Charaf Eddine Amara, nouveau président de la FAF    FAF : le candidat unique, Charaf-Eddine Amara, fixe ses priorités    Yaoum El Ilm: Message du Président de la République    Algérie Poste : La direction menace les grévistes de licenciement    Algérie Poste appelle les travailleurs grévistes à « rejoindre immédiatement » leurs postes    Coronavirus: 167 nouveaux cas, 119 guérisons et 3 décès    Covid-19: la pandémie a fait 2.974.651 morts dans le monde    Le NMLWS condamne la décision de l'ouverture d'un bureau de LREM à Dakhla occupée    Crise du lait en sachet, les rationnements ne suffisent plus    "la réforme de la Sécurité sociale est plus que délicate"    L'AIE relève ses prévisions de la demande    «La croissance économique n'atteindra pas les 4,5% prévus»    Le procès de six hirakistes reporté au 19 mai    Le Kenya désavoue l'ambassadeur marocain à Nairobi    Le RAJ appelle à une conférence nationale    Amandine mon amour    Participation du Conseil de la nation à la réunion du Comité sur les questions relatives au Moyen-Orient de l'UIP    Sommet à Sétif, virée à l'Est pour le CRB et le MCA    CA Bordj Bou Arréridj-MC Oran pour commencer    Flick va-t-il claquer la porte ?    Ces partis à candidats «extra-muros»    Tension persistante dans l'éducation    Six éléments de soutien aux groupes terroristes arrêtés    Près de 28 000 familles nécessiteuses recensées    Saisie de 155 kg de viande de volaille impropre à la consommation    Imposant dispositif sécuritaire durant ce mois de Ramadhan    Noureddine Tounsi risque un an de prison ferme    Ahmed Rachedi nommé conseiller chargé de la culture et de l'audiovisuel    Cérémonie des Oscars : des stars en chair et en os, pas sur Zoom    Dans les coulisses de la saison 2 du phénomène "Timoucha"    Des experts de l'ONU appellent à arrêter la colonisation et protéger le peuple palestinien    L'Algérie condamne l'assassinat de Sidi Brahim Ould Sidati    Boumerdès : Engouement au marché du Ramadhan    Bouira: Un piéton fauché par un camion    Faut-il recréer le monde sans nous ?    Nomination des chefs de sûreté    Les premiers signaux d'un emballement social    Les suggestions des opérateurs    Washington prépare à l'Otan le retrait concerté d'Afghanistan    Au Sahel, «il n'y a aucune solution sans Barkhane»    Pochettino fair-play avec le Bayern    Une offre sur la table pour Agüero    Al Menfi ferait «tous les efforts possibles» pour le départ des forces étrangères    Est-ce une nouvelle crise ?    Des partis à la recherche de candidats    La leçon d'une vie    «L'Etat n'abandonnera jamais le cinéma»    Lancement de la plateforme numérique «lawhati.dz»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les personnels de la santé en colère
Hôpital de Boufarik
Publié dans Le Midi Libre le 28 - 03 - 2020

Un mouvement de protestation a été observé, avant-hier jeudi, par les personnels de l'hôpital de Boufarik, pour contester la gestion de l'épidémie du coronavirus et exiger le départ du chef de service d'infectiologie de l'hôpital, le Dr Mohamed Yousfi, à qui on reproche de "gérer la pandémie par des décisions politiques qui ne sont pas dans l'intérêt du malade et des personnels de santé". Les praticiens en colère appellent les hautes autorités, à intervenir.
Un mouvement de protestation a été observé, avant-hier jeudi, par les personnels de l'hôpital de Boufarik, pour contester la gestion de l'épidémie du coronavirus et exiger le départ du chef de service d'infectiologie de l'hôpital, le Dr Mohamed Yousfi, à qui on reproche de "gérer la pandémie par des décisions politiques qui ne sont pas dans l'intérêt du malade et des personnels de santé". Les praticiens en colère appellent les hautes autorités, à intervenir.
Ce mouvement intervient au moment où la région de Blida et Boufarik, particulièrement, est devenue l'épicentre du coronavirus en Algérie. Il intervient également au lendemain du décès d'un chauffeur d'ambulance de l'hôpital de Boufarik, après avoir été contaminé par le coronavirus. Les protestataires ont brandi des pancartes, sur lesquelles on pouvait lire : "On demande un médecin chef du terrain, pas un médecin du bureau", "Yousfi dégage" ou encore "Les personnels de l'EPH de Boufarik en danger".Ces praticiens de santé, en première ligne face à l'épidémie du coronavirus, font état d'une charge de travail écrasante. "Face à la pression de la maladie, qu'on ne nous rajoute pas d'autres problèmes. Au contraire, il nous faudrait plus de facilitation, notamment en moyens de transports. Nous ne demandons pas l'impossible. Nous voudrions juste travailler dans la sérénité et dans la coordination.
On en a marre de la hogra", explique un praticien. Le praticien réitère l'appel de la communauté médicale aux citoyens, pour respecter le confinement sanitaire décrété par les autorités comme seul moyen d'endiguer l'épidémie, et une façon d'aider le personnel médical soumis à une très forte pression. Le coordinateur médical au service de médecine interne de l'EPH de Boufarik, Noureddine Oukara, reproche au Dr Yousfi de " bloquer" leur travail et de "trop vouloir s'exposer sur les plateaux télé". "Si tu veux les plateaux TV, qu'à cela ne tienne, mais laisse-nous travailler", s'écrie ce professionnel de santé au micro de la chaîne El Bilad. Lui et ses collègues dénoncent le "refus systématique par le chef du service, de recevoir les professionnels et même les malades". "Interrogez les malades depuis qu'ils sont arrivés s'ils l'ont vu ou s'il leur a parlé", assène M. Oukara, qui se présente comme le représentant des travailleurs.
Les praticiens affirment qu'ils sont les seuls à faire face aux malades déclarés positifs au Covid-19, en leur prodiguant "conseil et réconfort, mais aussi leur assurant la logistique et la nourriture". "Nous n'avons pas organisé ce rassemblement à cause de cette maladie, nous sommes capables de la gérer", souligne un médecin qui dénonce "des obstacles de la part du chef du service des maladies infectieuses, qui gère une pandémie mondiale par des décisions politiques, administratives et unilatérales, sans passer par le Conseil médical et les praticiens de santé".
Ce mouvement intervient au moment où la région de Blida et Boufarik, particulièrement, est devenue l'épicentre du coronavirus en Algérie. Il intervient également au lendemain du décès d'un chauffeur d'ambulance de l'hôpital de Boufarik, après avoir été contaminé par le coronavirus. Les protestataires ont brandi des pancartes, sur lesquelles on pouvait lire : "On demande un médecin chef du terrain, pas un médecin du bureau", "Yousfi dégage" ou encore "Les personnels de l'EPH de Boufarik en danger".Ces praticiens de santé, en première ligne face à l'épidémie du coronavirus, font état d'une charge de travail écrasante. "Face à la pression de la maladie, qu'on ne nous rajoute pas d'autres problèmes. Au contraire, il nous faudrait plus de facilitation, notamment en moyens de transports. Nous ne demandons pas l'impossible. Nous voudrions juste travailler dans la sérénité et dans la coordination.
On en a marre de la hogra", explique un praticien. Le praticien réitère l'appel de la communauté médicale aux citoyens, pour respecter le confinement sanitaire décrété par les autorités comme seul moyen d'endiguer l'épidémie, et une façon d'aider le personnel médical soumis à une très forte pression. Le coordinateur médical au service de médecine interne de l'EPH de Boufarik, Noureddine Oukara, reproche au Dr Yousfi de " bloquer" leur travail et de "trop vouloir s'exposer sur les plateaux télé". "Si tu veux les plateaux TV, qu'à cela ne tienne, mais laisse-nous travailler", s'écrie ce professionnel de santé au micro de la chaîne El Bilad. Lui et ses collègues dénoncent le "refus systématique par le chef du service, de recevoir les professionnels et même les malades". "Interrogez les malades depuis qu'ils sont arrivés s'ils l'ont vu ou s'il leur a parlé", assène M. Oukara, qui se présente comme le représentant des travailleurs.
Les praticiens affirment qu'ils sont les seuls à faire face aux malades déclarés positifs au Covid-19, en leur prodiguant "conseil et réconfort, mais aussi leur assurant la logistique et la nourriture". "Nous n'avons pas organisé ce rassemblement à cause de cette maladie, nous sommes capables de la gérer", souligne un médecin qui dénonce "des obstacles de la part du chef du service des maladies infectieuses, qui gère une pandémie mondiale par des décisions politiques, administratives et unilatérales, sans passer par le Conseil médical et les praticiens de santé".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.