Le spectre de la sécheresse s'éloigne    Rahabi s'attend à une relance du processus politique    Le président Ahmad Ahmad suspendu 5 ans par la FIFA    Les laboratoires privés pointés du doigt    Le "ministère de la Santé n'a pas le pouvoir de prendre cette décision"    1.005 nouveaux cas et 19 décès    Le Conseil de la nation entame le débat du PLF 2021    AADL: Lancement à la fin du mois en cours des travaux de réalisation de 140.000 logements    Affaire contre le quotidien El Watan: demande d'une enquête complémentaire    Le président mauritanien reçoit le MAE sahraoui, émissaire de Brahim Ghali    FLN: l'organisation d'un référendum au Sahara Occidental, seule solution pour le règlement du conflit    USMA: Benaraïbi Bouziane nouvel entraîneur    Mandat d'arrêt international émis contre Abdou Semmar    Merkel soutient l'autodétermination des Sahraouis    Algérie-Turquie: 5 milliards de dollars d'échanges commerciaux    Covid-19: Krikou inspecte l'application du protocole sanitaire à l'Ecole des jeunes sourds-muets de Rouiba    SEISME DE SKIKDA : Mise en place d'une cellule de crise    L'Organisation des Moudjahidine qualifie Macron de ‘'menteur''    Accident de la circulation : plus de 2.400 morts au cours des 10 premiers mois de 2020    Décès de l'ancien ministre de la Communication Abderrachid Boukerzaza    Le président de la CAF, Ahmad Ahmad, suspendu cinq ans par la FIFA    Cinq joueurs ménagés    Youcef Belaïli compte s'«illustrer davantage»    Les opérateurs fixés sur les taux d'intégration    L'armée menace la capitale du Tigré d'un assaut    Plus de 400 enfants arrêtés par les forces d'occupation en 2020    L'ancien député Khaled Tazaghart acquitté    La justice otage du virus    Le procès en appel de Tliba reporté au 29 novembre    106 kg de viande et abats saisis    Colère après la mort d'un jeune dans un commissariat    Milan AC : Nouveau match solide de Bennacer lors du succès face à Naples    Les clubs de la Ligue 2 dans l'expectative    Versailles : le street art fait son apparition dans cette ville historique    L'Opéra de Paris va lancer une plateforme numérique de spectacles et masterclass    «Une société qui méprise la femme est une société morte»    El Guerguerat : La Mauritanie émet des réserves sur le 2e mur érigé par le Maroc    Grippe aviaire : les Pays-Bas abattent 190 000 poulets    Le MCO dans la ligne de mire    Les marcheurs du 5 octobre devant la cour d'appel    Le silence assourdissant des partis du pouvoir    Les précisions de Linde Gas Algérie    Coupure d'internet : La longue souffrance à Aïn taya    Le verdict attendu le 30 novembre    Les travaux de réhabilitation encore retardés    Décès de la journaliste britannique Jan Morris    Pour "une société et une économie plus durables"    El Tarf: Des pluies salvatrices pour l'agriculture    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La guerre obscure des réseaux "nuisibles"
Fake news, chantages et intimidations
Publié dans Le Midi Libre le 28 - 03 - 2019

Des vidéos insultantes et des intimidations à l'endroit de personnalités politiques de l'opposition et de militants forts connus continuent de fleurir sur les réseauxsociaux.
Des vidéos insultantes et des intimidations à l'endroit de personnalités politiques de l'opposition et de militants forts connus continuent de fleurir sur les réseauxsociaux.
Des canaux "occultes" spécialisés dans la désinformation tentent de porter un coup dur au mouvementpopulaire en semant le doute et la peur.Comme il fallait s'y attendre, des réseauxsouterrains et anonymes financés parl'extérieur ont inondé la Toile et lesréseaux sociaux. Leur but est de mettre endéroute le mouvement populaire de lacontestation en visant particulièrementdes leaders politiques, des journalistes etdes personnalités. Ce mode opératoire sedécline par des insultes en mettant despersonnalités comme l'avocat Bouchachi,le journaliste Adlène Mellah et AliBenflis dans le panier des
"déstabilisateurs".Des voix sur Youtube anonymeaux commentaires sulfureux qualifient lesmarches "de danger sur l'Algérie" ou "lespartisans de la Syrie bis". Souvent lesenregistrements ne dépassent pas 1minute laissant planer le doute sur leurémanation ou leur origine. Le dernier faitremonte à quelques jours où un réseaudénommé Opotor serait à l'origine de"fake news". Une chaîne Youtube intituléeIstimraria ou continuité et dont le siègeest à Hydra a publié des vidéos qui ridiculisaientdes personnalités de l'oppositiondévoilant leurs "fortunes" acquises et leurimplication avec les tenants du pouvoir.Cette chaîne TV dont on ignore le nom deson responsable n'a pas démenti les faits.Pire, d'autres Instagram à l'origine inconnue ont misé sur "le retour des islamistes" et en qualifiant les opposants de "traîtres". Tout semble ainsi marcher dans les combines de la déstabilisation où cette forme de cybercriminalité bénéficie de financements et de complicités de l'extérieur. Les adversaires de l'Algérie sont nombreux à voir le pays sombrer dans un chaos indescriptible.
Il y a même d'autres chaînes de TV à l'instar d'El Magharibia dont le financement provient de l'exnuméro 1 du FIS Abassi Madani qui veut noircir l'image du pays n'épargnant ni les publiques ni la société civilequi s'inscrivent en opposition à leur thèse de l'islamisme. Dans le contexte actuel de crise politique, tous les coups sont permis pour avorter le processus de changement auquel même le Président sortant avait fait appel. Cela dit, les services de sécurité et les spécialistes en cybercriminalité sont à l'action et vont devoir redoubler d'efforts pour mettre en déroute ces réseaux de nuisance. Les enquêtes à ce niveau vont déterminer les noms et l'origine de ces agitateurs qui visent l'Algérie dans son intégrité et son unité.
Des canaux "occultes" spécialisés dans la désinformation tentent de porter un coup dur au mouvementpopulaire en semant le doute et la peur.Comme il fallait s'y attendre, des réseauxsouterrains et anonymes financés parl'extérieur ont inondé la Toile et lesréseaux sociaux. Leur but est de mettre endéroute le mouvement populaire de lacontestation en visant particulièrementdes leaders politiques, des journalistes etdes personnalités. Ce mode opératoire sedécline par des insultes en mettant despersonnalités comme l'avocat Bouchachi,le journaliste Adlène Mellah et AliBenflis dans le panier des
"déstabilisateurs".Des voix sur Youtube anonymeaux commentaires sulfureux qualifient lesmarches "de danger sur l'Algérie" ou "lespartisans de la Syrie bis". Souvent lesenregistrements ne dépassent pas 1minute laissant planer le doute sur leurémanation ou leur origine. Le dernier faitremonte à quelques jours où un réseaudénommé Opotor serait à l'origine de"fake news". Une chaîne Youtube intituléeIstimraria ou continuité et dont le siègeest à Hydra a publié des vidéos qui ridiculisaientdes personnalités de l'oppositiondévoilant leurs "fortunes" acquises et leurimplication avec les tenants du pouvoir.Cette chaîne TV dont on ignore le nom deson responsable n'a pas démenti les faits.Pire, d'autres Instagram à l'origine inconnue ont misé sur "le retour des islamistes" et en qualifiant les opposants de "traîtres". Tout semble ainsi marcher dans les combines de la déstabilisation où cette forme de cybercriminalité bénéficie de financements et de complicités de l'extérieur. Les adversaires de l'Algérie sont nombreux à voir le pays sombrer dans un chaos indescriptible.
Il y a même d'autres chaînes de TV à l'instar d'El Magharibia dont le financement provient de l'exnuméro 1 du FIS Abassi Madani qui veut noircir l'image du pays n'épargnant ni les publiques ni la société civilequi s'inscrivent en opposition à leur thèse de l'islamisme. Dans le contexte actuel de crise politique, tous les coups sont permis pour avorter le processus de changement auquel même le Président sortant avait fait appel. Cela dit, les services de sécurité et les spécialistes en cybercriminalité sont à l'action et vont devoir redoubler d'efforts pour mettre en déroute ces réseaux de nuisance. Les enquêtes à ce niveau vont déterminer les noms et l'origine de ces agitateurs qui visent l'Algérie dans son intégrité et son unité.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.