Un délai de 3 mois pour la mise en place d'un gouvernement civil    Al-Sarraj dénonce le soutien «non proportionné» de la France à Haftar    Belfodil dans l'équipe type de la 30e journée    Le Nasr Es-senia vise la Ligue 2 à court terme    Ll'Algérie se plus chère sélection africaine présente en phase finale    Saisie d'armes à feu, d'une quantité de munitions et arrestation de trois personnes    Semaine de la critique riche en premiers films    Après Bouteflika, Gaïd-Salah : ces incorrigibles professionnels du « soutien »    Rassemblement des souscripteurs aux 200 LPA    Le discours de Gaïd Salah revu et corrigé    L'indépendance de la justice en question    "Libérez immédiatement M. Rebrab !"    Le CC du FLN finit en queue de poisson    Les Belouizdadis visent la finale    Mellal, en "président" populaire du MCO    Pour "la primauté du politique sur le militaire"    Des habitants de la Casbah protestent devant la wilaya    Washington menace ses alliés    Café littéraire de Bouzeguène : Blocage de la subvention par la wilaya    Les étudiants toujours mobilisés    Mascara: Ils dépouillaient les voitures    Préparatifs des JM 2021 à Aïn El Turk: Une campagne de sensibilisation pour un séjour agréable aux hôtes de l'Algérie    Les marchés couverts non exploités gérés par l'entreprise du marché de gros: La priorité aux jeunes activant dans l'informel    Oran : Les avocats marchent contre le système    Importation: Une centaine de produits exclus du DAPS    Ettrefehnâ !    Constantine - Un riche programme culturel pour le ramadhan    Etudiants et enseignants au rendez-vous    Tabbou fidèle à ses positions    Barbari Kheiredine seul candidat    Fédération algérienne de tir sportif : Abdrezzak Lazreg élu nouveau président    Le parcours de la 5e édition détaillé    Ould Abbès et Barkat dans le collimateur de la justice    Les armées des pays du lac Tchad intensifient leurs actions    Les rebelles disent frapper des cibles "stratégiques" en Arabie    Un humoriste comédien à la tête de l'Ukraine    Palestine: Soutien financier de la Ligue arabe face aux mesures de rétorsion d'Israël    Toujours déterminés    Une policière tuée dans son domicile    Ramadhan: Programme de sensibilisation pour la prévention des complications des maladies chroniques    Utiliser "le leadership de la Russie" à l'Onu pour aider l'Afrique à se développer?    Huawei lance le 2ème smartphone assemblé en Algérie    L'Algérie va connaître ses ambassadeurs au VivaTechnology    La solidarité en perspective du Ramadhan    "Seul l'avenir de l'Algérie nous importe"    Programme enfant    Hirak du 22 février: l'appel aux sociologues lancé    L'onda avoue son impuissance    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La CSA va saisir le BIT
Face au refus d'agrément par la tutelle
Publié dans Le Midi Libre le 14 - 02 - 2019

La Confédération des syndicats algériens ne compte pas se taire. Elle vient designifier qu'elle va saisir leBIT pour non respect à la liberté syndicale dont l'Algérie est signataire d'une convention internationale. C'est désormais une guerre entre le ministère et les syndicats qui est ouverte
La Confédération des syndicats algériens ne compte pas se taire. Elle vient designifier qu'elle va saisir leBIT pour non respect à la liberté syndicale dont l'Algérie est signataire d'une convention internationale. C'est désormais une guerre entre le ministère et les syndicats qui est ouverte
La réaction s'est faite deux semainesplus tard. Selon une source proche de la CSA, il est question "de faire unesaisine au BIT qui prévoit dans son chapitresur la liberté syndicale plusieurs articlesque l'Algérie a ratifié". Selon lamême source "il s'agit bien de l'article 5 de la convention promue par le Bureauinternational du Travail où il est mentionnéque chaque organisation de travailleurs
a le droit de créer des fédérations oudes confédérations et de s'y affilier". LaCSA qui promet d'apporter tous les élémentsnouveaux suite à son bras de feravec le ministère du Travail suite au refusde ce dernier de ne pas l'agréer. D'autres syndicats issus de l'administrationpublique, la santé et l'éducation sont sur lepoint de fédérer leur force afin de ne pas
céder à la désunion. Selon ces derniers "ily a une grande confusion autour de l'article2 de la loi 90-14 relative au travail". LaCSA a déjà précisé dans sa première déclarationque "cet article ne mentionne nullementle cas de confédérations à créer" maisplutôt de "syndicats à créer". Pourquoidonc le ministre Zemmali a-t-il présentécet argument pour refuser la création d'uneconfédération syndicale ? La réponse estque la tutelle confond selon les syndicalistes"présence de syndicats appartenant à des institutions et celles appartenant à des
secteurs économiques". C'est cet argument qu'a fait valoir le ministre alors que le dossier, rappelons-le, avait été transmis auministère il y a près d'1 an. Pourquoi la tutelle avait attendu tout ce laps de temps pour donner son refus ? C'est qu'au départ, il semblait que toute organisation qui s'étendrait à plusieurs syndicats n'était pas mal vue par les autorités alors quelques après, il y a eu un revirement inexpliqué.Pour l'heure, des syndicats comme le Satef, le Cela, Cnapeste, Cnes, SNTMA (personnel de l'aéronautique), les syndicats de santé et de la poste ainsi que des vétérinaires vont lancer une
action en direction du BIT et saisir le président de la dans une lettre pour faire valoir leur droit. Ils ne comptent pas reculer face à ce qu'ils considèrent comme "décision inconstitutionnelle des autorités du ministère du Travail" qui tente par tous les moyens d'entraver la liberté syndicale qui reste un droit consacré par la Constitution et les textes législatifs actuels portant sur le droit du travai .
La réaction s'est faite deux semainesplus tard. Selon une source proche de la CSA, il est question "de faire unesaisine au BIT qui prévoit dans son chapitresur la liberté syndicale plusieurs articlesque l'Algérie a ratifié". Selon lamême source "il s'agit bien de l'article 5 de la convention promue par le Bureauinternational du Travail où il est mentionnéque chaque organisation de travailleurs
a le droit de créer des fédérations oudes confédérations et de s'y affilier". LaCSA qui promet d'apporter tous les élémentsnouveaux suite à son bras de feravec le ministère du Travail suite au refusde ce dernier de ne pas l'agréer. D'autres syndicats issus de l'administrationpublique, la santé et l'éducation sont sur lepoint de fédérer leur force afin de ne pas
céder à la désunion. Selon ces derniers "ily a une grande confusion autour de l'article2 de la loi 90-14 relative au travail". LaCSA a déjà précisé dans sa première déclarationque "cet article ne mentionne nullementle cas de confédérations à créer" maisplutôt de "syndicats à créer". Pourquoidonc le ministre Zemmali a-t-il présentécet argument pour refuser la création d'uneconfédération syndicale ? La réponse estque la tutelle confond selon les syndicalistes"présence de syndicats appartenant à des institutions et celles appartenant à des
secteurs économiques". C'est cet argument qu'a fait valoir le ministre alors que le dossier, rappelons-le, avait été transmis auministère il y a près d'1 an. Pourquoi la tutelle avait attendu tout ce laps de temps pour donner son refus ? C'est qu'au départ, il semblait que toute organisation qui s'étendrait à plusieurs syndicats n'était pas mal vue par les autorités alors quelques après, il y a eu un revirement inexpliqué.Pour l'heure, des syndicats comme le Satef, le Cela, Cnapeste, Cnes, SNTMA (personnel de l'aéronautique), les syndicats de santé et de la poste ainsi que des vétérinaires vont lancer une
action en direction du BIT et saisir le président de la dans une lettre pour faire valoir leur droit. Ils ne comptent pas reculer face à ce qu'ils considèrent comme "décision inconstitutionnelle des autorités du ministère du Travail" qui tente par tous les moyens d'entraver la liberté syndicale qui reste un droit consacré par la Constitution et les textes législatifs actuels portant sur le droit du travai .


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.