Soudan, une troisième révolution ?    Ce que veut la rue, en Algérie    Me Bouchachi favorable à un accompagnement de la période de la transition par l'ANP    Un inconnu à la tête du Conseil constitutionnel    L'AGEx de la FAC aujourd'hui à Ghermoul    Yemma Gouraya, dix ans plus tard !    Ghorbal, Gourari et Etchiali retenus    Des étudiants interpellés à l'intérieur de la faculté de droit    Stress, le nouvel ennemi de la peau    Gâteaux au café    Aucune baisse    Pas question d'en rester là ! (fin)    Ahmed Malek, le «Ennio Morricone algérien»    L'écrivain et dramaturge Aziz Chouaki n'est plus    Crise libyenne : Consternation et horreur à Tripoli    Contestation au Soudan : Omar El Béchir jeté en prison    Le géant «peuple» viendra à bout du nain «système»    Division nationale Amateur - Ouest: Six clubs sous la menace de la relégation    Sit-in des syndicalistes du CMT devant le siège de l'UGTA    La catastrophe de Notre-Dame de Paris    Projets du groupe Cevital bloqués: Rebrab entendu par la Gendarmerie    Solidarité Ramadhan: Des virements CCP pour 1.100 familles démunies    Bilan des différents services des urgences du CHUO: 16.293 consultations et 2.039 hospitalisations durant le mois dernier    Ils ont déposé des dossiers de logements depuis plusieurs années: Les mal-logés des quartiers populaires interpellent le wali    Ils demandent le départ du sytème: Les avocats protestent    Audiovisuel: L'ARAV appelle au respect des principes de déontologie et de service public    Division nationale Amateur - Est: L'USM Khenchela repasse en tête !    Division nationale Amateur - Centre: L'ESBA et le RCA ne se lâchent plus    LES ENVAHISSEURS    Système éducatif et deuxième République...    Compagnie aérienne : Tassili Airlines rouvre sa ligne Strasbourg-Oran    Forum Russie-Monde arabe: La sécurité et la stabilité en tête des priorités    Pourquoi le KGB n'a pas pu empêcher l'effondrement de l'URSS    Exportation hors-hydrocarbures: Un cadre juridique propice est nécessaire    Présidentielle du 4 juillet : Les partis de l'opposition n'y participeront pas    La solution la plus douce politiquement à la crise    Afin de booster le climat d'affaires local : Les Douanes se dotent d'un nouveau système d'information    L'ANP veille "sans répit"    Les précisions du gouvernement    Le groupe Benamor se disculpe    Youm El îlm.. Hommage à Benbadis à Constantine    Arrivés de Libye.. Onze diplomates français armés arrêtés en Tunisie    USM Alger Rebbouh Haddad : «Céder les actions du club ? Ce ne sont que des spéculations»    Après le report de la 26e journée de la Ligue 1 au 21 avril.. La demi-finale JSMB-ESS décalée au 25 avril    Relizane.. Boissons alcoolisées saisies    Boumerdès.. Préparatifs pour la réussite de la saison estivale    Soudan : L'UA lance un ultimatum aux militaires    Lancement à Paris d'un certificat international    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'Algérie refoule une cargaison de blé argentin
Pour un défaut de qualité
Publié dans Le Midi Libre le 06 - 01 - 2019

L'Algérie a refoulé une cargaison de blé en provenance d'Argentine, pour un défaut de qualité, a rapporté l'agence Reuters. Le blé expédié vers l'Algérie était "en-dessous des standards de qualité contractuels", selon l'agence qui cite ArgenTrigo, Chambre argentine de l'industrie du blé.
L'Algérie a refoulé une cargaison de blé en provenance d'Argentine, pour un défaut de qualité, a rapporté l'agence Reuters. Le blé expédié vers l'Algérie était "en-dessous des standards de qualité contractuels", selon l'agence qui cite ArgenTrigo, Chambre argentine de l'industrie du blé.
Contenusur le marché, une récolte de 19 millions de tonnes.La partie argentine a expliqué, que ce rejetest un "cas isolé", affirmant que "le bléargentin est généralement en bon état". Leblé a été expédié par l'entreprise chinoiseCOFCO, spécialisée dans le transport decéréales. "C'était une expédition deCOFCO, et le problème est que le blén'était pas dans un excellent état. Il étaitdéjà à moitié-germé, lorsque la cargaison aété chargée", a reconnu DavidHughes,
présidentd'ArgenTrigo, cité par Reuters.L'Algérie est le deuxième plus grand clientpour le blé argentin. En 2018, 900.000tonnes de blé ont été importés de ce pays,pour une valeur de 160 millions de dollars.De même sources, on apprend que lescontrôles des céréales, au niveau du portalgérien, ont permis aux autorités algériennesde détecter que la cargaison enquestion, ne répondait pas aux normes prérequises.De même source, la compagnie propriétairedu blé, Cofco, aurait exporté vers l'Algérie un blé de faible qualité. La teneuren farine qui résulte de cette cargaison, estfaiblement panifiable. Ce qui altère la fermentationet la cuisson de la farine enquestion. Un argument suffisant, pour
refuser la cargaison livrée. Seule explication plausible pour les médias argentins, c'est que l'entreprise en question aurait exporté un blé qui a germé au cours de la traversée. On signale, dans ce sillage, que la céréaliculture en Argentine a souffert d'une pluviométrie abondante, courant octobre et novembre, une situation qui a affecté la qualité des récoltes. La presse argentine s'interroge, cependant, sur l'impact de cet incident sur les prochaines cargaisons prévues. De même source, on estime les exportations argentines en blé, à 2,8 milliards de dollars.
Les Argentins craignent que le scénario de la cargaison rejetée par Alger, ne se reproduise pour leurs prochaines livraisons. A noter que l'Algérie a affirmé sa volonté de diversifier ses fournisseurs en blé. La Russie avait annoncé la presse en octobre dernier, serait à la têtedes futurs fournisseurs de l'Algérie.
L'Algérie a importé 3,2 millions de tonnes de l'UE
L'Algérie a importé de l'Union européenne, 3,2 millions de tonnes de blé tendre, durant la campagne 2017/2018, selon le dernier bilan de France Agrimer. Près de 98% de cette quantité est importée de France. Durant la campagne 2016-2017, la quantité importée de l'UE était de 3,5 millionsde tonnes, selon la même source. Quant aux importations de blé dur, elles ont atteint 57.622 tonnes durant la campagne 2017-2018, soit 100% de France.
Pour l'orge, l'UE a exporté vers l'Algérie une quantité de 318.215 tonnes durant la même campagne. Pour rappel, lAlgérie avait importé de l'Europe une quantité de 2,4 millions de tonnes de blé tendre, durant les six mois de la campagne 2017- 2018 contre 2,9 millions de tonnes de blé tendre durant les six mois de la campagne 2016-2017, selon les services douaniers français. Quant au blé dur, l'Algérie a importé 34.998 tonnes durant les six mois de la campagne 2016-2017, alors que durant la campagne 2017-2018, elle a importé une quantité de 32 546 tonnes, toujours selon la même source. Notons également qu'en avril dernier, l'Office algérien interprofessionnel des
(Oaic), a acheté 388.000 tonnes de meunier, pour une facture d'achatautour de 90 millions de dollars. Ce n'est que le dixième des besoins du pays, selon l'Oaic, qui ne trouve le choix que d'aller vers le marché international pour d'autres approvisionnements à l'issue de la campagne céréalière de cette année. L'Algériedemeure un des plus grands importateurs de céréales au monde. Rien que durant les deux premiers mois de 2018, notre pays en a importé pour 542,8 millions de dollars contre 530,6 millions de dollars (+2,3%),durant la même période de l'année passée.
Contenusur le marché, une récolte de 19 millions de tonnes.La partie argentine a expliqué, que ce rejetest un "cas isolé", affirmant que "le bléargentin est généralement en bon état". Leblé a été expédié par l'entreprise chinoiseCOFCO, spécialisée dans le transport decéréales. "C'était une expédition deCOFCO, et le problème est que le blén'était pas dans un excellent état. Il étaitdéjà à moitié-germé, lorsque la cargaison aété chargée", a reconnu DavidHughes,
présidentd'ArgenTrigo, cité par Reuters.L'Algérie est le deuxième plus grand clientpour le blé argentin. En 2018, 900.000tonnes de blé ont été importés de ce pays,pour une valeur de 160 millions de dollars.De même sources, on apprend que lescontrôles des céréales, au niveau du portalgérien, ont permis aux autorités algériennesde détecter que la cargaison enquestion, ne répondait pas aux normes prérequises.De même source, la compagnie propriétairedu blé, Cofco, aurait exporté vers l'Algérie un blé de faible qualité. La teneuren farine qui résulte de cette cargaison, estfaiblement panifiable. Ce qui altère la fermentationet la cuisson de la farine enquestion. Un argument suffisant, pour
refuser la cargaison livrée. Seule explication plausible pour les médias argentins, c'est que l'entreprise en question aurait exporté un blé qui a germé au cours de la traversée. On signale, dans ce sillage, que la céréaliculture en Argentine a souffert d'une pluviométrie abondante, courant octobre et novembre, une situation qui a affecté la qualité des récoltes. La presse argentine s'interroge, cependant, sur l'impact de cet incident sur les prochaines cargaisons prévues. De même source, on estime les exportations argentines en blé, à 2,8 milliards de dollars.
Les Argentins craignent que le scénario de la cargaison rejetée par Alger, ne se reproduise pour leurs prochaines livraisons. A noter que l'Algérie a affirmé sa volonté de diversifier ses fournisseurs en blé. La Russie avait annoncé la presse en octobre dernier, serait à la têtedes futurs fournisseurs de l'Algérie.
L'Algérie a importé 3,2 millions de tonnes de l'UE
L'Algérie a importé de l'Union européenne, 3,2 millions de tonnes de blé tendre, durant la campagne 2017/2018, selon le dernier bilan de France Agrimer. Près de 98% de cette quantité est importée de France. Durant la campagne 2016-2017, la quantité importée de l'UE était de 3,5 millionsde tonnes, selon la même source. Quant aux importations de blé dur, elles ont atteint 57.622 tonnes durant la campagne 2017-2018, soit 100% de France.
Pour l'orge, l'UE a exporté vers l'Algérie une quantité de 318.215 tonnes durant la même campagne. Pour rappel, lAlgérie avait importé de l'Europe une quantité de 2,4 millions de tonnes de blé tendre, durant les six mois de la campagne 2017- 2018 contre 2,9 millions de tonnes de blé tendre durant les six mois de la campagne 2016-2017, selon les services douaniers français. Quant au blé dur, l'Algérie a importé 34.998 tonnes durant les six mois de la campagne 2016-2017, alors que durant la campagne 2017-2018, elle a importé une quantité de 32 546 tonnes, toujours selon la même source. Notons également qu'en avril dernier, l'Office algérien interprofessionnel des
(Oaic), a acheté 388.000 tonnes de meunier, pour une facture d'achatautour de 90 millions de dollars. Ce n'est que le dixième des besoins du pays, selon l'Oaic, qui ne trouve le choix que d'aller vers le marché international pour d'autres approvisionnements à l'issue de la campagne céréalière de cette année. L'Algériedemeure un des plus grands importateurs de céréales au monde. Rien que durant les deux premiers mois de 2018, notre pays en a importé pour 542,8 millions de dollars contre 530,6 millions de dollars (+2,3%),durant la même période de l'année passée.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.