Le ras-le-bol    Allez-y tout doucement Messieurs !    Exportation: Les aveux du président de l'ANEXAL    Internet: Le très haut débit arrive    L'Europe sommée de faire allégeance à Trump    Conférence internationale sur la sécurité: La fracture de l'Occident    MC Alger: Des ratages à tous les niveaux    Le Complexe olympique de Belgaïd aborde sa dernière ligne droite: Le poids des «aberrations» du passé et des «fausses» réserves    RC Relizane: Latrèche démissionne, Beldjilali limogé    Bouira: Deux hommes se tuent en parapente    Prescription des traitements d'oncologie innovants: Le ministère de la Santé revoit sa copie    80ème anniversaire de la Guerre civile espagnole: Oran, pour un hommage aux réfugiés républicains    Le terroir algérien à l'honneur: Une semaine gastronomique de la ville d'El Oued à l'hôtel Royal    Commémoration de la Journée du Chahid    Le NC Magra résiste au RC Relizane    La France domine la compétition, l'Algérie au tableau des 32    Tunisie - Algérie 1-1 en amical    La révolution algérienne, un exemple pour la liberté des peuples    Abdelaziz Bouteflika : «L'Algérie attachée à ce choix stratégique et populaire»    Djalleb promet plus de facilitations pour les jeunes    Certaines revendications des syndicats ne relèvent pas des compétences du ministère    Bordj-Menaiel expose ses problèmes    L'auteur du crime de Bendaoued placé en détention préventive    Réformes politiques et économiques    La revendication sociale se transforme en atteinte à la Sûreté de l'Etat    Un plan d'aménagement urbain en phase de maturation    Tartit, le désert au féminin pluriel    Ou l'histoire d'un amour impossible    Soirée targuie avec Tikoubaouine    17 millions de dinars dérobés !    Horreur à Haouch El Makhfi    Un terroriste arrêté à Alger    Selon Moscou : Un coup d'Etat militaire au Venezuela devient une priorité des USA    L'opposition cherche toujours un candidat    Chine : Les prix ralentissent, la crainte d'une déflation monte    EDF : L'Ebitda a rebondi en 2018 mais risque de stagner cette année    Agence nationale de l'aviation civile : Contrôle, régulation et supervision sont ses missions essentielles    Accord de pêche UE-Maroc : Appel au boycott des produits issus du Sahara occidental occupé    Oran a son orchestre symphonique    14e Salon international de défense à Abou Dhabi.. Gaïd Salah prend part à l'ouverture    En adressant un message aux pays de la région.. Bouteflika exprime le vœu de relancer l'UMA    Coupe du monde de sabre féminin «juniors».. La Française Sarah Noutcha remporte l'étape d'Alger    Escalade des attaques de colons contre les Palestiniens    L'opposition sceptique    Les Algériens en conquérants    Les meilleurs réunis autour d'une exposition collective    Présidentielle 2019: Une campagne avant l'heure et des protestations    Nigeria : L'élection présidentielle reportée d'une semaine    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Mouwatana met en garde contre le 5e mandat
Partis politiques
Publié dans Le Midi Libre le 23 - 01 - 2019

La délégation générale de Mouwatana a de nouveau exprimé son rejet d'un éventuel nouveaumandat au profit du président Bouteflika, en raisondes menaces de "décomposition de l'Etat"que cela pourrait engendrer.
La délégation générale de Mouwatana a de nouveau exprimé son rejet d'un éventuel nouveaumandat au profit du président Bouteflika, en raisondes menaces de "décomposition de l'Etat"que cela pourrait engendrer.
"Ayant échoué à proroger une présidence virtuelle,le pouvoir tentera, encore une fois, de semaintenir, cette fois-ci par un 5e mandat aussiscandaleux que dangereux pour le pays. Si lePrésident actuel devait être imposé pour un autremandat en transgressant la Constitution, le pays entrera dans un cycle de décomposition de l'Etatlui-même", écrit Mouwatana dans un communiquésigné par le Coordonnateur national, SoufianeDjillali.
"Les échecs sans appel de l'actuelrégime, dans la gestion politique, économique etsociale, feront le lit d'une révolte populaire, dontles conséquences pourraient être dévastatrices siun changement significatif et un nouvel espoir nesont pas à l'ordre du jour", met-il en garde.Mouwatana réitère "avec force, son refus d'un cinquièmemandat, mais s'il devait advenir, il seréserve le droit de faire appel aux citoyens, pourexprimer leur refus de l'usurpation de leur souveraineté,de façon claire et active", note la délégationqui "espère que les candidats potentiels à laprochaine élection présidentielle, refuseront decrédibiliser, par leur présence, un scrutin dontl'issue ne fera aucun doute, à l'instar des scrutinsprécédents". Reste que Mouwatana ne semble pasavoir arrêté une décision définitive sur l'attitude àprendre, au cas où le Président ne venait pas à sereprésenter. "Mouwatana, qui est un mouvementcitoyen, reste, en toutes circonstances, attaché à son indépendance et à ses objectifs, tels que définis par sa charte des principes et valeurs :
défendre la citoyenneté et militer pour un véritable Etat de droit". Par ailleurs, il n'a pas caché sa satisfaction du refus de la prolongation du mandat, tel que préconisé par le MSP. "Mouwatana relève avec satisfaction, l'échec de la tentative de prolongation et anticonstitutionnelle, d'un mandat, luimême contestable et contesté dans sa légitimité", écrit Soufiane Djillali. Selon lui, "la vacuité de la présidence de la République est ainsi devenue une évidence pour tous". "Les négociations menées en dehors de tout cadre légal pour entraîner le pays vers l'aventure du report des élections, ont démontré à ceux qui avaient encore un doute, que le régime actuel n'est intéressé que par son propre maintien, au détriment du pays".
"Ayant échoué à proroger une présidence virtuelle,le pouvoir tentera, encore une fois, de semaintenir, cette fois-ci par un 5e mandat aussiscandaleux que dangereux pour le pays. Si lePrésident actuel devait être imposé pour un autremandat en transgressant la Constitution, le pays entrera dans un cycle de décomposition de l'Etatlui-même", écrit Mouwatana dans un communiquésigné par le Coordonnateur national, SoufianeDjillali.
"Les échecs sans appel de l'actuelrégime, dans la gestion politique, économique etsociale, feront le lit d'une révolte populaire, dontles conséquences pourraient être dévastatrices siun changement significatif et un nouvel espoir nesont pas à l'ordre du jour", met-il en garde.Mouwatana réitère "avec force, son refus d'un cinquièmemandat, mais s'il devait advenir, il seréserve le droit de faire appel aux citoyens, pourexprimer leur refus de l'usurpation de leur souveraineté,de façon claire et active", note la délégationqui "espère que les candidats potentiels à laprochaine élection présidentielle, refuseront decrédibiliser, par leur présence, un scrutin dontl'issue ne fera aucun doute, à l'instar des scrutinsprécédents". Reste que Mouwatana ne semble pasavoir arrêté une décision définitive sur l'attitude àprendre, au cas où le Président ne venait pas à sereprésenter. "Mouwatana, qui est un mouvementcitoyen, reste, en toutes circonstances, attaché à son indépendance et à ses objectifs, tels que définis par sa charte des principes et valeurs :
défendre la citoyenneté et militer pour un véritable Etat de droit". Par ailleurs, il n'a pas caché sa satisfaction du refus de la prolongation du mandat, tel que préconisé par le MSP. "Mouwatana relève avec satisfaction, l'échec de la tentative de prolongation et anticonstitutionnelle, d'un mandat, luimême contestable et contesté dans sa légitimité", écrit Soufiane Djillali. Selon lui, "la vacuité de la présidence de la République est ainsi devenue une évidence pour tous". "Les négociations menées en dehors de tout cadre légal pour entraîner le pays vers l'aventure du report des élections, ont démontré à ceux qui avaient encore un doute, que le régime actuel n'est intéressé que par son propre maintien, au détriment du pays".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.