CAN 2022 (dames) Victoire historique de l'Algérie face au Soudan (14-0)    le Barça peut oublier Sterling    Affaire Djabelkhir : procès reporté jusqu'à décision de la cour constitutionnelle    Cour d'Alger : le procès en appel d'Abdelghani Hamel reporté au 17 novembre    «Je suis contre le projet d'autoroutes à étages à Alger»    La Cour suprême approuve le pourvoi en cassation    Sonatrach ouvre des discussions sur les contrats gaziers    Un programme d'urgence pour atténuer l'impact du stress hydrique    Conférence internationale sur la protection sociale    Nouveau tir d'un missile balistique    Les "entorses" à la justice dans l'affaire Karim Tabbou    Le FFS en colère !    Douze ans après, Yahia Chérif de retour au RC Kouba    Paqueta augmente la charge de travail    Le Libyen Shuhoub Abdulbasit au sifflet    Quand les parents et les enfants jouent avec la mort    Raccordement de plus de 450 foyers au réseau d'électricité en deux mois    SmaIl Yefsah L'inoubliable voix    Ken Loach a opté pour "La Bataille d'Alger"    Constantine contredit Medaouar    Barcelone pour redémarrer, Manchester pour se rassurer    «La concurrence entre Sidi Salah et Doukha sera bénéfique pour l'équipe»    Grande rencontre sur la microentreprise    Branle-bas de combat chez les partis    Le Premier ministre confirme    Entre fermeture et menus réduits    Saisie de 6 263 unités de produits pyrotechniques    Astuces pour une meilleure visibilité    L'état d'exception : une dictature constitutionnelle ?    Dbeyba et ses alliés font tout pour se maintenir au pouvoir : Doutes sur les élections du 24 décembre en Libye    Editions Média-Plus. Ici, on noya les Algériens de Fabrice Riceputi : Silence, on tue des Algériens    Jaoudet Gassouma-écrivain, journaliste, plasticien, réalisateur et enseignant : «Mes sujets sont en quête de reconstruction et de résilience»    Une union truffée de non-dits    Filière lait: Les producteurs appellent à une solution concernant la marge bénéficiaire    Premier ministre: L'Algérie déterminée à accélérer les réformes structurelles    Hamdoullah dima la baisse !    Virée au Palais de justice    Neuf éditions déjà!    La nuit du pétard    Les pétards ont «mis le feu»    La face «cachée» du «Bâtiment»    La Tunisie sollicite l'aide de l'Algérie    L'armée française tue une femme pendant une poursuite    Les dirigeants unis contre l'enquête, pour maintenir l'impunité    Des émissaires de Sassou Nguesso en mission de «conciliation»    Belabed appelle à inculquer la lecture aux enfants    Documentaire sur la solidarité Algéro-Chilienne    Assia Djebar: le manuscrit inachevé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Les paramédicaux en colère
Imminente menace de débrayage
Publié dans Le Midi Libre le 21 - 09 - 2021

Le syndicat algérien des paramédicaux (SAP) menace de recourir à la grève. Son président Lounès Ghachi regrette que certaines revendications n'aient pas été honorées par la tutelle.
Le syndicat algérien des paramédicaux (SAP) menace de recourir à la grève. Son président Lounès Ghachi regrette que certaines revendications n'aient pas été honorées par la tutelle.
Le syndicat dans une publication dans sa tribune officielle a estimé que « les récentes discussions avec le ministre de la Santé n'ont pas abouti à la satisfaction des points de la plate-forme revendicative ». Parmi celles-ci, il y a la question récurrente du statut particulier qui est resté jusque-là une lettre morte. Le président de la SAP a insisté dans cette tribune sur « une dégradation que subit le corps médical dû essentiellement aux effets néfastes de la pandémie ». Mais pas que cela, Lounès Ghachi a déploré que « le versement de la tranche de la prime exceptionnelle de la lutte Contre le covid-19 n'a pas eu lieu », sachant que cette prime est rétribuée à l'ordre de 10.000 DA pour tout le personnel de la santé publique. Le syndicat qui escomptait régler la question du statut particulier et les promotions salariales pour passer à autre chose, reste déçu par des promesses qui n'ont pas été honorées avec des consultations qui ont été entamées à plusieurs reprises.
Rappelons que dans ce cadre que le ministre de la Santé a dû céder suite à l'instruction du Chef de l'Etat sur une augmentation salariale de 5000 DA pour tout le personnel de la santé publique. Sauf que pour les paramédicaux, il s'agit de relever les points indiciaires qui permettent à la corporation d'obtenir des salaires plus au moins corrects face à la dégradation du pouvoir d'achat et la situation sociale de la corporation qui est déjà fragilisée par des milliers de cas d'infection pas la pandémie virale. Face à ce statu quo, le syndicat qui a adressé un ultimatum aux autorités de la santé, n'écarte pas une grève dans les prochains jours. Le SAP a fait savoir que la réunion de son conseilnational jeudi prochain sera décisive si la tutelle n'opte pas à un dialogue constructif qui permettra d'aplanir les points revendicatifs occultés jusque-là. Il est à noter que le syndicat des paramédicaux n'est pas à sa première menace de grève puisqu'il y a quelques mois, il avait brandi le slogan de la grève générale et illimitée. Mais le ministre Benbouzid a réussi à temporiser la situation et à promettre de régler les questions en suspense.
Le syndicat dans une publication dans sa tribune officielle a estimé que « les récentes discussions avec le ministre de la Santé n'ont pas abouti à la satisfaction des points de la plate-forme revendicative ». Parmi celles-ci, il y a la question récurrente du statut particulier qui est resté jusque-là une lettre morte. Le président de la SAP a insisté dans cette tribune sur « une dégradation que subit le corps médical dû essentiellement aux effets néfastes de la pandémie ». Mais pas que cela, Lounès Ghachi a déploré que « le versement de la tranche de la prime exceptionnelle de la lutte Contre le covid-19 n'a pas eu lieu », sachant que cette prime est rétribuée à l'ordre de 10.000 DA pour tout le personnel de la santé publique. Le syndicat qui escomptait régler la question du statut particulier et les promotions salariales pour passer à autre chose, reste déçu par des promesses qui n'ont pas été honorées avec des consultations qui ont été entamées à plusieurs reprises.
Rappelons que dans ce cadre que le ministre de la Santé a dû céder suite à l'instruction du Chef de l'Etat sur une augmentation salariale de 5000 DA pour tout le personnel de la santé publique. Sauf que pour les paramédicaux, il s'agit de relever les points indiciaires qui permettent à la corporation d'obtenir des salaires plus au moins corrects face à la dégradation du pouvoir d'achat et la situation sociale de la corporation qui est déjà fragilisée par des milliers de cas d'infection pas la pandémie virale. Face à ce statu quo, le syndicat qui a adressé un ultimatum aux autorités de la santé, n'écarte pas une grève dans les prochains jours. Le SAP a fait savoir que la réunion de son conseilnational jeudi prochain sera décisive si la tutelle n'opte pas à un dialogue constructif qui permettra d'aplanir les points revendicatifs occultés jusque-là. Il est à noter que le syndicat des paramédicaux n'est pas à sa première menace de grève puisqu'il y a quelques mois, il avait brandi le slogan de la grève générale et illimitée. Mais le ministre Benbouzid a réussi à temporiser la situation et à promettre de régler les questions en suspense.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.