Importation des véhicules neufs par les concessionnaires : l'adoption d'une approche alliant simplification et efficacité est necessaire    Leipzig : Nagelsmann dément des discussions avec le Bayern    Barça : Les joueurs font la queue pour une photo avec Messi (Vidéo)    Responsable sahraoui : "Nous saurons faire face aux drones israéliens utilisés par le Maroc"    La Conférence de Bandung, début de la participation algérienne dans les fora internationaux    DGSN : installation de nouveaux chefs de Sûreté de wilayas    La phase de déploiement de la stratégie Sonelgaz-horizon 2035 sera bientôt entamée    Coronavirus: 156 nouveaux cas, 111 guérisons et 3 décès    Législatives du 12 juin: dernier délai pour le dépôt des dossiers de candidature, jeudi à minuit    Coupe de la Ligue : les matchs de mardi avancés à 15h30    Tribunal de Tipaza : Kamel Chikhi, dit «El Boucher», condamné à deux ans de prison ferme    Fédération algérienne de football : la passation de consignes Zetchi – Amara mardi    Vaccins anti-Covid : Les risques dus aux effets secondaires sont «négligeables», selon le Pr Mahiaoui    Enseignement supérieur : le recrutement direct des diplômés de doctorat «impossible », selon le ministre    Dangereuses menaces sur la Mosquée d'Al-Aqsa    «La présence de 1 588 containers en zones de stockage n'est pas logique»    Chranou explique les raisons du départ de l'entraîneur Sahraoui    Agressions contre le foncier public    Tadjine aux épinards    Les restaurants Errahma sont de retour    «Le Printemps berbère n'était pas venu spontanément»    Sale temps pour le Mouloudia    Des citoyens bloquent le centre-ville    Le scénario du groupe bancaire Crédit Agricole    Marche à Montréal pour célébrer le Printemps berbère    Forte mobilisation malgré le jeûne    L'Ahaggar, la bataille des territoires    Le Conseil de sécurité approuve le déploiement d'observateurs    Les Kabyles mettent le cap sur Garoua    Coronavirus: plus de 3 millions de morts dans le monde, course à la vaccination    Béchar : La pénurie du lait en sachet réapparaît    Théâtre régional de Mostaganem : Riche programme artistique et culturel    Fin de mission ou redéploiement ?    Dossier de la mémoire: «La pandémie est venue retarder les pourparlers»    Quand la vie se résume à un poème    El Tarf: Un riche programme culturel et artistique    L'Abef allège le recours au Credoc    À quoi joue la Turquie?    Plusieurs responsables américains interdits d'entrer en Russie    Le pic de l'inconscience    L'appareil sécuritaire toujours prêt face à la menace terroriste    «Les législatives sont un objectif stratégique»    Tebboune préside la réunion périodique    Renouvellement du bâtonnat de Boumerdès    «Nous souhaitons aller vers de nouveaux services»    Le premier martyr du Mouvement national    «El Aqaïd» de Abdelhamid Benbadis    Un cocktail culturel varié    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Grand succès de la diplomatie algérienne
Cessez-le feu en Libye
Publié dans Le Midi Libre le 13 - 01 - 2020

Après les forces de Khalifa Haftar, le Gouvernement d'union nationale libyen (GNA), reconnu par l'ONU, a annoncé hier qu'il accepte le cessez-le-feu auquel ont appelé plusieurs pays, ouvrant la voie à un retour au calme en Libye, après un risque de guerre aux conséquences catastrophiques.
Après les forces de Khalifa Haftar, le Gouvernement d'union nationale libyen (GNA), reconnu par l'ONU, a annoncé hier qu'il accepte le cessez-le-feu auquel ont appelé plusieurs pays, ouvrant la voie à un retour au calme en Libye, après un risque de guerre aux conséquences catastrophiques.
Le Gouvernement d'union nationale (GNA), a accepté dimanche l'appel àun cessez-le-feu en Libye, lancé par Moscou et Ankara, quelques heures aprèsl'annonce par le maréchal Khalifa Haftar,de la cessation des hostilités. En réponseà l'appel mercredi des présidents turc, Recep Tayyip Erdogan, et russe, Vladimir Poutine, le chef du GNA, Fayez al-Sarraj, a annoncé dans un communiqué "un cessez-le-feu à partir du (dimanche) 12 janvier à 00H00", soulignant le "droit légitime" de ses forces de "riposter à touteattaque ou agression, qui pourrait provenir de l'autre camp".
Dans la soirée de samedi, les forces de Khalifa Haftar avaient annoncé un cessez-le-feu, à partir de dimanche 00H00 (22H00 GMT), en réponse à l'appel lancé mercredi, par Moscou et Ankara. Mais, les forces de Haftar, basées à Benghazi dans l'Est libyen, ont prévenu que ce cessez-le- feu, dans un bref communiqué, que la "riposte sera sévère en cas de violation de la trêve par le camp adverse", en allusion auxforces du Gouvernement d'union nationale (GNA), basé à Tripoli. Avant l'annonce du maréchal Haftar, le président Russe Vladimir Poutine et la chancelière allemande Angela Merkel, s'étaient rencontrés samedi à Moscou.
"Je compte vraiment sur le fait que dans quelques heures, (...) comme nous l'avons demandé avec le président turc, (Recep Tayyip) Erdogan, les parties au conflit libyen cesseront le feu", avait déclaré M. Poutine, à l'issue de la rencontre. Le président turc Recep Tayyip Erdogan, et son homologue russe Vladimir Poutine, ont appelé mercredi à Istanbul, à l'instauration de ce cessez-le-feu et samedi, la Turquie a demandé à la Russie, de convaincre le général Haftar de le respecter.
L'Algérie salue le cessez-le-feu
Par la voix du porte-parole du ministère des Affaires étrangères, l'Algérie salue la décision de cessez-le-feu déclarée en Libye par les forces du maréchal Khalifa Haftar, et approuvée par le Gouvernement d'union nationale. L'Algérie appelle ainsi les différentes parties libyennes, à respecter le cessez-le-feu et de revenir rapidement au processus de dialogue national inclusif, pour arriver à une solution politique et pacifique, qui prenne en compte l'intérêt supérieur de la Libye et de son peuple, a indiqué le communiqué de la diplomatie algérienne. Le communiqué, signé par le porte-parole du MAE Abdelaziz Benali Chérif, rappelle la position constante de l'Algérie, appelant à une solution politique et pacifique, par le biais d'un dialogue entre Libyens. L'Algérie poursuivra ses efforts pour arriver à une solution politique et pacifique, garantissant l'unité du peuple libyen et sa souveraineté, précise-t-on.
Poursuite des efforts de médiation de l'Algérie
L'Algérie poursuit de son côté, ses efforts de médiation dans la crise libyenne, notamment sur le front africain, et multiplie les consultations avec les pays de l'Union africaine, autant qu'avec les pays européens, dont l'Italie. Le président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, avait reçu samedi à Alger, le ministre congolais des Affaires étrangères et de la Coopération, Jean-Claude Gakosso. Un communiqué de la présidence de la République indique en effet, que le président Abdelmadjid Tebboune a reçu le ministre congolais des Affaires étrangères et de la Coopération, Jean-Claude Gakosso. Celui-ci, précise t-on de même source, lui a remis un message du Président congolais, en sa qualité de président du Comité de haut niveau de l'Union africaine (UA), sur la Libye. Ce message est "une invitation adressée au président de la République, pour assister à la réunion que
le Comité compte tenir le 25 janvier courant", précise le communiqué. ''L'audience a été l'occasion d'évaluer la situation en Libye, ce pays frère, et l'échange de vues sur les voies à même de mettre fin aux hostilités et aux ingérences étrangères, et de dynamiser le processus des négociations entre les parties libyennes, ainsi que le rôle de l'UA dans la relance du processus de paix dans ce pays frère, loin de toute ingérence étrangère", ajoute la même source.0nSoucieuse de rester à "équidistance" des deux camps, Alger a rejeté toute ingérence étrangère en Libye, et a exhorté toutes "les parties libyennes à retourner rapidement à la table des négociations". Lundi dernier, en recevant le chef du GNA, Fayez El Serraj, le président Abdelmadjid Tebboune avait rappelé "l'attachement de l'Algérie à préserver la région de toute ingérence étrangère", au moment où la Turquie a décidé de déployer des troupes en Libye, "en soutien" au GNA dans la bataille de Tripoli. Au terme de cet entretien, l'Algérie a appelé la communauté internationale, en particulier le Conseil de sécurité, à "prendre ses responsabilités" et à "imposer un cessez-le-feu". L'appel d'Alger a été suivi mercredi, par la Turquie et la Russie, dont les deux dirigeants,
Recep Tayyip Erdogan et Vladimir Poutine, ont appelé à Istanbul, à un cessez-le-feu à partir de ce dimanche 12 janvier à minuit, en Libye. Avec l'Italie par ailleurs, l'Algérie enregistre "une convergence de vues sur la nécessité d'intensifier les efforts pour un cessez-le-feu immédiat", explique un communiqué de la présidence de la République. Cessez-le-feu est un prélude, estime t-on à Alger, "à la reprise du dialogue entre les parties libyennes belligérantes, à même de trouver une solution politique qui garantit l'unité du peuple libyen et l'intégrité territoriale de la Libye, et préserve la souveraineté nationale, loin de toute pression et ingérence étrangère." Enfin, la Chancelière allemande, en visite en Russie pour la première fois depuis le printemps 2018, a dit espérer pouvoir bientôt lancer "les invitationspour une conférence à Berlin sous nl'égide de l'ONU", afin que la Libye puisse redevenir un pays "souverain et pacifié
Le Gouvernement d'union nationale (GNA), a accepté dimanche l'appel àun cessez-le-feu en Libye, lancé par Moscou et Ankara, quelques heures aprèsl'annonce par le maréchal Khalifa Haftar,de la cessation des hostilités. En réponseà l'appel mercredi des présidents turc, Recep Tayyip Erdogan, et russe, Vladimir Poutine, le chef du GNA, Fayez al-Sarraj, a annoncé dans un communiqué "un cessez-le-feu à partir du (dimanche) 12 janvier à 00H00", soulignant le "droit légitime" de ses forces de "riposter à touteattaque ou agression, qui pourrait provenir de l'autre camp".
Dans la soirée de samedi, les forces de Khalifa Haftar avaient annoncé un cessez-le-feu, à partir de dimanche 00H00 (22H00 GMT), en réponse à l'appel lancé mercredi, par Moscou et Ankara. Mais, les forces de Haftar, basées à Benghazi dans l'Est libyen, ont prévenu que ce cessez-le- feu, dans un bref communiqué, que la "riposte sera sévère en cas de violation de la trêve par le camp adverse", en allusion auxforces du Gouvernement d'union nationale (GNA), basé à Tripoli. Avant l'annonce du maréchal Haftar, le président Russe Vladimir Poutine et la chancelière allemande Angela Merkel, s'étaient rencontrés samedi à Moscou.
"Je compte vraiment sur le fait que dans quelques heures, (...) comme nous l'avons demandé avec le président turc, (Recep Tayyip) Erdogan, les parties au conflit libyen cesseront le feu", avait déclaré M. Poutine, à l'issue de la rencontre. Le président turc Recep Tayyip Erdogan, et son homologue russe Vladimir Poutine, ont appelé mercredi à Istanbul, à l'instauration de ce cessez-le-feu et samedi, la Turquie a demandé à la Russie, de convaincre le général Haftar de le respecter.
L'Algérie salue le cessez-le-feu
Par la voix du porte-parole du ministère des Affaires étrangères, l'Algérie salue la décision de cessez-le-feu déclarée en Libye par les forces du maréchal Khalifa Haftar, et approuvée par le Gouvernement d'union nationale. L'Algérie appelle ainsi les différentes parties libyennes, à respecter le cessez-le-feu et de revenir rapidement au processus de dialogue national inclusif, pour arriver à une solution politique et pacifique, qui prenne en compte l'intérêt supérieur de la Libye et de son peuple, a indiqué le communiqué de la diplomatie algérienne. Le communiqué, signé par le porte-parole du MAE Abdelaziz Benali Chérif, rappelle la position constante de l'Algérie, appelant à une solution politique et pacifique, par le biais d'un dialogue entre Libyens. L'Algérie poursuivra ses efforts pour arriver à une solution politique et pacifique, garantissant l'unité du peuple libyen et sa souveraineté, précise-t-on.
Poursuite des efforts de médiation de l'Algérie
L'Algérie poursuit de son côté, ses efforts de médiation dans la crise libyenne, notamment sur le front africain, et multiplie les consultations avec les pays de l'Union africaine, autant qu'avec les pays européens, dont l'Italie. Le président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, avait reçu samedi à Alger, le ministre congolais des Affaires étrangères et de la Coopération, Jean-Claude Gakosso. Un communiqué de la présidence de la République indique en effet, que le président Abdelmadjid Tebboune a reçu le ministre congolais des Affaires étrangères et de la Coopération, Jean-Claude Gakosso. Celui-ci, précise t-on de même source, lui a remis un message du Président congolais, en sa qualité de président du Comité de haut niveau de l'Union africaine (UA), sur la Libye. Ce message est "une invitation adressée au président de la République, pour assister à la réunion que
le Comité compte tenir le 25 janvier courant", précise le communiqué. ''L'audience a été l'occasion d'évaluer la situation en Libye, ce pays frère, et l'échange de vues sur les voies à même de mettre fin aux hostilités et aux ingérences étrangères, et de dynamiser le processus des négociations entre les parties libyennes, ainsi que le rôle de l'UA dans la relance du processus de paix dans ce pays frère, loin de toute ingérence étrangère", ajoute la même source.0nSoucieuse de rester à "équidistance" des deux camps, Alger a rejeté toute ingérence étrangère en Libye, et a exhorté toutes "les parties libyennes à retourner rapidement à la table des négociations". Lundi dernier, en recevant le chef du GNA, Fayez El Serraj, le président Abdelmadjid Tebboune avait rappelé "l'attachement de l'Algérie à préserver la région de toute ingérence étrangère", au moment où la Turquie a décidé de déployer des troupes en Libye, "en soutien" au GNA dans la bataille de Tripoli. Au terme de cet entretien, l'Algérie a appelé la communauté internationale, en particulier le Conseil de sécurité, à "prendre ses responsabilités" et à "imposer un cessez-le-feu". L'appel d'Alger a été suivi mercredi, par la Turquie et la Russie, dont les deux dirigeants,
Recep Tayyip Erdogan et Vladimir Poutine, ont appelé à Istanbul, à un cessez-le-feu à partir de ce dimanche 12 janvier à minuit, en Libye. Avec l'Italie par ailleurs, l'Algérie enregistre "une convergence de vues sur la nécessité d'intensifier les efforts pour un cessez-le-feu immédiat", explique un communiqué de la présidence de la République. Cessez-le-feu est un prélude, estime t-on à Alger, "à la reprise du dialogue entre les parties libyennes belligérantes, à même de trouver une solution politique qui garantit l'unité du peuple libyen et l'intégrité territoriale de la Libye, et préserve la souveraineté nationale, loin de toute pression et ingérence étrangère." Enfin, la Chancelière allemande, en visite en Russie pour la première fois depuis le printemps 2018, a dit espérer pouvoir bientôt lancer "les invitationspour une conférence à Berlin sous nl'égide de l'ONU", afin que la Libye puisse redevenir un pays "souverain et pacifié


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.