7 astuces pour brûler des graisses et gagner en muscles avec l'alimentation    PSG-OM : Neymar accusé à son tour de propos racistes    Les importateurs face à leur destin    Mines: Vers la création de 95 petites entreprises d'exploration d'or    Entretiens marathons de Boukadoum à Bamako: L'Algérie au chevet du Mali    Retrouver la grandeur américaine    Abdelmadjid Tebboune: «Partenaires de l'UE mais pas au détriment de notre économie»    COLERES ET ENTORSES    El-Bayadh: Un nouveau complexe sportif bientôt en chantier    US Biskra: Une instabilité chronique    Ain El Kerma: Découverte d'un troisième cadavre rejeté par la mer    Tlemcen: Trois SG de daïra et un ex-médiateur de wilaya promus    Tébessa: Trois morts dans une collision    L'icone du malouf Hamdi Bennani n'est plus    «Khayrek sbaq»    Tebboune annonce des législatives anticipées    L'Algérie a opté pour "la protection du citoyen"    Les contaminations sous la barre des 200    Communiqué du Conseil des ministres    La cause palestinienne est "sacrée pour le peuple algérien"    Un ramassis de clichés et de mensonges    La société civile devenue un "partenaire essentiel et permanent" dans le développement local    LE PRESIDENT TEBBOUNE AFFIRME : ‘'Il est temps d'opérer le changement''    Le procès en appel d'Ali Haddad reporté au 27 septembre    ILLIZI : Installation du commissaire d'Etat près le tribunal administratif    La Fondation Matoub Lounes este en justice Noureddine Khettal    RECUPERATION DES RESTES MORTUAIRES DES RESISTANTS : L'Algérie ne renoncera point à la question    La chaîne française M6 interdite d'opérer en Algérie    Lutte contre l'imigration clandestine: 485 personnes sauvées dans les eaux territoriales algériennes    Mines: La production nationale d 'or ne dépassera pas 58 kg en 2020    Mali: le médiateur de la Cédéao en visite à Bamako ce mercredi    Hamdi Bennani, un des meilleurs ambassadeurs de la chanson Malouf sur la scène internationale    Al Ahli a pris sa décision finale pour Belaili    Ighil prolonge d'une année    Le timing se précise    Un terroriste abattu et un pistolet mitrailleur récupéré à Jijel    Timide reprise des cours    La colère des transporteurs    Une opportunité de relance économique du secteur    La production pétrolière reprend sur plusieurs sites en Libye    La répression israélienne s'intensifie    La pénurie de liquidités en Algérie : Un défi macroéconomique qui requiert un plan global et cohérent de mesures    Le plan de relance en quête de mode d'emploi et de moyens : Entre les urgences de l'heure et les défis de la transformation économique    Boukaroum exclu de l'AG    Un espace de coworking ouvre ses portes à Tizi Ouzou    USM Bel Abbès : Le club de la Mekerra peine à garder ses cadres    Rosthom Fadhli, nouveau gouverneur de la Banque d'Algérie    L'Arabie saoudite va-t-elle suivre ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La réforme avec peu de ressources
Ouyahia face à la crise financiére
Publié dans Le Midi Libre le 22 - 12 - 2018

La situation financière reste tendue en Algérie. La feuille de route du Premier ministre, Ahmed Ouyahia, est de poursuivre les réformes tout en misant sur la réduction de la dépense publique et le plan de rationalisation budgétaire. Un défi dont le pari reste risqué, dans le contexte actuel.
La situation financière reste tendue en Algérie. La feuille de route du Premier ministre, Ahmed Ouyahia, est de poursuivre les réformes tout en misant sur la réduction de la dépense publique et le plan de rationalisation budgétaire. Un défi dont le pari reste risqué, dans le contexte actuel.
Le Premier ministre est connu pour être un partisan ferme de la politiquede l'austérité. Face aux tensionsfinancières que fait face l'Algérie danscette conjoncture, il ne sera pas nouveaude considérer, que le Premier ministreappliquera à la lettre les recommandationsdu Chef de l'Etat. Dans sa dernière déclarationpublique, le Premier ministre avaitsouligné "la nécessité de poursuivre la réforme de la politique publique de l'Etat", tout en se montrant laconique sur les détails. Mais, selon ce qui a été perçu dansson message, le Premier ministre ne présagepas de chambouler le calendrier de cesréformes. Une source proche du gouvernement indique, que le Premier ministre aura à poursuivre la politique de restrictions surles importations les plus coûteuses, maissans trop brider sur les rennes.
La réductiondu budget de l'Etat se fera en faveur dela rationalisation et des coupes budgétaires, pour l'administration et les institutionspubliques. Sur ce plan, il n'y a riende nouveau sauf que le gouvernement,sous la conduite de Ouyahia, sera soumisà rude épreuve de par le contexte qui voitla réduction drastique des recettes deshydrocarbures, et la difficulté à promouvoirles grands chantiers dont quelques unssont à l'arrêt. Pour trouver une solutiontemporaire, le chef de l'Exécutif a laisséentendre, que "des options sur le financementnon conventionnel sont ouvertes" Pour drainer les capitaux, l'appel auxinvestisseurs privés et à leur épargne, sembleêtre la "voie royale", pour apporter unsouffle à l'économie nationale. Le Premierministre rassure le patronat sur le droit de préemption et la règle 51/49, qui ne serontpas remis en cause. Le gage est donné les patrons d'entreprises qui se plaignaient d'une "mollesse" de la part de ceux qui l'ont précédé.
Le temps n'est plus en termes d'hésitations, là où les observateurs de la scène politique s'accordent à la qualifier de "difficile", le Premier ministre a peu de marge de manoeuvre devant lui, si les prix du pétrole se mettront à baisser, au-delà de leur niveau souhaité. Il devra convaincre ses partenaires sociaux sur le cap à prendre, et traduire sur le terrain un gage de stabilité avec notamment, la "paix sociale" qui doit figurer en bon ordre, face aux menaces d'une explosion sociale qu'agitent de larges pans de la société. L'Etat continuera à "piocher" sur les réserves de change sans pour autant dépasserun certain seuil qui le mettrait dans une ituation inextricable. Pour certaines voix alarmistes, c'est la crainte de voir ainsi les ressources se tarir, sans qu'il y ait de précautions à prendre. La situation reste complexe, mais les atouts que possèdent l'Algérie sur le plan économique doivent être exploités, sinon il faudra espérer une accélération dans leur cadence.
Le tableau n'est pas aussi sombre si ces options pourront sortir l'Etat de son impasse budgétaire. La situation peut s'inverser, si la politique de diversification économique prendrait un tournant sérieux, dans lamesure à ajouter d'autres recettes que l'Etat en a besoin précieusement.
Le Premier ministre est connu pour être un partisan ferme de la politiquede l'austérité. Face aux tensionsfinancières que fait face l'Algérie danscette conjoncture, il ne sera pas nouveaude considérer, que le Premier ministreappliquera à la lettre les recommandationsdu Chef de l'Etat. Dans sa dernière déclarationpublique, le Premier ministre avaitsouligné "la nécessité de poursuivre la réforme de la politique publique de l'Etat", tout en se montrant laconique sur les détails. Mais, selon ce qui a été perçu dansson message, le Premier ministre ne présagepas de chambouler le calendrier de cesréformes. Une source proche du gouvernement indique, que le Premier ministre aura à poursuivre la politique de restrictions surles importations les plus coûteuses, maissans trop brider sur les rennes.
La réductiondu budget de l'Etat se fera en faveur dela rationalisation et des coupes budgétaires, pour l'administration et les institutionspubliques. Sur ce plan, il n'y a riende nouveau sauf que le gouvernement,sous la conduite de Ouyahia, sera soumisà rude épreuve de par le contexte qui voitla réduction drastique des recettes deshydrocarbures, et la difficulté à promouvoirles grands chantiers dont quelques unssont à l'arrêt. Pour trouver une solutiontemporaire, le chef de l'Exécutif a laisséentendre, que "des options sur le financementnon conventionnel sont ouvertes" Pour drainer les capitaux, l'appel auxinvestisseurs privés et à leur épargne, sembleêtre la "voie royale", pour apporter unsouffle à l'économie nationale. Le Premierministre rassure le patronat sur le droit de préemption et la règle 51/49, qui ne serontpas remis en cause. Le gage est donné les patrons d'entreprises qui se plaignaient d'une "mollesse" de la part de ceux qui l'ont précédé.
Le temps n'est plus en termes d'hésitations, là où les observateurs de la scène politique s'accordent à la qualifier de "difficile", le Premier ministre a peu de marge de manoeuvre devant lui, si les prix du pétrole se mettront à baisser, au-delà de leur niveau souhaité. Il devra convaincre ses partenaires sociaux sur le cap à prendre, et traduire sur le terrain un gage de stabilité avec notamment, la "paix sociale" qui doit figurer en bon ordre, face aux menaces d'une explosion sociale qu'agitent de larges pans de la société. L'Etat continuera à "piocher" sur les réserves de change sans pour autant dépasserun certain seuil qui le mettrait dans une ituation inextricable. Pour certaines voix alarmistes, c'est la crainte de voir ainsi les ressources se tarir, sans qu'il y ait de précautions à prendre. La situation reste complexe, mais les atouts que possèdent l'Algérie sur le plan économique doivent être exploités, sinon il faudra espérer une accélération dans leur cadence.
Le tableau n'est pas aussi sombre si ces options pourront sortir l'Etat de son impasse budgétaire. La situation peut s'inverser, si la politique de diversification économique prendrait un tournant sérieux, dans lamesure à ajouter d'autres recettes que l'Etat en a besoin précieusement.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.