La clôture de la campagne référendaire mise en exergue par ses animateurs    Le projet d'amendement constitutionnel est bâti sur des bases garantissant l'équilibre des pouvoirs"    Projet d'amendement de la Constitution : assurer la construction de la confiance citoyen-institutions de l'Etat    L'amendement constitutionnel érige la société civile en porte-voix du peuple    Ces aliments trop sucrés qu'on ne soupçonne pas forcément    L'amendement de la Constitution: réaliser les objectifs ambitieux pour les enfants de l'Algérie    Real : Benzema égale un record de Messi    Liverpool : la blessure de Fabinho inquiète Klopp    Tlemcen: Deux ministres, des annonces et des promesses    Blida: Le ministre du Commerce incite les industriels à se préparer à l'exportation    Ligue des champions d'Europe: Gros suspense à Turin et Manchester    JS Kabylie: Zelfani mise sur le tournoi d'Alger    FAF: L'AGO a adopté les bilans    UN COMBAT CONTRE SOI    Covid-19: «Le retour au confinement partiel n'est pas exclu»    Recrudescence des cas de Covid-19: Hôpitaux : retour à la case départ ?    Le Vote Des Expatriés En Question    L'état de santé du président n'est pas inquiétant    Les produits pétroliers disponibles durant les fêtes d'El Mawlid Ennabaoui et du 1er novembre    Le procès de Zoukh, l'ex-wali d'Alger, reporté au 17 novembre    287 nouveaux cas en Algérie    L'Algérie saura relever tous les défis auxquels elle fait face et s'en sortira plus forte    Djerad inaugure la 1re Conférence nationale sur l'oeuvre de Malek Bennabi    Sahara occidental/Minurso: réunion mercredi du Conseil de sécurité    Sahara occidental : l'ONU doit obliger le Maroc à fermer la brèche illégale à El-Guerguerat    FAF: Zetchi évasif sur la question du deuxième mandat    L'amendement de la Constitution, un moyen de réaliser les objectifs ambitieux pour les enfants de l'Algérie    Projet d'amendement de la Constitution : le référendum, une opportunité pour tracer les contours de l'Algérie nouvelle    Covid-19: 287 nouveaux cas, 171 guérisons et 9 décès    BECHAR : Tentative de suicide par immolation    REVISION DE LA CONSTITUTION : La campagne électorale s'achève aujourd'hui    FETE DE LA REVOLUTION :La journée du dimanche prochain chômée et payée    CELEBRATION DU MAWLID ENNABAWI : Appel au strict respect des mesures préventives    Economie d'énergie : nécessité d'un nouveau mode de consommation du citoyen    Les arabes, les musulmans et la vie sans camembert Président    Actucult    Mine de Phosphate à Bir El Ater (Tébessa) : Un projet pour décongestionner le trafic routier    Village le plus propre de Béjaïa : «A Aguemoune Nat Amar, nous avons toujours été propres et organisés»    Le Real de Madrid doit réagir    Reprise des négociations tripartites aujourd'hui    La comptabilité analytique au sein des entreprises en vue d'assuer l'accès aux marchés extérieurs    Une troisième tentative de cessez-le-feu vole en éclats    BMS Corona    Une majorité de Soudanais contre la normalisation avec Israël    L'ENCRE ET L'HISTOIRE    Choc inévitable ?    Tlemcen: L'Institut français relance ses activités    Tiaret: La radio locale souffle sa 22e bougie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les promesses du ministre des Finances
Lutte contre le blanchiment d'argent et le financement du terrorisme
Publié dans Le Midi Libre le 17 - 09 - 2020

Tous les moyens seront mis à disposition dans le cadre du dispositif national de lutte contre le blanchiment de capitaux et du financement du terrorisme, notamment à travers la Cellule de traitement du renseignement financier (CTRF)...
Tous les moyens seront mis à disposition dans le cadre du dispositif national de lutte contre le blanchiment de capitaux et du financement du terrorisme, notamment à travers la Cellule de traitement du renseignement financier (CTRF)...
C'est ce qu'a indiqué, hier à Alger, le ministre des Finances, Aimene Benabderrahmane. Lors de la cérémonie d'installation des nouveaux membres de la CTRF, le ministre a fait savoir que "l'Algérie ira toujours de l'avant s'agissant de renforcer son dispositif légal ou réglementaire ainsi qu'en termes de mise à disposition des moyens idoines à la CTRF". Il a ainsi souligné que l'objectif de son département est de "s'arrimer aux standards internationaux permettant à l'Algérie de se maintenir de façon pérenne en haut des classifications internationales en terme de lutte contre les différents fléaux financiers".
"Parmi ses mission, la CTRF réalise des évaluations et des rapports réguliers sur le niveau de mise en oeuvre des réformes nécessaires en terme de lutte contre les infractions à la législation financière dans le cadre de l'amélioration de la gouvernance", a souligné le ministre. Selon lui, le rôle de la CTRF intègre également l'information financière notamment au niveau du blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme "qui deviennent des crimes complexes du fait de l'avancement technologique et les technologies de l'information et de la communication ainsi que la mondialisation qui a contribué au développement des bandescriminelles transfrontalières".
Par ailleurs, M. Benabderrahmane a rappelé que "l'Algérie est l'un des rares pays à réunir l'ensemble des dispositifs", ajoutant que "les systèmes bancaire et financier nationaux sont parfaitement adapté à la lutte contre le blanchiment de capitaux quel que soit sa forme". "L'Algérie a été l'initiatrice de la criminalisation de certains types de courants de malversation qui proviennent du terrorisme et des activités similaires. L'Algérie n'a jamais baissé les bras dans le cadre de la lutte contre ce fléau", a-t-il insisté. Présent à cette cérémonie, le président de la CTRF, Sid-Ahmed Saidi, a fait savoir que plusieurs défis attendent les nouveaux membres de cet organe qui reçoit plus de 1.700 déclarations de soupçon par an. Au niveau national, il s'agit, selon M. Saidi, de travailler à la modernisation des capacités de la CTRF "et du lancement du grand chantier de la télé-déclaration et de l'adaptation de la réglementation en conséquence". Au niveau international, il s'agit pour la CTRF de permettre à l'Algérie en 2022 "d'être au rendez-vous de l'évaluation dont fera l'objet le pays concernant l'efficacité de son dispositif de lutte contre le blanchiment de capitaux, contre le financement du terrorisme et contre le financement de la prolifération des armes de destruction
massive". Dans ce cadre, le même responsable a estimé "nécessaire que les capacités humaines et techniques de la CTRF soient développées". Pour rappel, l'Algérie fera l'objet, en 2022, d'une évaluation de sa politique nationale de lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorismepar le Groupe d'action financière (Gafi) et par le Groupe d'action financière du (Gafimoan). En 2009, l'évaluation avait conclu à la conformité de la politique de l'Algérie aux normes internationales, aux conventions internationales et aux recommandations du Gafi ainsi qu'aux résolutions du Conseil de sécurité de l'Onu. En 2013, la CTRF a adhéré au groupe Egmont qui regroupe les cellules de renseignement financier de 138 pays afin de favoriser un meilleur échange de renseignements financiers. A noter que cette cérémonie a également vu la présence de la directrice générale des impôts, Amel Abdellatif, du directeur général du Trésor, Fayçal Tadinit, du directeur général des Douanes, Noureddine Khaldi et du secrétaire général du ministère des Finances, Brahim Djamel Kessali
C'est ce qu'a indiqué, hier à Alger, le ministre des Finances, Aimene Benabderrahmane. Lors de la cérémonie d'installation des nouveaux membres de la CTRF, le ministre a fait savoir que "l'Algérie ira toujours de l'avant s'agissant de renforcer son dispositif légal ou réglementaire ainsi qu'en termes de mise à disposition des moyens idoines à la CTRF". Il a ainsi souligné que l'objectif de son département est de "s'arrimer aux standards internationaux permettant à l'Algérie de se maintenir de façon pérenne en haut des classifications internationales en terme de lutte contre les différents fléaux financiers".
"Parmi ses mission, la CTRF réalise des évaluations et des rapports réguliers sur le niveau de mise en oeuvre des réformes nécessaires en terme de lutte contre les infractions à la législation financière dans le cadre de l'amélioration de la gouvernance", a souligné le ministre. Selon lui, le rôle de la CTRF intègre également l'information financière notamment au niveau du blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme "qui deviennent des crimes complexes du fait de l'avancement technologique et les technologies de l'information et de la communication ainsi que la mondialisation qui a contribué au développement des bandescriminelles transfrontalières".
Par ailleurs, M. Benabderrahmane a rappelé que "l'Algérie est l'un des rares pays à réunir l'ensemble des dispositifs", ajoutant que "les systèmes bancaire et financier nationaux sont parfaitement adapté à la lutte contre le blanchiment de capitaux quel que soit sa forme". "L'Algérie a été l'initiatrice de la criminalisation de certains types de courants de malversation qui proviennent du terrorisme et des activités similaires. L'Algérie n'a jamais baissé les bras dans le cadre de la lutte contre ce fléau", a-t-il insisté. Présent à cette cérémonie, le président de la CTRF, Sid-Ahmed Saidi, a fait savoir que plusieurs défis attendent les nouveaux membres de cet organe qui reçoit plus de 1.700 déclarations de soupçon par an. Au niveau national, il s'agit, selon M. Saidi, de travailler à la modernisation des capacités de la CTRF "et du lancement du grand chantier de la télé-déclaration et de l'adaptation de la réglementation en conséquence". Au niveau international, il s'agit pour la CTRF de permettre à l'Algérie en 2022 "d'être au rendez-vous de l'évaluation dont fera l'objet le pays concernant l'efficacité de son dispositif de lutte contre le blanchiment de capitaux, contre le financement du terrorisme et contre le financement de la prolifération des armes de destruction
massive". Dans ce cadre, le même responsable a estimé "nécessaire que les capacités humaines et techniques de la CTRF soient développées". Pour rappel, l'Algérie fera l'objet, en 2022, d'une évaluation de sa politique nationale de lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorismepar le Groupe d'action financière (Gafi) et par le Groupe d'action financière du (Gafimoan). En 2009, l'évaluation avait conclu à la conformité de la politique de l'Algérie aux normes internationales, aux conventions internationales et aux recommandations du Gafi ainsi qu'aux résolutions du Conseil de sécurité de l'Onu. En 2013, la CTRF a adhéré au groupe Egmont qui regroupe les cellules de renseignement financier de 138 pays afin de favoriser un meilleur échange de renseignements financiers. A noter que cette cérémonie a également vu la présence de la directrice générale des impôts, Amel Abdellatif, du directeur général du Trésor, Fayçal Tadinit, du directeur général des Douanes, Noureddine Khaldi et du secrétaire général du ministère des Finances, Brahim Djamel Kessali


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.