«Le dialogue doit prendre en considération les craintes légitimes de l'opposition»    Plus de 82 % des citoyens satisfaits des services de police    Omari insiste sur l'accompagnement des projets agricoles    Les modalités de fonctionnement d'un compte d'affectation spéciale fixées au JO    Rentrée sociale et balance des paiements au menu    Signature d'une convention entre le secteur des forêts et l'unité d'ingénierie    Hassan Rabehi à Ouargla évoque le rôle capital des médias    ARRESTATION DU DIRECTEUR DE L'AGENCE FONCIERE D'ORAN : Plusieurs hauts responsables impliqués dans un scandale immobilier    TISSEMSILT : Des coupures intempestives d'électricité au quotidien    30 milliards de dollars dilapidés au ministère du Travail    CLASSEMENT MONDIAL DES ARMEES : L'ANP parmi les 30 puissances mondiales    COUR SUPREME : Tayeb Louh placé sous mandat de dépôt    COUR DE JUSTICE DE MOSTAGANEM : Le nouveau président et le procureur général installés    Drame du concert de Soolking : 5 morts et 17 blessés    BIR EL DJIR (ORAN) : Le nouveau maire suspendu par le wali    RENTREE SCOLAIRE A MASCARA : Plus de 230.000 élèves bientôt sur les bancs de classes    JUSTICE : Zeghmati veut nettoyer son secteur    Naples: Lozano a signé (officiel)    Real Madrid: Neymar, un pied qui inquiète    Vers la fin du pouvoir militaire ?    Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce vendredi    Les souscripteurs montent au créneau    Benflis insiste sur le départ du gouvernement    Amrani reste    Velud : "Je suis confiant pour la qualification"    «Les manœuvres marocaines à Guerguerat menacent la sécurité de toute la région»    L'ONU craint une fragmentation    Le Soudan se dote de nouvelles institutions    Une nouvelle coalition pour barrer la route à Matteo Salvini    Le projet de convention nationale finalisé aujourd'hui    Où en est l'aménagement du futur parc de Sidi-Ghilès ?    "Il y a beaucoup d'arnaques"    Tôt ou tard, le rêve redémarrera !    Grande offensive des affaires religieuses    Où est passé le ministre des Moudjahidine ?    Ligue 2 : Le RCA et l'OMA autorisés à jouer à domicile    Slimani : Tout pour aider son nouveau club    CAN-2019 (U23) : La sélection nationale en stage à Sidi Moussa    Un sommet avant le SommetV: Poutine en villégiature à Bormes-les-Mimosas    Constantine - Marchés des fruits et légumes: Chute relative des prix et timide reprise des activités    Après d'importants travaux de restauration: Les Arènes d'Oran ouvertes aux visiteurs    Tiaret: Le cimetière, ce lieu de rencontre des vivants    Artistes en herbe à l'affiche    Au deuxième trimestre : L'économie allemande s'est contractée, l'export souffre    Carlos Lopes: Avec la ZLEC, "les Africains ont avantage à faire du commerce intra-africain"    Appel à l'investissement privé    L'opposition s'inquiète de l'entrée en vigueur de l'état d'urgence    Javier Bardem appelle à protéger les océans    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Bouteflika "sera candidat à 99 %
Ouyahia laisse peu de place au doute
Publié dans Le Midi Libre le 03 - 02 - 2019

Cette fois le voile semble définitivement levé sur la candidature du Président Bouteflika à la prochaineélection présidentielle du 18 avril.
Cette fois le voile semble définitivement levé sur la candidature du Président Bouteflika à la prochaineélection présidentielle du 18 avril.
Il n'y a plus de doute, en effet, le Président Bouteflika briguera bel etbien un 5e mandat. C'est le secrétairegénéral du RND et néanmoinsPremier ministre, Ahmed Ouyahia,qui l'a confirmé hier ne laissant plusaucun doute sur l'imminence de l'annoncede la candidature dans les prochainsjours. "Bouteflika sera candidatà 99 %" a clamé Ahmed Ouyahia.S'exprimant lors d'une conférence depresse, à l'issue de la réunion d'unesession du conseil national de son parti, Ouyahia a aussi révélé lamanière avec laquelle le candidat Bouteflika annoncera sa candidature.
"Vous doutez encore s'il sera candidatou pas. Nous avons encore 34 joursavant la clôture du dépôt de dossiersde candidature. Ma conviction est queBouteflika sera candidat (…) je neparle pas au nom de Bouteflika, il vaenvoyer sa lettre aux Algériens, sans doute. C'est lui seul qui décide de sacandidature" a-t-il précisé. Il n'a pasprécisé quand cette lettre sera renduepublique, mais tout porte à croire que cela sera le cas dans quelques jours.L'agitation que connait le camp politiquedu chef de l'Etat, appelé communémentAlliance présidentielle, en est la preuve. D'ailleurs une rencontre au sommet des 4 partis de l'Alliance présidentielle s'est tenue hier au siègedu parti du FLN. Le vieux parti s'apprête aussi à organiser un grand rassemblement le 9 février prochain à lacoupole du complexe olympique Mohamed-Boudiaf.
C'est dire que cette effervescence est certainement annonciatrice de la candidature du Président Bouteflika. "Notre choix est fait. Nous serons aux côtés du Président pour qu'il se représente à un autre mandat" dira Ouyahia hier en faisant allusion au camp présidentiel. La question récurrente de la santé du président Bouteflika et de sa capacité à mener la campagne électorale et à diriger le pays est revenue encore une fois avec insistance dans les questions adressées au chef de file du RND. "Si c'était pour le premier mandat, le peuple aurait besoin de connaître Bouteflika. Aujourd'hui, le peuple connaît Bouteflika et sait ce qu'il a fait. Il sait aussi que la santé du président n'est pas celle d'hier. Avec toutes ces données, le peuple a voté pour lui. Le Président est tombé malade en avril 2013. Il a été réélu en avril 2014", va-t-il indiqué.
Ouyahia a même balayé d'un revers de maintoute autre option que celle de la candidature du Président Bouteflika précisant qu'il n'y a pas de plan B. "Mais, il n'y a pas de plan B, faites un calcul mathématique et vous verrez qu'il sera candidat", a-t-il soutenu. Etd'ajouter que "nous défendons la candidature de Bouteflika parce que nous avons besoin de stabilité. Il est le mieux à même de la garantir. Et la stabilité, c'est le rassemblement que nous sommes en train de bâtir autour président de la République". Il a aussi révélé qu'il ne dirigera pas la campagne électorale du candidat Bouteflika laissant ainsi la voie aux spéculations concernant la personnalité qui aura à mener cette mission. "Je suis occupé par la gestion du gouvernement. Je ne suis pas inscrit dans la liste des postulants auposte de directeur de campagne", a souligné Ahmed Ouyahia. Notons que lors de la présidentielle de 2014 c'était Abdelmalek Sellal, l'ancien Premier ministre, qui a été désigné au poste de de campagne. Ouyahia n'a pas manqué aussi d'égratigner l'opposition et tous ceux qui voient d'unmauvais oeil la candidature du Président Bouteflika. "En 2004, ils ont avancé le slogan - tout sauf Bouteflika -.
Le peuple a donné la victoireà Bouteflika. En 2014, ils ont mis en avant une disposition de la Constitution pour déclarer l'incapacité du Président à gérer le pays. Le peuple lui a renouvelé sa confiance", a-t-il martelé en annonçant dans la foulée qu'il compte bien présenter devant les députés, sans doute dans le courant du mois de février, la déclaration de politique générale. Et à cette occasion il présentera le bilan du 4e mandat. "Bientôt le gouvernement va présenter la déclaration de politique général (àl'APN) qui portera sur les résultats du quatrième mandat du président. Un mandat passé par le Président dans son état de santé actuel.
L'opposition dit que le Président est malade et donc ne peut pas gérer. C'est acceptable en tant que discours d'opposition, mais,sur le terrain, le Président va annoncersa candidature, va gérer le pays et les gens constateront les résultats de sa gestion dans les domaines sociaux et économiques", a-t-il soutenu. Il a promis une élection transparente avec la présence d'observateurs étrangers et a mis en garde les partisans du boycott. "Ils ne feront pas sortir le peuple dans la rue. Nous les empêcherons de maîtriser la rue ou de nous créer de l'anarchie", a-t-il menacé. Il a aussi nié l'existence d'une quelconque crise politique dans le pays en adressant des piques au candidat Ali Ghediri. "Il est libre de dire ce qu'il veut. Durant la campagne, je ne parlerai d'aucun autre candidat. Nous ne défendons qu'un seul candidat et un seul programme (…) Il n'y a pas de problème qu'un officier de l'armée soit candidat à la présidentielle.
Nous ne cherchons pas qui est candidat et qui ne l'est pas. Lors de la première campagne électorale en 1999,Bouteflika a été attaqué alors que luiqualifiait ses concurrents de cavaliers.In fine, c'est le Conseil constitutionnelqui va décider pour les dossiersde candidatures", a affirmé Ouyahi
Il n'y a plus de doute, en effet, le Président Bouteflika briguera bel etbien un 5e mandat. C'est le secrétairegénéral du RND et néanmoinsPremier ministre, Ahmed Ouyahia,qui l'a confirmé hier ne laissant plusaucun doute sur l'imminence de l'annoncede la candidature dans les prochainsjours. "Bouteflika sera candidatà 99 %" a clamé Ahmed Ouyahia.S'exprimant lors d'une conférence depresse, à l'issue de la réunion d'unesession du conseil national de son parti, Ouyahia a aussi révélé lamanière avec laquelle le candidat Bouteflika annoncera sa candidature.
"Vous doutez encore s'il sera candidatou pas. Nous avons encore 34 joursavant la clôture du dépôt de dossiersde candidature. Ma conviction est queBouteflika sera candidat (…) je neparle pas au nom de Bouteflika, il vaenvoyer sa lettre aux Algériens, sans doute. C'est lui seul qui décide de sacandidature" a-t-il précisé. Il n'a pasprécisé quand cette lettre sera renduepublique, mais tout porte à croire que cela sera le cas dans quelques jours.L'agitation que connait le camp politiquedu chef de l'Etat, appelé communémentAlliance présidentielle, en est la preuve. D'ailleurs une rencontre au sommet des 4 partis de l'Alliance présidentielle s'est tenue hier au siègedu parti du FLN. Le vieux parti s'apprête aussi à organiser un grand rassemblement le 9 février prochain à lacoupole du complexe olympique Mohamed-Boudiaf.
C'est dire que cette effervescence est certainement annonciatrice de la candidature du Président Bouteflika. "Notre choix est fait. Nous serons aux côtés du Président pour qu'il se représente à un autre mandat" dira Ouyahia hier en faisant allusion au camp présidentiel. La question récurrente de la santé du président Bouteflika et de sa capacité à mener la campagne électorale et à diriger le pays est revenue encore une fois avec insistance dans les questions adressées au chef de file du RND. "Si c'était pour le premier mandat, le peuple aurait besoin de connaître Bouteflika. Aujourd'hui, le peuple connaît Bouteflika et sait ce qu'il a fait. Il sait aussi que la santé du président n'est pas celle d'hier. Avec toutes ces données, le peuple a voté pour lui. Le Président est tombé malade en avril 2013. Il a été réélu en avril 2014", va-t-il indiqué.
Ouyahia a même balayé d'un revers de maintoute autre option que celle de la candidature du Président Bouteflika précisant qu'il n'y a pas de plan B. "Mais, il n'y a pas de plan B, faites un calcul mathématique et vous verrez qu'il sera candidat", a-t-il soutenu. Etd'ajouter que "nous défendons la candidature de Bouteflika parce que nous avons besoin de stabilité. Il est le mieux à même de la garantir. Et la stabilité, c'est le rassemblement que nous sommes en train de bâtir autour président de la République". Il a aussi révélé qu'il ne dirigera pas la campagne électorale du candidat Bouteflika laissant ainsi la voie aux spéculations concernant la personnalité qui aura à mener cette mission. "Je suis occupé par la gestion du gouvernement. Je ne suis pas inscrit dans la liste des postulants auposte de directeur de campagne", a souligné Ahmed Ouyahia. Notons que lors de la présidentielle de 2014 c'était Abdelmalek Sellal, l'ancien Premier ministre, qui a été désigné au poste de de campagne. Ouyahia n'a pas manqué aussi d'égratigner l'opposition et tous ceux qui voient d'unmauvais oeil la candidature du Président Bouteflika. "En 2004, ils ont avancé le slogan - tout sauf Bouteflika -.
Le peuple a donné la victoireà Bouteflika. En 2014, ils ont mis en avant une disposition de la Constitution pour déclarer l'incapacité du Président à gérer le pays. Le peuple lui a renouvelé sa confiance", a-t-il martelé en annonçant dans la foulée qu'il compte bien présenter devant les députés, sans doute dans le courant du mois de février, la déclaration de politique générale. Et à cette occasion il présentera le bilan du 4e mandat. "Bientôt le gouvernement va présenter la déclaration de politique général (àl'APN) qui portera sur les résultats du quatrième mandat du président. Un mandat passé par le Président dans son état de santé actuel.
L'opposition dit que le Président est malade et donc ne peut pas gérer. C'est acceptable en tant que discours d'opposition, mais,sur le terrain, le Président va annoncersa candidature, va gérer le pays et les gens constateront les résultats de sa gestion dans les domaines sociaux et économiques", a-t-il soutenu. Il a promis une élection transparente avec la présence d'observateurs étrangers et a mis en garde les partisans du boycott. "Ils ne feront pas sortir le peuple dans la rue. Nous les empêcherons de maîtriser la rue ou de nous créer de l'anarchie", a-t-il menacé. Il a aussi nié l'existence d'une quelconque crise politique dans le pays en adressant des piques au candidat Ali Ghediri. "Il est libre de dire ce qu'il veut. Durant la campagne, je ne parlerai d'aucun autre candidat. Nous ne défendons qu'un seul candidat et un seul programme (…) Il n'y a pas de problème qu'un officier de l'armée soit candidat à la présidentielle.
Nous ne cherchons pas qui est candidat et qui ne l'est pas. Lors de la première campagne électorale en 1999,Bouteflika a été attaqué alors que luiqualifiait ses concurrents de cavaliers.In fine, c'est le Conseil constitutionnelqui va décider pour les dossiersde candidatures", a affirmé Ouyahi


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.