Niger: des télévisions privées fermées pour "non paiement d'impôts"    Le pétrole en hausse en Asie    Syrie : près de 7.000 personnes évacuées de villes assiégées    Le président palestinien condamne la loi sur "l'Etat national du peuple juif"    Trump s'attaque à la loi protégeant les espèces menacées    New York déboutée de son action contre cinq géants pétroliers    L'Iran accuse les Etats-Unis de déstabiliser le monde    MCA : Bendebka : «On a perdu à cause d'un manque de concentration dans les ultimes minutes»    CSC : Kagambiga a besoin de visa pour rentrer avec le groupe au pays    CRB : La piste Cherif El Ouazzani toujours d'actualité    De l'alternance promise au pouvoir absolu.    La régularisation de la situation des jeunes de 30 ans et plus se poursuit dans de «bonnes conditions»    Es-Seddikia et El Menzeh (Canastel): Une vingtaine de panneaux publicitaires anarchiques démantelés    Sanctions, répressions et tentations ne feront pas reculer les Palestiniens    Renvoi des demandeurs d'asile algériens: Berlin revient à la charge    Constantine - Université d'été 2018: «Entrepreneuriat et Innovation» à l'honneur    «Nécessité d'encourager les conventions et les partenariats industriels»    Des changements et des postures    L'étau se resserre sur Zetchi    L'ESS et le MCA en lutte pour un seul billet    ASM Oran: Les dirigeants optimistes malgré les contraintes    BAC 2018 : Un taux de réussite de 55,88%    Les pharmaciens et les assurés sensibilisés    Le certificat de capacité du permis de conduire en trois jours    Où va le pays ?    Bassin gazier de Berkine: Accord entre Sonatrach et Eni    Le chargé d'affaires en pied de l'ambassade de la Colombie en visite à Oran: Les relations bilatérales avec l'Algérie sont «excellentes»    Une nouvelle prestation estivale à Chlef    Quand l'art fusionne avec la beauté    Il tue son neveu pour un lopin de terre    Coup d'envoi demain à Chélia    Au moins 19 morts dans un naufrage au large de Chypre    Makri tire sur Ould Abbès    Guéguerre interne au FFS    Ces dossiers qui paralysent le mercato    Victoire de l'Algérie devant la Jordanie    La Jordanie, la nouvelle terre de création pour le cinéma arabe    Du nouveau pour la diaspora    Le chargé de la communication de la sûreté d'Alger limogé    Mandela : architecte international de la paix    Russie-Afrique du Sud : d'une pierre, deux coups    L'Etat poursuivra en justice les incitateurs au boycott des élections    La Sonelgaz pointée du doigt    Le RCD tiendra un Congrès extraordinaire en 2019    Fadhma N'soumer gagne la bataille de Tachkirt contre le Maréchal Randon    Le livre, le meilleur ami !    Avec la participation d'une trentaine de jeunes de différents pays: Le chantier culturel de bénévolat d'été lancé    Bouteflika procéde à un mouvement partiel dans le corps de la magistrature    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Soufiane Djilali : "Ce n'est pas une fissure dans le groupe des 14"
Refus de Mme Benabbou d'adhérer au mouvement "Mouwatana"
Publié dans Liberté le 18 - 06 - 2018

Pour lui, la dernière sortie de Mme Fatiha Benabbou "est une réaffirmation de ses positions en tant qu'universitaire" qu'il qualifie de "respectables".
Le refus de Mme Fatiha Benabbou d'adhérer au mouvement Mouwatana, mis sur pied par des signataires de l'appel des 14 au chef de l'Etat pour renoncer à un 5e mandat, n'est nullement une fissure au sein du mouvement.
C'est la réaction de Soufiane Djilali, président de Jil Jadid et l'un des initiateurs les plus en vue du mouvement Mouwatana. "Ce n'est pas un retrait", a-t-il estimé, hier, dans une déclaration à Liberté. Pour Soufiane Djilali, la dernière sortie de Mme Benabbou "est une réaffirmation de ses positions en tant qu'universitaire". "Elle a signé avec nous un appel lancé à M. Bouteflika afin qu'il ne se présente pas à un autre mandat, mais elle a, dès le début, refusé de faire partie d'une structure, même si elle reste solidaire de notre action", a-t-il souligné, saluant, au passage, "une position respectable" de la constitutionnaliste. M. Djilali a informé que Mme Fatiha Benabbou n'est pas le seul signataire de la lettre ouverte au chef de l'Etat qui refuse de se structurer dans un mouvement. Il a, en effet, fait savoir que Yasmina Khadra a également émis le vœu que son adhésion à l'initiative reste au stade de la lettre ouverte, sans s'inscrire dans un autre prolongement structuré de l'initiative. Il faut rappeler que Mme Fatiha Benabbou avait d'emblée expliqué son implication dans l'appel des 14. Pour elle, il s'agissait d'"une prise de position par rapport à l'histoire, ce que tout intellectuel ou universitaire se doit de faire vis-à-vis de sa conscience et de la société. Mais je ne veux pas faire de la politique. Je souhaite garder ma crédibilité scientifique. C'était clair dès le départ. J'ai dit à Soufiane Djilali qu'il était hors de question pour moi de militer dans une activité partisane". Mme Benabbou a expliqué que son adhésion à l'initiative de la lettre ouverte au chef de l'Etat l'exhortant de ne pas se présenter à un autre mandat est dictée par le fait qu'un cinquième mandat "n'est pas valable légalement", précisant qu'en 2016, "le Président a fermé le verrou des mandats après l'avoir ouvert en 2008", soulignant que, dès lors, "la Constitution ne parle que de deux mandats pour chaque Président, car il ne faut pas oublier qu'il n'y a pas eu de nouvelle Constitution en 2016, mais une simple révision, de surcroît, adoptée par un pouvoir constitué, et non par le pouvoir constituant, qui appartient exclusivement au peuple". Le chef de Jil Jadid ne voit donc pas, en ce retrait, une quelconque fissure au sein même du "mouvement d'essence politique" qu'il a lancé avec d'autres personnalités. "On sait que des personnalités ne veulent pas se structurer dans un mouvement", a-t-il dit, précisant que concernant les adhésions au mouvement Mouwatana, "des actions seront entreprises incessamment" pour convaincre les gens de la justesse d'y adhérer, car, a estimé M. Djilali, "le mouvement est ouvert à tous les citoyens".
Ce projet d'élargir le mouvement Mouwatana est, de l'avis de Soufiane Djilali, "une étape importante", mais qui oblige la mise sur pied de garde-fous. Ainsi, il a indiqué que des règles seront adoptées pour la gestion du mouvement. Il a, en outre, ajouté qu'un règlement intérieur est également en phase de préparation pour accomplir l'élargissement, au fur et à mesure, de la base du mouvement Mouwatana.
Mohamed Mouloudj


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.