Enquête au FLN    «Les problèmes sécuritaires n'ont pas empêché l'avancement»    Les ambitions du ministère de l'Agriculture    L'électrique à portée de tous    La mobilité de demain    Et un million pour la 2008 !    Baghdad Bounedjah sacré    Tahrat forfait face à la Gambie    Le programme arrêté    Les localités touchées par la fièvre aphteuse demandent des quotas de vaccins en urgence    Bataille de communication    La perte, la peur et le mystère des yeux bandés    ACTUCULT    Les écrivains et les écrevisses    Tunisie, Une démocratisation au-dessus de tout soupçon ?    L'Algérie au coeur d'un ouvrage de référence paru à Washington    Hydrocarbures: l'Algérie possède des capacités importantes de production    Zaalane appelle à accorder “la priorité absolue” à l'entretien des routes    Le pays est surendetté et en état de faillite : La contestation sociale gagne le Zimbabwe    La CPI lave de tout soupçon l'ex-président ivoirien : Laurent Gbagbo acquitté    Le retour de Boudiaf    Expositions, conférences et ateliers à Bouira    Football - Mercato d'hiver: Une transhumance aux résultats incertains    LFP - Réunion demain pour présenter le nouveau SG    Ballon carré    Education: 2 500 enseignants au concours de promotion    Bouira- Monoxyde de carbone : trois personnes sauvées de la mort    Grippe saisonnière: Le ministère de la Santé rappelle la nécessité de se faire vacciner    Importation de blé: Moscou évincera-t-il Paris du marché algérien ?    L'Alliance présidentielle dans l'expectative    En visite à Alger : Bedoui appelle à la création de délégations au niveau des nouvelles circonscriptions administratives    Un crime odieux pour 200 euros !    Des responsables limogés    Le nœud syrien sera-t-il dénoué sans les USA?    Algérie -Afrique du Sud : Signature d'une feuille de route pour renforcer la coopération économique et commerciale    Ligue des champions (2e J/ Gr.D) Al-Ahly du Caire : Forfait de cinq joueurs égyptiens face à la JS Saoura    Le président du Parlement libéré après avoir été brièvement détenu    Priorité de tous : le bien-être du peuple    10èmes Journées internationales du Marketing Touristique : La "destination Algérie"… le défi de 2019    6 productions en compétition    Un aboutissement de la revendication identitaire    MASCARA : Découverte de 15 bombes artisanales à Maoussa    TIERS PRESIDENTIEL : Report de l'installation des nouveaux sénateurs    FFS : vers le rejet de la présidentielle    Makri candidat ?    Anniversaire ... en prison    L'énigme Hamrouche    CAN-2019 : Le tirage au sort de la phase finale début avril    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Répression meurtrière à la suite de manifestations de l'opposition
Togo
Publié dans Le Midi Libre le 13 - 12 - 2018

Au moins quatre morts au Togo. C'est le dernier bilan de la répression policière. Deux hommes auraient été tuéspar balle lundi matin à Sokodé, fief del'un des principaux partis d'opposition dans le centre du pays.
Au moins quatre morts au Togo. C'est le dernier bilan de la répression policière. Deux hommes auraient été tuéspar balle lundi matin à Sokodé, fief del'un des principaux partis d'opposition dans le centre du pays.
Deux autrespersonnes sont mortes durant le weekendlors d'affrontement avec les forcesde l'ordre à Lomé en raison d'une tentativede manifestation avortée.L'opposition dénonce ces violences etdemande le report du scrutin législatifprévu fin décembre.
Deux personnes ont été tuées lundi 10décembre à Sokodé, fief de l'un desprincipaux partis d'opposition dans lecentre du Togo, portant le bilan à aumoins quatre morts depuis samedi,journée de violences entre les forcesde sécurité et partisans de l'opposition.28 manifestants ont été interpellés, a précisé le gouvernement, dans un communiqué publié samedi soir. Ces manifestations interviennent après un an de crise politique et l'échec des négociations entre le pouvoir et l'opposition, sous l'égide de la CEDEAO. (Communauté Economique des Etats d'Afrique de l'Ouest). La coalition de 14 partis d'opposition boycotte les prochaines législatives prévues le 20 décembre, dénonçant des "irrégularités" dans leur préparation, et avait appelé à des manifestations pendant une dizaine de jours à partir de samedi pour exiger l'arrêt du processus électoral. Ces manifestations ont été interdites par le gouvernement qui
a évoqué l "risque très élevé de troubles graves à l'ordre public" alors que la campagne électorale a démarré mardi 4 décembre. Le pays traverse une grave crise politique depuis plus d'un an, avec des manifestations massives pour réclamer la démission du président Faure Gnassingbé. Ce dernier a succédé en 2005 à son père qui avait dirigé le Togo d'une main de fer pendant 38 ans.
Deux autrespersonnes sont mortes durant le weekendlors d'affrontement avec les forcesde l'ordre à Lomé en raison d'une tentativede manifestation avortée.L'opposition dénonce ces violences etdemande le report du scrutin législatifprévu fin décembre.
Deux personnes ont été tuées lundi 10décembre à Sokodé, fief de l'un desprincipaux partis d'opposition dans lecentre du Togo, portant le bilan à aumoins quatre morts depuis samedi,journée de violences entre les forcesde sécurité et partisans de l'opposition.28 manifestants ont été interpellés, a précisé le gouvernement, dans un communiqué publié samedi soir. Ces manifestations interviennent après un an de crise politique et l'échec des négociations entre le pouvoir et l'opposition, sous l'égide de la CEDEAO. (Communauté Economique des Etats d'Afrique de l'Ouest). La coalition de 14 partis d'opposition boycotte les prochaines législatives prévues le 20 décembre, dénonçant des "irrégularités" dans leur préparation, et avait appelé à des manifestations pendant une dizaine de jours à partir de samedi pour exiger l'arrêt du processus électoral. Ces manifestations ont été interdites par le gouvernement qui
a évoqué l "risque très élevé de troubles graves à l'ordre public" alors que la campagne électorale a démarré mardi 4 décembre. Le pays traverse une grave crise politique depuis plus d'un an, avec des manifestations massives pour réclamer la démission du président Faure Gnassingbé. Ce dernier a succédé en 2005 à son père qui avait dirigé le Togo d'une main de fer pendant 38 ans.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.