Boukadoum: Oeuvrer sans relâche à redonner à l'Algérie la place qui lui sied    Belhimer: la transition numérique de la presse écrite, une nécessité "impérieuse"    Report du procès de Karim Tabbou au 29 juin prochain    Le premier document juridique en version amazighe dédié aux droits de l'enfance, publié    Opposée à l'indépendance de l'Algérie, l'OAS adopte le terrorisme à grande échelle    Les pays producteurs se réuniront les 9 et 10 juin    Choc sanitaire et pétrolier : L'endettement contrôlé et des réformes comme unique voie de sortie de crise    Les députés engagent un débat à l'APN    7 décès et 127 nouveaux cas en 24 heures    Alger ferme ses plages    Le drame des Algériens bloqués en Turquie    Plages de Jijel: la GN sensibilise les estivants sur les mesures de prévention contre le Covid19    "L'infatigable avocat de la cause maghrébine"    Déclaration de devises par les voyageurs: les députés votent pour le maintien du montant à 5.000 euros    Deux ouvrages de Abderrezak Dourari bientôt publiés    15.000 commerçants et artisans à l'arrêt depuis trois mois: L'UGCAA demande la réouverture des commerces    Le taux d'inflation à 1,8% en avril    El Tarf: De nombreuses cultures ravagées par le mildiou    Un lourd héritage    Coronavirus: Dix wilayas sous microscope    Aïn El Turck: Aménagement de 15 grands parkings retenus pour la saison estivale    Les effets du confinement: Les commerçants s'impatientent    FAF - Réunion du BF: Ni arrêt définitif, ni saison blanche !    Un nouveau directeur à la jumenterie    RC Arba: Entre espoir et appréhensions    La mort au temps du corona    Les violentes manifestations se poursuivent    Le mode d'emploi fixé    Mahrez victime d'un cambriolage    225 morts lors des manifestations de novembre    Future destination de Benayada    Benzia gravement blessé à la main    Arab : "Helfaïa est toujours en poste"    Des députés plaident pour un retour au dialogue en Libye    L'ADE rassure ses abonnés    Une récolte de 300 000 quintaux à l'hectare prévue    L'armée égyptienne annonce avoir tué 19 terroristes présumés    Le reflet de l'intolérance sociale    Le poète assassiné    Cour d'Alger: le procès de Abdelghani Hamel et des membres de sa famille reporté    L'Algérie présidera le CPS de l'UA durant le mois de juin 2020    CONGRES DU PARTI FLN : Abou El Fadl Baadji plébiscité nouveau secrétaire général    Malte : Saisit pour 1,1 milliard de dollars de fausse monnaie libyenne    ES Sétif : Halfaia remet sa démission    Réunion du Conseil des ministres aujourd'hui: «Mémoire nationale» et relance de l'industrie au menu    BRAS D'HONNEUR    Il y a trente ans, un confinement à Oran    Au-delà de «Algérie mon amour» : tant de naïveté (réelle ou feinte) ne peut qu'interpeller    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Haftar rejette l'appel au cessez-le-feu d'Ankara et Moscou
Publié dans Le Midi Libre le 11 - 01 - 2020

En rejetant l'appel au cessez-le-feu, lancé par Ankara et Moscou, le généralà la retraite, Khalifa Haftar, confirme son rejet de toute solution négociée, etsa volonté de continuer ses opérations militaires contre les forces loyales auGouvernement
En rejetant l'appel au cessez-le-feu, lancé par Ankara et Moscou, le généralà la retraite, Khalifa Haftar, confirme son rejet de toute solution négociée, etsa volonté de continuer ses opérations militaires contre les forces loyales auGouvernement
d'union nationale(GNA), reconnu par l'ONU et lacommunauté internationale. Dans un communiqué lu par son porte-parole, Ahmad al-Mesmari, le général Haftar a indiqué hier, que "lastabilité ou la relance du processuspolitique", en Libye, ne pouvaientêtre réalisées avant l' "éradication des groupes terroristes" et "la dissolutionet le désarmement des milices qui contrôlent, selon lui, la capitalelibyenne".Le général Khalifa Haftar mène,depuis début avril, une offensive contre la capitale libyenne, siège du GNA de Fayez al-Sarra Pour sa part, le GNA a salué l'appel au cessez-le-feu, formulé par les présidents, turc Recep Tayyip Erdogan, et russe, Vladimir Poutine, à Istanbul.
Khalifa Haftar peut semer le chaos dans les pays voisins, tout comme en Libye
S'il y a un point sur lequel toutes les parties s'accordent, ce sont les méthodes violentes et expéditives de Khalifa Haftar, qui a intensifié ses attaques depuis le mois d'avril de l'année dernière, lorsqu'il a lancé une offensive pour capturer la capitale, Tripoli, causant la mort de 174 personnes. Malgré cet acte qualifié de "crimes de guerre et crimes contre l'humanité", par le gouvernement libyen, Haftar a poursuivi ses attaques avec l'aide de ses alliés, pour s'imposer dans le pays.
Le 5 janvier, l'aviation de la dénommée "Armée nationale libyenne", de Khalifa Haftar, a bombardé l'académie militaire de Tripoli, faisant 30 morts et au moins 33 blessés, selon le ministère de la Santé, relevant du Gouvernement d'union nationale.Khalifa Haftar représente un grand danger pour l'unité et la stabilité de la Libye, mais aussi celles des pays voisins, dont notamment la Tunisie et l'Algérie. Face à la situation chaotique déclenchée par Haftar, le ministre de l'Intérieur de la Libye, Fathi Bachagha, a ainsi averti ses deux voisins contre l'éventualité de la prise de la capitale libyenne par les forces du maréchal. "Si Tripoli tombe, Tunis et Alger tomberont à leurs tours"», a-t-il également averti.
d'union nationale(GNA), reconnu par l'ONU et lacommunauté internationale. Dans un communiqué lu par son porte-parole, Ahmad al-Mesmari, le général Haftar a indiqué hier, que "lastabilité ou la relance du processuspolitique", en Libye, ne pouvaientêtre réalisées avant l' "éradication des groupes terroristes" et "la dissolutionet le désarmement des milices qui contrôlent, selon lui, la capitalelibyenne".Le général Khalifa Haftar mène,depuis début avril, une offensive contre la capitale libyenne, siège du GNA de Fayez al-Sarra Pour sa part, le GNA a salué l'appel au cessez-le-feu, formulé par les présidents, turc Recep Tayyip Erdogan, et russe, Vladimir Poutine, à Istanbul.
Khalifa Haftar peut semer le chaos dans les pays voisins, tout comme en Libye
S'il y a un point sur lequel toutes les parties s'accordent, ce sont les méthodes violentes et expéditives de Khalifa Haftar, qui a intensifié ses attaques depuis le mois d'avril de l'année dernière, lorsqu'il a lancé une offensive pour capturer la capitale, Tripoli, causant la mort de 174 personnes. Malgré cet acte qualifié de "crimes de guerre et crimes contre l'humanité", par le gouvernement libyen, Haftar a poursuivi ses attaques avec l'aide de ses alliés, pour s'imposer dans le pays.
Le 5 janvier, l'aviation de la dénommée "Armée nationale libyenne", de Khalifa Haftar, a bombardé l'académie militaire de Tripoli, faisant 30 morts et au moins 33 blessés, selon le ministère de la Santé, relevant du Gouvernement d'union nationale.Khalifa Haftar représente un grand danger pour l'unité et la stabilité de la Libye, mais aussi celles des pays voisins, dont notamment la Tunisie et l'Algérie. Face à la situation chaotique déclenchée par Haftar, le ministre de l'Intérieur de la Libye, Fathi Bachagha, a ainsi averti ses deux voisins contre l'éventualité de la prise de la capitale libyenne par les forces du maréchal. "Si Tripoli tombe, Tunis et Alger tomberont à leurs tours"», a-t-il également averti.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.