A L'OMBRE DES MURS    En difficulté: Les entreprises demandent l'aide de l'Etat    Bouira: Livraison de 4.900 quintaux de blé aux minoteries    LFP - Arrêt des compétitions: De redoutables conséquences pour les clubs    FAF - Réunion du BF aujourd'hui: Sous le signe de la solidarité    Lois et «tech» à la rescousse    Blida J7: Le nombre de cas confirmés en nette augmentation    Crise à l'hôpital de Boufarik: Le SNPSSP accuse des «syndicats rivaux»    Chanegriha en visite aujourd'hui à Blida    La Chine va construire un hôpital de protection en Algérie    Les prix du pétrole au plus bas depuis 17 ans    GMS Mercedes-Benz à l'arrêt    Hyundai GMI Al Djazair fermé temporairement    "Nous ne laisserons aucun Algérien sans assistance"    Le comité scientifique propose de passer au confinement général    Le professeur Si Ahmed succombe au Covid-19    Coronavirus: Djerad insiste sur l'implication de la société civile, la bonne gouvernance et la lutte contre la spéculation    Zoubida Assoul parle de l'état de santé de Tabbou et Nekkaz    FC Barcelone: Coronavirus, salaires... Messi et les autres joueurs taclent la direction !    Le général-major Chanegriha en visite de travail mardi à la 1ère Région militaire à Blida    Coronavirus: Ferhat Aït Ali instruit les groupes industriels publics d'augmenter leur production    Real - Benzema : "Mbappé est très fort, mais..."    Perturbations dans l'approvisionnement en produits de base : appel à la révision des lois régissant les activités commerciales    Real Madrid: contact entre Zidane et Aubameyang ?    Covid-19 : Contribution financière du groupe parlementaire RND au Conseil de la Nation pour endiguer la pandémie    Coronavirus : 73 nouveaux cas confirmés et 4 nouveaux décès enregistrés en Algérie    Covid-19 : un lot de 10.000 livres remis aux résidants des hôtels de confinement    LE PIÈGE DES TRAUMATISMES.    Pandémie de coronavirus : L'ONU et le pape appellent à un cessez-le-feu mondial    Palestine : Les Palestiniens pris entre deux feux    L'Algérie condamne les attaques contre la région de Cabo    Les feuilles de l'automne    L'infrangible lien…    N'ASSUME SES MISSIONS Aïcha Zinaï claque la porte du cndh    "La situation va rapidement devenir intenable"    …CULTURE EN BREF …    Faris Betatache, l'artiste qui allie tradition et modernisme    Des festivals et des concerts animés derrière les écrans    Les Golden Globes 2020 : Assouplissement des règles    Musique- Bob Dylan : Sortie d'une nouvelle chanson    Pour une meilleure fluidité de la circulation: Les entreprises chargées de la réalisation de trois axes routiers désignées    LES VIES LIEES    Et si le passé parlait ?    L'Agence de presse sahraouie fête son 21e anniversaire    Le régime algérien profite du coronavirus pour réprimer de plus belle    Tentative de réhabiliter le vote par procuration    Les cygnes blancs de 2020    30e nouveau membre de l'Otan    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La société civile s'implique
Crèation d'un comitè Algèro-Libyen de solidaritè
Publié dans Le Midi Libre le 16 - 01 - 2020

A l'occasion d'une journée dédiée à la Libye, un comité de solidarité a vu le jour au siège de l'UMA. L'initiative revient à l'association Machaâl Chahid avec la collaboration de personnalités de la société civile, des universitaires et des associations.
A l'occasion d'une journée dédiée à la Libye, un comité de solidarité a vu le jour au siège de l'UMA. L'initiative revient à l'association Machaâl Chahid avec la collaboration de personnalités de la société civile, des universitaires et des associations.
La journée de solidarité avec le peuple libyen, organisée hier au siège de l'Union du Maghreb arabe (UMA), a débouché à la mise en place d'un comité de solidarité dont l'objectif principal est de "fournir aide et assistance au peuple libyen endeuillé par une guerre fratricide" lit-on dans le communiqué final. Avec la présence de personnalités politique, des représentants parlementaires, du président du Conseil national des droits de l'Homme et d'universitaires, la démarche consiste à soutenir les efforts de l'Algérie pour trouver la voie nécessaire à la fin de ce conflit qui perdure depuis presque 9 ans.
Une initiative saluée par le SG de l'UMA Saïd Mokadem qui dans son allocution a souligné "l'importance de cette démarche et qui conforte aussi le discours du Président Tebboune autour d'un dialogue entre les différentes parties libyennes". Il a dans ce fait déploré que "6 millions de Libyens vivent dans l'instabilité et le désarroi d'une guerre dont certaines parties profitent à des intérêts et ambitions politiques et économiques". Il ajoute que "l'Algérie pour sa part soutient la Libye en dehors de ces considérations avec ces efforts diplomatiques dans l'espoir de trouver une solution politique de paix". Il a profité de l'occasion pour saluer
"la tenue de la conférence de Berlin qui se tiendra dimanche avec la participation algérienne afin de mettre un terme au conflit". Pour sa part, M. Boudaoud de la section parlementaire de l'UMA a abondé dans le même sens estimant que "le rôle politique de l'Algérie est connu dans la région alors que d'autres pays cherchent à militariser ce pays". Dans son intervention, il a énuméré les causes ayant conduit à cette guerre parmi lesquelles "l'absence de véritables institutions durant des années conjuguées aux luttes idéologiques et ethniques qui ont exacerbé le conflit".
Pour lui, "il y a une urgence de faire réunir les ministres des Affaires étrangères de l'UMA pour conforter la solution pacifique". C'est également le point de vue partagé par le mouvement associatif algérien. Dans son intervention, le président de la Forem Mustapha Khiati a mis particulièrementl'accent sur "les relations historiques entre les deux pays qui remontent même jusqu'à la période ottomane" sans oublier "le soutien de la Libye durant le règne de Idriss Senouci d'origine algérienne à la guerre de Libération nationale" alors qu'actuellement "la position algérienne reste inflexible sur l'aide qu'on doit apporter à notre voisin libyen qui se traduira sur le terrain prochainement".
Rejoignant les propos de ce dernier, le professeur en sciences politiques Smaïl Debbach a indiqué que "la solution est claire : il faut une paix durable dans la région". Il estime que "dans ce pays, il y a des forces nationalistes sans exclusion qui vont se déployer pour asseoir une stabilité politique et institutionnelle qui profitera au peuple libyen et ce sera déterminant à l'avenir". Pour Saïd Zeghidi, historien à l'université d'Alger "il n'y a pas de divergences entre la Libye et l'Algérie et ceci du fait que les efforts diplomatiques algériens vont se traduire de façon visible sur la
nécessité de mettre fin au conflit". Par ailleurs, la représentante du Réseau des femmes médiatrices de paix en Méditerranée qui est chapeauté par l'Onu et le Pnud Saïda Bounab a estimé dans son intervention que "notre recommandation pour la paix en Libye a été édictée durant une réunion au mois de juin dernier" en ajoutant que "grâce à ce réseau, nous avons obtenu une présence d'une délégation de femmes dont des libyennes au prochain round de dialogue de paix à Berlin". "Notre principal but est de promouvoir des formations aux femmes qui vivent des conflits armés dans ces régions". Elle a annoncé qu'un réseau maghrébin sera mis en place prochainement avec la présence de femmes pour chaque pays du Maghreb et qui sera représentatif pour les questions liées aux questions politiques de la région. F. A.
La journée de solidarité avec le peuple libyen, organisée hier au siège de l'Union du Maghreb arabe (UMA), a débouché à la mise en place d'un comité de solidarité dont l'objectif principal est de "fournir aide et assistance au peuple libyen endeuillé par une guerre fratricide" lit-on dans le communiqué final. Avec la présence de personnalités politique, des représentants parlementaires, du président du Conseil national des droits de l'Homme et d'universitaires, la démarche consiste à soutenir les efforts de l'Algérie pour trouver la voie nécessaire à la fin de ce conflit qui perdure depuis presque 9 ans.
Une initiative saluée par le SG de l'UMA Saïd Mokadem qui dans son allocution a souligné "l'importance de cette démarche et qui conforte aussi le discours du Président Tebboune autour d'un dialogue entre les différentes parties libyennes". Il a dans ce fait déploré que "6 millions de Libyens vivent dans l'instabilité et le désarroi d'une guerre dont certaines parties profitent à des intérêts et ambitions politiques et économiques". Il ajoute que "l'Algérie pour sa part soutient la Libye en dehors de ces considérations avec ces efforts diplomatiques dans l'espoir de trouver une solution politique de paix". Il a profité de l'occasion pour saluer
"la tenue de la conférence de Berlin qui se tiendra dimanche avec la participation algérienne afin de mettre un terme au conflit". Pour sa part, M. Boudaoud de la section parlementaire de l'UMA a abondé dans le même sens estimant que "le rôle politique de l'Algérie est connu dans la région alors que d'autres pays cherchent à militariser ce pays". Dans son intervention, il a énuméré les causes ayant conduit à cette guerre parmi lesquelles "l'absence de véritables institutions durant des années conjuguées aux luttes idéologiques et ethniques qui ont exacerbé le conflit".
Pour lui, "il y a une urgence de faire réunir les ministres des Affaires étrangères de l'UMA pour conforter la solution pacifique". C'est également le point de vue partagé par le mouvement associatif algérien. Dans son intervention, le président de la Forem Mustapha Khiati a mis particulièrementl'accent sur "les relations historiques entre les deux pays qui remontent même jusqu'à la période ottomane" sans oublier "le soutien de la Libye durant le règne de Idriss Senouci d'origine algérienne à la guerre de Libération nationale" alors qu'actuellement "la position algérienne reste inflexible sur l'aide qu'on doit apporter à notre voisin libyen qui se traduira sur le terrain prochainement".
Rejoignant les propos de ce dernier, le professeur en sciences politiques Smaïl Debbach a indiqué que "la solution est claire : il faut une paix durable dans la région". Il estime que "dans ce pays, il y a des forces nationalistes sans exclusion qui vont se déployer pour asseoir une stabilité politique et institutionnelle qui profitera au peuple libyen et ce sera déterminant à l'avenir". Pour Saïd Zeghidi, historien à l'université d'Alger "il n'y a pas de divergences entre la Libye et l'Algérie et ceci du fait que les efforts diplomatiques algériens vont se traduire de façon visible sur la
nécessité de mettre fin au conflit". Par ailleurs, la représentante du Réseau des femmes médiatrices de paix en Méditerranée qui est chapeauté par l'Onu et le Pnud Saïda Bounab a estimé dans son intervention que "notre recommandation pour la paix en Libye a été édictée durant une réunion au mois de juin dernier" en ajoutant que "grâce à ce réseau, nous avons obtenu une présence d'une délégation de femmes dont des libyennes au prochain round de dialogue de paix à Berlin". "Notre principal but est de promouvoir des formations aux femmes qui vivent des conflits armés dans ces régions". Elle a annoncé qu'un réseau maghrébin sera mis en place prochainement avec la présence de femmes pour chaque pays du Maghreb et qui sera représentatif pour les questions liées aux questions politiques de la région. F. A.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.