Griezmann interrogé sur la polémique Benzema/Giroud    Le Président de la République s'entretient par téléphone avec son homologue turc    COVID-19 : Ouverture d'un CCP de solidarité pour les dons    UNIVERSITE DES SCIENCES ET TECHNOLOGIES D'ALGER : Reprise des cours le 5 avril via une plateforme numérique    COVID-19 EN ALGERIE : 716 cas confirmés et 44 décès    Une décharge doit être signée avant l'application de la chloroquine !    Aïcha Zinaï claque la porte du CNDH    Le wali de Mascara atteint du Coronavirus    Oran: un respect scrupuleux du confinement partiel    Propagation du covid19-ANP: des instructions sur les dispositions préventives    Un navire battant pavillon des Iles Marshall impliqué dans le pillage des richesses sahraouies    Sahara Occidental: 139.000 t de poissons congelés exportés illégalement par le Maroc en 2019    Ligue 1: le joueur a besoin d'au moins trois semaines pour reprendre la compétition    Lancement des premières journées virtuelles du court métrage    Coronavirus: Feghouli fait un don pour un hôpital d'Istanbul    Le report des jeux méditerranéens d'Oran officialisé    Pétrole: le prix du Brent en hausse grâce à la reprise de la demande chinoise    L'infrangible lien…    Déclaration    Vu à l'aéroport international d'Alger    "L'état de santé de Karim Tabbou s'améliore"    Vers une contribution financière et matérielle de la FAF    Le gouvernement parie sur la solidarité    Le Premier ministre ordonne les réquisitions    Les feuilles de l'automne    TV-6 de l'EPTV récupère des journalistes de Dzair TV    Une exposition virtuelle en temps de confinement    Une ode aux victimes de la décennie noire    Un bébé succombe au Covid-19 aux Etats-Unis    Justice brésilienne : Le gouvernement interdit de prôner le non-confinement    L'Italie espère de bonnes nouvelles la semaine prochaine    Tiaret : Plusieurs produits destinés au trafic saisis    Trois individus arrêtés pour cambriolage d'un magasin à Boulanger    LFP - Arrêt des compétitions: De redoutables conséquences pour les clubs    En difficulté: Les entreprises demandent l'aide de l'Etat    Bouira: Livraison de 4.900 quintaux de blé aux minoteries    A L'OMBRE DES MURS    Hyundai GMI Al Djazair fermé temporairement    La Chine va construire un hôpital de protection en Algérie    GMS Mercedes-Benz à l'arrêt    Zoubida Assoul parle de l'état de santé de Tabbou et Nekkaz    Covid-19 : Contribution financière du groupe parlementaire RND au Conseil de la Nation pour endiguer la pandémie    Covid-19 : un lot de 10.000 livres remis aux résidants des hôtels de confinement    LE PIÈGE DES TRAUMATISMES.    N'ASSUME SES MISSIONS Aïcha Zinaï claque la porte du cndh    Musique- Bob Dylan : Sortie d'une nouvelle chanson    LES VIES LIEES    Et si le passé parlait ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Une loi sur les religions ravive les tensions du passé
Monténégro
Publié dans Le Midi Libre le 24 - 02 - 2020

Le Monténégro, petit pays des Balkans, connaît de nouveau des tensions interreligieuses. Dans le nord du pays, deux fois par semaine depuis décembre, denombreux habitants manifestent à l'appel de l'Eglise orthodoxe serbe.
Le Monténégro, petit pays des Balkans, connaît de nouveau des tensions interreligieuses. Dans le nord du pays, deux fois par semaine depuis décembre, denombreux habitants manifestent à l'appel de l'Eglise orthodoxe serbe.
Ils descendent des montagnes pour se réunir à Bijelo Polje afin de dénoncer un article d'une loi sur les communautés religieuses. "Nous n'abandonnerons pas nos lieux saints," crie la foule. L'article contesté prévoit que les édifices religieux construits avant 1918 dont ceux très nombreux de l'Eglise orthodoxe serbe passent sous le contrôle de l'Etat sauf si les communautés fournissent des titres de propriété valides antérieurs à cette date. Ces orthodoxes serbes s'estiment attaqués dans leur identité, permettant à des éléments radicaux d'intégrer les cortèges. Parmi eux, le jeune Radovan Rakocevic, supporter d'un club de foot serbe, les Reds Stars de Belgrade.
À quelques mois des législatives au Monténégro, ce mouvement de protestationlui donne l'occasion de défendre lacause du parti dans lequel il milite : le rattachement duMonténégro à la Serbie, une question conflictuelle dans l'histoire de cette région. "Je suis actif sur les réseaux sociaux, j'échange avec mes amis et les gens que je connais et je les appelle pour qu'ils viennent participer à nos marches de protestation," explique le jeune militant. La police garde un oeil leurs slogans appelant à l'instauration d'une "GrandeSerbie" intégrant le Kosovo sont repris par les manifestants. Radovan Rakocevic a fondé une branche locale de la société de Saint Sava qui depuis la fin du XIXe siècle, s'efforce de propager la culture serbe dans les Balkans. En cristallisant les antagonismes du passé, la contestation rappelle le climat conflictuel des années 90 quand le Monténégro menaçait de basculer dans la guerre civile.
Ils descendent des montagnes pour se réunir à Bijelo Polje afin de dénoncer un article d'une loi sur les communautés religieuses. "Nous n'abandonnerons pas nos lieux saints," crie la foule. L'article contesté prévoit que les édifices religieux construits avant 1918 dont ceux très nombreux de l'Eglise orthodoxe serbe passent sous le contrôle de l'Etat sauf si les communautés fournissent des titres de propriété valides antérieurs à cette date. Ces orthodoxes serbes s'estiment attaqués dans leur identité, permettant à des éléments radicaux d'intégrer les cortèges. Parmi eux, le jeune Radovan Rakocevic, supporter d'un club de foot serbe, les Reds Stars de Belgrade.
À quelques mois des législatives au Monténégro, ce mouvement de protestationlui donne l'occasion de défendre lacause du parti dans lequel il milite : le rattachement duMonténégro à la Serbie, une question conflictuelle dans l'histoire de cette région. "Je suis actif sur les réseaux sociaux, j'échange avec mes amis et les gens que je connais et je les appelle pour qu'ils viennent participer à nos marches de protestation," explique le jeune militant. La police garde un oeil leurs slogans appelant à l'instauration d'une "GrandeSerbie" intégrant le Kosovo sont repris par les manifestants. Radovan Rakocevic a fondé une branche locale de la société de Saint Sava qui depuis la fin du XIXe siècle, s'efforce de propager la culture serbe dans les Balkans. En cristallisant les antagonismes du passé, la contestation rappelle le climat conflictuel des années 90 quand le Monténégro menaçait de basculer dans la guerre civile.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.