"Les revendications du Hirak populaire authentique atisfaites, pour la plupart"    Un ancien chef de daïra en appelle à Tebboune    La défense réclame la présence des accusés    Relaxe pour le maire d'Afir    Alliance Assurances se dote d'un nouveau siège régional à Blida    Le Siol d'Alger revient après plusieurs reports    Déstockage d'importantes quantités    Le poulet coûtera désormais cher !    Le débit Internet 2 Mbs passe à 4 Mbs    La Tunisie renforce ses moyens à la frontière algérienne    "L'Algérie n'enverra pas de soldats au Sahel"    175 personnes infectées et 4 décès en 24h    Le président sous les verrous    Les députés jusqu'au bout de leur... immunité    Protesta des fonctionnaires du secteur de la jeunesse    Sanhadji soutient le maintien des frontières fermées    Le M.A.R.W. appelle à accomplir Salat El Istisqa samedi prochain    Macron reconnait la torture et l'assassinat d'Ali Boumendjel par l'armée coloniale    La 2A devient GIG-Algeria    Une Fédération pour les énergies renouvelables    Une femme égorgée à son domicile    Fin de cabale pour les cambrioleurs de la poste de Bouhamza    10.000 logements à la clé    Bétonnage tous azimuts des terres agricoles    Trois romans algériens sur la longlist    «J'ai commencé l'écriture à l'âge de 13 ans»    Vendue à plus de 8 millions d'euros    Digital Gate International Film Festival: le court métrage algérien "Mania" primé    Les clubs algériens dans la tourmente    Le CRB dos au mur    ONU: le Polisario dénonce la description "ambiguë" et "incohérente" de la situation au Sahara occidental    PM Lesotho: "Nous poursuivrons la lutte pour libérer le peuple sahraoui du colonialisme"    Beldjoud préside l'installation du wali de Timimoune    Coronavirus: 175 nouveaux cas, 143 guérisons et 4 décès    Bechar: enregistrement audio de chansons et musiques du patrimoine Korandji    FC Barcelone: Griezmann serait bien sur les tablettes de Man U    Quinze associations font front commun contre la normalisation    Le Président Tebboune appelle au changement des mentalités et met en garde contre la contrerévolution    Nicolas Sarkozy condamné à trois ans de prison    Un corps sans vie retrouvé au bord d'une falaise de la plage Cap Rousseau    Le CRB, le MCA, l'ESS et la JSK exempts du tour préliminaire    Mahious passera sur le billard    Le principal opposant retire sa candidature    Euro-Med Monitor exprime sa profonde inquiétude    Lecture scénique des "Filles de Bernarda" au TNA    "Les œuvres inachevées sont celles qui aboutissent le mieux"    Du verbiage et des actes    Ce nuage rouge sang entre l'Algérie et la France    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'Algerie se tourne vers l'Afrique
Tournée de Boukadoum dans quatre pays
Publié dans Le Midi Libre le 18 - 01 - 2021

L'Algérie regarde de nouveau en direction du Continent africain, où le pays compte plus que jamais développer ses relations avec les pays africains.
L'Algérie regarde de nouveau en direction du Continent africain, où le pays compte plus que jamais développer ses relations avec les pays africains.
La récente visite du ministre des Affaires étrangères, Sabri Boukadoum, dans de nombreux paysdu Continent atteste, s'il en était encore besoin, de ce recentrage de la diplomatiealgérienne qui a longtemps "délaissé" cette zone géographique, ô combien stratégique. Sabri Boukadoum a, en effet, effectué une mini tournée dans pas moins de quatre pays. Il s'agit de l'Afrique du Sud, du Royaume du Leshoto, de l'Angola et du Kenya. Le chef de la diplomatie algérienne a eu à réaffirmer devant ses hôtes, la volonté de l'Algérie de booster ses relations avec ces pays et de promouvoir la coopération. En Afrique du Sud, Boukadoum a été reçu par le président de ce pays comme il a eu également des entretiens approfondisavec son homologue sud-africaine, Mme Naledi Pandor.
Les deux patties ont procédé à une évaluation approfondie de la coopération bilatérale, dans les domainespolitique, économique, commercial et culturel. Comme il a été question aussi d'un échange de vues et d'analyses dans le cadre de la tradition de concertation entre les deux pays sur les différentes questions liées à la paix et à la sécurité en Afrique et dans le monde, de même qu'elle permettra de renforcer la coordination sur les questions importantes liées aux thématiques politiques et sécuritaires au sein des organisations régionales et internationales. Traditionnellement ce grand pays estconsidéré comme un allié de l'Algerie, puisque les deux pays ont , pratiquement, les mêmes positions sur la scène africaine et internationale comme c'est le cas sur la question du Sahara occidental.
Auroyaume du Leshoto, où Boukadoum a étéreçu notamment par le Premier ministre de ce pays, les entretiens ont porté sur l'évaluation de l'état des relations bilatérales entre les deux pays et l'examen des voies et moyens de renforcer la coopération multisectorielle. L'accent a notamment étémis sur la nécessité de finaliser le cadre juridique et redynamiser les contacts à tous les niveaux en perspective de la tenue de la session inaugurale de la Commission mixte. La question du Sahara occidental a été abordée et les deux parties ont souligné l'impératif pour l'Union africaine et lesNations-unies, d'oeuvrer, de concert, pour le lancement d'un véritable processus politique à même de permettre le parachèvement du processus de décolonisation. A Nairobi, au Kenya, le chef de la diplomatie algérienne a été reçu par le président kenyan Uhuru Kenyatta, et les deux parties ont reaffirmé clairement leur intention d'aller de l'avant dans le développement de leur coopération, dans tous lesdomaines.
Selon le communiqué duministère des Affaires étrangères, le Président kenyan a exprimé son "désir de rehausser la coopération bilatérale dans ses dimensions politique, sécuritaire, économique et culturelle". C'est pratiquement le même scénario en Angola où Boukadoum a été recu en audience par le président de la République, Joao Laurenço. "Cette audience a été précédée d'une réunionde travail entre les deux Chefs de la diplomatie, qui a porté notamment sur l'évaluation de l'état de la coopération bilatérale et les perspectives de son développement. A cet égard, les deux ministressont convenus de tenir la 5e session de la Commission bilatérale de coopération, dès que la situation sanitaire induite par la pandémie de la Covid-19 le permettrait" , a fait savoir le communiqué du ministère. A l'évidence, cette tournée est l'expression manifeste du desir d'Alger d'insuffler une nouvelle dynamique a sa relation avec les pays africains. Une volonté affichée, en vérité, par le président de la République, AbdelmadjidTebboune, presque dés sa prise de fonction. Tebboune a exprimé cette nouvelle tendance lors du 33e sommet de l'Union africaine. Et c'est lors de ce sommet, qu'il a annoncé la création d'une Agence de coopération africaine, qui a vu le jo r quelques temps après.
La récente visite du ministre des Affaires étrangères, Sabri Boukadoum, dans de nombreux paysdu Continent atteste, s'il en était encore besoin, de ce recentrage de la diplomatiealgérienne qui a longtemps "délaissé" cette zone géographique, ô combien stratégique. Sabri Boukadoum a, en effet, effectué une mini tournée dans pas moins de quatre pays. Il s'agit de l'Afrique du Sud, du Royaume du Leshoto, de l'Angola et du Kenya. Le chef de la diplomatie algérienne a eu à réaffirmer devant ses hôtes, la volonté de l'Algérie de booster ses relations avec ces pays et de promouvoir la coopération. En Afrique du Sud, Boukadoum a été reçu par le président de ce pays comme il a eu également des entretiens approfondisavec son homologue sud-africaine, Mme Naledi Pandor.
Les deux patties ont procédé à une évaluation approfondie de la coopération bilatérale, dans les domainespolitique, économique, commercial et culturel. Comme il a été question aussi d'un échange de vues et d'analyses dans le cadre de la tradition de concertation entre les deux pays sur les différentes questions liées à la paix et à la sécurité en Afrique et dans le monde, de même qu'elle permettra de renforcer la coordination sur les questions importantes liées aux thématiques politiques et sécuritaires au sein des organisations régionales et internationales. Traditionnellement ce grand pays estconsidéré comme un allié de l'Algerie, puisque les deux pays ont , pratiquement, les mêmes positions sur la scène africaine et internationale comme c'est le cas sur la question du Sahara occidental.
Auroyaume du Leshoto, où Boukadoum a étéreçu notamment par le Premier ministre de ce pays, les entretiens ont porté sur l'évaluation de l'état des relations bilatérales entre les deux pays et l'examen des voies et moyens de renforcer la coopération multisectorielle. L'accent a notamment étémis sur la nécessité de finaliser le cadre juridique et redynamiser les contacts à tous les niveaux en perspective de la tenue de la session inaugurale de la Commission mixte. La question du Sahara occidental a été abordée et les deux parties ont souligné l'impératif pour l'Union africaine et lesNations-unies, d'oeuvrer, de concert, pour le lancement d'un véritable processus politique à même de permettre le parachèvement du processus de décolonisation. A Nairobi, au Kenya, le chef de la diplomatie algérienne a été reçu par le président kenyan Uhuru Kenyatta, et les deux parties ont reaffirmé clairement leur intention d'aller de l'avant dans le développement de leur coopération, dans tous lesdomaines.
Selon le communiqué duministère des Affaires étrangères, le Président kenyan a exprimé son "désir de rehausser la coopération bilatérale dans ses dimensions politique, sécuritaire, économique et culturelle". C'est pratiquement le même scénario en Angola où Boukadoum a été recu en audience par le président de la République, Joao Laurenço. "Cette audience a été précédée d'une réunionde travail entre les deux Chefs de la diplomatie, qui a porté notamment sur l'évaluation de l'état de la coopération bilatérale et les perspectives de son développement. A cet égard, les deux ministressont convenus de tenir la 5e session de la Commission bilatérale de coopération, dès que la situation sanitaire induite par la pandémie de la Covid-19 le permettrait" , a fait savoir le communiqué du ministère. A l'évidence, cette tournée est l'expression manifeste du desir d'Alger d'insuffler une nouvelle dynamique a sa relation avec les pays africains. Une volonté affichée, en vérité, par le président de la République, AbdelmadjidTebboune, presque dés sa prise de fonction. Tebboune a exprimé cette nouvelle tendance lors du 33e sommet de l'Union africaine. Et c'est lors de ce sommet, qu'il a annoncé la création d'une Agence de coopération africaine, qui a vu le jo r quelques temps après.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.