PSG : Di Maria supporte mal le confinement    BLIDA : Arkab s'enquiert de la disponibilité des produits pétroliers    COMMERCE EXTERIEUR : Une baisse globale des échanges en 2019    EN PLEINE EPIDEMIE MONDIALE : La Corée du Nord tire un nouveau projectile    ETATS-UNIS : Trump renonce à placer New York en quarantaine    Bengrina annonce une aide financière de ses députés    Real : Zidane aurait pris une décision pour Aubameyang    OUARGLA : L'annexe régionale de l'institut Pasteur opérationnelle    Un petit village kabyle met en place une ‘'organisation de guerre''    Un mariage provoque 4 contaminations au Covid-19 à Bejaia    Covid19: 57 nouveaux cas confirmés et 2 nouveaux décès enregistrés en Algérie    Oran: 1er concours d'improvisation théâtrale sur Internet    Covid19-Foot: la FAF envisage des mesures de soutien et de relance    L'Agence de presse sahraouie fête son 21e anniversaire    LFP-Coronavirus: "nous réfléchissons à toutes les hypothèses"    La doctrine de la « guerre révolutionnaire », genèse, mise en œuvre et postérité    Le régime algérien profite du coronavirus pour réprimer de plus belle    Covid19-Médicaments à base d'hydroxychloroquine: près de 320.000 boites bientôt disponibles    Journée de la Terre: les Palestiniens face à la colonisation et la propagation du Covid-19    Report JP-2020: les athlètes algériens entre déception et soulagement    Coronavirus: les walis instruits de la mise en œuvre "urgente" d'un dispositif "particulier" d'assistance des citoyens    Le taux d'inflation moyen annuel a atteint 1,8% en février    Des personnalités dénoncent la dérive totalitaire du régime    Tentative de réhabiliter le vote par procuration    L'ancien DGSN Bachir Lahrache n'est plus    La guerre des prix ne profite à aucun producteur    Les feuilles de l'automne    L'infrangible lien…    Les supporters de l'ASMO attendent et espèrent    Pierre Audin solidaire avec Khaled Drareni    La presse écrite à rude épreuve    Lancement d'une plateforme numérique    Blida: Le décompte macabre continue    Prolifération des abattoirs clandestins: Saisie de près de 6 q de viande impropre à la consommation à Es-Senia    Les cygnes blancs de 2020    Une panne technique dans deux postes transformateurs à Hassi Ameur: Coupure prolongée du courant électrique à Oran et plusieurs wilayas de l'Ouest    Mascara: Nouvelles saisies de produits alimentaires    Le confinement fait polémique    L'ESPRIT ET LE CŒUR    La leçon d'humilité    30e nouveau membre de l'Otan    Les règles de conformité fixées    AFFAIRE DU PROCUREUR ADJOINT DE TIARET : Le Syndicat national des magistrats réagit    COUR D'ALGER : Le Parquet général exclut l'atteinte de Karim Tabbou d'un AVC    Palestine: attachement à la terre et lutte jusqu'à la libération de la patrie    L'ancien DGSN Bachir Lahrache n'est plus    Pandémie Covid-19: the year after!    Le FNDC dénonce des violences après le double scrutin de dimanche    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Grand succès de la diplomatie algérienne
Cessez-le feu en Libye
Publié dans Le Midi Libre le 13 - 01 - 2020

Après les forces de Khalifa Haftar, le Gouvernement d'union nationale libyen (GNA), reconnu par l'ONU, a annoncé hier qu'il accepte le cessez-le-feu auquel ont appelé plusieurs pays, ouvrant la voie à un retour au calme en Libye, après un risque de guerre aux conséquences catastrophiques.
Après les forces de Khalifa Haftar, le Gouvernement d'union nationale libyen (GNA), reconnu par l'ONU, a annoncé hier qu'il accepte le cessez-le-feu auquel ont appelé plusieurs pays, ouvrant la voie à un retour au calme en Libye, après un risque de guerre aux conséquences catastrophiques.
Le Gouvernement d'union nationale (GNA), a accepté dimanche l'appel àun cessez-le-feu en Libye, lancé par Moscou et Ankara, quelques heures aprèsl'annonce par le maréchal Khalifa Haftar,de la cessation des hostilités. En réponseà l'appel mercredi des présidents turc, Recep Tayyip Erdogan, et russe, Vladimir Poutine, le chef du GNA, Fayez al-Sarraj, a annoncé dans un communiqué "un cessez-le-feu à partir du (dimanche) 12 janvier à 00H00", soulignant le "droit légitime" de ses forces de "riposter à touteattaque ou agression, qui pourrait provenir de l'autre camp".
Dans la soirée de samedi, les forces de Khalifa Haftar avaient annoncé un cessez-le-feu, à partir de dimanche 00H00 (22H00 GMT), en réponse à l'appel lancé mercredi, par Moscou et Ankara. Mais, les forces de Haftar, basées à Benghazi dans l'Est libyen, ont prévenu que ce cessez-le- feu, dans un bref communiqué, que la "riposte sera sévère en cas de violation de la trêve par le camp adverse", en allusion auxforces du Gouvernement d'union nationale (GNA), basé à Tripoli. Avant l'annonce du maréchal Haftar, le président Russe Vladimir Poutine et la chancelière allemande Angela Merkel, s'étaient rencontrés samedi à Moscou.
"Je compte vraiment sur le fait que dans quelques heures, (...) comme nous l'avons demandé avec le président turc, (Recep Tayyip) Erdogan, les parties au conflit libyen cesseront le feu", avait déclaré M. Poutine, à l'issue de la rencontre. Le président turc Recep Tayyip Erdogan, et son homologue russe Vladimir Poutine, ont appelé mercredi à Istanbul, à l'instauration de ce cessez-le-feu et samedi, la Turquie a demandé à la Russie, de convaincre le général Haftar de le respecter.
L'Algérie salue le cessez-le-feu
Par la voix du porte-parole du ministère des Affaires étrangères, l'Algérie salue la décision de cessez-le-feu déclarée en Libye par les forces du maréchal Khalifa Haftar, et approuvée par le Gouvernement d'union nationale. L'Algérie appelle ainsi les différentes parties libyennes, à respecter le cessez-le-feu et de revenir rapidement au processus de dialogue national inclusif, pour arriver à une solution politique et pacifique, qui prenne en compte l'intérêt supérieur de la Libye et de son peuple, a indiqué le communiqué de la diplomatie algérienne. Le communiqué, signé par le porte-parole du MAE Abdelaziz Benali Chérif, rappelle la position constante de l'Algérie, appelant à une solution politique et pacifique, par le biais d'un dialogue entre Libyens. L'Algérie poursuivra ses efforts pour arriver à une solution politique et pacifique, garantissant l'unité du peuple libyen et sa souveraineté, précise-t-on.
Poursuite des efforts de médiation de l'Algérie
L'Algérie poursuit de son côté, ses efforts de médiation dans la crise libyenne, notamment sur le front africain, et multiplie les consultations avec les pays de l'Union africaine, autant qu'avec les pays européens, dont l'Italie. Le président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, avait reçu samedi à Alger, le ministre congolais des Affaires étrangères et de la Coopération, Jean-Claude Gakosso. Un communiqué de la présidence de la République indique en effet, que le président Abdelmadjid Tebboune a reçu le ministre congolais des Affaires étrangères et de la Coopération, Jean-Claude Gakosso. Celui-ci, précise t-on de même source, lui a remis un message du Président congolais, en sa qualité de président du Comité de haut niveau de l'Union africaine (UA), sur la Libye. Ce message est "une invitation adressée au président de la République, pour assister à la réunion que
le Comité compte tenir le 25 janvier courant", précise le communiqué. ''L'audience a été l'occasion d'évaluer la situation en Libye, ce pays frère, et l'échange de vues sur les voies à même de mettre fin aux hostilités et aux ingérences étrangères, et de dynamiser le processus des négociations entre les parties libyennes, ainsi que le rôle de l'UA dans la relance du processus de paix dans ce pays frère, loin de toute ingérence étrangère", ajoute la même source.0nSoucieuse de rester à "équidistance" des deux camps, Alger a rejeté toute ingérence étrangère en Libye, et a exhorté toutes "les parties libyennes à retourner rapidement à la table des négociations". Lundi dernier, en recevant le chef du GNA, Fayez El Serraj, le président Abdelmadjid Tebboune avait rappelé "l'attachement de l'Algérie à préserver la région de toute ingérence étrangère", au moment où la Turquie a décidé de déployer des troupes en Libye, "en soutien" au GNA dans la bataille de Tripoli. Au terme de cet entretien, l'Algérie a appelé la communauté internationale, en particulier le Conseil de sécurité, à "prendre ses responsabilités" et à "imposer un cessez-le-feu". L'appel d'Alger a été suivi mercredi, par la Turquie et la Russie, dont les deux dirigeants,
Recep Tayyip Erdogan et Vladimir Poutine, ont appelé à Istanbul, à un cessez-le-feu à partir de ce dimanche 12 janvier à minuit, en Libye. Avec l'Italie par ailleurs, l'Algérie enregistre "une convergence de vues sur la nécessité d'intensifier les efforts pour un cessez-le-feu immédiat", explique un communiqué de la présidence de la République. Cessez-le-feu est un prélude, estime t-on à Alger, "à la reprise du dialogue entre les parties libyennes belligérantes, à même de trouver une solution politique qui garantit l'unité du peuple libyen et l'intégrité territoriale de la Libye, et préserve la souveraineté nationale, loin de toute pression et ingérence étrangère." Enfin, la Chancelière allemande, en visite en Russie pour la première fois depuis le printemps 2018, a dit espérer pouvoir bientôt lancer "les invitationspour une conférence à Berlin sous nl'égide de l'ONU", afin que la Libye puisse redevenir un pays "souverain et pacifié
Le Gouvernement d'union nationale (GNA), a accepté dimanche l'appel àun cessez-le-feu en Libye, lancé par Moscou et Ankara, quelques heures aprèsl'annonce par le maréchal Khalifa Haftar,de la cessation des hostilités. En réponseà l'appel mercredi des présidents turc, Recep Tayyip Erdogan, et russe, Vladimir Poutine, le chef du GNA, Fayez al-Sarraj, a annoncé dans un communiqué "un cessez-le-feu à partir du (dimanche) 12 janvier à 00H00", soulignant le "droit légitime" de ses forces de "riposter à touteattaque ou agression, qui pourrait provenir de l'autre camp".
Dans la soirée de samedi, les forces de Khalifa Haftar avaient annoncé un cessez-le-feu, à partir de dimanche 00H00 (22H00 GMT), en réponse à l'appel lancé mercredi, par Moscou et Ankara. Mais, les forces de Haftar, basées à Benghazi dans l'Est libyen, ont prévenu que ce cessez-le- feu, dans un bref communiqué, que la "riposte sera sévère en cas de violation de la trêve par le camp adverse", en allusion auxforces du Gouvernement d'union nationale (GNA), basé à Tripoli. Avant l'annonce du maréchal Haftar, le président Russe Vladimir Poutine et la chancelière allemande Angela Merkel, s'étaient rencontrés samedi à Moscou.
"Je compte vraiment sur le fait que dans quelques heures, (...) comme nous l'avons demandé avec le président turc, (Recep Tayyip) Erdogan, les parties au conflit libyen cesseront le feu", avait déclaré M. Poutine, à l'issue de la rencontre. Le président turc Recep Tayyip Erdogan, et son homologue russe Vladimir Poutine, ont appelé mercredi à Istanbul, à l'instauration de ce cessez-le-feu et samedi, la Turquie a demandé à la Russie, de convaincre le général Haftar de le respecter.
L'Algérie salue le cessez-le-feu
Par la voix du porte-parole du ministère des Affaires étrangères, l'Algérie salue la décision de cessez-le-feu déclarée en Libye par les forces du maréchal Khalifa Haftar, et approuvée par le Gouvernement d'union nationale. L'Algérie appelle ainsi les différentes parties libyennes, à respecter le cessez-le-feu et de revenir rapidement au processus de dialogue national inclusif, pour arriver à une solution politique et pacifique, qui prenne en compte l'intérêt supérieur de la Libye et de son peuple, a indiqué le communiqué de la diplomatie algérienne. Le communiqué, signé par le porte-parole du MAE Abdelaziz Benali Chérif, rappelle la position constante de l'Algérie, appelant à une solution politique et pacifique, par le biais d'un dialogue entre Libyens. L'Algérie poursuivra ses efforts pour arriver à une solution politique et pacifique, garantissant l'unité du peuple libyen et sa souveraineté, précise-t-on.
Poursuite des efforts de médiation de l'Algérie
L'Algérie poursuit de son côté, ses efforts de médiation dans la crise libyenne, notamment sur le front africain, et multiplie les consultations avec les pays de l'Union africaine, autant qu'avec les pays européens, dont l'Italie. Le président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, avait reçu samedi à Alger, le ministre congolais des Affaires étrangères et de la Coopération, Jean-Claude Gakosso. Un communiqué de la présidence de la République indique en effet, que le président Abdelmadjid Tebboune a reçu le ministre congolais des Affaires étrangères et de la Coopération, Jean-Claude Gakosso. Celui-ci, précise t-on de même source, lui a remis un message du Président congolais, en sa qualité de président du Comité de haut niveau de l'Union africaine (UA), sur la Libye. Ce message est "une invitation adressée au président de la République, pour assister à la réunion que
le Comité compte tenir le 25 janvier courant", précise le communiqué. ''L'audience a été l'occasion d'évaluer la situation en Libye, ce pays frère, et l'échange de vues sur les voies à même de mettre fin aux hostilités et aux ingérences étrangères, et de dynamiser le processus des négociations entre les parties libyennes, ainsi que le rôle de l'UA dans la relance du processus de paix dans ce pays frère, loin de toute ingérence étrangère", ajoute la même source.0nSoucieuse de rester à "équidistance" des deux camps, Alger a rejeté toute ingérence étrangère en Libye, et a exhorté toutes "les parties libyennes à retourner rapidement à la table des négociations". Lundi dernier, en recevant le chef du GNA, Fayez El Serraj, le président Abdelmadjid Tebboune avait rappelé "l'attachement de l'Algérie à préserver la région de toute ingérence étrangère", au moment où la Turquie a décidé de déployer des troupes en Libye, "en soutien" au GNA dans la bataille de Tripoli. Au terme de cet entretien, l'Algérie a appelé la communauté internationale, en particulier le Conseil de sécurité, à "prendre ses responsabilités" et à "imposer un cessez-le-feu". L'appel d'Alger a été suivi mercredi, par la Turquie et la Russie, dont les deux dirigeants,
Recep Tayyip Erdogan et Vladimir Poutine, ont appelé à Istanbul, à un cessez-le-feu à partir de ce dimanche 12 janvier à minuit, en Libye. Avec l'Italie par ailleurs, l'Algérie enregistre "une convergence de vues sur la nécessité d'intensifier les efforts pour un cessez-le-feu immédiat", explique un communiqué de la présidence de la République. Cessez-le-feu est un prélude, estime t-on à Alger, "à la reprise du dialogue entre les parties libyennes belligérantes, à même de trouver une solution politique qui garantit l'unité du peuple libyen et l'intégrité territoriale de la Libye, et préserve la souveraineté nationale, loin de toute pression et ingérence étrangère." Enfin, la Chancelière allemande, en visite en Russie pour la première fois depuis le printemps 2018, a dit espérer pouvoir bientôt lancer "les invitationspour une conférence à Berlin sous nl'égide de l'ONU", afin que la Libye puisse redevenir un pays "souverain et pacifié


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.