Oran: la perturbation dans l'alimentation en eau potable bientôt réglée    Environnement: Boudjemaa se félicite du lancement de l'Initiative nationale de restauration du barrage vert    Les Iraniens aux urnes vendredi pour élire un successeur à Hassan Rohani    Euro 2020 : la Belgique renverse le Danemark    L'Algérie se dirige vers l'accession à l'OMC    Bac 2021: 5.084 détenus attendus dimanche prochain    Signature d'un mémorandum d'entente entre trois établissements touristiques publics pour une saison estivale 2021 réussie    Coronavirus: 382 nouveaux cas, 245 guérisons et 7 décès    Real Madrid: Benzema salue son "frère" Ramos    Euro 2020 : Une triste première dans l'histoire de la sélection allemande    Le Wali de Bechar limogé    Sahara occidental: "la position de Madrid n'a pas changé et ne changera pas"    «Le RND est une partie de l'Alliance présidentielle»    La surprenante révélation de Kaïs Saïed    Les Verts pour leur résurrection    Le Graët ne désespère pas pour une revanche Algérie-France !    L'ESS face à l'écueil Bordjien, derby indécis à Alger    Coudées franches pour Tebboune    Baadji: "le peuple algérien a barré la route à ceux qui voulaient faire échouer les élections"    Plus de 900 kg de produits avariés saisis et détruits    Vers le pass sanitaire    Journée mondiale de l'enfant africain: le ministère de la Culture trace un programme artistique riche    Première édition des Journées nationales du cinéma amateur    Mounia Meddour membre du jury d'«Un certain regard» du Festival de Cannes    Le festival national culturel des musique et danse diwane délocalisé à Aïn Sefra    Le Britannique Karim Khan élu procureur général    Le MSP pose ses conditions    Une production de près de 165 000 quintaux de céréales prévue    Lancement de la campagne de vaccination    Le procès de l'affaire Sonatrach 1 renvoyé sine die    Une subvention de Mobilis    Ultime chance de reprise    La Palestine de nouveau sous les bombardements    HISTOIRE D'UN HOMME D'EXCEPTION    Vibrant hommage à Josette et à Maurice Audin    Monologue de l'Algérien irreprésentable    Acheter la rumeur et vendre la nouvelle !    L'Onplc s'unit à la Gendarmerie nationale    Alger «nettoyée» de Daesh    Plusieurs opérations menées par l'ANP    Plus de 13.000 bénéficiaires convoqués    Le Makhzen sombre dans l'agonie    Un soldat nigérien tué, deux soldats français blessés    Dégel furtif au bord du lac Léman    Ça traîne!    "Notre victoire, c'est celle de l'Algérie nouvelle"    Cabale médiatique contre l'Algérie    L'APN fait tomber les peaux mortes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Belhimer réitère la position de l'Algérie
Frontiéres avec le Maroc
Publié dans Le Midi Libre le 12 - 04 - 2021

Le soutien de l'Algérie aux questions justes constitue "une position constante qui ne se soumettra à aucun chantage ni à aucune pression, quelle que soit la source", a affirmé le ministre de la Communication, porteparole du Gouvernement, Ammar Belhimer.
Le soutien de l'Algérie aux questions justes constitue "une position constante qui ne se soumettra à aucun chantage ni à aucune pression, quelle que soit la source", a affirmé le ministre de la Communication, porteparole du Gouvernement, Ammar Belhimer.
Dans un entretien accordé au site électronique "HuffPost Arabi", M. Belhimer a évoqué le soutien de l'Algérie aux questions justes, à travers le monde, à l'instar de la question palestinienn qui, a-t-il dit, constitue "une position constante qui ne se soumettra à aucun chantage ni à aucune pression quelles que soient la nature et la source". S'agissant du refus par l'Algérie de la normalisation, M. Belhimer a rappelé que le président Tebboune "est un homme de positions et de principes, qui ne négocie pas les questions décisives, avec à leur tête la question palestinienne (...), refusant de chevaucher la vague de la normalisation". Cette décision, "souveraine et constante", reflète "la profonde conviction du peuple algérien" qui "ne se laissera pas influencer par celui qui a choisi la normalisation, ni par celui qui en fait la promotion", poursuit le porte-parole du Gouvernement. S'agissant de l'ouverture de la voie à Israël, qui prend pied dans le Maghreb arabe suite à la normalisation de ses relations avec le Maroc, M. Belhimer a tenu à préciser, qu cette normalisation est établie depuis des années. Ce qui s'est produit récemment, n'est autre qu'une officialisation de cette relation.
Pour ce qui est de l'Algérie, le ministre de la Communication a indiqué, que ceux qui revendiquent la normalisation "sont conscients qu'ils ne sont pas capables d'exercer un chantage ou de l'affaiblir, aussi bien par la normalisation que par toute autre manoeuvre malhonnête", et ce "tant que ce grand pays détient une Armée nationale en accord avec les institutions restantes de l'Etat, et en parfaite harmonie avec le peuple qui la soutient inconditionnellement", a-t-il dit. Le ministre a réitéré le soutien de l'Algérie à la cause sahraouie, envers laquelle sa position demeure "claire". "L'Algérie n'a eu de cesse de réaffirmer son soutien à tout accord convenu entre les parties au conflit dans le Sahara occidental en vue de mettre un terme à la guerre dans la dernière colonie en Afrique", a-t-il précisé. A une question sur les demandes incessantes du Maroc pour la réouverture des frontières entre les deux pays, M. Belhimer a tenu à rappeler que l'Algérie n'était pas responsable de cette situation.
"La demande de la réouverture des frontières par les responsables marocains ne suffit pas, car ces derniers doivent avoir de bonnes intentions et prendre les mesures nécessaires, pour cesser les atteintes et les crimes à l'encontre de l'Algérie aux frontières, notamment le trafic des armes et de la drogue". A propos des agriculteurs et paysans marocains exploitant des terres algériennes dans la wilaya de Bechar, auxquels l'Algérie a demandé d'évacuer les lieux, M. Belhimer a mis en avant que l'Algérie "possède un droit souverain absolu pour disposer de ses terres, dont la récupération des régions exploitées illégalement par des étrangers". Quoique les frontières communes entre les deux pays soient transformées en "des issues préférées pour la contrebande", "des mesures ont été prises à cet effet, pour mettre fin à ces pratiques dangereuses visant la sécurité et la stabilité de l'Algérie", a soutenu le ministre, rappelant que "ces citoyens marocains, bien qu'ils exploitent des terres algériennes depuis des années sans la moindre contrepartie, il payent, en revanche, les impôts pour leur pays".
Concernant les relations algéro-françaises, notamment sur le dossier de la Mémoire, M. Belhimer a salué les résultats obtenus jusqu'à présent, mais, poursuit le ministre, "quand bien même nous apprécions les pas franchis dans ce sens, ils reste par contre en deçà des attentes, car impossible de se contenter de parties discontinues et dispersées de cette affaire de principe e fédératrice dont nous renoncerons pas et qui ne doit pas être utilisée comme fonds de commerce pour d'autres fins". L'Etat sera intransigeant face à ces mouvements suspects sans aucun lien avec le Hirak Affirmant la poursuite des différentes mesures prises dans le cadre de la satisfaction des revendications du Hirak, M. Belhimer a fait savoir qu'"en parallèle avec les initiatives de bonne volonté et ces mesures prises en cette difficile conjoncture, nous avons constaté des mouvements suspects et dangereux, n'ayant aucun lien avec les revendications et les objectifs du Hirak". A ce propos, le porte-parole du Gouvernement a souligné, que "l'Etat est à l'affût des manoeuvres, des actes de provocation et de déviations cautionnés par des parties séparatistes, ainsi que des mouvements illégaux dont la référence est proche du terrorisme qui tentent d'exploiter les marches hebdomadaires".
Qualifiant le lien entre l'Armée nationale populaire et son peuple de "garant de l'immunité du pays", le ministre de la Communication a rappelé les multiples expériences qu'avait connues l'Algérie, prouvant ainsi que "nul ne peut entamer le lien solide entre l'Armée et la partie, ni entre l'Armée et les différentes institutions, à l'image de la présidence de la République". S'agissant les prochaines législatives du 12 juin et le boycott annoncé par certains partis politiques, M. Belhimer a rappelé "le grand nombre de citoyens désirant y participer", ajoutant que "les règles de la démocratie consistent à ce que nous respections les décisions et la liberté de ce nombre infime de partis". Estimant que "les prochaines élections seront organisées conformément aux normes de régularité et de transparence absolue grâce à la nouvelle loi électorale", M. Belhimer a souligné que "les urnes seront la seule voie pour l'élection des représentants du peuple".
Dans un entretien accordé au site électronique "HuffPost Arabi", M. Belhimer a évoqué le soutien de l'Algérie aux questions justes, à travers le monde, à l'instar de la question palestinienn qui, a-t-il dit, constitue "une position constante qui ne se soumettra à aucun chantage ni à aucune pression quelles que soient la nature et la source". S'agissant du refus par l'Algérie de la normalisation, M. Belhimer a rappelé que le président Tebboune "est un homme de positions et de principes, qui ne négocie pas les questions décisives, avec à leur tête la question palestinienne (...), refusant de chevaucher la vague de la normalisation". Cette décision, "souveraine et constante", reflète "la profonde conviction du peuple algérien" qui "ne se laissera pas influencer par celui qui a choisi la normalisation, ni par celui qui en fait la promotion", poursuit le porte-parole du Gouvernement. S'agissant de l'ouverture de la voie à Israël, qui prend pied dans le Maghreb arabe suite à la normalisation de ses relations avec le Maroc, M. Belhimer a tenu à préciser, qu cette normalisation est établie depuis des années. Ce qui s'est produit récemment, n'est autre qu'une officialisation de cette relation.
Pour ce qui est de l'Algérie, le ministre de la Communication a indiqué, que ceux qui revendiquent la normalisation "sont conscients qu'ils ne sont pas capables d'exercer un chantage ou de l'affaiblir, aussi bien par la normalisation que par toute autre manoeuvre malhonnête", et ce "tant que ce grand pays détient une Armée nationale en accord avec les institutions restantes de l'Etat, et en parfaite harmonie avec le peuple qui la soutient inconditionnellement", a-t-il dit. Le ministre a réitéré le soutien de l'Algérie à la cause sahraouie, envers laquelle sa position demeure "claire". "L'Algérie n'a eu de cesse de réaffirmer son soutien à tout accord convenu entre les parties au conflit dans le Sahara occidental en vue de mettre un terme à la guerre dans la dernière colonie en Afrique", a-t-il précisé. A une question sur les demandes incessantes du Maroc pour la réouverture des frontières entre les deux pays, M. Belhimer a tenu à rappeler que l'Algérie n'était pas responsable de cette situation.
"La demande de la réouverture des frontières par les responsables marocains ne suffit pas, car ces derniers doivent avoir de bonnes intentions et prendre les mesures nécessaires, pour cesser les atteintes et les crimes à l'encontre de l'Algérie aux frontières, notamment le trafic des armes et de la drogue". A propos des agriculteurs et paysans marocains exploitant des terres algériennes dans la wilaya de Bechar, auxquels l'Algérie a demandé d'évacuer les lieux, M. Belhimer a mis en avant que l'Algérie "possède un droit souverain absolu pour disposer de ses terres, dont la récupération des régions exploitées illégalement par des étrangers". Quoique les frontières communes entre les deux pays soient transformées en "des issues préférées pour la contrebande", "des mesures ont été prises à cet effet, pour mettre fin à ces pratiques dangereuses visant la sécurité et la stabilité de l'Algérie", a soutenu le ministre, rappelant que "ces citoyens marocains, bien qu'ils exploitent des terres algériennes depuis des années sans la moindre contrepartie, il payent, en revanche, les impôts pour leur pays".
Concernant les relations algéro-françaises, notamment sur le dossier de la Mémoire, M. Belhimer a salué les résultats obtenus jusqu'à présent, mais, poursuit le ministre, "quand bien même nous apprécions les pas franchis dans ce sens, ils reste par contre en deçà des attentes, car impossible de se contenter de parties discontinues et dispersées de cette affaire de principe e fédératrice dont nous renoncerons pas et qui ne doit pas être utilisée comme fonds de commerce pour d'autres fins". L'Etat sera intransigeant face à ces mouvements suspects sans aucun lien avec le Hirak Affirmant la poursuite des différentes mesures prises dans le cadre de la satisfaction des revendications du Hirak, M. Belhimer a fait savoir qu'"en parallèle avec les initiatives de bonne volonté et ces mesures prises en cette difficile conjoncture, nous avons constaté des mouvements suspects et dangereux, n'ayant aucun lien avec les revendications et les objectifs du Hirak". A ce propos, le porte-parole du Gouvernement a souligné, que "l'Etat est à l'affût des manoeuvres, des actes de provocation et de déviations cautionnés par des parties séparatistes, ainsi que des mouvements illégaux dont la référence est proche du terrorisme qui tentent d'exploiter les marches hebdomadaires".
Qualifiant le lien entre l'Armée nationale populaire et son peuple de "garant de l'immunité du pays", le ministre de la Communication a rappelé les multiples expériences qu'avait connues l'Algérie, prouvant ainsi que "nul ne peut entamer le lien solide entre l'Armée et la partie, ni entre l'Armée et les différentes institutions, à l'image de la présidence de la République". S'agissant les prochaines législatives du 12 juin et le boycott annoncé par certains partis politiques, M. Belhimer a rappelé "le grand nombre de citoyens désirant y participer", ajoutant que "les règles de la démocratie consistent à ce que nous respections les décisions et la liberté de ce nombre infime de partis". Estimant que "les prochaines élections seront organisées conformément aux normes de régularité et de transparence absolue grâce à la nouvelle loi électorale", M. Belhimer a souligné que "les urnes seront la seule voie pour l'élection des représentants du peuple".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.