hier sa décision de se retirer de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) dès le 1er janvier 2019. L'annonce en a été effectuée par le ministre de l'Energie qatari, Saad al- Kaabi, mettant ainsi fin le mois prochain à un partenariat durant depuis plus d'un demi-siècle.
Cette "décision reflète le désir du Qatar de se concentrer sur le développementde l'industrie de gaz naturel et de mettre en place les plans, récemment annoncés, d'augmenter la production dupays en gaz naturel liquéfié de 77 à 110millions de tonnes annuelles", a expliqué le ministre qatari cité par Reuters.Saad al-Kaabi a par ailleurs affirmé que"cette décision n'est pas motivée politiquement. Le Qatar fait en effet l'objetd'une rupture des relations diplomatiquesde la part de plusieurs pays du Golfenotamment, menée par l'Arabie saoudite,également leader de facto de l'Opep".
L'annonce du retrait du Qatar de l'Opepintervient à quelques jours seulementd'une réunion cruciale pour le cartel prévueà Vienne afin de décider d'une éventuelleréduction de la production de pétrole visantà contrer la récente baisse des prix. Lescours du pétrole ont perdu plus de 25 % deleur valeur après avoir atteint un pic inéditen quatre ans au début du mois d'octobre.Bien qu'il soit l'un des plus grands producteursde GNL dans le monde, le Qatar estl'un des plus petits producteurs de pétroleau sein de l'Opep. "Quitter l'Opep est unedécision principalement symbolique pourle
Qatar", a estimé Amrita Sen, analysteau cabinet de consulting londonienAspects Ltd. "Sa production de pétrole aété stable avec peu de perspectives d'augmentation",a ajouté l'analyste, citée parBloomberg."Dans notre quête visant à renforcer laposition du Qatar comme un fournisseur d'énergie fiable et digne de confiance à travers le monde, nous avons dû effectuer des étapes pour évaluer le rôle et les contributions du Qatar sur la scène énergétiqueinternationale", a indiqué le ministre de l'Energie qatari. "Il est devenu clair pour nous que réaliser notre stratégie ambitieusedevra requérir plus d'efforts concentrés,d'engagement et de dévouement pour maintenir et renforcer la position du Qatar comme le leader de production de GNL"
, aconclu le ministre. Trois pays ont auparavant quitté l'Opepdans son histoire, rappelle Bloomberg.L'Equateur a quitté le cartel en 1992 aprèsune crise économique et politique avant derevenir en 2007. Le Gabon a quitté l'Opep en 1995 mais y est revenu en 2016. L'Indonésie a, quant à elle, suspendu sonadhésion à l'organisation en 2016 après que le pays soit devenu durant les annéesprécédentes un importateur net de pétrole.
Le pétrole s'envole de plus de 5 % en Asie
Les cours du pétrole s'envolaient hier en Asie de plus de 5% "après la trêve commerciale conclue par Donald Trump et Xi Jinping lors du sommet du G20 à Buenos Aires et l'annonce que Moscou et Ryadh étaient disposés à continuer de limiter leur production", expliquent des analystes.Ainsi, et vers 3h25 GMT, le baril de "light sweet crude"(WTI), référence américaine du brut, pour livraison en janvier, progressait de 2,76 dollars à 53,69 dollars dans les échanges électroniques en Asie. Le baril de Brent, référence européenne, pour livraison en février et dont c'était le premier jour comme contrat de référence, gagnait 2,95 dollars, à 62,41 dollars.
Les mêmes analystes soulignent qu'àBuenos Aires, Washington a notamment décidé de suspendre pour 90 jours l'imposition de nouveaux droits de douane sur 200 milliards de dollars de produits importés de Chine, le temps pour les deux pays de tenter de s'entendre sur des "changements structurels" dans leurs relationscommerciales. Ils notent, de même, que les marchés réagissaient favorablement à l'annonce faite samedi au G20 par le Président russe Vladimir Poutine selon laquelle son pays et l'Arabie saoudite sont disposés à prolonger leur accord de restriction de la production ; un accord arrive en principe à expiration à la fin de l'année. Il convient de rappeler, dans ce contexte, que
L'Organisation des pays exportateurs de pétrole ( et ses partenaires, dont la Russie, lesquels représentent plus de la moitié de la production mondiale, se réunissent cette semaine à Vienne pour en discuter. Il est attendu une réduction de l'ordre d'un million de barils par jour, mais certains jugent que cela ne sera peut-être pas suffisantà faire remonter des cours qui, avant ce rebond, avaient perdu de 30 % depuis début octobr
Cette "décision reflète le désir du Qatar de se concentrer sur le développementde l'industrie de gaz naturel et de mettre en place les plans, récemment annoncés, d'augmenter la production dupays en gaz naturel liquéfié de 77 à 110millions de tonnes annuelles", a expliqué le ministre qatari cité par Reuters.Saad al-Kaabi a par ailleurs affirmé que"cette décision n'est pas motivée politiquement. Le Qatar fait en effet l'objetd'une rupture des relations diplomatiquesde la part de plusieurs pays du Golfenotamment, menée par l'Arabie saoudite,également leader de facto de l'Opep".
L'annonce du retrait du Qatar de l'Opepintervient à quelques jours seulementd'une réunion cruciale pour le cartel prévueà Vienne afin de décider d'une éventuelleréduction de la production de pétrole visantà contrer la récente baisse des prix. Lescours du pétrole ont perdu plus de 25 % deleur valeur après avoir atteint un pic inéditen quatre ans au début du mois d'octobre.Bien qu'il soit l'un des plus grands producteursde GNL dans le monde, le Qatar estl'un des plus petits producteurs de pétroleau sein de l'Opep. "Quitter l'Opep est unedécision principalement symbolique pourle
Qatar", a estimé Amrita Sen, analysteau cabinet de consulting londonienAspects Ltd. "Sa production de pétrole aété stable avec peu de perspectives d'augmentation",a ajouté l'analyste, citée parBloomberg."Dans notre quête visant à renforcer laposition du Qatar comme un fournisseur d'énergie fiable et digne de confiance à travers le monde, nous avons dû effectuer des étapes pour évaluer le rôle et les contributions du Qatar sur la scène énergétiqueinternationale", a indiqué le ministre de l'Energie qatari. "Il est devenu clair pour nous que réaliser notre stratégie ambitieusedevra requérir plus d'efforts concentrés,d'engagement et de dévouement pour maintenir et renforcer la position du Qatar comme le leader de production de GNL"
, aconclu le ministre. Trois pays ont auparavant quitté l'Opepdans son histoire, rappelle Bloomberg.L'Equateur a quitté le cartel en 1992 aprèsune crise économique et politique avant derevenir en 2007. Le Gabon a quitté l'Opep en 1995 mais y est revenu en 2016. L'Indonésie a, quant à elle, suspendu sonadhésion à l'organisation en 2016 après que le pays soit devenu durant les annéesprécédentes un importateur net de pétrole.
Le pétrole s'envole de plus de 5 % en Asie
Les cours du pétrole s'envolaient hier en Asie de plus de 5% "après la trêve commerciale conclue par Donald Trump et Xi Jinping lors du sommet du G20 à Buenos Aires et l'annonce que Moscou et Ryadh étaient disposés à continuer de limiter leur production", expliquent des analystes.Ainsi, et vers 3h25 GMT, le baril de "light sweet crude"(WTI), référence américaine du brut, pour livraison en janvier, progressait de 2,76 dollars à 53,69 dollars dans les échanges électroniques en Asie. Le baril de Brent, référence européenne, pour livraison en février et dont c'était le premier jour comme contrat de référence, gagnait 2,95 dollars, à 62,41 dollars.
Les mêmes analystes soulignent qu'àBuenos Aires, Washington a notamment décidé de suspendre pour 90 jours l'imposition de nouveaux droits de douane sur 200 milliards de dollars de produits importés de Chine, le temps pour les deux pays de tenter de s'entendre sur des "changements structurels" dans leurs relationscommerciales. Ils notent, de même, que les marchés réagissaient favorablement à l'annonce faite samedi au G20 par le Président russe Vladimir Poutine selon laquelle son pays et l'Arabie saoudite sont disposés à prolonger leur accord de restriction de la production ; un accord arrive en principe à expiration à la fin de l'année. Il convient de rappeler, dans ce contexte, que
L'Organisation des pays exportateurs de pétrole ( et ses partenaires, dont la Russie, lesquels représentent plus de la moitié de la production mondiale, se réunissent cette semaine à Vienne pour en discuter. Il est attendu une réduction de l'ordre d'un million de barils par jour, mais certains jugent que cela ne sera peut-être pas suffisantà faire remonter des cours qui, avant ce rebond, avaient perdu de 30 % depuis début octobr


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.