Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce vendredi    Amara s'engage à de "profondes réformes"    Huit blessés dans un accident sur l'autoroute est-ouest    Pour que la date du 20 avril 1980 ne soit plus exploitée    Charaf Eddine Amara, nouveau président de la FAF    Le Président Tebboune exhorte les jeunes à tracer leur voie vers la réussite par le travail, le savoir et la rigueur morale    Algérie Poste : La direction menace les grévistes de licenciement    Algérie Poste appelle les travailleurs grévistes à « rejoindre immédiatement » leurs postes    Coronavirus: 167 nouveaux cas, 119 guérisons et 3 décès    Covid-19: la pandémie a fait 2.974.651 morts dans le monde    FAF : le candidat unique, Charaf-Eddine Amara, fixe ses priorités    Le NMLWS condamne la décision de l'ouverture d'un bureau de LREM à Dakhla occupée    Le procès de six hirakistes reporté au 19 mai    Le Kenya désavoue l'ambassadeur marocain à Nairobi    Le RAJ appelle à une conférence nationale    Amandine mon amour    Ces partis à candidats «extra-muros»    Noureddine Tounsi risque un an de prison ferme    Crise du lait en sachet, les rationnements ne suffisent plus    Sommet à Sétif, virée à l'Est pour le CRB et le MCA    CA Bordj Bou Arréridj-MC Oran pour commencer    Flick va-t-il claquer la porte ?    "la réforme de la Sécurité sociale est plus que délicate"    L'AIE relève ses prévisions de la demande    Tension persistante dans l'éducation    Six éléments de soutien aux groupes terroristes arrêtés    Près de 28 000 familles nécessiteuses recensées    Saisie de 155 kg de viande de volaille impropre à la consommation    «La croissance économique n'atteindra pas les 4,5% prévus»    Ahmed Rachedi nommé conseiller chargé de la culture et de l'audiovisuel    Cérémonie des Oscars : des stars en chair et en os, pas sur Zoom    Dans les coulisses de la saison 2 du phénomène "Timoucha"    Des experts de l'ONU appellent à arrêter la colonisation et protéger le peuple palestinien    L'Algérie condamne l'assassinat de Sidi Brahim Ould Sidati    Boumerdès : Engouement au marché du Ramadhan    Bouira: Un piéton fauché par un camion    Faut-il recréer le monde sans nous ?    Au Sahel, «il n'y a aucune solution sans Barkhane»    Al Menfi ferait «tous les efforts possibles» pour le départ des forces étrangères    Est-ce une nouvelle crise ?    Des partis à la recherche de candidats    Nomination des chefs de sûreté    Les premiers signaux d'un emballement social    Les suggestions des opérateurs    Washington prépare à l'Otan le retrait concerté d'Afghanistan    La leçon d'une vie    «L'Etat n'abandonnera jamais le cinéma»    Lancement de la plateforme numérique «lawhati.dz»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Rezig met en garde les commerçants
Ramadhan et spéculation
Publié dans Le Midi Libre le 20 - 04 - 2020

assuré le ministre du Commerce, Kamel Rezig, dans un entretien accordé vendredi à la chaîne El Hayat TV, pointant une attitude nouvelle chez la population et consistant en le stockage des produits de consommation. Le ministre reconnait que les produits subventionnés font nourrir la spéculation, et prévient les commerçants qui s'adonnent à cette pratique de lourdes sanctions,
assuré le ministre du Commerce, Kamel Rezig, dans un entretien accordé vendredi à la chaîne El Hayat TV, pointant une attitude nouvelle chez la population et consistant en le stockage des produits de consommation. Le ministre reconnait que les produits subventionnés font nourrir la spéculation, et prévient les commerçants qui s'adonnent à cette pratique de lourdes sanctions,
allant jusqu'à la radiation du registre de commerce. Pour le mois de Ramadhan, qui intervient cette année dans un contexte de confinement en raison du Covid-19, le ministre du Commerce est catégorique : "Nous veillerons en coordination avec d'autres départements ministériels sur la stabilisation de l'offre et des prix. Aussi, nous ne relâcherons pas sur les mesures de protection de la santé du citoyen. Les mesures de protection seront de mise". À cette occasion, le ministre invite tous les commerçants à adhérer à l'effort national de lutte contre l'épidémie du Covid- 19, en assurant la disponibilité des produits et à des prix raisonnables. "Nous seront intraitables sur la question de la spéculation.
Les commerçants qui pensent profiter du mois de Ramadanpour augmenter les prix, je pense qu'ils ont vu la rigueur de l'Etat", a prévenu le ministre qui fait référence aux nombres saisies de marchandises stockées par des commerçants, aux fins de spéculer sur les prix. À chaque Ramadhan, les prix des produits de consommation augmentent, particulièrement la veille et durant les premiers jours. Jusqu'à présent, aucun gouvernement n'a réussi à lutter efficacement contre ce phénomène. Le ministre tient à faire le distinguo entre les commerçants honnêtes et les commerçants véreux. "Les spéculateurs seront radiés et placés sur la liste noire et ne pourront plus exercer d'activités commerciales", at- il menacé. "Nous sommes en guerre contre l'épidémie du Covid-19. Nous traversons un contexte particulier, et il ne sera pas permis aux commerçants de réaliser des profits au détriment du simple citoyen", rappelleRezig. Le ministre assure de la disponibilité des produits de consommation à Blida, hormis la semoule qui connaît des perturbations. Et pour leRamadhan, il lance un appel à la populationafin de rationaliser la consommation.
D'autre part, Rezig apromis de réglementer le marché, une fois l'épidémie du Covid 19 dépassée. Le journaliste a interpellé le ministre, sur le fait qu'il s'est fait remarquer par ses sorties répétées sur le terrain, notamment dans les marchés de gros, des sorties qu'il prend le soin de prendre en photo et de médiatiser à souhait, lui rappelant que des observateurs considèrent que le commis de l'Etat fait dans le populisme. Ce que le concerné assume complètement. "Je sortirai sur le terrain autant de fois qu'il le faudra. Je suis un commis du peuple. Je ne peux pas rester dans mon bureau quand j'entends que les prix de la pomme de terre flambent. Je continuerai à sortir même si on dit de moi que je suis un populiste", a-t-il lancé..
allant jusqu'à la radiation du registre de commerce. Pour le mois de Ramadhan, qui intervient cette année dans un contexte de confinement en raison du Covid-19, le ministre du Commerce est catégorique : "Nous veillerons en coordination avec d'autres départements ministériels sur la stabilisation de l'offre et des prix. Aussi, nous ne relâcherons pas sur les mesures de protection de la santé du citoyen. Les mesures de protection seront de mise". À cette occasion, le ministre invite tous les commerçants à adhérer à l'effort national de lutte contre l'épidémie du Covid- 19, en assurant la disponibilité des produits et à des prix raisonnables. "Nous seront intraitables sur la question de la spéculation.
Les commerçants qui pensent profiter du mois de Ramadanpour augmenter les prix, je pense qu'ils ont vu la rigueur de l'Etat", a prévenu le ministre qui fait référence aux nombres saisies de marchandises stockées par des commerçants, aux fins de spéculer sur les prix. À chaque Ramadhan, les prix des produits de consommation augmentent, particulièrement la veille et durant les premiers jours. Jusqu'à présent, aucun gouvernement n'a réussi à lutter efficacement contre ce phénomène. Le ministre tient à faire le distinguo entre les commerçants honnêtes et les commerçants véreux. "Les spéculateurs seront radiés et placés sur la liste noire et ne pourront plus exercer d'activités commerciales", at- il menacé. "Nous sommes en guerre contre l'épidémie du Covid-19. Nous traversons un contexte particulier, et il ne sera pas permis aux commerçants de réaliser des profits au détriment du simple citoyen", rappelleRezig. Le ministre assure de la disponibilité des produits de consommation à Blida, hormis la semoule qui connaît des perturbations. Et pour leRamadhan, il lance un appel à la populationafin de rationaliser la consommation.
D'autre part, Rezig apromis de réglementer le marché, une fois l'épidémie du Covid 19 dépassée. Le journaliste a interpellé le ministre, sur le fait qu'il s'est fait remarquer par ses sorties répétées sur le terrain, notamment dans les marchés de gros, des sorties qu'il prend le soin de prendre en photo et de médiatiser à souhait, lui rappelant que des observateurs considèrent que le commis de l'Etat fait dans le populisme. Ce que le concerné assume complètement. "Je sortirai sur le terrain autant de fois qu'il le faudra. Je suis un commis du peuple. Je ne peux pas rester dans mon bureau quand j'entends que les prix de la pomme de terre flambent. Je continuerai à sortir même si on dit de moi que je suis un populiste", a-t-il lancé..


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.