Sonatrach: hausse de 70% du chiffre d'affaires à l'exportation à fin mai 2022    Canicule annoncée lundi, sur plusieurs wilayas du pays    Le ministère de la Santé appelle au respect des mesures de prévention durant l'Aïd El-Adha    Président libanais: le Sommet arabe d'Alger revêt une importance capitale    «Le Maroc essaie d'effacer les preuves»    Deux unités de production de médicaments anticancéreux et de stylos à insuline inaugurées à Alger    Armée Sahraouie: nouvelles attaques contre les positions de l'occupant marocain dans les secteurs de Mahbes et Oum Dreyga    JM /Handball dames/ Gr.A : le point après la 3e et dernière journée    JM / haltérophilie : l'Algérien Fardjalla au pied du podium à l'épaulé-jeté    JM / Athlétisme (2e journée): résultats techniques des finales    Célébration du 60e anniversaire de l'Indépendance : Un grand concert de musique andalouse à Alger    Deux clubs espagnols se disputent Isco    Nombreux forages et exploitations agricoles raccordés à l'électricité    El Tarf: Renforcement du réseau d'électricité    Sahara occidental: L'émissaire de l'ONU en tournée dans la région    Tiaret - Match gala pour Tahar Benferhat: Dans l'attente d'un Mémorial    Libye : des manifestants investissent le siège du Parlement    Feuille de route admissible ?    «Les attributions de logements ne vont pas s'arrêter»    Le partage du mouton et du repas    La tenue des gymnastes olympiques et le délire collectif    Pièces de rechange automobiles: «Pas de rupture d'approvisionnement»    Sidi Bel Abbès: Le festival de danse populaire tient ses promesses    Le directeur de l'Anad placé en garde à vue    Bilal Afer crée la sensation    Les pros ou les charlatans?    Le bout du tunnel    Les clés de l'indépendance    Deux repentis de Boko Haram se rendent à l'armée    Le Hamas salue un rapport de l'ONU    Le 60ème anniversaire de l'indépendance, "une opportunité pour mettre en relief les réalisations de l'Algérie indépendante"    Makri avance sa proposition    Les déchets ménagers inquiètent    Le sens et les messages d'un défilé    «La jeunesse algérienne sait bâtir»    «C'est un superbe cadeau!»    Oran vibre au rythme de la mode algérienne    Il était une fois le rai d'antan!    "L'Algérie est une nation ancienne dont l'authenticité ne peut être mise en doute"    Le renforcement du front interne, un message de fidélité aux martyrs    Des milliers de logements attribués à leurs bénéficiaires dans l'Ouest du pays    1962-2022: Célébrer une libération « inachevée »?    Zeroual: l'Algérie a besoin de tous ses enfants pour parachever l'édification d'un Etat moderne    Le DG du journal «Echaab» limogé    Grand Prix Assia Djebar du Roman: Les lauréats distingués    El-Bayadh: Le célèbre «Rakb Sid Cheikh» de retour    «C'est un écrin de l'esprit de Novembre»    Oran sous psychotropes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Ce qui attend les Algériens en 2020
Croissance économique, impôts, chômage, réserves de change,,,
Publié dans Le Midi Libre le 04 - 01 - 2020

compliquée sur le plan économique. Elle commence par des augmentations de prix imputables aux nombreux nouveaux impôts introduits par la loi de Finances. Dans le but detenter de limiter le déficit budgétaire, le gouvernement a en effet fait preuve de beaucoup d'inventivité, en matière fiscale.
compliquée sur le plan économique. Elle commence par des augmentations de prix imputables aux nombreux nouveaux impôts introduits par la loi de Finances. Dans le but detenter de limiter le déficit budgétaire, le gouvernement a en effet fait preuve de beaucoup d'inventivité, en matière fiscale.
Seule "bonne" nouvelle, il n'y aura pas d'augmentation cette année,des tarifs de l'électricité ou descarburants. En revanche, le prix descigarettes sera le premier concerné, enraison de l'alourdissement de la taxe sur les produits tabagiques. Des augmentationsde prix significatives, sont également à prévoir en 2020, pour les produits électroménagers à cause de l'alourdissement du barème de la taxe d'efficacité énergétique. Le prix des billets d'avion sera également impacté parl'augmentation de la taxe sur les titres de transport internationaux, qui a été portée de 500 à 1.000 dinars. L'ingéniosité des
fonctionnaires de Ben Aknoun, en matière fiscale, a particulièrement ciblé les automobiles et le matériel roulant, en général. Pas moins de trois nouvelles taxes et augmentation des taxes existantes sont ainsi prévues en 2020. La plus importante est la nouvelle taxe sur les véhicules roulants, qui sera perçu au moment de la souscription de la police d'assurance. Il s'agit d'une taxeau barème uniforme, d'un montant de 1.500 dinars pour les véhicules de tourisme et de 3.000 dinars pour les autres véhicules et engins roulants.
Une croissance économique en berne
Sur un plan plus général, la performance de l'économie algérienne dépendra de la croissance qui devrait rester
très faible, au cours de l'année à venir. Dans ce domaine, le dernier gouvernement a révisé en baisse ses ambitions, en ramenant sa prévision pour l'année 2020 à 1,8%, ce qui constitue en soi un objectif assez modeste et inférieur au taux de croissance de la population. Cet objectif est jugé encore trop optimiste, aux yeux de nombreuses institutionsinternationales. La Banque Mondiale annonce une croissance limitée à 1,5%, pour l'année prochaine. La société d'assurance-crédit Euler Hermes est encore plus pessimiste, et table sur une croissance annuelle de +0,5% seulement, en 2020. Une fois n'est pas coutume, pour l'instant seul le FMI s'attend à un chiffre supérieur à 2%, pour l'année prochaine.
Le chômage en hausse
Dans ce contexte de croissance anémique, l'évolution de l'emploi devrait constituer une préoccupation de plus en plus importante, dans la période à venir. Alors que les effets du ralentissement économique sur la situation de l'emploi sont déjà visibles au quotidien, dans toutes les régions du pays, les institutions financières internationales annoncent une aggravation sensible du chômage au cours des prochains mois, au moment où des centaines de milliers de jeunes, diplômés ou non, se présentent sur le marché du travail. Le FMI annonce néanmoins une forte augmentation du taux de chômage, qui devrait passer à 12,5% en 2019 et à 13,3% en 2020.
Un nouveau déficit important pour les finances publiques
Contrairement aux attentes des autorités algériennes, la situation financière du pays ne devrait pas non pluss'améliorer sensiblement, l'année prochaine. Pour l'instant, la réduction du déficit budgétaire n'est pas réellement au programme du gouvernement. La nLoi de finances prévoit un solde négatif du Trésor, identique à celui de 2019 et supérieur à 2.400 milliards de dinars (près de 20 milliards de dollars). Circonstance aggravante, cette stabilisationdu déficit à un niveau très élevé n'a pu être obtenue, qu'au prix de coupes sombres dans les dépenses d'équipements,
qui ont été réduites de 20%, et du gel presque complet de tout nouveau projet d'infrastructure, financé par le budget de l'Etat. L'accumulation des déficits budgétaires, depuis 2015, laisse, en outre, des traces dans la dette de l'Etat quidevrait franchir la barre des 50% du PIB en 2019, et pourrait être supérieure à 60% du PIB, fin 2020.
La fonte des réserves de change va continuer
On relève la même évolution dans le cas de nos équilibres financiers extérieurs, et du niveau des réserves de change. Dans ses perspectives triennales, le ministère des Finances nannonce très officiellement, un niveau de réserves de change de tout juste 60 milliards de dollars, à fin 2019. Ce qui correspond à une diminution des réserves de près de 20 milliards de dollars en 2019.
Si ce dernier chiffre était attendu, les prévisions des autorités algériennes pour 2020, sont en revanche jugées irréalistes par beaucoupde spécialistes. Le gouvernement affiche en effet, un objectif de réduction du déficit de la balance des paiements ,et des réserves à 8,5 milliards de dollars en 2020, et même 5 milliards en 2021. Ce n'est pas du tout ce que prévoit le FMI, qui, dans ses perspectives
économiques publiées en octobre dernier, annonce que le déficit de nos paiementscourants va augmenter à 12,6% du PIB en 2019, et devrait se maintenir
à -11,9% du PIB en 2020. Des prévisions qui reposent, selon nos sources, sur "une hypothèse de prix pétroliers, qui resteront déprimés et proches de leur niveau actuel, ainsi que sur une réduction du volume de nos exportations d'hydrocarbures". Dans ce cas de figure probable,
la fonte de nos réserves de change devrait se poursuivre à un rythme pratiquement inchangé, et leur niveau se rapprocher de la barre des 40 milliards de dollars, à Nfin 2020.Ce pronostic est encore renforcé par les décisions récentes des autorités algériennes, d'exercer leur droit de préemption sur les cessions d'actifs pétroliers, de plusieurs compagnies internationales exerçant en Algérie, qui pourrait se traduire par une ponction supplémentaire de près de 4 milliards de dollars sur nos réserves, au cours de l'année à venir.
-Le "climat des affaires" pénalisé par l'instabilité Npolitique et juridique
Dans le but d'améliorer le climat des affaires dans notre pays, la loi de Finances 2020 a aussi introduit d'importantes innovations législatives, à la fois dans le domaine financier et dans celui des investissements. Elle met fin notamment ,à la règle du 51/49 qui était en vigueur depuis plus d'une Ndécennie, et à l'interdiction de l'endettement extérieur qui remontait à 2005. De son côté, la nouvelle loi surles hydrocarbures est censée avoir pour effet, de renforcer l'attractivité du domaine minier algérien. Pour la plupart des spécialistes qui sont intervenus sur plusieurs sites d'informations, ce nouveau dispositif législatif aura cependant beaucoup de mal à produire rapidement des effets, en matière d'attraction des investissements étrangers,Net de relance de la production et des exportations d'hydrocarbures.
Dans un contexte d'instabilité politique et juridique, le comportement des investissements étrangers devrait décevoir les attentes des autorités algériennes. NLes échos recueillis dans ce domaine, auprès de nombreux diplomates étrangers, ne laissent malheureusement pas beaucoup de doute. L'opération "mains Npropres", toujours en cours, pourrait en outre avoir des effets durables sur le comportement des investisseurs nationaux. Dans ce domaine, les opérateurs N publics de l'Unop, aussi bien que les entrepreneurs privés du FCE, ont dépeint au cours des dernières semaines, un tableau très alarmant de l'état de santé des entreprises nationales
Seule "bonne" nouvelle, il n'y aura pas d'augmentation cette année,des tarifs de l'électricité ou descarburants. En revanche, le prix descigarettes sera le premier concerné, enraison de l'alourdissement de la taxe sur les produits tabagiques. Des augmentationsde prix significatives, sont également à prévoir en 2020, pour les produits électroménagers à cause de l'alourdissement du barème de la taxe d'efficacité énergétique. Le prix des billets d'avion sera également impacté parl'augmentation de la taxe sur les titres de transport internationaux, qui a été portée de 500 à 1.000 dinars. L'ingéniosité des
fonctionnaires de Ben Aknoun, en matière fiscale, a particulièrement ciblé les automobiles et le matériel roulant, en général. Pas moins de trois nouvelles taxes et augmentation des taxes existantes sont ainsi prévues en 2020. La plus importante est la nouvelle taxe sur les véhicules roulants, qui sera perçu au moment de la souscription de la police d'assurance. Il s'agit d'une taxeau barème uniforme, d'un montant de 1.500 dinars pour les véhicules de tourisme et de 3.000 dinars pour les autres véhicules et engins roulants.
Une croissance économique en berne
Sur un plan plus général, la performance de l'économie algérienne dépendra de la croissance qui devrait rester
très faible, au cours de l'année à venir. Dans ce domaine, le dernier gouvernement a révisé en baisse ses ambitions, en ramenant sa prévision pour l'année 2020 à 1,8%, ce qui constitue en soi un objectif assez modeste et inférieur au taux de croissance de la population. Cet objectif est jugé encore trop optimiste, aux yeux de nombreuses institutionsinternationales. La Banque Mondiale annonce une croissance limitée à 1,5%, pour l'année prochaine. La société d'assurance-crédit Euler Hermes est encore plus pessimiste, et table sur une croissance annuelle de +0,5% seulement, en 2020. Une fois n'est pas coutume, pour l'instant seul le FMI s'attend à un chiffre supérieur à 2%, pour l'année prochaine.
Le chômage en hausse
Dans ce contexte de croissance anémique, l'évolution de l'emploi devrait constituer une préoccupation de plus en plus importante, dans la période à venir. Alors que les effets du ralentissement économique sur la situation de l'emploi sont déjà visibles au quotidien, dans toutes les régions du pays, les institutions financières internationales annoncent une aggravation sensible du chômage au cours des prochains mois, au moment où des centaines de milliers de jeunes, diplômés ou non, se présentent sur le marché du travail. Le FMI annonce néanmoins une forte augmentation du taux de chômage, qui devrait passer à 12,5% en 2019 et à 13,3% en 2020.
Un nouveau déficit important pour les finances publiques
Contrairement aux attentes des autorités algériennes, la situation financière du pays ne devrait pas non pluss'améliorer sensiblement, l'année prochaine. Pour l'instant, la réduction du déficit budgétaire n'est pas réellement au programme du gouvernement. La nLoi de finances prévoit un solde négatif du Trésor, identique à celui de 2019 et supérieur à 2.400 milliards de dinars (près de 20 milliards de dollars). Circonstance aggravante, cette stabilisationdu déficit à un niveau très élevé n'a pu être obtenue, qu'au prix de coupes sombres dans les dépenses d'équipements,
qui ont été réduites de 20%, et du gel presque complet de tout nouveau projet d'infrastructure, financé par le budget de l'Etat. L'accumulation des déficits budgétaires, depuis 2015, laisse, en outre, des traces dans la dette de l'Etat quidevrait franchir la barre des 50% du PIB en 2019, et pourrait être supérieure à 60% du PIB, fin 2020.
La fonte des réserves de change va continuer
On relève la même évolution dans le cas de nos équilibres financiers extérieurs, et du niveau des réserves de change. Dans ses perspectives triennales, le ministère des Finances nannonce très officiellement, un niveau de réserves de change de tout juste 60 milliards de dollars, à fin 2019. Ce qui correspond à une diminution des réserves de près de 20 milliards de dollars en 2019.
Si ce dernier chiffre était attendu, les prévisions des autorités algériennes pour 2020, sont en revanche jugées irréalistes par beaucoupde spécialistes. Le gouvernement affiche en effet, un objectif de réduction du déficit de la balance des paiements ,et des réserves à 8,5 milliards de dollars en 2020, et même 5 milliards en 2021. Ce n'est pas du tout ce que prévoit le FMI, qui, dans ses perspectives
économiques publiées en octobre dernier, annonce que le déficit de nos paiementscourants va augmenter à 12,6% du PIB en 2019, et devrait se maintenir
à -11,9% du PIB en 2020. Des prévisions qui reposent, selon nos sources, sur "une hypothèse de prix pétroliers, qui resteront déprimés et proches de leur niveau actuel, ainsi que sur une réduction du volume de nos exportations d'hydrocarbures". Dans ce cas de figure probable,
la fonte de nos réserves de change devrait se poursuivre à un rythme pratiquement inchangé, et leur niveau se rapprocher de la barre des 40 milliards de dollars, à Nfin 2020.Ce pronostic est encore renforcé par les décisions récentes des autorités algériennes, d'exercer leur droit de préemption sur les cessions d'actifs pétroliers, de plusieurs compagnies internationales exerçant en Algérie, qui pourrait se traduire par une ponction supplémentaire de près de 4 milliards de dollars sur nos réserves, au cours de l'année à venir.
-Le "climat des affaires" pénalisé par l'instabilité Npolitique et juridique
Dans le but d'améliorer le climat des affaires dans notre pays, la loi de Finances 2020 a aussi introduit d'importantes innovations législatives, à la fois dans le domaine financier et dans celui des investissements. Elle met fin notamment ,à la règle du 51/49 qui était en vigueur depuis plus d'une Ndécennie, et à l'interdiction de l'endettement extérieur qui remontait à 2005. De son côté, la nouvelle loi surles hydrocarbures est censée avoir pour effet, de renforcer l'attractivité du domaine minier algérien. Pour la plupart des spécialistes qui sont intervenus sur plusieurs sites d'informations, ce nouveau dispositif législatif aura cependant beaucoup de mal à produire rapidement des effets, en matière d'attraction des investissements étrangers,Net de relance de la production et des exportations d'hydrocarbures.
Dans un contexte d'instabilité politique et juridique, le comportement des investissements étrangers devrait décevoir les attentes des autorités algériennes. NLes échos recueillis dans ce domaine, auprès de nombreux diplomates étrangers, ne laissent malheureusement pas beaucoup de doute. L'opération "mains Npropres", toujours en cours, pourrait en outre avoir des effets durables sur le comportement des investisseurs nationaux. Dans ce domaine, les opérateurs N publics de l'Unop, aussi bien que les entrepreneurs privés du FCE, ont dépeint au cours des dernières semaines, un tableau très alarmant de l'état de santé des entreprises nationales


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.