Les souscripteurs s'approprient les lieux    Après le choc, la colère !    "J'ai toujours été un fan de la JSK"    La fille des Aurès    L'infrangible lien...    Séisme à Mila: urger la réparation des pannes des réseaux AEP    Dispositif sur l'ouverture graduelle des plages et des lieux de détente à partir de samedi    Mila: le barrage de Béni Haroun est équipé d'installations parasismiques    Arrêt de la saison 2019-2020: la JSK conteste la décision de la FAF    EL TARF : Saisie de 3 pistolets automatiques et près de 680 cartouches    RESSORTISSANTS ALGERIENS RAPATRIES DE L'ETRANGER : L'Algérie réduit la période de quarantaine    RND: le dernier congrès, une "étape décisive" dans le parcours du parti    Médias-Pratiques anti-professionnelles: engager une réflexion collective    Séisme à Mila: la Libye entièrement solidaire avec l'Algérie    Accidents de la route: 6 morts et 371 blessés en 48 heures    CORONAVIRUS : Djerad annonce l'ouverture des mosquées le 15 août    ALGERIE - FRANCE : Une écriture commune de l'histoire "n'est pas possible"    583 nouveaux cas confirmés et 11 décès en Algérie    27 migrants morts    Le PAD tire à boulets rouges sur le pouvoir    Les 4 samedis    Vaste mouvement dans le corps des magistrats    Les mains de l'intérieur !    MCA-GSP, enfin le retour aux sources !    Ciccolini fier d'entraîner les Rouge et Noir    Fermeture de près de 5 400 commerces à Alger    Zakaria Draoui fait son come-back    5 août 1934 : du lieu-dit des pogroms au fantasme de la «tolérance»    Banni de Twitter pour antisémitisme, le rappeur Wiley défend ses publications    Moula Moula et d'autres contes, premier recueil du conteur Seddik Mahi    L'Algérie envoie quatre avions humanitaires à Beyrouth    21 morts dans une attaque dans le nord du pays    Des pays émergents risquent l'insolvabilité    Belkecir, Zendjabil et les réseaux de la drogue    Le wali d'Annaba retire sa plainte contre Mustapha Bendjama    Un militant du hirak placé sous mandat de dépôt    Amar Chouaki, nouveau directeur général    L'artiste peintre Hadjam Boucif n'est plus    "Tu n'as pas seulement été mon avocate, mais une grande sœur"    Lire en Algérie, dites-vous !    US Tébessa : Le président Khoulif Laamri n'est plus    Aïn Charchar (Skikda) : La pastèque se cultive dans la zone d'activité industrielle    L'opposition irritée par la candidature de Ouattara à un troisième mandat    Production de la pomme de terre à Tébessa : Des prévisions pour plus de 1,3 million de quintaux    Mohamed Belkheiria, premier condamné à mort exécuté    «Celia Algérie» sollicite l'intervention du wali de Blida: Le blocage de l'usine de Beni Tamou perdure    Djezzy: Hausse des investissements et des revenus    Après Mme Dalila, Mme Maya, voilà Mme Sabrina : «arnaque-party ?»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les 4 conditions de Benflis
Dialogue et élection présidentielle
Publié dans Le Midi Libre le 22 - 08 - 2019

Le président du parti Talaïe El-Houriyet,Ali Benflis, a indiqué hier mercredi que la "tenue d'une élection présidentielle enréunissant des mesures de confiance etd'apaisement est à même de permettre aupeuple algérien souverain d'exercer lesprérogatives que lui confère laConstitution, à travers l'organisation de l'élection présidentielle"
Le président du parti Talaïe El-Houriyet,Ali Benflis, a indiqué hier mercredi que la "tenue d'une élection présidentielle enréunissant des mesures de confiance etd'apaisement est à même de permettre aupeuple algérien souverain d'exercer lesprérogatives que lui confère laConstitution, à travers l'organisation de l'élection présidentielle"
.Benflis, qui a reçu le coordonnateur del'Instance de médiation et du dialogue,Karim Younes, accompagné de membresde cette instance, a exprimé "sa convictionque l'élection présidentielle est lavoie la plus réaliste, la moins longue, lemoins risquée et la moins coûteuse pour le pays aux plans politiques, sécuritaire,économique et social à la condition quesoient réunies les conditions de mesuresde confiance et d'apaisement permettantau peuple souverain d'exercer ses prérogativesque lui confère la Constitutiondans ses articles 7 et 8".
Détaillant cesconditions, le président du parti Talaïe El-Houriyet a cité "la création d'un environnement apaisé pour le succès du scrutin par l'adoption de mesures de confiance et d'apaisement et des signaux forts de la part des autorités quant à la volonté de garantir la régularité, la transparence et l'intégrité du scrutin". Parmi ces conditions figure également "le départ du gouvernement en place et son remplacement par un gouvernement de compétences nationales pour gérer les affaires courantes". Il s'agit en outre de la création d'une "autorité électorale indépendante ad-hoc investie de l'intégralité des prérogativesafférentes à la préparation, à l'organisationet au contrôle du processus électoralprésidentiel qui prenne en charge l'ensemble du processus depuis la révision des listes électorales jusqu'à la proclamation des résultats".
Le parti de Talaïe El-Houriyet estime également impératif pour garantir la tenue d'une élection présidentielle "permettantaux Algériens d'exercer leur droit dans le choix libre du président de la République sans que leur volonté ne soit dévoyée, la révision de la législation électorale actuelle pour supprimer les niches de fraude, combler les lacunes, revoir l'architecture de l'encadrement du processus électoral, lever les entraves au libre choix de l'électeur et garantir un scrutin impartial, régulier et transparent".
.Benflis, qui a reçu le coordonnateur del'Instance de médiation et du dialogue,Karim Younes, accompagné de membresde cette instance, a exprimé "sa convictionque l'élection présidentielle est lavoie la plus réaliste, la moins longue, lemoins risquée et la moins coûteuse pour le pays aux plans politiques, sécuritaire,économique et social à la condition quesoient réunies les conditions de mesuresde confiance et d'apaisement permettantau peuple souverain d'exercer ses prérogativesque lui confère la Constitutiondans ses articles 7 et 8".
Détaillant cesconditions, le président du parti Talaïe El-Houriyet a cité "la création d'un environnement apaisé pour le succès du scrutin par l'adoption de mesures de confiance et d'apaisement et des signaux forts de la part des autorités quant à la volonté de garantir la régularité, la transparence et l'intégrité du scrutin". Parmi ces conditions figure également "le départ du gouvernement en place et son remplacement par un gouvernement de compétences nationales pour gérer les affaires courantes". Il s'agit en outre de la création d'une "autorité électorale indépendante ad-hoc investie de l'intégralité des prérogativesafférentes à la préparation, à l'organisationet au contrôle du processus électoralprésidentiel qui prenne en charge l'ensemble du processus depuis la révision des listes électorales jusqu'à la proclamation des résultats".
Le parti de Talaïe El-Houriyet estime également impératif pour garantir la tenue d'une élection présidentielle "permettantaux Algériens d'exercer leur droit dans le choix libre du président de la République sans que leur volonté ne soit dévoyée, la révision de la législation électorale actuelle pour supprimer les niches de fraude, combler les lacunes, revoir l'architecture de l'encadrement du processus électoral, lever les entraves au libre choix de l'électeur et garantir un scrutin impartial, régulier et transparent".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.