Présidentielle: toutes les dispositions prises pour la réussite du processus électoral    Une délégation de l'APN prendra part à l'Eucoco    Bale, la réponse de Marca ! (Photo)    CRB : Amrani «Je ne parlerai pas d'un autre club, je respecte ma profession»    Deux individus appréhendés à Relizane et El Taref pour tentative de ralliement aux groupes terroristes    Nouveau Gouvernement tunisien: Ennahdha s'oppose à la participation de certains partis    Il y a tromperie sur la marchandise    Bengrina s'en prend à l'opposition    «Les rassemblements contre les élections sont antidémocratiques»    Des partisans du président agressent des opposants    Sonatrach renouvelle avec le français Engie    L'homme d'affaires Omar Allilat incarcéré à El Harrach    Egypte-Côte d'Ivoire en finale    Les chapeaux connus    2 représentants de la Fifa à Alger    Fin de la phase aller le 18 décembre    Velud a testé les jeunes joueurs    Les étudiants des hydrocarbures réclament des emplois    «Les maladies professionnelles, l'affaire de tous»    Des mises en demeure aux enseignants grévistes    De nouvelles structures pour le secteur de la santé    Plongée dans l'univers d'Amadeo Modigliani    ACTUCULT    Réunion du Gouvernement: plusieurs projets de décrets exécutifs examinés    Ligue 2 (13e j): l'OM freiné à Oran, le WAT se rapproche    Israël ferme des organisations palestiniennes à El-Qods occupée    Présidentielle 2019: paroles de candidats au quatrième jour de la campagne    L'ANIE se renforce par une plateforme électronique de surveillance des élections    Hai Nedjma: Saisie de 210 comprimés psychotropes    El Hamri: Des familles recasées dans une école sous la menace de l'amiante    Chlef: Plus de 14.000 nouveaux électeurs inscrits    Se disputer avec soi-même    Quand le «pays inutile» se souvient de l'Algérie utile !    La grogne d'un peuple n'est pas un projet politique, c'est la nécessité d'en construire un    VENT(S) DE LIBERTE    Une vingtaine de stands attendent de potentiels acquéreurs    Marche de soutien à l'organisation des élections    Cela s'est passé un 28 juin 1835 : la bataille d'El-Megta'â    James Ellroy : «Bien-sûr que je suis un génie»    Ouargla : Le moineau blanc observé pour la première fois à Touggourt    Futures gares de péage : Mise en service courant 2021    L'Algérie peut rééquilibrer son économie    La police anti-émeute disperse des manifestants    Mali : 24 soldats et 17 jihadistes tués dans des combats    Zimbabwe: La Chine accuse Harare de " sous-estimer " l'importance de son aide financière    Législatives au Cameroun : Le SDF y participera, mais à certaines conditions    Recettes douanières: Hausse de plus de 5% durant les 9 premiers mois de 2019    Forum de l'Unesco: Rabehi relève l'importance accordée par l'Algérie à la culture    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La CSA va saisir le BIT
Face au refus d'agrément par la tutelle
Publié dans Le Midi Libre le 14 - 02 - 2019

La Confédération des syndicats algériens ne compte pas se taire. Elle vient designifier qu'elle va saisir leBIT pour non respect à la liberté syndicale dont l'Algérie est signataire d'une convention internationale. C'est désormais une guerre entre le ministère et les syndicats qui est ouverte
La Confédération des syndicats algériens ne compte pas se taire. Elle vient designifier qu'elle va saisir leBIT pour non respect à la liberté syndicale dont l'Algérie est signataire d'une convention internationale. C'est désormais une guerre entre le ministère et les syndicats qui est ouverte
La réaction s'est faite deux semainesplus tard. Selon une source proche de la CSA, il est question "de faire unesaisine au BIT qui prévoit dans son chapitresur la liberté syndicale plusieurs articlesque l'Algérie a ratifié". Selon lamême source "il s'agit bien de l'article 5 de la convention promue par le Bureauinternational du Travail où il est mentionnéque chaque organisation de travailleurs
a le droit de créer des fédérations oudes confédérations et de s'y affilier". LaCSA qui promet d'apporter tous les élémentsnouveaux suite à son bras de feravec le ministère du Travail suite au refusde ce dernier de ne pas l'agréer. D'autres syndicats issus de l'administrationpublique, la santé et l'éducation sont sur lepoint de fédérer leur force afin de ne pas
céder à la désunion. Selon ces derniers "ily a une grande confusion autour de l'article2 de la loi 90-14 relative au travail". LaCSA a déjà précisé dans sa première déclarationque "cet article ne mentionne nullementle cas de confédérations à créer" maisplutôt de "syndicats à créer". Pourquoidonc le ministre Zemmali a-t-il présentécet argument pour refuser la création d'uneconfédération syndicale ? La réponse estque la tutelle confond selon les syndicalistes"présence de syndicats appartenant à des institutions et celles appartenant à des
secteurs économiques". C'est cet argument qu'a fait valoir le ministre alors que le dossier, rappelons-le, avait été transmis auministère il y a près d'1 an. Pourquoi la tutelle avait attendu tout ce laps de temps pour donner son refus ? C'est qu'au départ, il semblait que toute organisation qui s'étendrait à plusieurs syndicats n'était pas mal vue par les autorités alors quelques après, il y a eu un revirement inexpliqué.Pour l'heure, des syndicats comme le Satef, le Cela, Cnapeste, Cnes, SNTMA (personnel de l'aéronautique), les syndicats de santé et de la poste ainsi que des vétérinaires vont lancer une
action en direction du BIT et saisir le président de la dans une lettre pour faire valoir leur droit. Ils ne comptent pas reculer face à ce qu'ils considèrent comme "décision inconstitutionnelle des autorités du ministère du Travail" qui tente par tous les moyens d'entraver la liberté syndicale qui reste un droit consacré par la Constitution et les textes législatifs actuels portant sur le droit du travai .
La réaction s'est faite deux semainesplus tard. Selon une source proche de la CSA, il est question "de faire unesaisine au BIT qui prévoit dans son chapitresur la liberté syndicale plusieurs articlesque l'Algérie a ratifié". Selon lamême source "il s'agit bien de l'article 5 de la convention promue par le Bureauinternational du Travail où il est mentionnéque chaque organisation de travailleurs
a le droit de créer des fédérations oudes confédérations et de s'y affilier". LaCSA qui promet d'apporter tous les élémentsnouveaux suite à son bras de feravec le ministère du Travail suite au refusde ce dernier de ne pas l'agréer. D'autres syndicats issus de l'administrationpublique, la santé et l'éducation sont sur lepoint de fédérer leur force afin de ne pas
céder à la désunion. Selon ces derniers "ily a une grande confusion autour de l'article2 de la loi 90-14 relative au travail". LaCSA a déjà précisé dans sa première déclarationque "cet article ne mentionne nullementle cas de confédérations à créer" maisplutôt de "syndicats à créer". Pourquoidonc le ministre Zemmali a-t-il présentécet argument pour refuser la création d'uneconfédération syndicale ? La réponse estque la tutelle confond selon les syndicalistes"présence de syndicats appartenant à des institutions et celles appartenant à des
secteurs économiques". C'est cet argument qu'a fait valoir le ministre alors que le dossier, rappelons-le, avait été transmis auministère il y a près d'1 an. Pourquoi la tutelle avait attendu tout ce laps de temps pour donner son refus ? C'est qu'au départ, il semblait que toute organisation qui s'étendrait à plusieurs syndicats n'était pas mal vue par les autorités alors quelques après, il y a eu un revirement inexpliqué.Pour l'heure, des syndicats comme le Satef, le Cela, Cnapeste, Cnes, SNTMA (personnel de l'aéronautique), les syndicats de santé et de la poste ainsi que des vétérinaires vont lancer une
action en direction du BIT et saisir le président de la dans une lettre pour faire valoir leur droit. Ils ne comptent pas reculer face à ce qu'ils considèrent comme "décision inconstitutionnelle des autorités du ministère du Travail" qui tente par tous les moyens d'entraver la liberté syndicale qui reste un droit consacré par la Constitution et les textes législatifs actuels portant sur le droit du travai .


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.