Tayeb Zitouni nouveau SG du RND    PLFC 2020: la Commission des finances et du budget de l'APN examine les amendements proposés    Le confinement partiel reconduit jusqu'au 13 juin en Algérie    Foot-Coronavirus: Zetchi prend part à une réunion FIFA-UNAF-WAFU    DGF: quelque 3000 incendies ont dévasté plus de 21.000 h en 2019    Le porte-parole du Quai d'Orsay s'exprime    Message sur Twitter du MAE espagnole supprimant le drapeau sahraoui: le Polisario proteste officiellement    Le Président Tebboune reçoit le moudjahid Othmane Belouizdad    Foot: "l'enregistrement sonore n'est pas un faux", se défend Saâdaoui    Covid-19: l'affaire de l'organisation d'une soirée à Oran devant le juge d'instruction    Sahara occidental: une ONG dénonce les pratiques illégales des multinationales qui nourrissent l'occupation    Covid19: 140 nouveaux cas, 148 guérisons et 7 décès en Algérie durant les dernières 24h    Théâtre d'Oran: "Qitar Eddounia", nouvelle production pour enfants    Programmes télévisés français: le PLJ soutient la décision de l'Algérie de rappeler son ambassadeur en France    Foot : réunion du Bureau Fédéral de la FAF dimanche en visioconférence    Documentaire sur le Hirak: la presse nationale dénonce une campagne haineuse contre l'Etat algérien et ses institutions    Palestine/Covid-19: les portes d'Al-Aqsa ouvriront dimanche prochain    Le harcèlement des activistes continue    Le moudjahid Ramdane Leftissi inhumé hier à Skikda    Biskra, la Mitidja du Sud    l'Algérie poursuivra l'utilisation du protocole thérapeutique à base de chloroquine    CANADA : à 14 ans, elle est élue jeune ministre de l'Environnement à Pointo    Argentine : le nord subit une sécheresse majeure    Sept défenseurs de la nature récompensés aux Oscars de l'Environnement    PLFC 2020: traiter les effets de la crise tout en soutenant le pouvoir d'achat    Rapatriement: Arrivée mercredi à Alger de 300 Algériens bloqués à Londres    Mascara: 6 malades guéris du Covid-19 quittent l'hôpital    Une fillette tombe du 3ème étage d'un immeuble    Pouvoir et géopolitique - Hirak : jeux et enjeux    RC Relizane: Un parcours en deçà des prévisions    Pour non-respect des mesures de confinement: 8.237 personnes interpellées durant le mois de Ramadhan    Non, demain ne ressemblera pas à hier    En hommage aux victimes du Covid-19: Une minute de silence, hier, à l'Institut «Cervantès» d'Oran    Le Snapo suggère l'utilisation de masques en tissu    Les feuilles de l'automne    L'infrangible lien…    Les habitants de la cité Makhat protestent    Les pêcheurs de Mostaganem comptent faire le plein    L'ADE promet de l'eau H24 pour Sétif    La Grèce renforce le contrôle à sa frontière avec la Turquie    Un important dispositif policier dissuade les manifestants    Le renouvellement de Sayoud, une priorité    Les lecteurs du versant sud de Tizi Ouzou privés de journaux    Je veux partir seul au paradis !    Les victimes algériennes du Covid-19 en attente de rapatriement    Kaïs Saïed : «Il n'y a qu'un seul Président en Tunisie»    Conflit libyen : Comment le GNA a réussi à chasser les mercenaires de Wagner de Tripoli    FAF - Département Intégrité: La FIFA ne se mêlera pas des affaires internes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'Histoire "jugera" l'Arabie saoudite et la Russie
Chute des cours du pétrole
Publié dans Le Midi Libre le 28 - 03 - 2020

Le directeur exécutif de l'Agence internationale de l'énergie (AIE), Fatih Birol, critique le rôle de l'Arabie saoudite et de la Russie, dans la chute actuelle des cours du pétrole, estimant que "l'histoire les jugera", dans un entretien aux Echos paru mercredi.
Le directeur exécutif de l'Agence internationale de l'énergie (AIE), Fatih Birol, critique le rôle de l'Arabie saoudite et de la Russie, dans la chute actuelle des cours du pétrole, estimant que "l'histoire les jugera", dans un entretien aux Echos paru mercredi.
"Les citoyens du monde se souviendront que des grandes puissances, qui avaient le pouvoir de stabiliser l'économie de nombreux pays, dans une période de pandémie sans précédent ont décidé de ne pas l'exercer. L'histoire les jugera", affirme-t-il sur le site internet du quotidien, en rappelant le risque de déstabilisation de certains pays producteurs. L'Arabie saoudite, qui a choisi d'inonder le marché en dépit de l'effondrement de la demande avec la pandémie du nouveau coronavirus, "se fait du mal à elle-même, en faisant chuter les cours" mais agit pour "des considérations politiques et diplomatiques", observe-t-il. La Russie, qui a refusé de nouveaux accords avec l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) pour limiter leur production, joue pour sa part un "jeu de roulette russe", pour terrasser la production de pétrole de schiste aux Etats- Unis, mais "cela ne marchera pas", selon Fatih Birol.
"Dès que la demande mondiale de pétrole repartira, les cours remonteront et le schiste fera vite son retour", estime le responsable de l'AIE. Pour sortir de la crise, Fatih Birol voit soit "une relance économique généralisée après la pandémie", pour soutenir la demande, soit un accord des grands pays producteurs pour "stabiliser la production". "Je suis en contact régulier avec le secrétaire général de l'OPEP et avec les ministres des Etats exportateurs. Il y a des contacts informels, mais rien de concret n'en est ressorti pour l'instant", indique-til. Les cours du pétrole se sont effondrés, avec la pandémie du nouveau coronavirus qui fait chuter la demande, mais aussi en raison de l'incapacité des pays producteurs à s'entendre. Ils évoluent actuellement sous les 30 dollars le baril. L'AIE avait dès le début de la crise, exprimé sa crainte d'impacts économiques et sociaux "majeurs" pour les pays producteurs de pétrole, en particulier les plus vulnérables, comme l'Irak, l'Angola ou le Nigeria.
Des raffineurs européens et américains refusent d'acheter le brut saoudien
De nombreux raffineurs, en Europe et aux Etats-Unis, refusent d'acheter plus de brut saoudien offert à des prix réduits, a rapporté avant-hier jeudi, le Wall Street Journal.Cette nouvelle donne risque de mettre à mal la durabilité d'une guerre des prix et d'une bataille pour les parts de marché lancées par Riyad, selon le WSJ, qui indique que l'Arabie saoudite a du mal à trouver de nouveaux acheteurs. Et à propos des raisons pour lesquelles les raffineries d'Europe et d'Amérique refusent d'acheter des quantités supplémentaires du brut saoudien, le WSJ explique que les acheteurs trouvent des difficultés à stocker le pétrole supplémentaire.
La compagnie pétrolière saoudienne a déclaré plus tôt ce mois-ci, qu'elle baissait ses prix et prévoyait d'augmenter sa production de 2,5 millions de barils par jour le mois prochain. Cette décision a été prise après que la Russie a refusé de se joindre à une proposition de réduction de la production de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole dirigée par l'Arabie saoudite. Le prix du Brent de la Mer du Nord se négocié le vendredi entre 25 et 26 dollars le baril. La guerre des prix lancée par l'Arabie saoudite, chef de file de l'Opep, après que la Russie, partenaire du cartel, a refusé une réduction de sa production de 1,5 million de barils, a provoqué une chute libre des cours de l'or noir, mettant ainsi en péril les économies des pays producteurs, y compris les producteurs américains de schiste qui sont lourdement endet Cette stratégie, déjà adoptée par l'Arabie saoudite en 2014, et qui consiste à inonder le marché mondial du pétrole en ouvrant les vannes, a échoué puisque les prix du pétrole n'ont jamais approché les niveaux qu'ils avaient atteints avant la crise de juin 2014.
Pour rappel, l'Opep a revu fortement à la baisse sa prévision de croissance de la demande mondiale de pétrole en 2020, en raison du ralentissement de la croissance économique mondiale associée à une propagationhors de Chine de l'épidémie du coronavirus. Le Cartel table désormais, sur une croissance de la demande mondiale à 60.000 barils/j, expliquant que l'impact de l'épidémie de Covid-19 en Chine, et ses effets négatifs sur les transports et les carburants industriels ont été les principales causes de cette révision à la baisse.
"Les citoyens du monde se souviendront que des grandes puissances, qui avaient le pouvoir de stabiliser l'économie de nombreux pays, dans une période de pandémie sans précédent ont décidé de ne pas l'exercer. L'histoire les jugera", affirme-t-il sur le site internet du quotidien, en rappelant le risque de déstabilisation de certains pays producteurs. L'Arabie saoudite, qui a choisi d'inonder le marché en dépit de l'effondrement de la demande avec la pandémie du nouveau coronavirus, "se fait du mal à elle-même, en faisant chuter les cours" mais agit pour "des considérations politiques et diplomatiques", observe-t-il. La Russie, qui a refusé de nouveaux accords avec l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) pour limiter leur production, joue pour sa part un "jeu de roulette russe", pour terrasser la production de pétrole de schiste aux Etats- Unis, mais "cela ne marchera pas", selon Fatih Birol.
"Dès que la demande mondiale de pétrole repartira, les cours remonteront et le schiste fera vite son retour", estime le responsable de l'AIE. Pour sortir de la crise, Fatih Birol voit soit "une relance économique généralisée après la pandémie", pour soutenir la demande, soit un accord des grands pays producteurs pour "stabiliser la production". "Je suis en contact régulier avec le secrétaire général de l'OPEP et avec les ministres des Etats exportateurs. Il y a des contacts informels, mais rien de concret n'en est ressorti pour l'instant", indique-til. Les cours du pétrole se sont effondrés, avec la pandémie du nouveau coronavirus qui fait chuter la demande, mais aussi en raison de l'incapacité des pays producteurs à s'entendre. Ils évoluent actuellement sous les 30 dollars le baril. L'AIE avait dès le début de la crise, exprimé sa crainte d'impacts économiques et sociaux "majeurs" pour les pays producteurs de pétrole, en particulier les plus vulnérables, comme l'Irak, l'Angola ou le Nigeria.
Des raffineurs européens et américains refusent d'acheter le brut saoudien
De nombreux raffineurs, en Europe et aux Etats-Unis, refusent d'acheter plus de brut saoudien offert à des prix réduits, a rapporté avant-hier jeudi, le Wall Street Journal.Cette nouvelle donne risque de mettre à mal la durabilité d'une guerre des prix et d'une bataille pour les parts de marché lancées par Riyad, selon le WSJ, qui indique que l'Arabie saoudite a du mal à trouver de nouveaux acheteurs. Et à propos des raisons pour lesquelles les raffineries d'Europe et d'Amérique refusent d'acheter des quantités supplémentaires du brut saoudien, le WSJ explique que les acheteurs trouvent des difficultés à stocker le pétrole supplémentaire.
La compagnie pétrolière saoudienne a déclaré plus tôt ce mois-ci, qu'elle baissait ses prix et prévoyait d'augmenter sa production de 2,5 millions de barils par jour le mois prochain. Cette décision a été prise après que la Russie a refusé de se joindre à une proposition de réduction de la production de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole dirigée par l'Arabie saoudite. Le prix du Brent de la Mer du Nord se négocié le vendredi entre 25 et 26 dollars le baril. La guerre des prix lancée par l'Arabie saoudite, chef de file de l'Opep, après que la Russie, partenaire du cartel, a refusé une réduction de sa production de 1,5 million de barils, a provoqué une chute libre des cours de l'or noir, mettant ainsi en péril les économies des pays producteurs, y compris les producteurs américains de schiste qui sont lourdement endet Cette stratégie, déjà adoptée par l'Arabie saoudite en 2014, et qui consiste à inonder le marché mondial du pétrole en ouvrant les vannes, a échoué puisque les prix du pétrole n'ont jamais approché les niveaux qu'ils avaient atteints avant la crise de juin 2014.
Pour rappel, l'Opep a revu fortement à la baisse sa prévision de croissance de la demande mondiale de pétrole en 2020, en raison du ralentissement de la croissance économique mondiale associée à une propagationhors de Chine de l'épidémie du coronavirus. Le Cartel table désormais, sur une croissance de la demande mondiale à 60.000 barils/j, expliquant que l'impact de l'épidémie de Covid-19 en Chine, et ses effets négatifs sur les transports et les carburants industriels ont été les principales causes de cette révision à la baisse.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.