Accusations, révélations et des milliards dilapidés    Un plan de sabotage fomenté par le MAK déjoué    Le Hirak n'abdique pas    Arrestation d'activistes présumés du PNP    Les Verts affronteront la Belgique en mars    Le ministère répond aux grévistes    Chelsea : Abramovich offre un gros chèque à Lampard    Massimiliano Allegri va patienter jusqu'en juin    La fin de la récréation !    OM – Villas-Boas: «Brahimi était dans nos plans, mais…»    Mobilisation exceptionnelle à Alger    OIT: "faire du travail décent une réalité pour la jeunesse africaine"    MDN: large campagne sanitaire pour les habitants de zones enclavées à Ouargla    MASCARA : Création d'une zone industrielle à Mohammadia    ANSEJ MOSTAGANEM : 352 projets validés en 9 mois    PROGRAMME DE LOGEMENTS LPA : Les souscripteurs d'Alger convoqués fin décembre    A TAMANRASSET : Tebboune s'engage à faire de la wilaya un pôle touristique    CAMPAGNE ELECTORALE : La campagne de Benflis visée par un plan d'infiltration    TISSEMSILT : Saisie de 80 kg de viandes blanches impropres à la consommation    BECHAR : Arrestation de 4 braconniers à Beni Ounif    SURETE DE WILAYA DE TIARET : 307 permis de conduire retirés en novembre    Cancer de la prostate : des spécialistes plaident pour "un dépistage de masse précoce"    Harbi s'attaque à l'Armée     Championnats arabes de Cyclisme sur route: deux autres médailles pour l'Algérie en clôture de la compétition    Gaïd Salah : l'Algérie mérite de la part de ses enfants qu'ils demeurent la "forteresse impénétrable"    Loukal rappelle en Egypte l'engagement de l'Algérie pour l'autonomie financière de l'UA    Sonatrach "qualifiée" pour évaluer les actifs d'Anadarko en Algérie    Jeux Paralympiques Tokyo-2020: l'Algérie candidate à l'organisation de deux tournois qualificatifs    Lutte antiterroriste: Une bombe artisanale détruite à Tlemcen    Le projet de loi relative à l'organisation territoriale du pays adopté, un acquis pour la redynamisation du développement dans le Sud    La pièce de théâtre "Ez'Zaouèche" présentée à Alger    "L'Algérie contemporaine, cultures et identités", un nouvel essai en ligne de Ahmed Cheniki    LOPIS: vulgarisation du contenu du guide scientifique au niveau des établissements éducatifs    JM Oran-2021 : la "nouvelle dynamique" des préparatifs de la 19e édition saluée    Prix Assia-Djebar 2019: les noms des lauréats dévoilés    LOPIS : des laboratoires politiques oeuvrent à susciter "une crise de terminologies"    54 appareils distribués aux handicapés    L'ONU lance un appel de près de 29 milliards de dollars    Nouvelle réunion tripartite à Washington lundi    Projecteurs braqués sur Vienne    La commission du renseignement du Congrès accable Trump    ACTUCULT    Ligue des champions d'Afrique. ES Tunis – JS Kabylie (demain à 20h à Radès) : Mission compliquée pour les Kabyles    Malgré des divergences entre ses pays membres : L'Otan adopte une déclaration consensuelle    Intérêts d'Anadarko en Algérie: Sonatrach va exercer son droit de préemption    France-Algérie : Nadia Kaci, le prix de la liberté    70e anniversaire de l'établissement des relations diplomatiques entre la Chine et la Bulgarie Ouverture à Sofia d'une exposition d'art sino-bulgare    Projection du film "Le voleur de bicyclette" le 7 décembre à Oran    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un plan d'action pour définir les entraves
Emploi au sud du pays
Publié dans Le Midi Libre le 14 - 11 - 2019

Le ministre du Travail, de l'Emploi et de la Sécurité sociale, Tidjani Hassan Haddam, a fait état mardi à Alger de l'adoption, dans une dizaine de jours, d'un nouveau plan d'action pour "définir définitivement" les entraves en matière d'emploi dans les wilayas du Sud.
Le ministre du Travail, de l'Emploi et de la Sécurité sociale, Tidjani Hassan Haddam, a fait état mardi à Alger de l'adoption, dans une dizaine de jours, d'un nouveau plan d'action pour "définir définitivement" les entraves en matière d'emploi dans les wilayas du Sud.
Présidant l'installation d'un groupe de travail, composé de représentants de plusieurs secteurs concernés par l'élaboration d'une stratégie en matière d'emploi dans les wilayas du Sud, le ministre a fait état de "l'adoption, dans une dizaine de jours, d'un nouveau plan d'action pour définir définitivement les entraves en matière d'emploi dans ces wilayas". Une "réflexion profonde" sera engagée au niveau du ministère du Travail en concertation avec tous les secteurs concernés autour de "la refondation du système de formation professionnelle au niveau des wilayas du Sud pour une réelle adaptation des qualifications des demandeurs d'emploi aux offres de travail exprimés par les entreprises", a expliqué le ministre.Réitérant l'intérêt accordé par le Gouvernement à la question de l'emploi, à la lutte contre le chômage et à l'intégration des jeunes dans le monde du travail,
Haddam a indiqué que "la question de l'emploi ne saurait être régler par les services locaux de l'emploi seuls, car elle nécessite l'implication de tous les acteurs au niveau local pour optimiser les efforts en matière de création de postes d'emploiproductifs et de perfectionnement des compétences de la mains d'oeuvre afin de les adapter aux besoins du marché du travail, et partant favoriser l'intégration professionnel du plus grand nombre possible de demandeurs d'emploi." Evoquant le marché du travail dans le Sud, Haddam a rappelé qu'il est "régi par l'instruction du Premier ministre relative à la gestion de l'emploi dans les wilayas du Sud, visant notamment à donner la priorité dans le recrutement à la main-d'oeuvre
locale, à adapter la formation aux besoins des entreprises et à lever les obstacles freinant la création de micro-entreprises et la promotion de l'entrepreneuriat parmi les jeunes dans ces régions". Le cadre juridique, régissant l'emploi dans le Sud, a été renforcé par une circulaire interministérielle relative aux "procédures de sélection et de recrutement de la main d'oeuvre, et la consolidation de la formation à travers l'apprentissage dans les wilayas du Sud", a-t-il souligné, rappelant sa "mise en oeuvre à titre expérimental au niveau de la wilaya d'Illizi, puis récemment au niveau de la wilaya d'Ouargla, en deuxième étape".
A ce propos, le ministre a affirmé que "le secteur a élaboré un rapport détaillé sur la situation de l'emploi dans les wilayas du Sud qu'il a transmis au Premier ministre". Pour M. Haddam, il est impératif d'anticiper les "changements accélérés que connaît le marché de l'emploi au niveau local, et ce à travers unevision prospective des nouveaux métiers qui émergeront à l'avenir et des métiers appelés à disparaître, ce qui requiert, a-til dit, d'être au diapason des techniques relatives à son évolution et d'arrêter les mesures et les politiques à intégrer dans le marché de l'emploi". Pour ce faire, le ministre a mis en avant la nécessaire conjugaison des efforts en vue de parvenir à une réelle adaptation des qualifications des demandeurs d'emploi aux offres de travail disponibles dans ces régions et d'aplanir toutes les difficultés enregistrées en matière de procédures de recrutement.
Il a plaidé, à cet effet, pour "une refondation du système de formation professionnelle au niveau des wilayas du Sud en concertation avec tous les secteurs concernés, préconisant de faire obligation aux entreprises, publiques et privées activant dans ces régions, de respecter les procédures d'installation des travailleurs et de formuler leurs besoins en main d'oeuvre et les qualifications requises afin de permettre sa formation et son habilitation en adéquation aux besoins exprimés par les employeurs".
Présidant l'installation d'un groupe de travail, composé de représentants de plusieurs secteurs concernés par l'élaboration d'une stratégie en matière d'emploi dans les wilayas du Sud, le ministre a fait état de "l'adoption, dans une dizaine de jours, d'un nouveau plan d'action pour définir définitivement les entraves en matière d'emploi dans ces wilayas". Une "réflexion profonde" sera engagée au niveau du ministère du Travail en concertation avec tous les secteurs concernés autour de "la refondation du système de formation professionnelle au niveau des wilayas du Sud pour une réelle adaptation des qualifications des demandeurs d'emploi aux offres de travail exprimés par les entreprises", a expliqué le ministre.Réitérant l'intérêt accordé par le Gouvernement à la question de l'emploi, à la lutte contre le chômage et à l'intégration des jeunes dans le monde du travail,
Haddam a indiqué que "la question de l'emploi ne saurait être régler par les services locaux de l'emploi seuls, car elle nécessite l'implication de tous les acteurs au niveau local pour optimiser les efforts en matière de création de postes d'emploiproductifs et de perfectionnement des compétences de la mains d'oeuvre afin de les adapter aux besoins du marché du travail, et partant favoriser l'intégration professionnel du plus grand nombre possible de demandeurs d'emploi." Evoquant le marché du travail dans le Sud, Haddam a rappelé qu'il est "régi par l'instruction du Premier ministre relative à la gestion de l'emploi dans les wilayas du Sud, visant notamment à donner la priorité dans le recrutement à la main-d'oeuvre
locale, à adapter la formation aux besoins des entreprises et à lever les obstacles freinant la création de micro-entreprises et la promotion de l'entrepreneuriat parmi les jeunes dans ces régions". Le cadre juridique, régissant l'emploi dans le Sud, a été renforcé par une circulaire interministérielle relative aux "procédures de sélection et de recrutement de la main d'oeuvre, et la consolidation de la formation à travers l'apprentissage dans les wilayas du Sud", a-t-il souligné, rappelant sa "mise en oeuvre à titre expérimental au niveau de la wilaya d'Illizi, puis récemment au niveau de la wilaya d'Ouargla, en deuxième étape".
A ce propos, le ministre a affirmé que "le secteur a élaboré un rapport détaillé sur la situation de l'emploi dans les wilayas du Sud qu'il a transmis au Premier ministre". Pour M. Haddam, il est impératif d'anticiper les "changements accélérés que connaît le marché de l'emploi au niveau local, et ce à travers unevision prospective des nouveaux métiers qui émergeront à l'avenir et des métiers appelés à disparaître, ce qui requiert, a-til dit, d'être au diapason des techniques relatives à son évolution et d'arrêter les mesures et les politiques à intégrer dans le marché de l'emploi". Pour ce faire, le ministre a mis en avant la nécessaire conjugaison des efforts en vue de parvenir à une réelle adaptation des qualifications des demandeurs d'emploi aux offres de travail disponibles dans ces régions et d'aplanir toutes les difficultés enregistrées en matière de procédures de recrutement.
Il a plaidé, à cet effet, pour "une refondation du système de formation professionnelle au niveau des wilayas du Sud en concertation avec tous les secteurs concernés, préconisant de faire obligation aux entreprises, publiques et privées activant dans ces régions, de respecter les procédures d'installation des travailleurs et de formuler leurs besoins en main d'oeuvre et les qualifications requises afin de permettre sa formation et son habilitation en adéquation aux besoins exprimés par les employeurs".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.