Sahara occidental : l'Espagne plaide pour une solution politique, dans le cadre de l'ONU    Mondial-2022 (barrages) Cameroun - Algérie :"Un choc entre deux équipes qui se connaissent"    Sommet arabe: le Président Tebboune compte proposer une date alliant la symbolique nationale historique et la dimension arabe    USTO-MB: 113 postes de formation en doctorat ouverts en 2021-2022    Fiscalité : prolongation du délai d'accomplissement des obligations au 27 janvier courant    Axe d'une nouvelle gouvernance pour relancer l'économie nationale    Les précisions de la direction générale des impôts    Les activités du PST gelées    Les avocats gagnent leur première bataille    "Jeter les bases d'une presse professionnelle"    "Je demande pardon au peuple algérien"    Le projet de loi en débat au gouvernement    Retour au confinement ?    11 mis en cause placés en détention provisoire    "Les retombées des suspensions des cours apparaîtront à l'université"    L'Algérie perd l'un de ses plus grands maîtres luthiers    CAN-2021: la sélection algérienne regagne Alger    Un colonel dans la ligne de mire    L'armée sahraouie mène de nouvelles attaques contre les forces de l'occupant marocain dans plusieurs régions    Actuculte    Le monde en «aâdjar» !    Numidia...    Covid-19 : une urgence nationale    Appels insistants à la vaccination: Pic de contaminations attendu dans les prochaines semaines    Diplomatie olympique    Formation continue et échange de connaissances: Accord de partenariat entre Djezzy et l'ESI    Equipe nationale: La douche Froide    Football - Ligue 1: Les prétendants sans pitié !    «Dhakhira» Implosée    Les Algériens ont donné de la voix    Le nouveau challenge de Nasri    L'ANP trône sur le Maghreb    Daesh attaque une grande prison en Syrie    Deux manifestations interdites à Ouagadougou    N'est pas influenceur qui veut!    Tabi enfin à l'intérieur du pays    Les parents d'élèves soulagés    L'après Haddadou se prépare    Les sénatoriales à l'épreuve des alliances    En deux temps, trois mouvements    Tosyali lance sa deuxième usine à Oran    Bougherara veut résilier son contrat    Slimani doit encore patienter    Une saga familiale à Sétif    Hommage à Abderrezak Fakhardji    Le ministère approuve le financement de 18 opérations    Le procès de l'ancien wali Abdelwahid Temmar reporté au 27 janvier    Hassan Kacimi: «Etre attentif à ce qui est en train de se produire autour de nous»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le FMI affiche sa satisfaction
Politique économique de l'Algérie
Publié dans Le Midi Libre le 02 - 12 - 2021

Ce n'est pas tous les ans que le Fonds monétaire international (FMI) délivre de bons points à l'Algérie pour ses politiques économique et sociale.
Ce n'est pas tous les ans que le Fonds monétaire international (FMI) délivre de bons points à l'Algérie pour ses politiques économique et sociale.
Àl'issue des consultations de 2021 dans le cadre de l'article IV, l'institution de Bretton Woods exprime dans un communiqué publié mardi 30 novembre un satisfécit franc des mesures prises ou envisagées par les autorités algériennes. Dans son constat, le FMI note que l'économie algérienne n'a pas été épargnée par la pandémie du Covid-19 et la baisse des prix de pétrole en 2020, mais « la riposte rapide des autorités a permis d'atténuer les répercussions sanitaires et sociales de la crise ».
« L'Algérie se remet peu à peu de cette double épreuve. Après une contraction de 4,9 % en 2020, le PIB réel a enregistré une croissance de 2,3 % au premier trimestre 2021 grâce à la hausse des prix des hydrocarbures et la levée des mesures de confinement », relève le FMI. Le solde de la balance des paiements s'est également amélioré en 2021. Néanmoins, il est noté que la pandémie a exacerbé les facteurs de vulnérabilité économique préexistants en Algérie, qui résultent d'une succession de chocs survenus depuis 2014. La balance des paiements a enregistré des déficits pendant plusieurs années, ce qui a augmenté la dette publique, diminué les réserves de change et réduit la marge de manoeuvre de l'action publique. L'augmentation des prix internationaux des denrées alimentaires et la sécheresse ont aussi induit la hausse de l'inflation qui érode le pouvoir d'achat des ménages. pour les perspectives, les administrateurs du FMI demeurent prudents. L'économie algérienne devrait se rétablir en 2021 et 2022, « mais les perspectives demeurent incertaines et difficiles ». La croissance réelle devrait atteindre 3,2 % en 2021, le déficit de la balance des paiements devrait connaître une forte réduction grâce au redressement des exportations, mais « des risques pèsent sur ces perspectives ». Ces risques tiennent à l'évolution des cours du pétrole, à la pandémie et au contexte social et géopolitique.
« Les annonces récentes vont dans la bonne direction » D'où la nécessité « d'un rééquilibrage progressif et soutenu des finances publiques, reposant sur une combinaison de mesures visant à accroître les recettes du budget et à réduire les dépenses ». Les administrateurs jugent utile « d'adapter le rythme et la composition de l'ajustement budgétaire à l'évolution de la pandémie et aux conditions économiques domestiques, afin de protéger les tranches les plus vulnérables de la population ». Côté satisfécits, « les actions rapides et ambitieuses prises par les autorités pour en contenir les coûts humains et économiques (de la pandémie) » sont saluées d'emblée. Le conseil d'administration du FMI salue également « les efforts consentis récemment par les autorités pour moderniser la gestion budgétaire et améliorer l'efficacité du secteur public » et encourage les autorités « à diversifier les sources de financement du budget et à éviter le financement par la Banque centrale dans l'avenir », une politique monétaire « bien calibrée, associée à une plus grande flexibilité du taux de change », pouvant contribuer à la stabilisation de l'économie.
Ils encouragent les autorités à renforcer la supervision bancaire, à mettre en oeuvre un cadre réglementaire pour la gestion des crises bancaires et à renforcer la gouvernance des banques publiques. Les administrateurs saluent également les réformes prévues pour renforcer l'indépendance de la Banque d'Algérie. Autres bons points délivrés par le FMI aux autorités algériennes : leur stratégie pour relancer la croissance et réduire la dépendance de l'économie aux hydrocarbures, ainsi que l'orientation du plan d'action du gouvernement qui prévoit des « réformes prioritaires pour faciliter l transition du pays vers un modèle de croissance plus inclusif et plus durable ». « Les annonces récentes vont dans la bonne direction en ce qui concerne le renforcement de la transparence et du cadre institutionnel de lutte contre la corruption, l'amélioration de la résilience fac aux changements climatiques, ou les initiatives en faveur des technologies numériques, des investissements directs étrangers et de la concurrence pour encourager l'investissement privé et la création d'emplois », notent par ailleurs les administrateurs du FMI.
Àl'issue des consultations de 2021 dans le cadre de l'article IV, l'institution de Bretton Woods exprime dans un communiqué publié mardi 30 novembre un satisfécit franc des mesures prises ou envisagées par les autorités algériennes. Dans son constat, le FMI note que l'économie algérienne n'a pas été épargnée par la pandémie du Covid-19 et la baisse des prix de pétrole en 2020, mais « la riposte rapide des autorités a permis d'atténuer les répercussions sanitaires et sociales de la crise ».
« L'Algérie se remet peu à peu de cette double épreuve. Après une contraction de 4,9 % en 2020, le PIB réel a enregistré une croissance de 2,3 % au premier trimestre 2021 grâce à la hausse des prix des hydrocarbures et la levée des mesures de confinement », relève le FMI. Le solde de la balance des paiements s'est également amélioré en 2021. Néanmoins, il est noté que la pandémie a exacerbé les facteurs de vulnérabilité économique préexistants en Algérie, qui résultent d'une succession de chocs survenus depuis 2014. La balance des paiements a enregistré des déficits pendant plusieurs années, ce qui a augmenté la dette publique, diminué les réserves de change et réduit la marge de manoeuvre de l'action publique. L'augmentation des prix internationaux des denrées alimentaires et la sécheresse ont aussi induit la hausse de l'inflation qui érode le pouvoir d'achat des ménages. pour les perspectives, les administrateurs du FMI demeurent prudents. L'économie algérienne devrait se rétablir en 2021 et 2022, « mais les perspectives demeurent incertaines et difficiles ». La croissance réelle devrait atteindre 3,2 % en 2021, le déficit de la balance des paiements devrait connaître une forte réduction grâce au redressement des exportations, mais « des risques pèsent sur ces perspectives ». Ces risques tiennent à l'évolution des cours du pétrole, à la pandémie et au contexte social et géopolitique.
« Les annonces récentes vont dans la bonne direction » D'où la nécessité « d'un rééquilibrage progressif et soutenu des finances publiques, reposant sur une combinaison de mesures visant à accroître les recettes du budget et à réduire les dépenses ». Les administrateurs jugent utile « d'adapter le rythme et la composition de l'ajustement budgétaire à l'évolution de la pandémie et aux conditions économiques domestiques, afin de protéger les tranches les plus vulnérables de la population ». Côté satisfécits, « les actions rapides et ambitieuses prises par les autorités pour en contenir les coûts humains et économiques (de la pandémie) » sont saluées d'emblée. Le conseil d'administration du FMI salue également « les efforts consentis récemment par les autorités pour moderniser la gestion budgétaire et améliorer l'efficacité du secteur public » et encourage les autorités « à diversifier les sources de financement du budget et à éviter le financement par la Banque centrale dans l'avenir », une politique monétaire « bien calibrée, associée à une plus grande flexibilité du taux de change », pouvant contribuer à la stabilisation de l'économie.
Ils encouragent les autorités à renforcer la supervision bancaire, à mettre en oeuvre un cadre réglementaire pour la gestion des crises bancaires et à renforcer la gouvernance des banques publiques. Les administrateurs saluent également les réformes prévues pour renforcer l'indépendance de la Banque d'Algérie. Autres bons points délivrés par le FMI aux autorités algériennes : leur stratégie pour relancer la croissance et réduire la dépendance de l'économie aux hydrocarbures, ainsi que l'orientation du plan d'action du gouvernement qui prévoit des « réformes prioritaires pour faciliter l transition du pays vers un modèle de croissance plus inclusif et plus durable ». « Les annonces récentes vont dans la bonne direction en ce qui concerne le renforcement de la transparence et du cadre institutionnel de lutte contre la corruption, l'amélioration de la résilience fac aux changements climatiques, ou les initiatives en faveur des technologies numériques, des investissements directs étrangers et de la concurrence pour encourager l'investissement privé et la création d'emplois », notent par ailleurs les administrateurs du FMI.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.