«Contrainte majeure» pour certains, «normale» pour d'autres    Liste contestée    Que faire pour réguler le marché ?    Reprise à la hausse des activités du commerce extérieur    Ligue arabe, ONU, UE et UA réclament «un retrait immédiat» des troupes étrangères    Le fils d'Idriss Déby intronisé président de la République    Le Conseil de sécurité face à ses responsabilités    La Super Ligue se déballonne, le foot européen doit recoller les morceaux    Le CRB enfonce le CABBA    Préparation des JO de Tokyo 25 athlètes en stage à Bordj-Bou Arréridj    «10 000 patients sont en attente d'une greffe»    Tajine de kefta aux œufs    Le pire est à craindre    La première édition du 2 au 5 juillet 2021 aux Ouacifs    Actuculte    Décès de la Moudjahida Annie Steiner    FAF : Zetchi passe la main à Amara    RC Kouba : Six mois de suspension pour Ghalem    ARAMA DE RETOUR, NEGHIZ CONTACTE    La JSK a fait le job à Garoua, Sétif résiste à Johannesburg    7 décès et 182 nouveaux cas    Le lanceur d'alerte Noureddine Tounsi restera en prison    Grandiose marche nocturne à Akbou    Un procès peut en cacher un autre    Incendie au marché de gros des fruits et légumes    Cote d'alerte    Promenade des Sablettes : Campagne de sensibilisation à la sécurité routière    Création d'une société ENR mixte Sonatrach/Sonelgaz : Que deviendra le programme solaire des 1000 mégawatts ?    Lancement d'une étude macroéconomique    La Banque mondiale table sur un baril à 56 dollars en 2021    7070 météorites algériennes filent illégalement à l'étranger    "Nous devons entretenir notre mémoire"    Ecoles primaires: Les appels au débrayage se multiplient    Amnesty International: «Une nette baisse des condamnations à mort en Algérie»    Des Algériens parmi eux: 18.000 enfants migrants non accompagnés disparus en Europe    Un fonds de 7,55 millions d'euros pour les migrants    La nécessaire coordination    Le challenge de deux présidents    «Possibilité non négligeable» d'une victoire de l'extrême droite    15 quintaux de kif marocain saisis    La sanglante guerre d'usure des Houthis    L'Algérie ne tombera pas    Les islamistes rêvent de victoire    768 Logements sociaux électrifiés    Des milliers de travailleurs investissent la rue    L'art comme oeuvre marchande    Promouvoir la diversité linguistique amazighe    «Les centres d'archives sont une vitrine»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Accord pour une réduction de 10 millions de barils/jour, dont 200.000 pour l'Algérie
Opep +
Publié dans Le Midi Libre le 11 - 04 - 2020

L'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) et ses alliés ont convenu, à l'issue de la réunion extraordinaire tenue de jeudi à vendredi par visioconférence, de réduire la production de 10 millions de barils par jour (mbj), dont 200.000 barils pour l'Algérie durant les mois de mai et juin en vue de stabiliser les prix du pétrole impactés par la crise du coronavirus, a annoncé le ministre de l'Energie, Mohamed Arkab.
L'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) et ses alliés ont convenu, à l'issue de la réunion extraordinaire tenue de jeudi à vendredi par visioconférence, de réduire la production de 10 millions de barils par jour (mbj), dont 200.000 barils pour l'Algérie durant les mois de mai et juin en vue de stabiliser les prix du pétrole impactés par la crise du coronavirus, a annoncé le ministre de l'Energie, Mohamed Arkab.
Dans une déclaration à l'APS au terme des travaux de cette 9e réunion ministérielle, tenue de jeudi à vendredi, M. Arkab a affirmé que les pays membres de l'Opep et non-Opep ont décidéde réduire de 10 millions (mbj) durant deux prochains mois (mai et juin) en vue de stabiliser les prix du pétrole impactés par la pandémie du coronavirus.
Les pays de l'Opep + ont décidé également d'un second accord, sur une baisse de la production pétrolière, de l'ordre de 8 millions (mbj) durant les second semestre 2020, a ajouté le ministre de l'Energie. Un troisième accord a été signé aussi par les pays de l'Opep + portant sur une réduction de la production pétrolière de l'ordre de 6 millions (mbj), et ce à partir de janvier 2021 jusqu'au mois avril 2022, a précisé encore M.Arkab. Se félicitant de ces décisions "importantes" prises lors de cette réunion ministérielle, il a estimé que ces trois accords vont permettre d'absorber le surplus de l'offre pétrolière disponible actuellement sur le marché et d'enrayer la chute des cours du brut. Les trois accords devront permettre, a-t-il souligné, de réduire aussi les quantités en surplus existant au niveau des stocks pétroliers mondiaux. S'agissant du quota de baisse de la production algérienne, il sera de l'ordre de 200.000 barils par jour (bj) durant les deux mois de mai et juin, avant d'atteindre les 145.000 (bj) pendant le second semestre de l'année 2020, a expliqué le ministre de l'Energie.
"Ces réductions sont nécessaires et indispensables pour aider à la stabilité du marché pétrolier", a-t-il indiqué, faisant observer que l'Arabie Saoudite et la Russie vont réduire pour chacune d'elle une quantité de 2,5 millions de barils/j (soit au total 5 millions de barils/j). A l'execption du Mexique, pour qui la quantité de réduction de sa production n'a pas été encore fixée, tous les autres pays membres de l'Opep+ ont paraphé ces trois accords de baisse, a tenu à signaler le ministre de l'Energie. Par ailleurs, M. Arkab a affirmé que les pays de l'Opep+ ont convenu de convaincre, lors de la conférence virtuelle des ministres de l'Energie du G20, prévue vendredi, les autres producteurs pétroliers mondiaux d'adhérer aux présents accords. Ainsi, la Russie, l'Arabie Saoudite et le Mexique, en tant que pays membres du G20, ont été chargés, selon le ministre de l'Energie, de mener cette mission en vue de faire participer les autres producteurs mondiaux à une réduction supplémentaire de 5 millions barils par jour de manière à soutenir les efforts déployés pour la stabilisation du marché pétrolier.
Dans une déclaration à l'APS au terme des travaux de cette 9e réunion ministérielle, tenue de jeudi à vendredi, M. Arkab a affirmé que les pays membres de l'Opep et non-Opep ont décidéde réduire de 10 millions (mbj) durant deux prochains mois (mai et juin) en vue de stabiliser les prix du pétrole impactés par la pandémie du coronavirus.
Les pays de l'Opep + ont décidé également d'un second accord, sur une baisse de la production pétrolière, de l'ordre de 8 millions (mbj) durant les second semestre 2020, a ajouté le ministre de l'Energie. Un troisième accord a été signé aussi par les pays de l'Opep + portant sur une réduction de la production pétrolière de l'ordre de 6 millions (mbj), et ce à partir de janvier 2021 jusqu'au mois avril 2022, a précisé encore M.Arkab. Se félicitant de ces décisions "importantes" prises lors de cette réunion ministérielle, il a estimé que ces trois accords vont permettre d'absorber le surplus de l'offre pétrolière disponible actuellement sur le marché et d'enrayer la chute des cours du brut. Les trois accords devront permettre, a-t-il souligné, de réduire aussi les quantités en surplus existant au niveau des stocks pétroliers mondiaux. S'agissant du quota de baisse de la production algérienne, il sera de l'ordre de 200.000 barils par jour (bj) durant les deux mois de mai et juin, avant d'atteindre les 145.000 (bj) pendant le second semestre de l'année 2020, a expliqué le ministre de l'Energie.
"Ces réductions sont nécessaires et indispensables pour aider à la stabilité du marché pétrolier", a-t-il indiqué, faisant observer que l'Arabie Saoudite et la Russie vont réduire pour chacune d'elle une quantité de 2,5 millions de barils/j (soit au total 5 millions de barils/j). A l'execption du Mexique, pour qui la quantité de réduction de sa production n'a pas été encore fixée, tous les autres pays membres de l'Opep+ ont paraphé ces trois accords de baisse, a tenu à signaler le ministre de l'Energie. Par ailleurs, M. Arkab a affirmé que les pays de l'Opep+ ont convenu de convaincre, lors de la conférence virtuelle des ministres de l'Energie du G20, prévue vendredi, les autres producteurs pétroliers mondiaux d'adhérer aux présents accords. Ainsi, la Russie, l'Arabie Saoudite et le Mexique, en tant que pays membres du G20, ont été chargés, selon le ministre de l'Energie, de mener cette mission en vue de faire participer les autres producteurs mondiaux à une réduction supplémentaire de 5 millions barils par jour de manière à soutenir les efforts déployés pour la stabilisation du marché pétrolier.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.