Une feuille de route de sortie "progressive et flexible" du confinement élaborée par le gouvernement    Manifestations aux Etats-Unis : une neuvième soirée plus calme,Trump critiqué pour sa gestion de la crise    La consommation d'eau en Algérie a augmenté de 10% depuis le début de la crise de la Covid-19    Processus d'autodétermination au Sahara occidental: les manœuvres de la France déjouées    Un "dangereux" terroriste capturé par les services de sécurité à Aïn Temouchent    Coronavirus: 98 nouveaux cas, 79 guérisons et 8 décès en Algérie durant les dernières 24h    Accord Opep+ : une action décisive afin d'empêcher un effondrement total du marché    Gaz: Sonatrach adapte sa stratégie pour faire face à la concurrence croissante du marché mondial    Les essais cliniques sur l'hydroxy-chloroquine repris: l'Algérie confortée dans sa position    Barça : Une inquiétude pour Lionel Messi ?    Elle a décidé de régler les contentieux vis-à-vis de la FIFA : La FAF au secours des clubs professionnels    Djamel-Eddine Damerdji relève la «complexité» d'un retour à la compétition    Affaire de l'enregistrement sonore : Le procès reporté au dimanche    Hommage à Guy Bedos : Il fera tordre de rire les anges    Chengriha rappelle le soutien de l'ANP à Tebboune    Le Care critique les choix du gouvernement    Les travaux s'éternisent    Vers un intérimaire à la tête du MPA    La CAF propose de nouvelles formules pour les compétitions interclubs    Le stade 5-Juillet "parmi les plus chauds au monde"    L'épreuve    Naples : Le successeur de Koulibaly déjà identifié ?    7 ans de prison requis contre Yamani Hamel    Le gouvernement libyen tente de reprendre l'aéroport de Tripoli    Bras de fer au sommet sur la diplomatie en Tunisie    Plusieurs localités durement touchées    Projet d'évitement de la ville d'Azeffoun : Deux ans de travaux pour un tronçon de quatre km    Plus de 500 migrants bloqués au large de Malte    Des familles de victimes de la répression réclament justice    Vu à Souk-Ahras    " Détruisons les murs, construisons des ponts "    J'accuse Apulée, saint Augustin, Ibn Khaldoun et les autres !    Oulkhou : Recueillement à la mémoire de Tahar Djaout    Quatre réseaux de crime organisé transfrontaliers démantelés: 115 kg de kif, 58.602 comprimés psychotropes et 450 millions saisis    Trafic de drogue, 2 arrestations    Un déni français    Ce n'est pas à Sonatrach de repenser sa stratégie, c'est au HCE de le faire    Accompagnement des entreprises    Ces profils atypiques qui veulent se faire une place en politique !    SpaceX, l'espace n'est plus un bien commun de l'humanité    Hirak : Mouvement ? Soulèvement ? Révolution ?    La fin d'une ère    Mise à plat du moral national    Les articles sur l'identité et la nature du régime ne seront pas amendés    Le ministère du Commerce dément    Détournement de foncier agricole et abus d'affluence : Hamel rejette toutes les accusations portées contre lui    ENVOI DE TROUPES DE L'ANP A L'ETRANGER : Laraba apporte des précisions    Allocution du président de la République devant les cadres et personnels de l'ANP    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Travail conjoint de Sonelgaz et Sonatrach
Faire face à la demande en énergie
Publié dans Le Midi Libre le 12 - 09 - 2019

Les groupes Sonelgaz et Sonatrach travaillent conjointement afin de faire face de "manière fiable" à la demande actuelle et future en énergie.
Les groupes Sonelgaz et Sonatrach travaillent conjointement afin de faire face de "manière fiable" à la demande actuelle et future en énergie.
C'est ce qu'a indiqué le président du Comité algérien de l'énergie (CAE), Chaher Boulakhras, lors du Congrès mondial de l'Energie qui se tient à Abou Dhabi (Emirats arabes unis) du 9 au 12 septembre en cours. "Sonelgaz et Sonatrach travaillent conjointement afin de faire face de manière fiable à la demande actuelle e future en Energie, plus particulièrement à la demande interne et ce, en rendant efficacité la gestion des sources d'énergie ainsi que la fiabilité et la résilience des infrastructures énergétiques", a précisé M. Boulakhras,
P.-dg de Sonelgaz, selon un communiqué du CAE. Intervenant dans un panel intitulé "Libérer le potentiel de l'efficacité énergétique", il a indiqué que "la présence de l'Algérie au congrès mondial de l'Energie répond à la volonté du secteur de favoriser un dialogu éclairé sur l'amélioration de la politique énergétique en prenant connaissance des performances des systèmes énergétiques des pays et en les considérant selon trois dimensions fondamentales: la sécurité énergétique, l'équité énergétique et la durabilité des systèmes énergétiques". Selon lui, équilibrer ces trois dimensions est un "défi permanent et constitue le fondement de la prospérité et de la compétitivité de chaque pays". En termes d'équité énergétique, il a rappelé l'expérience algérienne en matière d'accès à l'énergie de par les efforts consentis dans le renforcement des capacités de production d'électricité, mais aussi des infrastructures de transport et de distribution - tant d'électricité et du gaz - qui ont permis d'assurer une couverture énergétique optimale du pays.
"Aujourd'hui, tous les citoyens ont accès à l'électricité et au gaz (nat rel ou butane) et cela, à des prix adaptés et très abordables pour le consommateur", a-t-il souligné. M. Boulakhras a mis en avant le nombre d'abonnés aux réseaux électrique et gazier qui a "fortement" augmenté pour atteindre près de 9 millions pour l'électricité et plus de 6 millions d'abonnés pour le gaz naturel en 2019. "L'Etat a pris en charge le raccordement en électricité et en gaz pour aboutir à l'électrification quasi totale du territoire national et à un taux de pénétration du gaz par canalisations de 65%. Les îlots propanés (GPL en réseau) ont été également développés dans les localités isolées", a-t-il ajouté. L'Algérie étant producteur de gaz, l'électricité est produite à plus de 97 % à partir du gaz naturel. Afin de préserver les ressource fossiles pour les générations futures, le président du CAE a indiqué que "l'Algérie a privilégié les centrales électriques à cycle combiné, plus efficace en termes énergétiques".
Evoquant l'aspect durabilité, il a relevé que les "investissements déjà réalisés en centrales conventionnelles pour répondre à la demande et les perspectives d'avenir font que "la politique énergétique intègre désormais le développement des énergies renouvelables en vue de mieux préparer la transition énergétique et de s'affranchir progressivement, à moyen et long terme, des hydrocarbures". Il a souligné en ce sens les performances de l'Algérie en matière d'énergies renouvelables, notamment grâce à son parc renouvelables déjà mis en service d'une puissance de près de 400 MW.
Une transition énergétique axée sur la productivité et l'efficacité énergétique
Il a aussi insisté sur la volonté affichée du secteur de l'énergie d'entamer une transition énergétique axée sur la productivité et l'efficacité énergétique de la production, du transport et de la distribution mais aussi sur un mix énergétique où les énergies renouvelables sont appelées à jouer un rôle de plus en plus prépondérant. Parallèlement, l'effort entrepris pour l'usage des produits réputés propres a été poursuivi par d'autres actions parmi lesquelles la généralisation avancée de l'utilisation de l'essence sans plomb dans le transport et de l'utilisation de l'électricité, ainsi que du gaz naturel et du GPL (Butane) comme combustibles, en remplacement, dans plusieurs usages, des produits comme le fuel-oil, le gasoil ou le pétrole lampant, réduisant ainsi les émissions polluantes de l'air et les gaz à effet de serre notamment dans les villes. M.
Boulakhras a aussi décrit le programme national de l'efficacité énergétique visant la réduction de la consommation globale d'énergie à l'horizon 2030 par une amélioration des performances énergétiques des habitations et des villes et ce, à travers l'isolation thermique de logements, l'introduction de lampes à basse consommation, l'installation de chauffe-eau solaires, le remplacement au niveau de l'éclairage public des lampes à mercure par des lampes à sodium, de même que la promotion des carburants propres à l'exemple du GPL/c et de GNC
C'est ce qu'a indiqué le président du Comité algérien de l'énergie (CAE), Chaher Boulakhras, lors du Congrès mondial de l'Energie qui se tient à Abou Dhabi (Emirats arabes unis) du 9 au 12 septembre en cours. "Sonelgaz et Sonatrach travaillent conjointement afin de faire face de manière fiable à la demande actuelle e future en Energie, plus particulièrement à la demande interne et ce, en rendant efficacité la gestion des sources d'énergie ainsi que la fiabilité et la résilience des infrastructures énergétiques", a précisé M. Boulakhras,
P.-dg de Sonelgaz, selon un communiqué du CAE. Intervenant dans un panel intitulé "Libérer le potentiel de l'efficacité énergétique", il a indiqué que "la présence de l'Algérie au congrès mondial de l'Energie répond à la volonté du secteur de favoriser un dialogu éclairé sur l'amélioration de la politique énergétique en prenant connaissance des performances des systèmes énergétiques des pays et en les considérant selon trois dimensions fondamentales: la sécurité énergétique, l'équité énergétique et la durabilité des systèmes énergétiques". Selon lui, équilibrer ces trois dimensions est un "défi permanent et constitue le fondement de la prospérité et de la compétitivité de chaque pays". En termes d'équité énergétique, il a rappelé l'expérience algérienne en matière d'accès à l'énergie de par les efforts consentis dans le renforcement des capacités de production d'électricité, mais aussi des infrastructures de transport et de distribution - tant d'électricité et du gaz - qui ont permis d'assurer une couverture énergétique optimale du pays.
"Aujourd'hui, tous les citoyens ont accès à l'électricité et au gaz (nat rel ou butane) et cela, à des prix adaptés et très abordables pour le consommateur", a-t-il souligné. M. Boulakhras a mis en avant le nombre d'abonnés aux réseaux électrique et gazier qui a "fortement" augmenté pour atteindre près de 9 millions pour l'électricité et plus de 6 millions d'abonnés pour le gaz naturel en 2019. "L'Etat a pris en charge le raccordement en électricité et en gaz pour aboutir à l'électrification quasi totale du territoire national et à un taux de pénétration du gaz par canalisations de 65%. Les îlots propanés (GPL en réseau) ont été également développés dans les localités isolées", a-t-il ajouté. L'Algérie étant producteur de gaz, l'électricité est produite à plus de 97 % à partir du gaz naturel. Afin de préserver les ressource fossiles pour les générations futures, le président du CAE a indiqué que "l'Algérie a privilégié les centrales électriques à cycle combiné, plus efficace en termes énergétiques".
Evoquant l'aspect durabilité, il a relevé que les "investissements déjà réalisés en centrales conventionnelles pour répondre à la demande et les perspectives d'avenir font que "la politique énergétique intègre désormais le développement des énergies renouvelables en vue de mieux préparer la transition énergétique et de s'affranchir progressivement, à moyen et long terme, des hydrocarbures". Il a souligné en ce sens les performances de l'Algérie en matière d'énergies renouvelables, notamment grâce à son parc renouvelables déjà mis en service d'une puissance de près de 400 MW.
Une transition énergétique axée sur la productivité et l'efficacité énergétique
Il a aussi insisté sur la volonté affichée du secteur de l'énergie d'entamer une transition énergétique axée sur la productivité et l'efficacité énergétique de la production, du transport et de la distribution mais aussi sur un mix énergétique où les énergies renouvelables sont appelées à jouer un rôle de plus en plus prépondérant. Parallèlement, l'effort entrepris pour l'usage des produits réputés propres a été poursuivi par d'autres actions parmi lesquelles la généralisation avancée de l'utilisation de l'essence sans plomb dans le transport et de l'utilisation de l'électricité, ainsi que du gaz naturel et du GPL (Butane) comme combustibles, en remplacement, dans plusieurs usages, des produits comme le fuel-oil, le gasoil ou le pétrole lampant, réduisant ainsi les émissions polluantes de l'air et les gaz à effet de serre notamment dans les villes. M.
Boulakhras a aussi décrit le programme national de l'efficacité énergétique visant la réduction de la consommation globale d'énergie à l'horizon 2030 par une amélioration des performances énergétiques des habitations et des villes et ce, à travers l'isolation thermique de logements, l'introduction de lampes à basse consommation, l'installation de chauffe-eau solaires, le remplacement au niveau de l'éclairage public des lampes à mercure par des lampes à sodium, de même que la promotion des carburants propres à l'exemple du GPL/c et de GNC


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.