Charfi répond aux «petits» partis    Huit activistes condamnés à 10 000 DA d'amende    Le ministre de l'Enseignement supérieur chahuté par les étudiants    Report du procès en appel de Zoukh au 6 février    Attar insiste sur le développement de la pétrochimie    La Cnas ouverte ce week-end pour les chefs d'entreprise    La première session du Cnes «nouveau» se tiendra en février    Aït Ali rencontre les représentants de la filière    Pékin avertit contre "une nouvelle guerre froide"    L'Afrique du Sud appelle Biden à annuler la décision de Trump    Rome attend du Caire une collaboration "complète"    La patrie d'Armstrong et la dignité des peuples : un challenge existentiel    L'Algérie demande de faire toute la lumière sur ce drame    Leknaoui à la rescousse    Les Bejaouis en stage bloqué d'une semaine à Chlef    Isla de retour, forfait de Rebiai    L'ESS veut s'élancer, le Mouloudia à Tlemcen pour se relancer    "Difficile de prédire le vainqueur de la League anglaise"    Longue attente et grande confusion    Les personnes handicapées réclament leur quota de logements sociaux    Faible mobilisation des travailleurs    Un mort et trois blessés    Les réactions s'enchaînent en Algérie et en France    Le sociologue Liess Boukraa s'est éteint    Mesures à l'encontre des coupables    Mémoires sur le mouvement syndical algérien    Des gargotes pour les haltes solitaires    Lupin ou la consécration des séries télévisées européennes    Jean-Philippe Ould Aoudia : Mémoire, vérité et réconciliation    US Biskra : La dégringolade semble inexorable    Délivrance de visas : Le Conseil d'Etat rétablit le regroupement familial    Des figures historiques oubliées par l'école de la République    Hadjer Ben Boubakeur. Chercheuse en musicologie : «C'était risqué pour le régime algérien de contrecarrer la musique hirakiste»    Exercices pour soigner les douleurs du nerf sciatique    Des histoires à raconter    Football - Ligue 1: Duels des extrêmes à Tlemcen et Alger    Tiaret: Prochaine connexion de la wilaya avec l'autoroute Est - Ouest    Atteinte à la vie privée des enfants: Des télés privées menacées de poursuites judiciaires    ANSEJ, JEUNES, EMPLOIS ET PERIMETRES POIGNANTS    «Salaire dérisoire» et «prime Covid-19 non perçue»: Protestation des communaux devant le siège de l'APC    Constantine: 20 policiers morts du Covid-19 dans la région Est    Examens nationaux: Près de 2 millions d'élèves inscrits via la plateforme du ministère de l'Education    Mohamed Charfi défend le principe des 4 %    258 nouveaux caset 3 décès en 24 heures    Ce que propose l'UGTA    Le nouveau directeur de l'éducation installé    Abdelmadjid Chikhi : «Je ne peux rien dire»    La justice se déjuge    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La pénurie persiste
Vaccin contre la grippe saisonnière
Publié dans Le Midi Libre le 29 - 11 - 2020

Lancée le 3 novembre dernier, la campagne de vaccination contre la grippesaisonnière a suscité un engouementinédit. En effet, plus encore que lesannées passées, l'arrivée de la grippesaisonnière est prise très au sérieux.
Lancée le 3 novembre dernier, la campagne de vaccination contre la grippesaisonnière a suscité un engouementinédit. En effet, plus encore que lesannées passées, l'arrivée de la grippesaisonnière est prise très au sérieux.
L'enjeu est de taille car les symptômesde l'infection au nouveau coronavirusqui a déjà causé des milliers de morts, sont similaires à ceux de la grippe saisonnière.Il risque donc d'y avoir cet hiver une"co-circulation" du virus grippal et ducoronavirus, ont prévenu les autoritéssanitaires, qui souhaitent éviter unafflux de patients. Le système de santéétant déjà proche de la saturation.Pour ce, rappelons-le, que depuis lafin de l'été, les médecins et les professionnels ne cessent de multiplier les déclarations sur l'importance particulièrede cette vaccination.
D'ailleurs, un dispositif de communicationde grande envergure a été lancépar la tutelle pour encourager toutes les personnes à risque à se faire vacciner.Malheureusement, la réalité esttout autre.Trois semaines après le lancement dela campagne, rien ne va plus. La tension sur le vaccin antigrippals'accentue de jour en jour, que ce soit en pharmacie ou au sein des établissements de santé de proximité. Alorsque le gouvernement ne cesse d'assurer la disponibilité du vaccin etqu'il n'y aura pas de pénurie. Une virée dans certaines pharmacies nous avraiment renseignés sur la réalité du terrain. Le constat est désolant ! Il y a effectivement une vive tension sur ce vaccin, devenu denrée rare, alors qu'ilest recommandé pour les maladeschroniques, les personnes âgées et lesfemmes enceintes.Et de s'interroger sur l'origine de cette indisponibilité, en plus du problèmede son remboursement qui n'est pas encore tranché par la Cnas.Pour les pharmaciens, les quantités devaccin antigrippal distribuées sont insuffisantes et les commandes ont étéréduites de moitié, voire plus.Du côté des distributeurs de médicaments, on signale également uneréduction drastique du nombre de doseslivrées par l'Institut Pasteur d'Algérie.
Au ministère de la Santé, on déclarequ'on ne peut pas dire qu'il y a tensionou pénurie de vaccin."Un million de doses, sur les quantitésimportées à ce jour par l'IPA surl'ensemble de la commande maximalede 1,8 million de doses, a été distribuédans les structures de santé publiqueset une autre quantité est livrée auxofficines. La dernière tranche de lacommande sera incessamment livréepar le fournisseur", signale-t-on.Concernant le remboursement du vaccin,une source affirme que "le dossiera été soumis au comité de remboursementintersectoriel au ministère duTravail et de la Sécurité sociale audébut du mois de novembre. L'arrêtéministériel est en cours de signature au niveau du secrétariat général dugouvernement. Sa publication est prévuedans les prochains jours", préciset-on.
L'enjeu est de taille car les symptômesde l'infection au nouveau coronavirusqui a déjà causé des milliers de morts, sont similaires à ceux de la grippe saisonnière.Il risque donc d'y avoir cet hiver une"co-circulation" du virus grippal et ducoronavirus, ont prévenu les autoritéssanitaires, qui souhaitent éviter unafflux de patients. Le système de santéétant déjà proche de la saturation.Pour ce, rappelons-le, que depuis lafin de l'été, les médecins et les professionnels ne cessent de multiplier les déclarations sur l'importance particulièrede cette vaccination.
D'ailleurs, un dispositif de communicationde grande envergure a été lancépar la tutelle pour encourager toutes les personnes à risque à se faire vacciner.Malheureusement, la réalité esttout autre.Trois semaines après le lancement dela campagne, rien ne va plus. La tension sur le vaccin antigrippals'accentue de jour en jour, que ce soit en pharmacie ou au sein des établissements de santé de proximité. Alorsque le gouvernement ne cesse d'assurer la disponibilité du vaccin etqu'il n'y aura pas de pénurie. Une virée dans certaines pharmacies nous avraiment renseignés sur la réalité du terrain. Le constat est désolant ! Il y a effectivement une vive tension sur ce vaccin, devenu denrée rare, alors qu'ilest recommandé pour les maladeschroniques, les personnes âgées et lesfemmes enceintes.Et de s'interroger sur l'origine de cette indisponibilité, en plus du problèmede son remboursement qui n'est pas encore tranché par la Cnas.Pour les pharmaciens, les quantités devaccin antigrippal distribuées sont insuffisantes et les commandes ont étéréduites de moitié, voire plus.Du côté des distributeurs de médicaments, on signale également uneréduction drastique du nombre de doseslivrées par l'Institut Pasteur d'Algérie.
Au ministère de la Santé, on déclarequ'on ne peut pas dire qu'il y a tensionou pénurie de vaccin."Un million de doses, sur les quantitésimportées à ce jour par l'IPA surl'ensemble de la commande maximalede 1,8 million de doses, a été distribuédans les structures de santé publiqueset une autre quantité est livrée auxofficines. La dernière tranche de lacommande sera incessamment livréepar le fournisseur", signale-t-on.Concernant le remboursement du vaccin,une source affirme que "le dossiera été soumis au comité de remboursementintersectoriel au ministère duTravail et de la Sécurité sociale audébut du mois de novembre. L'arrêtéministériel est en cours de signature au niveau du secrétariat général dugouvernement. Sa publication est prévuedans les prochains jours", préciset-on.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.