APN: adoption de l'Ordonnance modifiant et complétant la loi relative à la santé    Le ministère de l'Habitat examine le projet de texte réglementaire relatif au LLP    Mali: le président de la transition rencontre le médiateur de la Cédéao    Coronavirus: 179 nouveaux cas, 116 guérisons et 5 décès    Boukadoum reçoit le nouvel ambassadeur de Hongrie en Algérie    Commerce extérieur: le retour au système des licences n'est pas à l'ordre du jour    La Zlecaf ouvrira de larges perspectives aux opérateurs économiques algériens    FC Barcelone: Suarez justifie le choix Atlético pour son départ    Ghardaïa: Etude pour la réutilisation des eaux épurées à des fins d'irrigation agricole    APN: adoption du projet de loi relatif à la lutte contre les bandes de quartiers    Affaire SOVAC : poursuite du procès en appel à la Cour d'Alger    Tebboune insiste sur la nécessité d'accélérer la réforme du Conseil de sécurité    Quand le bricolage fait des siennes    Belkaroui arrive, Masmoudi prolonge son contrat    Le contrat de Tiboutine résilié    Le développement durable : enjeux et défis pour l'Algérie    5 heures pour juger Djemaï    De lourdes peines pour les frères Kouninef    Une rentrée scolaire à domicile    «L'hôpital des 240 lits de Kharouba sera classé en CHU»    Plus de 3 500 étudiants ont rejoint l'université    Ce soir-là...    Actucult    "Tout est rentré dans l'ordre avec Bouloudinat"    Les détails du protocole sanitaire    Mesmoudi prolonge, Belkaroui signe    Le directeur sous contrôle judiciaire    Une année de prison, dont quatre mois avec sursis    Investiture en catimini du président Loukachenko    Des progrès dans les discussions Grèce-Turquie au sein de l'Otan    Téhéran crie victoire face à Trump    Le niveau de l'eau en baisse significative    Le budget supplémentaire 2020 en baisse    Corsica Linea reporte ses traversées au 14 octobre    Le RCD dénonce une "remise en cause du multipartisme"    Deux productions algériennes à l'honneur    Appel à contribution pour l'ouvrage "Psychiatrie, Société et Religion"    Parution prochaine du deuxième tome    Hiatus, méprises et augures    GSP : 200 sportifs effectuent le test de COVID-19    Foot Der    Poker gagnant pour l'Histoire    La démocratie et ses travestissements    RICANEMENTS PASSES    Techniques de traduction de la B. D. de l'arabe vers l'espagnol: L'Institut Cervantès lance un appel à inscription    Ximénès ou les frères Barberousse ? Le grand tournant de l'Histoire de l'Algérie au XVIème siècle    "Le projet de la nouvelle Constitution consacre l'Etat de droit"    L'arabie Saoudite dèvoile le calendrier    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Grand succès de la diplomatie algérienne
Cessez-le feu en Libye
Publié dans Le Midi Libre le 13 - 01 - 2020

Après les forces de Khalifa Haftar, le Gouvernement d'union nationale libyen (GNA), reconnu par l'ONU, a annoncé hier qu'il accepte le cessez-le-feu auquel ont appelé plusieurs pays, ouvrant la voie à un retour au calme en Libye, après un risque de guerre aux conséquences catastrophiques.
Après les forces de Khalifa Haftar, le Gouvernement d'union nationale libyen (GNA), reconnu par l'ONU, a annoncé hier qu'il accepte le cessez-le-feu auquel ont appelé plusieurs pays, ouvrant la voie à un retour au calme en Libye, après un risque de guerre aux conséquences catastrophiques.
Le Gouvernement d'union nationale (GNA), a accepté dimanche l'appel àun cessez-le-feu en Libye, lancé par Moscou et Ankara, quelques heures aprèsl'annonce par le maréchal Khalifa Haftar,de la cessation des hostilités. En réponseà l'appel mercredi des présidents turc, Recep Tayyip Erdogan, et russe, Vladimir Poutine, le chef du GNA, Fayez al-Sarraj, a annoncé dans un communiqué "un cessez-le-feu à partir du (dimanche) 12 janvier à 00H00", soulignant le "droit légitime" de ses forces de "riposter à touteattaque ou agression, qui pourrait provenir de l'autre camp".
Dans la soirée de samedi, les forces de Khalifa Haftar avaient annoncé un cessez-le-feu, à partir de dimanche 00H00 (22H00 GMT), en réponse à l'appel lancé mercredi, par Moscou et Ankara. Mais, les forces de Haftar, basées à Benghazi dans l'Est libyen, ont prévenu que ce cessez-le- feu, dans un bref communiqué, que la "riposte sera sévère en cas de violation de la trêve par le camp adverse", en allusion auxforces du Gouvernement d'union nationale (GNA), basé à Tripoli. Avant l'annonce du maréchal Haftar, le président Russe Vladimir Poutine et la chancelière allemande Angela Merkel, s'étaient rencontrés samedi à Moscou.
"Je compte vraiment sur le fait que dans quelques heures, (...) comme nous l'avons demandé avec le président turc, (Recep Tayyip) Erdogan, les parties au conflit libyen cesseront le feu", avait déclaré M. Poutine, à l'issue de la rencontre. Le président turc Recep Tayyip Erdogan, et son homologue russe Vladimir Poutine, ont appelé mercredi à Istanbul, à l'instauration de ce cessez-le-feu et samedi, la Turquie a demandé à la Russie, de convaincre le général Haftar de le respecter.
L'Algérie salue le cessez-le-feu
Par la voix du porte-parole du ministère des Affaires étrangères, l'Algérie salue la décision de cessez-le-feu déclarée en Libye par les forces du maréchal Khalifa Haftar, et approuvée par le Gouvernement d'union nationale. L'Algérie appelle ainsi les différentes parties libyennes, à respecter le cessez-le-feu et de revenir rapidement au processus de dialogue national inclusif, pour arriver à une solution politique et pacifique, qui prenne en compte l'intérêt supérieur de la Libye et de son peuple, a indiqué le communiqué de la diplomatie algérienne. Le communiqué, signé par le porte-parole du MAE Abdelaziz Benali Chérif, rappelle la position constante de l'Algérie, appelant à une solution politique et pacifique, par le biais d'un dialogue entre Libyens. L'Algérie poursuivra ses efforts pour arriver à une solution politique et pacifique, garantissant l'unité du peuple libyen et sa souveraineté, précise-t-on.
Poursuite des efforts de médiation de l'Algérie
L'Algérie poursuit de son côté, ses efforts de médiation dans la crise libyenne, notamment sur le front africain, et multiplie les consultations avec les pays de l'Union africaine, autant qu'avec les pays européens, dont l'Italie. Le président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, avait reçu samedi à Alger, le ministre congolais des Affaires étrangères et de la Coopération, Jean-Claude Gakosso. Un communiqué de la présidence de la République indique en effet, que le président Abdelmadjid Tebboune a reçu le ministre congolais des Affaires étrangères et de la Coopération, Jean-Claude Gakosso. Celui-ci, précise t-on de même source, lui a remis un message du Président congolais, en sa qualité de président du Comité de haut niveau de l'Union africaine (UA), sur la Libye. Ce message est "une invitation adressée au président de la République, pour assister à la réunion que
le Comité compte tenir le 25 janvier courant", précise le communiqué. ''L'audience a été l'occasion d'évaluer la situation en Libye, ce pays frère, et l'échange de vues sur les voies à même de mettre fin aux hostilités et aux ingérences étrangères, et de dynamiser le processus des négociations entre les parties libyennes, ainsi que le rôle de l'UA dans la relance du processus de paix dans ce pays frère, loin de toute ingérence étrangère", ajoute la même source.0nSoucieuse de rester à "équidistance" des deux camps, Alger a rejeté toute ingérence étrangère en Libye, et a exhorté toutes "les parties libyennes à retourner rapidement à la table des négociations". Lundi dernier, en recevant le chef du GNA, Fayez El Serraj, le président Abdelmadjid Tebboune avait rappelé "l'attachement de l'Algérie à préserver la région de toute ingérence étrangère", au moment où la Turquie a décidé de déployer des troupes en Libye, "en soutien" au GNA dans la bataille de Tripoli. Au terme de cet entretien, l'Algérie a appelé la communauté internationale, en particulier le Conseil de sécurité, à "prendre ses responsabilités" et à "imposer un cessez-le-feu". L'appel d'Alger a été suivi mercredi, par la Turquie et la Russie, dont les deux dirigeants,
Recep Tayyip Erdogan et Vladimir Poutine, ont appelé à Istanbul, à un cessez-le-feu à partir de ce dimanche 12 janvier à minuit, en Libye. Avec l'Italie par ailleurs, l'Algérie enregistre "une convergence de vues sur la nécessité d'intensifier les efforts pour un cessez-le-feu immédiat", explique un communiqué de la présidence de la République. Cessez-le-feu est un prélude, estime t-on à Alger, "à la reprise du dialogue entre les parties libyennes belligérantes, à même de trouver une solution politique qui garantit l'unité du peuple libyen et l'intégrité territoriale de la Libye, et préserve la souveraineté nationale, loin de toute pression et ingérence étrangère." Enfin, la Chancelière allemande, en visite en Russie pour la première fois depuis le printemps 2018, a dit espérer pouvoir bientôt lancer "les invitationspour une conférence à Berlin sous nl'égide de l'ONU", afin que la Libye puisse redevenir un pays "souverain et pacifié
Le Gouvernement d'union nationale (GNA), a accepté dimanche l'appel àun cessez-le-feu en Libye, lancé par Moscou et Ankara, quelques heures aprèsl'annonce par le maréchal Khalifa Haftar,de la cessation des hostilités. En réponseà l'appel mercredi des présidents turc, Recep Tayyip Erdogan, et russe, Vladimir Poutine, le chef du GNA, Fayez al-Sarraj, a annoncé dans un communiqué "un cessez-le-feu à partir du (dimanche) 12 janvier à 00H00", soulignant le "droit légitime" de ses forces de "riposter à touteattaque ou agression, qui pourrait provenir de l'autre camp".
Dans la soirée de samedi, les forces de Khalifa Haftar avaient annoncé un cessez-le-feu, à partir de dimanche 00H00 (22H00 GMT), en réponse à l'appel lancé mercredi, par Moscou et Ankara. Mais, les forces de Haftar, basées à Benghazi dans l'Est libyen, ont prévenu que ce cessez-le- feu, dans un bref communiqué, que la "riposte sera sévère en cas de violation de la trêve par le camp adverse", en allusion auxforces du Gouvernement d'union nationale (GNA), basé à Tripoli. Avant l'annonce du maréchal Haftar, le président Russe Vladimir Poutine et la chancelière allemande Angela Merkel, s'étaient rencontrés samedi à Moscou.
"Je compte vraiment sur le fait que dans quelques heures, (...) comme nous l'avons demandé avec le président turc, (Recep Tayyip) Erdogan, les parties au conflit libyen cesseront le feu", avait déclaré M. Poutine, à l'issue de la rencontre. Le président turc Recep Tayyip Erdogan, et son homologue russe Vladimir Poutine, ont appelé mercredi à Istanbul, à l'instauration de ce cessez-le-feu et samedi, la Turquie a demandé à la Russie, de convaincre le général Haftar de le respecter.
L'Algérie salue le cessez-le-feu
Par la voix du porte-parole du ministère des Affaires étrangères, l'Algérie salue la décision de cessez-le-feu déclarée en Libye par les forces du maréchal Khalifa Haftar, et approuvée par le Gouvernement d'union nationale. L'Algérie appelle ainsi les différentes parties libyennes, à respecter le cessez-le-feu et de revenir rapidement au processus de dialogue national inclusif, pour arriver à une solution politique et pacifique, qui prenne en compte l'intérêt supérieur de la Libye et de son peuple, a indiqué le communiqué de la diplomatie algérienne. Le communiqué, signé par le porte-parole du MAE Abdelaziz Benali Chérif, rappelle la position constante de l'Algérie, appelant à une solution politique et pacifique, par le biais d'un dialogue entre Libyens. L'Algérie poursuivra ses efforts pour arriver à une solution politique et pacifique, garantissant l'unité du peuple libyen et sa souveraineté, précise-t-on.
Poursuite des efforts de médiation de l'Algérie
L'Algérie poursuit de son côté, ses efforts de médiation dans la crise libyenne, notamment sur le front africain, et multiplie les consultations avec les pays de l'Union africaine, autant qu'avec les pays européens, dont l'Italie. Le président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, avait reçu samedi à Alger, le ministre congolais des Affaires étrangères et de la Coopération, Jean-Claude Gakosso. Un communiqué de la présidence de la République indique en effet, que le président Abdelmadjid Tebboune a reçu le ministre congolais des Affaires étrangères et de la Coopération, Jean-Claude Gakosso. Celui-ci, précise t-on de même source, lui a remis un message du Président congolais, en sa qualité de président du Comité de haut niveau de l'Union africaine (UA), sur la Libye. Ce message est "une invitation adressée au président de la République, pour assister à la réunion que
le Comité compte tenir le 25 janvier courant", précise le communiqué. ''L'audience a été l'occasion d'évaluer la situation en Libye, ce pays frère, et l'échange de vues sur les voies à même de mettre fin aux hostilités et aux ingérences étrangères, et de dynamiser le processus des négociations entre les parties libyennes, ainsi que le rôle de l'UA dans la relance du processus de paix dans ce pays frère, loin de toute ingérence étrangère", ajoute la même source.0nSoucieuse de rester à "équidistance" des deux camps, Alger a rejeté toute ingérence étrangère en Libye, et a exhorté toutes "les parties libyennes à retourner rapidement à la table des négociations". Lundi dernier, en recevant le chef du GNA, Fayez El Serraj, le président Abdelmadjid Tebboune avait rappelé "l'attachement de l'Algérie à préserver la région de toute ingérence étrangère", au moment où la Turquie a décidé de déployer des troupes en Libye, "en soutien" au GNA dans la bataille de Tripoli. Au terme de cet entretien, l'Algérie a appelé la communauté internationale, en particulier le Conseil de sécurité, à "prendre ses responsabilités" et à "imposer un cessez-le-feu". L'appel d'Alger a été suivi mercredi, par la Turquie et la Russie, dont les deux dirigeants,
Recep Tayyip Erdogan et Vladimir Poutine, ont appelé à Istanbul, à un cessez-le-feu à partir de ce dimanche 12 janvier à minuit, en Libye. Avec l'Italie par ailleurs, l'Algérie enregistre "une convergence de vues sur la nécessité d'intensifier les efforts pour un cessez-le-feu immédiat", explique un communiqué de la présidence de la République. Cessez-le-feu est un prélude, estime t-on à Alger, "à la reprise du dialogue entre les parties libyennes belligérantes, à même de trouver une solution politique qui garantit l'unité du peuple libyen et l'intégrité territoriale de la Libye, et préserve la souveraineté nationale, loin de toute pression et ingérence étrangère." Enfin, la Chancelière allemande, en visite en Russie pour la première fois depuis le printemps 2018, a dit espérer pouvoir bientôt lancer "les invitationspour une conférence à Berlin sous nl'égide de l'ONU", afin que la Libye puisse redevenir un pays "souverain et pacifié


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.