Inter Milan-Milan AC : Les compositions probables    Ligue 1: Le programme des rencontres de la 10ème journée    Le ministre de l'Enseignement supérieur chahuté par les étudiants    Report du procès en appel de Zoukh au 6 février    Attar insiste sur le développement de la pétrochimie    La première session du Cnes «nouveau» se tiendra en février    Aït Ali rencontre les représentants de la filière    Inquiétudes sur l'offre et le prix des viandes    La patrie d'Armstrong et la dignité des peuples : un challenge existentiel    L'Afrique du Sud appelle Biden à annuler la décision de Trump    Rome attend du Caire une collaboration "complète"    Revoilà les manifestations du pain au Soudan    L'Algérie demande de faire toute la lumière sur ce drame    Charfi répond aux «petits» partis    Huit activistes condamnés à 10 000 DA d'amende    Leknaoui à la rescousse    Isla de retour, forfait de Rebiai    "Difficile de prédire le vainqueur de la League anglaise"    La rue assaillie par les mécontents    Faible mobilisation des travailleurs    Un mort et trois blessés    Les réactions s'enchaînent en Algérie et en France    Des gargotes pour les haltes solitaires    Lupin ou la consécration des séries télévisées européennes    Mesures à l'encontre des coupables    Mémoires sur le mouvement syndical algérien    Distinction des lauréats du concours de la "Meilleure interprétation théâtrale"    Paroles d'un porte-parole    CNAS Alger : Appel à la déclaration annuelle des salaires (DAS 2020)    MO Béjaïa : L'ère Karouf a commencé    US Biskra : La dégringolade semble inexorable    Le monde en bref...    Des figures historiques oubliées par l'école de la République    Jean-Philippe Ould Aoudia : Mémoire, vérité et réconciliation    Culture : Le sociologue Liess Boukraa s'est éteint    Hadjer Ben Boubakeur. Chercheuse en musicologie : «C'était risqué pour le régime algérien de contrecarrer la musique hirakiste»    Football - Ligue 1: Duels des extrêmes à Tlemcen et Alger    Tiaret: Prochaine connexion de la wilaya avec l'autoroute Est - Ouest    Atteinte à la vie privée des enfants: Des télés privées menacées de poursuites judiciaires    ANSEJ, JEUNES, EMPLOIS ET PERIMETRES POIGNANTS    «Salaire dérisoire» et «prime Covid-19 non perçue»: Protestation des communaux devant le siège de l'APC    Constantine: 20 policiers morts du Covid-19 dans la région Est    Examens nationaux: Près de 2 millions d'élèves inscrits via la plateforme du ministère de l'Education    Des histoires à raconter    Mohamed Charfi défend le principe des 4 %    258 nouveaux caset 3 décès en 24 heures    Le nouveau directeur de l'éducation installé    La justice se déjuge    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'Intersyndicale monte au créneau
Education
Publié dans Le Midi Libre le 30 - 11 - 2020

Quelle issue face à la recrudescence descontaminations aucoronavirus ? Une questionqui revient, tous les jours,dans la bouche des citoyens,toutes catégories confondues.Et pour cause, selon eux, la situation sanitaire s'aggravede jour en jour, et les solutionsproposées pour lutter"efficacement" contre l'épidémie, ne semblent pasporter leurs fruits.
Quelle issue face à la recrudescence descontaminations aucoronavirus ? Une questionqui revient, tous les jours,dans la bouche des citoyens,toutes catégories confondues.Et pour cause, selon eux, la situation sanitaire s'aggravede jour en jour, et les solutionsproposées pour lutter"efficacement" contre l'épidémie, ne semblent pasporter leurs fruits.
I ls sont inquiets notamment des risques de propagation et du manque demoyens. Ce casse-tête se décline enautant d'appréhensions exprimées ces dernierstemps, surtout par la famille del'éducation. En effet, cette dernière n'estvraiment pas sur la même longueurd'ondes avec la tutelle, quant aux conditionsdans lesquelles s'effectue le cours de la scolarité, dans un contexte de rebond descas de contamination à la Covid-19. La tension monte donc d'un cran dans ce secteur.L'Intersyndicale envisage même d'initier des actions de protestation, si lestatu quo persiste. Les syndicalistesdénoncent notamment les conditions detravail. Ils demandent un fonds pourl'approvisionnement des établissementsscolaires en matériels de protection, ainsi
qu'un emploi du temps adapté.
Ce quiinflue négativement selon eux, sur la priseen charge des élèves et même du personnel.L'idée d'une grève illimitée reste une option à ne pas écarter en cas de sourdeoreille.Ainsi, la tutelle devrait intervenir pour apporter une solution et mettre fin àce bras de fer qui n'en finit pas. A rappelerque l'UNPEF a déjà ouvert le bal de la protestationen observant, il y a quelquesjours, un débrayage qui a concerné plusieurscollèges et écoles primaires. Lesenseignants affiliés à ce syndicat ont égalementtenu un sit-in à Alger pour réclamer l'application du protocole sanitaire.Le manque de moyens de protection sur les lieux de travail serait la principale raison de la grogne des travailleurs de l'éducation.Rappelons aussi, qu'avant cela, les syndicatsautonomes de l'éducation avaientappelé à l'organisation d'une action de protestationcommune pour dénoncer la "gestiondes autorités de la rentrée scolaire".
L'UNPEF a manifestement fait cavalierseul, et a décrété une journée de grève. En dehors de l'impact de celle-ci, cette démarche est peut-être annonciatrice d'unevague de protestations en milieu scolaire. La situation que vit le secteur pourrait se détériorer davantage, selon les acteurs del'éducation. Cette crainte se révèle justifiéelorsqu'on voit la multiplication des menaces de grève. L'intersyndicale lanced'ailleurs un ultimatum au gouvernement, suite à la promesse de ce dernier de mettre en place un fonds visantl'approvisionnement des établissementsscolaires en matériels de protection. Ilspréviennent même, que "si cette garantiene se matérialise pas d'ici une semaine, ils agiront en conséquence". Wait and see
I ls sont inquiets notamment des risques de propagation et du manque demoyens. Ce casse-tête se décline enautant d'appréhensions exprimées ces dernierstemps, surtout par la famille del'éducation. En effet, cette dernière n'estvraiment pas sur la même longueurd'ondes avec la tutelle, quant aux conditionsdans lesquelles s'effectue le cours de la scolarité, dans un contexte de rebond descas de contamination à la Covid-19. La tension monte donc d'un cran dans ce secteur.L'Intersyndicale envisage même d'initier des actions de protestation, si lestatu quo persiste. Les syndicalistesdénoncent notamment les conditions detravail. Ils demandent un fonds pourl'approvisionnement des établissementsscolaires en matériels de protection, ainsi
qu'un emploi du temps adapté.
Ce quiinflue négativement selon eux, sur la priseen charge des élèves et même du personnel.L'idée d'une grève illimitée reste une option à ne pas écarter en cas de sourdeoreille.Ainsi, la tutelle devrait intervenir pour apporter une solution et mettre fin àce bras de fer qui n'en finit pas. A rappelerque l'UNPEF a déjà ouvert le bal de la protestationen observant, il y a quelquesjours, un débrayage qui a concerné plusieurscollèges et écoles primaires. Lesenseignants affiliés à ce syndicat ont égalementtenu un sit-in à Alger pour réclamer l'application du protocole sanitaire.Le manque de moyens de protection sur les lieux de travail serait la principale raison de la grogne des travailleurs de l'éducation.Rappelons aussi, qu'avant cela, les syndicatsautonomes de l'éducation avaientappelé à l'organisation d'une action de protestationcommune pour dénoncer la "gestiondes autorités de la rentrée scolaire".
L'UNPEF a manifestement fait cavalierseul, et a décrété une journée de grève. En dehors de l'impact de celle-ci, cette démarche est peut-être annonciatrice d'unevague de protestations en milieu scolaire. La situation que vit le secteur pourrait se détériorer davantage, selon les acteurs del'éducation. Cette crainte se révèle justifiéelorsqu'on voit la multiplication des menaces de grève. L'intersyndicale lanced'ailleurs un ultimatum au gouvernement, suite à la promesse de ce dernier de mettre en place un fonds visantl'approvisionnement des établissementsscolaires en matériels de protection. Ilspréviennent même, que "si cette garantiene se matérialise pas d'ici une semaine, ils agiront en conséquence". Wait and see


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.