Qualifications CAN-2021 (4e j.): des arbitres soudanais pour Zimbabwe - Algérie    Le projet de l'amendement constitutionnel "début de reforme et de changement dans la nouvelle Algérie"    Algérie-Hongrie: approfondir le dialogue politique au service du partenariat bilatéral    L'état de santé du président Tebboune "n'inspire aucune inquiétude"    Covid-19: 287 nouveaux cas, 171 guérisons et 9 décès    AG ordinaire de la FAF: adoption des bilans moral et financier    Le projet d'amendement de la constitution consacre un article important pour la protection des terres agricoles    FETE DE LA REVOLUTION :La journée du dimanche prochain chômée et payée    LES ELEVEURS SONT EXCEDES : Hausse des prix de l'aliment de bétail à Mostaganem    LE GENERAL CHANEGRIHA AFFIRME : ‘'L'Algérie sortira gagnante''    TRIBUNAL DE TIPASA : Report du procès de l'ex-wali Zoukh au 17 novembre    Nouveau rassemblement de soutien à Khaled Drareni    Le Président ne sera pas présent à la Grande Mosquée    BECHAR : Tentative de suicide par immolation    Révision de la Constitution: la loi organique relative au régime électoral fixe les règles du silence électoral    Economie d'énergie : nécessité d'un nouveau mode de consommation du citoyen    Rahmoun Yazid en renfort    Le 10 novembre, dernier délai pour le dépôt des demandes de licences    Le procès de Karim Tabbou reporté au 16 novembre    Les arabes, les musulmans et la vie sans camembert Président    Juventus : Ronaldo toujours incertain pour le match face au Barça    Une caravane médicale au profit des populations nomades    Actucult    Risque de covid-19 : Regroupements dangereux des parents devant les écoles    Ghazaouet : Sensibilisation sur le cancer du sein    Lutte antiterroriste : Reddition d'un terroriste à Tamanrasset    Village le plus propre de Béjaïa : «A Aguemoune Nat Amar, nous avons toujours été propres et organisés»    Le système politique algérien, formation et évolution (1954-2020) : Bonnes feuilles    Festival du film franco-arabe de Noisy-Le-Sec : Une dizaine de films algériens en compétition    Une troisième tentative de cessez-le-feu vole en éclats    Reprise des négociations tripartites aujourd'hui    Boukadoum s'entretient avec le Secrétaire général des Nations unies    BMS Corona    L'hôpital Nedjma d'Oran équipé de 14 lits de réanimation    Le Real de Madrid doit réagir    La comptabilité analytique au sein des entreprises en vue d'assuer l'accès aux marchés extérieurs    Les agglomérations africaines brillent par leur absence    Erdogan appelle au boycott des produits français    Rue Marcel-Bigeard remplacée par rue Maurice-Audin    Une majorité de Soudanais contre la normalisation avec Israël    Mascara: Des terres agricoles non exploitées seront récupérées    Bouira: Apprendre à reconnaître les «fake news»    ES Sétif: La stabilité enfin payante ?    MC Saïda: Un effectif chamboulé    L'ENCRE ET L'HISTOIRE    Choc inévitable ?    Tlemcen: L'Institut français relance ses activités    Tiaret: La radio locale souffle sa 22e bougie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'Algérie a besoin d'un baril à 157 dollars
Selon le fmi
Publié dans Le Midi Libre le 28 - 09 - 2020

L'Algérie a besoin d'un prix du baril de pétrole à 157,2 dollars afin d'équilibrer son budget pour l'année 2020, selon les projections du Fonds monétaire international (FMI) rapportés par le site spécialisé Oil Price et consultés sur le site du FMI.
L'Algérie a besoin d'un prix du baril de pétrole à 157,2 dollars afin d'équilibrer son budget pour l'année 2020, selon les projections du Fonds monétaire international (FMI) rapportés par le site spécialisé Oil Price et consultés sur le site du FMI.
Le "prix d'équilibre" est le prix moyen que doit atteindre le baril de pétrole sur une année pour permettre à un pays fortement dépendant des hydrocarbures, comme c'est le cas pour l'Algérie, d'équilibrer les dépenses de son budget. Il ne doit pas être confondu avec le prix de référence du baril de pétrole établi dans les différentes lois de Finances. En 2019, le prix d'équilibre du baril pour l'Algérie s'était établi à 104,6 dollars. Il était à 101,4 dollars en 2018 et à 91,4 en 2017, selon les données du FMI. Le prix d'équilibre du baril projeté à 157,2 dollars en 2020 pour l'Algérie est de loin le plus élevé parmi les pays exportateurs de pétrole. Il est plus élevé que celui de l'Arabie saoudite (76,1 dollars), des Emirats arabes unis (69,1 dollars), de Bahreïn (95,6 dollars), du Qatar (39,9 dollars), ou encore de la Libye (57,9 dollars). Seul l'Iran, pays actuellement sous embargo international, possède un prix d'équilibre plus élevé que l'Algérie.
Son prix du baril d'équilibre s'établit à un vertigineux 389,4 dollars. Le prix d'équilibre du baril de pétrole pour l'Algérie et les autres pays ont été fortement revus à la hausse, suite à la crise économique ayant affecté l'ensemble dumonde dans le sillage de la pandémie ducoronavirus. Une précédente projection du FMI plaçait le prix d'équilibre budgétaire de l'Algérie à 92,3 dollars en 2020. L'institution financière prévoit cependant une baisse significative en 2021 du prixd'équilibre, le projetant à 109,3 dollars le baril. Les chiffres du Fonds monétaire international se placent en sérieux contraste, avec les récentes déclarations du ministre de l'Energie, Abdelmadjid Attar. Ce dernier avait affirmé le 30 aout dernier que l'Algérie a besoin d'un « minimum de 60 dollars le baril sur une période pratiquement de deux ans, pour équilibrer le budget du pays. Le cours du baril de Brents'établit actuellement à 41,8 dollars
Le "prix d'équilibre" est le prix moyen que doit atteindre le baril de pétrole sur une année pour permettre à un pays fortement dépendant des hydrocarbures, comme c'est le cas pour l'Algérie, d'équilibrer les dépenses de son budget. Il ne doit pas être confondu avec le prix de référence du baril de pétrole établi dans les différentes lois de Finances. En 2019, le prix d'équilibre du baril pour l'Algérie s'était établi à 104,6 dollars. Il était à 101,4 dollars en 2018 et à 91,4 en 2017, selon les données du FMI. Le prix d'équilibre du baril projeté à 157,2 dollars en 2020 pour l'Algérie est de loin le plus élevé parmi les pays exportateurs de pétrole. Il est plus élevé que celui de l'Arabie saoudite (76,1 dollars), des Emirats arabes unis (69,1 dollars), de Bahreïn (95,6 dollars), du Qatar (39,9 dollars), ou encore de la Libye (57,9 dollars). Seul l'Iran, pays actuellement sous embargo international, possède un prix d'équilibre plus élevé que l'Algérie.
Son prix du baril d'équilibre s'établit à un vertigineux 389,4 dollars. Le prix d'équilibre du baril de pétrole pour l'Algérie et les autres pays ont été fortement revus à la hausse, suite à la crise économique ayant affecté l'ensemble dumonde dans le sillage de la pandémie ducoronavirus. Une précédente projection du FMI plaçait le prix d'équilibre budgétaire de l'Algérie à 92,3 dollars en 2020. L'institution financière prévoit cependant une baisse significative en 2021 du prixd'équilibre, le projetant à 109,3 dollars le baril. Les chiffres du Fonds monétaire international se placent en sérieux contraste, avec les récentes déclarations du ministre de l'Energie, Abdelmadjid Attar. Ce dernier avait affirmé le 30 aout dernier que l'Algérie a besoin d'un « minimum de 60 dollars le baril sur une période pratiquement de deux ans, pour équilibrer le budget du pays. Le cours du baril de Brents'établit actuellement à 41,8 dollars


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.