La Revue nationale volontaire sur la mise en œuvre des ODD présentée par l'Algérie à New York    Duel au soleil des Pharaons    Concentration maximale chez les Verts    Les Verts se remettent au travail    Mesures légales pour relancer la production    Mahdjoub Bedda placé sous mandat de dépôt    Juventus: De Ligt explique son choix    Eliminatoires de la CAN 2021: L'Algérie connait ses adversaires    Bahloul échoue aux élections du conseil exécutif de la CAF    Des noms et des questions    Sit-in devant la cour d'Alger pour la libération des détenus : La solidarité s'élargit    Trump accusé de racisme par le Congrès    Printemps arabe et trêve estivale    Collectif d'avocats : «Les quatre enfants du général Hamel sont libérés, les détenus d'opinion encore sous mandat de dépôt»    A la conquête de la seconde étoile !    Vendredi particulier en Algérie et au Caire    Baccalauréat 2019 : Les résultats connus aujourd'hui    Relogement de 71 familles    Arrestation de plusieurs malfaiteurs dans différentes localités    Arrestation de trois étudiants en flagrant délit de chantage    Révolution populaire : mémoire, identité et avatars constitutionnels    ACTUCULT    La mise en œuvre de l'Accord d'Alger sur le Mali toujours «en cours»    Pour une nouvelle gouvernance locale autour de pôles régionaux    Des personnalités conduiront le processus    La protection de l'enfance, «une responsabilité collective»    Brèves de Boumerdès    Oran : Un vaste réseau de trafiquants de véhicules démantelé    Le Forum civil pour le changement dévoile ses treize personnalités    La sonelgaz dévoile un nouveau modèle de consommation    Concours Cheikh Abdelhamid Benbadis    Bouira retrouve son ambiance nocturne    Village Sahel (Bouzeguène) : Ouverture, demain, du Festival Raconte-arts    Des habitants tirent la sonnette d'alarme: Oran impuissante face aux chiens errants !    Doit-on s'inquiéter du mode de gouvernance de Sonatrach ?    Transition, débat politique et euphorie footballistique : mobilisations collectives et fluidité politique    A quand le «provisoire» de ce «gouvernement» ?    Des points de vente pour l'approvisionnement des boulangers: 33 minoteries fermées à Oran    Chlef: Du nouveau pour les chemins communaux    La footballisation des esprits ou la défaite de la pensée    Algérie : «Pour enchaîner les peuples, on commence par les endormir»*    L'épuration ou le crime d'« indignité nationale »    Banques : Wells Fargo accroît son bénéfice, la marge d'intérêts sous pression    Niqab en Tunisie: "Montrez-moi patte blanche ou je n'ouvrirai point"    Saisie en 2012 : L'OMC donne raison à la Chine contre les USA    Syrie : Les combats s'intensifient à Idleb aggravant la situation humanitaire    Le calvaire des usagers    Les élues démocrates répondent à Trump    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'Etat à la rescousse
Entreprises des oligarques incarcérés
Publié dans Le Midi Libre le 25 - 06 - 2019

Le Premier ministre, Nourredine Bedoui, a institué hier une commission spéciale, pour sauver les entreprises de la faillite et préserver les emplois. Un plan de redressement de la situation est décrété dans l'urgence, dans le contexte actuel du marasme économique et social.
Le Premier ministre, Nourredine Bedoui, a institué hier une commission spéciale, pour sauver les entreprises de la faillite et préserver les emplois. Un plan de redressement de la situation est décrété dans l'urgence, dans le contexte actuel du marasme économique et social.
Cette commission, selon un communiqué du gouvernement, est composée des ministères des Finances, de l‘Industrie, du Commerce, des Ressources en eaux et des Travaux publics. Elle aura pour mission de "poursuivre les activités des entreprises, qu‘elles soient nationales ou étrangères".
Le Premier ministre a, selon le communiqué, exhorté les membres du gouvernement à "préserver l‘emploi et l‘outil de production nationale"d‘une éventuelle crise qui a misl‘économie nationale dans le rouge.Le ministre des Finances et la Banqued‘Algérie ont pour instruction, "de payer les retards des commandes publiques et detous les projets qui sont en cours d‘exécution".Cela concerne à l‘évidence le secteur du BTPH et de l‘Industrie, qui ont étéles plus touchés par le retard des paiements qui dure pour certains, depuis desmois. Un rapport émanant de la CGEA avait, rappelle-t-on, alerté les autorités sur la menace de fermeture de prés de 350.000 entreprises et la perte de milliers de postes de travail, si des solutions urgentes ne seraient pas prises dans les plus brefs délais. Dans ce contexte particulier, le Premier ministre a instruit ces ministres pour trouver une formule juridique appropriée pour sauver les entreprises dont les propriétaires sont concernés par les délits de corruption.
On pense notamment, à certains groupes comme ceux de Haddad, et Kouninef qui sont menacés de faillite certaine. Le gouvernement souhaite garder ces grands groupes et ne pas les laisser périr, et cela après avoir constaté les inquiétudes des travailleurs sur leur sort et le flou sur leur situation. Il est également question de suivre au cas par cas, toutes les entreprises qui ont des difficultés, sachant l‘impact sur les prestations de service public qui connaissent des blocages actuellement. La décision serait de promouvoir un dialogue de proximité avec les employeurs et les partenaires sociaux, afin d‘identifier les causes de ces difficultés et de libérer les secteurs névralgiques, du marasme qui menace leur maintien.
Cette commission, selon un communiqué du gouvernement, est composée des ministères des Finances, de l‘Industrie, du Commerce, des Ressources en eaux et des Travaux publics. Elle aura pour mission de "poursuivre les activités des entreprises, qu‘elles soient nationales ou étrangères".
Le Premier ministre a, selon le communiqué, exhorté les membres du gouvernement à "préserver l‘emploi et l‘outil de production nationale"d‘une éventuelle crise qui a misl‘économie nationale dans le rouge.Le ministre des Finances et la Banqued‘Algérie ont pour instruction, "de payer les retards des commandes publiques et detous les projets qui sont en cours d‘exécution".Cela concerne à l‘évidence le secteur du BTPH et de l‘Industrie, qui ont étéles plus touchés par le retard des paiements qui dure pour certains, depuis desmois. Un rapport émanant de la CGEA avait, rappelle-t-on, alerté les autorités sur la menace de fermeture de prés de 350.000 entreprises et la perte de milliers de postes de travail, si des solutions urgentes ne seraient pas prises dans les plus brefs délais. Dans ce contexte particulier, le Premier ministre a instruit ces ministres pour trouver une formule juridique appropriée pour sauver les entreprises dont les propriétaires sont concernés par les délits de corruption.
On pense notamment, à certains groupes comme ceux de Haddad, et Kouninef qui sont menacés de faillite certaine. Le gouvernement souhaite garder ces grands groupes et ne pas les laisser périr, et cela après avoir constaté les inquiétudes des travailleurs sur leur sort et le flou sur leur situation. Il est également question de suivre au cas par cas, toutes les entreprises qui ont des difficultés, sachant l‘impact sur les prestations de service public qui connaissent des blocages actuellement. La décision serait de promouvoir un dialogue de proximité avec les employeurs et les partenaires sociaux, afin d‘identifier les causes de ces difficultés et de libérer les secteurs névralgiques, du marasme qui menace leur maintien.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.