Un délai de 3 mois pour la mise en place d'un gouvernement civil    Al-Sarraj dénonce le soutien «non proportionné» de la France à Haftar    Belfodil dans l'équipe type de la 30e journée    Le Nasr Es-senia vise la Ligue 2 à court terme    Ll'Algérie se plus chère sélection africaine présente en phase finale    Saisie d'armes à feu, d'une quantité de munitions et arrestation de trois personnes    Semaine de la critique riche en premiers films    Après Bouteflika, Gaïd-Salah : ces incorrigibles professionnels du « soutien »    Rassemblement des souscripteurs aux 200 LPA    Le discours de Gaïd Salah revu et corrigé    L'indépendance de la justice en question    "Libérez immédiatement M. Rebrab !"    Le CC du FLN finit en queue de poisson    Les Belouizdadis visent la finale    Mellal, en "président" populaire du MCO    Pour "la primauté du politique sur le militaire"    Des habitants de la Casbah protestent devant la wilaya    Washington menace ses alliés    Café littéraire de Bouzeguène : Blocage de la subvention par la wilaya    Les étudiants toujours mobilisés    Mascara: Ils dépouillaient les voitures    Préparatifs des JM 2021 à Aïn El Turk: Une campagne de sensibilisation pour un séjour agréable aux hôtes de l'Algérie    Les marchés couverts non exploités gérés par l'entreprise du marché de gros: La priorité aux jeunes activant dans l'informel    Oran : Les avocats marchent contre le système    Importation: Une centaine de produits exclus du DAPS    Ettrefehnâ !    Constantine - Un riche programme culturel pour le ramadhan    Etudiants et enseignants au rendez-vous    Tabbou fidèle à ses positions    Barbari Kheiredine seul candidat    Fédération algérienne de tir sportif : Abdrezzak Lazreg élu nouveau président    Le parcours de la 5e édition détaillé    Ould Abbès et Barkat dans le collimateur de la justice    Les armées des pays du lac Tchad intensifient leurs actions    Les rebelles disent frapper des cibles "stratégiques" en Arabie    Un humoriste comédien à la tête de l'Ukraine    Palestine: Soutien financier de la Ligue arabe face aux mesures de rétorsion d'Israël    Toujours déterminés    Une policière tuée dans son domicile    Ramadhan: Programme de sensibilisation pour la prévention des complications des maladies chroniques    Utiliser "le leadership de la Russie" à l'Onu pour aider l'Afrique à se développer?    Huawei lance le 2ème smartphone assemblé en Algérie    L'Algérie va connaître ses ambassadeurs au VivaTechnology    La solidarité en perspective du Ramadhan    "Seul l'avenir de l'Algérie nous importe"    Programme enfant    Hirak du 22 février: l'appel aux sociologues lancé    L'onda avoue son impuissance    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La réforme avec peu de ressources
Ouyahia face à la crise financiére
Publié dans Le Midi Libre le 22 - 12 - 2018

La situation financière reste tendue en Algérie. La feuille de route du Premier ministre, Ahmed Ouyahia, est de poursuivre les réformes tout en misant sur la réduction de la dépense publique et le plan de rationalisation budgétaire. Un défi dont le pari reste risqué, dans le contexte actuel.
La situation financière reste tendue en Algérie. La feuille de route du Premier ministre, Ahmed Ouyahia, est de poursuivre les réformes tout en misant sur la réduction de la dépense publique et le plan de rationalisation budgétaire. Un défi dont le pari reste risqué, dans le contexte actuel.
Le Premier ministre est connu pour être un partisan ferme de la politiquede l'austérité. Face aux tensionsfinancières que fait face l'Algérie danscette conjoncture, il ne sera pas nouveaude considérer, que le Premier ministreappliquera à la lettre les recommandationsdu Chef de l'Etat. Dans sa dernière déclarationpublique, le Premier ministre avaitsouligné "la nécessité de poursuivre la réforme de la politique publique de l'Etat", tout en se montrant laconique sur les détails. Mais, selon ce qui a été perçu dansson message, le Premier ministre ne présagepas de chambouler le calendrier de cesréformes. Une source proche du gouvernement indique, que le Premier ministre aura à poursuivre la politique de restrictions surles importations les plus coûteuses, maissans trop brider sur les rennes.
La réductiondu budget de l'Etat se fera en faveur dela rationalisation et des coupes budgétaires, pour l'administration et les institutionspubliques. Sur ce plan, il n'y a riende nouveau sauf que le gouvernement,sous la conduite de Ouyahia, sera soumisà rude épreuve de par le contexte qui voitla réduction drastique des recettes deshydrocarbures, et la difficulté à promouvoirles grands chantiers dont quelques unssont à l'arrêt. Pour trouver une solutiontemporaire, le chef de l'Exécutif a laisséentendre, que "des options sur le financementnon conventionnel sont ouvertes" Pour drainer les capitaux, l'appel auxinvestisseurs privés et à leur épargne, sembleêtre la "voie royale", pour apporter unsouffle à l'économie nationale. Le Premierministre rassure le patronat sur le droit de préemption et la règle 51/49, qui ne serontpas remis en cause. Le gage est donné les patrons d'entreprises qui se plaignaient d'une "mollesse" de la part de ceux qui l'ont précédé.
Le temps n'est plus en termes d'hésitations, là où les observateurs de la scène politique s'accordent à la qualifier de "difficile", le Premier ministre a peu de marge de manoeuvre devant lui, si les prix du pétrole se mettront à baisser, au-delà de leur niveau souhaité. Il devra convaincre ses partenaires sociaux sur le cap à prendre, et traduire sur le terrain un gage de stabilité avec notamment, la "paix sociale" qui doit figurer en bon ordre, face aux menaces d'une explosion sociale qu'agitent de larges pans de la société. L'Etat continuera à "piocher" sur les réserves de change sans pour autant dépasserun certain seuil qui le mettrait dans une ituation inextricable. Pour certaines voix alarmistes, c'est la crainte de voir ainsi les ressources se tarir, sans qu'il y ait de précautions à prendre. La situation reste complexe, mais les atouts que possèdent l'Algérie sur le plan économique doivent être exploités, sinon il faudra espérer une accélération dans leur cadence.
Le tableau n'est pas aussi sombre si ces options pourront sortir l'Etat de son impasse budgétaire. La situation peut s'inverser, si la politique de diversification économique prendrait un tournant sérieux, dans lamesure à ajouter d'autres recettes que l'Etat en a besoin précieusement.
Le Premier ministre est connu pour être un partisan ferme de la politiquede l'austérité. Face aux tensionsfinancières que fait face l'Algérie danscette conjoncture, il ne sera pas nouveaude considérer, que le Premier ministreappliquera à la lettre les recommandationsdu Chef de l'Etat. Dans sa dernière déclarationpublique, le Premier ministre avaitsouligné "la nécessité de poursuivre la réforme de la politique publique de l'Etat", tout en se montrant laconique sur les détails. Mais, selon ce qui a été perçu dansson message, le Premier ministre ne présagepas de chambouler le calendrier de cesréformes. Une source proche du gouvernement indique, que le Premier ministre aura à poursuivre la politique de restrictions surles importations les plus coûteuses, maissans trop brider sur les rennes.
La réductiondu budget de l'Etat se fera en faveur dela rationalisation et des coupes budgétaires, pour l'administration et les institutionspubliques. Sur ce plan, il n'y a riende nouveau sauf que le gouvernement,sous la conduite de Ouyahia, sera soumisà rude épreuve de par le contexte qui voitla réduction drastique des recettes deshydrocarbures, et la difficulté à promouvoirles grands chantiers dont quelques unssont à l'arrêt. Pour trouver une solutiontemporaire, le chef de l'Exécutif a laisséentendre, que "des options sur le financementnon conventionnel sont ouvertes" Pour drainer les capitaux, l'appel auxinvestisseurs privés et à leur épargne, sembleêtre la "voie royale", pour apporter unsouffle à l'économie nationale. Le Premierministre rassure le patronat sur le droit de préemption et la règle 51/49, qui ne serontpas remis en cause. Le gage est donné les patrons d'entreprises qui se plaignaient d'une "mollesse" de la part de ceux qui l'ont précédé.
Le temps n'est plus en termes d'hésitations, là où les observateurs de la scène politique s'accordent à la qualifier de "difficile", le Premier ministre a peu de marge de manoeuvre devant lui, si les prix du pétrole se mettront à baisser, au-delà de leur niveau souhaité. Il devra convaincre ses partenaires sociaux sur le cap à prendre, et traduire sur le terrain un gage de stabilité avec notamment, la "paix sociale" qui doit figurer en bon ordre, face aux menaces d'une explosion sociale qu'agitent de larges pans de la société. L'Etat continuera à "piocher" sur les réserves de change sans pour autant dépasserun certain seuil qui le mettrait dans une ituation inextricable. Pour certaines voix alarmistes, c'est la crainte de voir ainsi les ressources se tarir, sans qu'il y ait de précautions à prendre. La situation reste complexe, mais les atouts que possèdent l'Algérie sur le plan économique doivent être exploités, sinon il faudra espérer une accélération dans leur cadence.
Le tableau n'est pas aussi sombre si ces options pourront sortir l'Etat de son impasse budgétaire. La situation peut s'inverser, si la politique de diversification économique prendrait un tournant sérieux, dans lamesure à ajouter d'autres recettes que l'Etat en a besoin précieusement.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.