Khaldi pour la modernisation de la gestion des établissements de jeunesse    Le refus de l'UE d'inclure le Sahara occidental dans l'accord "interbus" est une avancée intéressante    Le Gouvernement déterminé à développer une véritable industrie pharmaceutique    Ligue des champions – Gr. B (6e J): le MC Alger rejoint le CR Belouizdad en quarts de finale    Le Comité des experts cliniciens contribuera à la dimension économique de l'industrie du médicament    Prière des Tarawih: les fidèles appelés à continuer de respecter le protocole sanitaire    France: Le PCF condamne l'ouverture d'un comité de LREM à Dakhla occupée    Coupe de la Ligue: USMA-MCA affiche des huitièmes de finale    Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce samedi    FAF - AGE : une seule liste déposée dans les délais    Une conférence sur la transition énergétique durable et innovante lundi et mardi prochains    Nouvelles révélations du parquet d'Alger    Chengriha réclame la décontamination des sites    Nouveau rendez-vous manqué    Décès du prince Philip    Duel entre gauche et droite pour le second tour    Nouvelle manifestation à Alger    Acquittement pour 32 activistes    L'option du rationnement écartée ?    1 600 plaintes déposées en 10 ans    Regroupement en tête    Le Chabab en quarts    Halilhodzic n'aime pas les journalistes    Pas de retour à la retraite proportionnelle «pour le moment»    Instauration de taux de redevance réduits    Une femme arrêtée à Tiaret    Du tabac à chiquer saisi par les douanes    Démantèlement d'un réseau de dealers et saisie de plus de 2 kg de kif traité    Le film Their Algeria de Lina Soualem en compétition au 11e Festival du film arabe de Malmö    Hommage à l'insurgé de la Soummam    Adel Djassas décroche le prix Mohamed-Khadda    Plus de 300 toiles exposées    .sortir ...sortir ...sortir ...    Opéra d'Alger : Ouverture des inscriptions aux ateliers de danses et de musique    LA MAUVAISE SACRALISATION DE L'ADMINISTRATION    Statut de la magistrature et composition du CSM: Deux Comités de révision des lois installés    Les walis soumis à une évaluation périodique    8700 logements sociaux distribués    «Le pire des cauchemars» dans les hôpitaux de Manille    Une menace omniprésente    «Elles sont profondes et particulières»    Grave escalade à nos frontières    Le torchon brûle avec Dybala    Les marchés flambent    Il est reprogrammé pour octobre prochain!    Visions abstraites du monde    Alimenter la mémoire collective pour empêcher sa paralysie !    La note de Ouadjaout    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le pouvoir d'achat en cote d'alerte
Hausse des prix des produits de large consommation
Publié dans Le Midi Libre le 25 - 02 - 2021

La hausse des prix des produits de large consommation se poursuit, ce qui met à rude épreuve le pouvoir d'achat des Algériens, dans un contexte de crise économique sans précédent.
La hausse des prix des produits de large consommation se poursuit, ce qui met à rude épreuve le pouvoir d'achat des Algériens, dans un contexte de crise économique sans précédent.
L'eau minérale... la petite bouteille minérale de 50 cl qu'on achète chez l'épicier du coin lorsqu'on a une petite soif, dehors. Il y a le pack de six grandes bouteilles (d'un litre et demi chacune) qu'on achète pour la consommation quotidienne familiale. Il y a quelques jours, en passant à la caisse, les consommateurs ont eu la désagréable surprise de constater une augmentation de 20 % sur leur bouteille ou pack d'eau. Une hausse qu'ils ont du mal à "digérer" et à comprendre surtout qu'elle vient s'ajouter à la longue liste des hausses observées ces dernières semaines sur la quasi majorité des produits de large consommation tels que le lait, les huiles de table ou encore les pâtes alimentaires... Mohamed Deramchi, directeur général de l'Agir, (Agence nationale de gestion intégrée des ressources en eau), en avait fait l'annonce vers la mi-janvier : les producteurs d'eau minérale devront s'acquitter d'une redevance de 2 DA par litre, pour l'utilisation du domaine public hydraulique naturel. Voilà, c'est fait ! Et ces mêmes producteurs n'ont pas tardé à répercuter cette augmentation sur les eaux minérales commercialisées. Toutes les marques sont concernées... La petite bouteille de 50 cl se vend jusqu'à 30 DA. Les fardeaux de 6 bouteilles d'un litre et demi passent, quant à eux, de 180 à 200 DA et même à 220 DA dans certaines superettes. La bouteille d'un litre d'eau pétillante se vend 50 DA l'unité au lieu de 40 DA.
Tout flambe Les consommateurs rencontrés dans des superettes d'Alger sont dépités par ces hausses qu'ils n'arrivent pas à expliquer. "Ces eaux proviennent de sources naturelles. Je ne comprends pas pourquoi elles coûtent si cher", s'interroge une dame. Un autre client se résigne : "Je me méfie de l'eau du robinet. J'ai une peur bleue de chopper des maladies. Je continuerai donc à acheter de l'eau minérale même si je dois la payer plus cher". Un sexagénaire trouve quant à lui ces augmentations révoltantes : " La grande bouteille qu'on achetait 25 DA autrefois a connu une majoration de 10 DA, c'est énorme et c'est révoltant. Si la qualité de l'eau du robinet était bonne comme dans certains pays, nous n'aurions pas eu besoin de nous ruiner pour notre consommation journalière !" D'autres produits de large consommation ont connu une importante envolée ces derniers jours, à l'instar des produits laitiers. Par exemple, le pack de lait d'une marque algérienne a augmenté de 15 DA, passant de 85 à 100 DA. Les produits dérivés de cette marque comme les yaourts, crèmes desserts ou fromages-régime ont également fait le grand écart avec une hausse de 5 DA.
Le label Candia avait déjà augmenté, fin décembre : le prix du pack de lait de 90 DA est passé à 100 DA. Certains commerçants véreux le proposent même à 110 DA, avons-nous constaté durant notre tournée dans les superettes d la capitale. Ça frite pour l'huile de table Au rayon pâtes, les prix montent également en flèche. Un paquet de 500 grammes de spaghettis, coquillettes, pennes, torsades (local) qui coûtait 55 DA auparavant, se vend actuellement entre 75 et 80 DA. Une marque espagnole caracole quant à elle à 125 DA le paquet de 500 grammes. La hausse des prix des pâtes est due principalement à la décision du gouvernement prise en septembre dernier de supprimer la subvention au blé dur utilisé dans la fabrication des pâtes, et au blé tendr destiné à la fabrication du pain normal. Cette mesure, qui a été supprimée deux mois après, a obligé les fabricants à utiliser du blé non subventionné pour fabriquer leurs pâtes.
En plus, les difficultés du groupe Benamor, qui était le leader national des pâtes alimentaires, ont réduit l'offre sur le marché. Les dérivés des céréales du groupe Benamor, dont les moulins rencontrent des difficultés pour s'approvisionner en blé, ont quasimen disparu du marché. Toutes ces augmentations qui s'enchaînent, et qui touchent de plus en plus de produits de première nécessité mettent à mal le budget des familles aux ressources modestes A cela il faut ajouter les légumes, les fruits et les viandes dont certains n'ont en pas vu la couleur depuis très longtemps. Jusqu'à quand cette inflation qui déstabilise le pouvoir d'achat des citoyens ? A l'approche du Ramadhan, la mercuriale risque de s'emballer encore plus vite.
L'eau minérale... la petite bouteille minérale de 50 cl qu'on achète chez l'épicier du coin lorsqu'on a une petite soif, dehors. Il y a le pack de six grandes bouteilles (d'un litre et demi chacune) qu'on achète pour la consommation quotidienne familiale. Il y a quelques jours, en passant à la caisse, les consommateurs ont eu la désagréable surprise de constater une augmentation de 20 % sur leur bouteille ou pack d'eau. Une hausse qu'ils ont du mal à "digérer" et à comprendre surtout qu'elle vient s'ajouter à la longue liste des hausses observées ces dernières semaines sur la quasi majorité des produits de large consommation tels que le lait, les huiles de table ou encore les pâtes alimentaires... Mohamed Deramchi, directeur général de l'Agir, (Agence nationale de gestion intégrée des ressources en eau), en avait fait l'annonce vers la mi-janvier : les producteurs d'eau minérale devront s'acquitter d'une redevance de 2 DA par litre, pour l'utilisation du domaine public hydraulique naturel. Voilà, c'est fait ! Et ces mêmes producteurs n'ont pas tardé à répercuter cette augmentation sur les eaux minérales commercialisées. Toutes les marques sont concernées... La petite bouteille de 50 cl se vend jusqu'à 30 DA. Les fardeaux de 6 bouteilles d'un litre et demi passent, quant à eux, de 180 à 200 DA et même à 220 DA dans certaines superettes. La bouteille d'un litre d'eau pétillante se vend 50 DA l'unité au lieu de 40 DA.
Tout flambe Les consommateurs rencontrés dans des superettes d'Alger sont dépités par ces hausses qu'ils n'arrivent pas à expliquer. "Ces eaux proviennent de sources naturelles. Je ne comprends pas pourquoi elles coûtent si cher", s'interroge une dame. Un autre client se résigne : "Je me méfie de l'eau du robinet. J'ai une peur bleue de chopper des maladies. Je continuerai donc à acheter de l'eau minérale même si je dois la payer plus cher". Un sexagénaire trouve quant à lui ces augmentations révoltantes : " La grande bouteille qu'on achetait 25 DA autrefois a connu une majoration de 10 DA, c'est énorme et c'est révoltant. Si la qualité de l'eau du robinet était bonne comme dans certains pays, nous n'aurions pas eu besoin de nous ruiner pour notre consommation journalière !" D'autres produits de large consommation ont connu une importante envolée ces derniers jours, à l'instar des produits laitiers. Par exemple, le pack de lait d'une marque algérienne a augmenté de 15 DA, passant de 85 à 100 DA. Les produits dérivés de cette marque comme les yaourts, crèmes desserts ou fromages-régime ont également fait le grand écart avec une hausse de 5 DA.
Le label Candia avait déjà augmenté, fin décembre : le prix du pack de lait de 90 DA est passé à 100 DA. Certains commerçants véreux le proposent même à 110 DA, avons-nous constaté durant notre tournée dans les superettes d la capitale. Ça frite pour l'huile de table Au rayon pâtes, les prix montent également en flèche. Un paquet de 500 grammes de spaghettis, coquillettes, pennes, torsades (local) qui coûtait 55 DA auparavant, se vend actuellement entre 75 et 80 DA. Une marque espagnole caracole quant à elle à 125 DA le paquet de 500 grammes. La hausse des prix des pâtes est due principalement à la décision du gouvernement prise en septembre dernier de supprimer la subvention au blé dur utilisé dans la fabrication des pâtes, et au blé tendr destiné à la fabrication du pain normal. Cette mesure, qui a été supprimée deux mois après, a obligé les fabricants à utiliser du blé non subventionné pour fabriquer leurs pâtes.
En plus, les difficultés du groupe Benamor, qui était le leader national des pâtes alimentaires, ont réduit l'offre sur le marché. Les dérivés des céréales du groupe Benamor, dont les moulins rencontrent des difficultés pour s'approvisionner en blé, ont quasimen disparu du marché. Toutes ces augmentations qui s'enchaînent, et qui touchent de plus en plus de produits de première nécessité mettent à mal le budget des familles aux ressources modestes A cela il faut ajouter les légumes, les fruits et les viandes dont certains n'ont en pas vu la couleur depuis très longtemps. Jusqu'à quand cette inflation qui déstabilise le pouvoir d'achat des citoyens ? A l'approche du Ramadhan, la mercuriale risque de s'emballer encore plus vite.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.