LE GENERAL ALI OUELHADJ YAHIA, NOUVEAU COMMANDANT DE LA GENDARMERIE    10 ans de prison requis à l'encontre de l'ancien wali Moussa Ghellaï    Un chanteur condamné à un an de prison avec sursis    Cette diplomatie dézédienne qui dérange furieusement son altesse Pegasus 6 !    Baâdji passe à l'acte, ses détracteurs n'en démordent pas    L'avant-projet de loi définissant les modalités d'élection des membres du CSM remis à Tabi    Des mesures pour stabiliser le marché    LES PRECISIONS DES DOUANES ALGERIENNES    Cherche oxygène désespérément    Le coup de grâce du Covid-19    L'aval de Mohammed VI    La révolution électrique en marche    Opération spéciale été    Triki : "Objectif : offrir une médaille à l'Algérie"    ELLE AURA LIEU LE 10 AOÛT AU STADE DU 5-JUILLET    Les festivités reportées au mois de décembre prochain    Amar Bourouba, le défenseur qui n'a pas eu peur de Pelé    Vaccination du personnel éducatif avant la rentrée sociale    La protection pénale de la richesse forestière en débat    Les cliniques privées non impliquées à Sétif    «Nous ne sommes pas à l'abri d'une 4e vague»    C'est plus pire !    Le CADC lance son programme virtuel    Le programme du mois d'août    MC Oran : La Real Sociedad s'intéresse à Belloumi    Le président prie Feghouli de trouver un club    Washington décide de reconsidérer la vente de drones et d'autres armes au Maroc    Sétif : Le professeur Abdelmadjid Kessaï s'est éteint    El Tarf - Covid-19 : des opérations de contrôle et de sensibilisation    Ambassade des Etats-Unis à Alger: Une «bourse de développement du leadership»    Les fruits amers des accusations interposées    Tebboune préside aujourd'hui une réunion du Haut Conseil de Sécurité    Son prix explose dans les marchés: Lorsque le citron joue à la grosse légume    L'été de tous les cauchemars    Les mégaprojets miniers revisités par 5 ministres    Un blessé et d'importants dégâts matériels    La date bientôt fixée    Trois dossiers brûlants au menu    L'Algérie produira de l'oxygène chinois    Des malades de plus en plus jeunes    Le gouvernement espagnol doit intervenir pour mettre fin aux violences marocaines    Yahi attend la réponse de Sayoud    Franck Dumas nouvel entraîneur    La pandémie a été «la goutte d'eau qui a fait déborder le vase»    La chute d'une grue fait un blessé    34 millions de dollars de recettes pour Disney    34 Nouveaux sites inscrits    Un projet novateur et révolutionnaire    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Redistribution des cartes
Mouvance islamiste
Publié dans Le Midi Libre le 24 - 06 - 2021

Les analystes sont partagés quant aux résultats réalisés par les partis islamistes lors des élections législatives anticipées du 12 juin dernier.
Les analystes sont partagés quant aux résultats réalisés par les partis islamistes lors des élections législatives anticipées du 12 juin dernier.
Leur constat est en effet mitigé tant tantôt ils affirment qu'ils ont laissés des plumes lors du scrutin, tantôt ils disent le contraire et, quelquefois, parlent de stabilité dans le score réalisé comparativement aux précédentes élections législatives. Les partis de la mouvance islamiste, rappelons-le, ont raflé pas moins de 106 sièges à la future Assemblée populaire nationale (APN). En effet, arrivé en tête de ces partis le Mouvement de la société pour la paix (MSP) a obtenu 64 sièges, le mouvement El Bina 40 sièges alors que le Front pour le développement et la justice (FJD) a juste décroché 2 sièges. Ainsi, si les observateurs semblent partagés sur le constat relatif aux résultats de la mouvance islamiste, il en est autrement s'agissant des nouvelles données consacrées par le vote du 12 juin. Ils affirment ainsi, sans ambages aucun, qu'il y a une nouvelle redistribution des cartes au sein de cette mouvance politique. L'observation n'est pas du tout dénuée de sens puisque des partis islamistes, en réalisant de très faibles scores, reculent non seulement dans la hiérarchie, mais risquent tout simplement de disparaître du paysage politique national. Le FJD que préside Abdallah Djaballah, le mouvement El Islah que dirige Filali Ghouni et le mouvement Enahda que pilote Yazid Benaïcha se trouvent en effet, avec les résultats réalisés, dans une très mauvaise posture. LeFJD, qui visait l'obtention de quelques sièges lui permettant au moins de disposer d'un groupe parlementaire a subi une défaite autant cuisante qu'historique.
Il n'a obtenu que 2 sièges, soit le plus faible score jamais réalisé depuis l'avènement du pluralisme politique par un parti dirigé par Abdallah Djaballah. Pour la petite histoire avec Enahda en 1997 qu'El Islah en 2002, qu'il présidait avant qu'il ne soit éjecté par des putschs de palais, Djaballah a toujours eu un groupe parlementaire. Ce n'est que bien plus tard, notamment depuis la création du FJD en 2011, qu'il a commencé une certaine descente aux enfers. Si les alliances contractées lors des législatives de 2012 et de 2017 ont quelque peu masqué ce déclin, il en a été autrement cette fois-ci où, avec juste 2 sièges à l'APN, Djaballah ne pourra faire que de la figuration politique à l'Assemblée pour ne pas dire qu'il n'a désormais plus aucun poids sur la scène nationale. Et davantage, par conséquent, au sein de la mouvance islamiste alors qu'il a toujours ambitionné d'être le leader et le chef de file. Les mouvements En hda et El Islah n'ont rien obtenu lors du scrutin. Un résultat catastrophique qui indique clairement qu'ils n'ont aucun ancrage populaire et qui est certainement le prélude à leur effacement total de l'échiquier politique. Un destin qui contraste particulièrement avec celui du MSP ou du mouvement d'El Bina qui s'affirment, désormais, comme les seules locomotives de la mouvance islamiste.
Le MSP a réussi, en obtenant 64 sièges, à préserver son leadership. Un leadership qu'il exerce pratiquement depuis l'ouverture démocratique et les premières élections législatives pluralistes de 1997. Il est toujours arrivé en tête des partis islamistes. Malgré les différentes crises internes et les dissensions, le MSP a su garder l'essentiel de sa base militante. Une base qui ne lui est pas restée fidèle à 100 % puisqu'une partie d'entre elle a rejoint le mouvement El Bina né justement d'une scission au sein du MSP. Le mouvement El Bina a décroché 40 sièges à l'APN. Avec le MSP, El Bina peut se targuer désormais de parler au nom de la mouvance is amiste.
Leur constat est en effet mitigé tant tantôt ils affirment qu'ils ont laissés des plumes lors du scrutin, tantôt ils disent le contraire et, quelquefois, parlent de stabilité dans le score réalisé comparativement aux précédentes élections législatives. Les partis de la mouvance islamiste, rappelons-le, ont raflé pas moins de 106 sièges à la future Assemblée populaire nationale (APN). En effet, arrivé en tête de ces partis le Mouvement de la société pour la paix (MSP) a obtenu 64 sièges, le mouvement El Bina 40 sièges alors que le Front pour le développement et la justice (FJD) a juste décroché 2 sièges. Ainsi, si les observateurs semblent partagés sur le constat relatif aux résultats de la mouvance islamiste, il en est autrement s'agissant des nouvelles données consacrées par le vote du 12 juin. Ils affirment ainsi, sans ambages aucun, qu'il y a une nouvelle redistribution des cartes au sein de cette mouvance politique. L'observation n'est pas du tout dénuée de sens puisque des partis islamistes, en réalisant de très faibles scores, reculent non seulement dans la hiérarchie, mais risquent tout simplement de disparaître du paysage politique national. Le FJD que préside Abdallah Djaballah, le mouvement El Islah que dirige Filali Ghouni et le mouvement Enahda que pilote Yazid Benaïcha se trouvent en effet, avec les résultats réalisés, dans une très mauvaise posture. LeFJD, qui visait l'obtention de quelques sièges lui permettant au moins de disposer d'un groupe parlementaire a subi une défaite autant cuisante qu'historique.
Il n'a obtenu que 2 sièges, soit le plus faible score jamais réalisé depuis l'avènement du pluralisme politique par un parti dirigé par Abdallah Djaballah. Pour la petite histoire avec Enahda en 1997 qu'El Islah en 2002, qu'il présidait avant qu'il ne soit éjecté par des putschs de palais, Djaballah a toujours eu un groupe parlementaire. Ce n'est que bien plus tard, notamment depuis la création du FJD en 2011, qu'il a commencé une certaine descente aux enfers. Si les alliances contractées lors des législatives de 2012 et de 2017 ont quelque peu masqué ce déclin, il en a été autrement cette fois-ci où, avec juste 2 sièges à l'APN, Djaballah ne pourra faire que de la figuration politique à l'Assemblée pour ne pas dire qu'il n'a désormais plus aucun poids sur la scène nationale. Et davantage, par conséquent, au sein de la mouvance islamiste alors qu'il a toujours ambitionné d'être le leader et le chef de file. Les mouvements En hda et El Islah n'ont rien obtenu lors du scrutin. Un résultat catastrophique qui indique clairement qu'ils n'ont aucun ancrage populaire et qui est certainement le prélude à leur effacement total de l'échiquier politique. Un destin qui contraste particulièrement avec celui du MSP ou du mouvement d'El Bina qui s'affirment, désormais, comme les seules locomotives de la mouvance islamiste.
Le MSP a réussi, en obtenant 64 sièges, à préserver son leadership. Un leadership qu'il exerce pratiquement depuis l'ouverture démocratique et les premières élections législatives pluralistes de 1997. Il est toujours arrivé en tête des partis islamistes. Malgré les différentes crises internes et les dissensions, le MSP a su garder l'essentiel de sa base militante. Une base qui ne lui est pas restée fidèle à 100 % puisqu'une partie d'entre elle a rejoint le mouvement El Bina né justement d'une scission au sein du MSP. Le mouvement El Bina a décroché 40 sièges à l'APN. Avec le MSP, El Bina peut se targuer désormais de parler au nom de la mouvance is amiste.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.