Les angles de l'ingérence    Saïd Bouhadja n'est plus    Non-respect de l'échéancier de paiement: Sonelgaz met en garde les abonnés    Tlemcen: Deux nouveaux directeurs à la tête de l'urbanisme et du logement    Tébessa - Electricité et gaz : des mises en garde contre les raccordements illicites    Douze autres pays concernés: Les Emirats suspendent l'octroi des visas aux Algériens    Football - Ligue 1: Sur fond de certitudes et d'inconnues    Licence professionnelle: Des contretemps pour la DCGF    Oran: Neuf harraga et trois passeurs arrêtés    Programme de 300 logements sociaux de Aïn El Turck: Un chantier qui traîne depuis presque une décennie    LA CORDE ET LE NŒUD COULANT    Une médaille pour nos revers !    Chanegriha et Djerad présentent leurs condoléances à la famille du défunt    Diego maradona s'èteint à 60 ans    "Les malades sont livrés à eux-mêmes"    1.025 nouveaux cas et 20 décès    Les instructions de Djerad aux walis    Le gouvernement entretient le suspense    L'hommage de Messi à Maradona    Victimes du terrorisme: la législation algérienne peut constituer une référence pour l'ONU    Autodétermination : les Sahraouis en ont assez d'attendre un "mirage" promis par l'ONU    Importance de coordonner les efforts pour la protection des catégories vulnérables    Le président de l'ARAV présente ses condoléances à la famille du moudjahid Saïd Bouhadja    L'ancien ministre Abdelkader Ouali placé en détention provisoire    Arabie saoudite : Khashoggi avait reçu des menaces avant sa mort, selon un ami    Sport / préparation olympique : 34 athlètes perçoivent des subventions du MJS    Attaque contre une station saoudienne: l'Opep fermement attachée à la stabilité du marché pétrolier    Séisme à Skikda : l'Etat disposé à prendre toutes les mesures pour la prise en charge des sinistrés    Conflit au Tigré : des émissaires africains vont tenter une médiation    PORT D'ANNABA : Exportation de 41000 tonnes de clinker vers Haïti et la République Dominicaine    La RASD appelle l'UA à prendre des mesures plus fermes contre le Maroc    Ligue 1: USMA-ESS, un choc pour lancer la saison    FIFA Best : Les 5 nominés pour le titre d'entraineur de l'année    LDC : Le programme de ce mercredi    Déjà en phase de modernisation    Yacine Mebarki Condamné à un an de prison    Vous parlez au nom de qui ?    Maïssa Bey sur les traces d'Amara Lakhous    Dans le Sud irakien, le narguilé, c'est l'affaire des ébénistes    Des mesures pour faire face à une situation d'urgence    Les banques publiques difficilement vendables    Liberté pour Yacine Mebarki    Musée Public National des Antiquités d'Alger : Acquisition de nouvelles pièces archéologiques    Arabie saoudite : un site d'Aramco touché par un missile    Maroc-Sahara Occidental: «Une reprise des hostilités préméditée»    LA NATURE DU CIEL ET LE POIDS DU COUFFIN    Le tourisme grand perdant    Macron provoque la tempête !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





2021, l'année de tous les records
Creusement des déficits budgétaire et courant
Publié dans Liberté le 19 - 10 - 2020

Le déficit budgétaire devrait caracoler à près de 2 800 milliards de dinars en 2021, alors que le déséquilibre de la balance des paiements s'annonce insoutenable.
La réduction des déficits budgétaire et courant demande un effort d'économies considérable sur la dépense brute de l'ensemble des agents économiques. En l'absence d'efforts d'ajustements soutenus, les déficits jumeaux sont voués à rester à des niveaux élevés, voire insoutenables, en l'état actuel des finances publiques.
Le déficit budgétaire au titre du prochain exercice devrait caracoler à près de 2 800 milliards de dinars sous le coup d'une dépense pesante et de maigres recettes. La loi de finances de l'actuel exercice avait prévu un déficit budgétaire de 1 533,4 milliards de dinars, corrigé à la hausse par le budget rectificatif de la mi-2020 qui tablait sur un déficit de 1 976,9 milliards de dinars, correspondant à 10,4% du Produit intérieur brut (PIB).
Bien que l'impact du choc pandémique sur les finances publiques n'ait pas encore été évalué, les séquelles sur l'économie sont visibles et risquent de durer plusieurs années. Au plan des comptes extérieurs, le Fonds monétaire international (FMI) s'est montré plutôt pessimiste quant à l'ascension qui n'en finit pas du déficit du compte courant.
Ce déficit devrait se creuser l'an prochain pour s'établir à 16,6% du PIB. La Banque mondiale avait, quant à elle, prédit plus tôt cette année une détérioration du déficit du compte courant qui atteindra le niveau record de 18,8% du PIB en 2020, malgré les mesures prises pour limiter les importations et circonscrire les effets de la faible demande intérieure.
Bien évidemment, la hausse du déficit du compte courant et, plus globalement, celui de la balance des paiements devrait se traduire par une accélération de la fonte des réserves de change de l'Algérie sur la période 2020-2021. "Sans l'adoption de nouvelles mesures, les réserves seraient ramenées à 24,2 milliards de dollars, soit environ 6,1 mois d'importations à fin 2020", prévoyait la Banque mondiale.
Cela dit, le baril de Brent était mieux coté que depuis les premières projections de la Banque mondiale, publiées en avril, soit autour de 40 dollars, alors que les prévisions de l'institution de Bretton Woods étaient bâties sur un baril de 30 dollars. Cela ne fera que repousser de quelques mois encore l'échéance d'un dangereux tarissement des avoirs extérieurs à laquelle le pays ne s'était que peu préparé.
La Banque centrale n'a cessé de sonner le tocsin quant à l'impératif de réformes budgétaires de fond pour rétablir la viabilité de la balance des paiements et limiter l'érosion des réserves officielles de change. Le déséquilibre, désormais chronique, dont souffre la balance des paiements est lié en grande partie aux déficits importants des finances publiques qui devraient rester élevés l'an prochain.
Une plongée dans les rares chiffres fournis par l'avant-projet de loi de finances 2020 confirme le mouvement haussier des déficits ; lesquels viendront aggraver les vulnérabilités du pays à l'heure où les disponibilités fondent comme neige au soleil.
Du coup, l'habituelle question invoquant le comment du financement des déficits est légitimement posée, tout comme les objectifs de ce retour à la politique d'expansion budgétaire si l'entreprise n'en bénéficie pas.
Le problème est que la "pré-feuille de route budgétaire de 2021" est porteuse d'une correction à la hausse des dépenses de fonctionnement dans un contexte budgétaire tendu, plaidant plutôt en faveur de l'investissement. Il faut s'attendre à ce que le retour à la croissance soit long et lent et que les finances publiques s'enlisent dans le rouge pendant encore plusieurs années.
L'ampleur et la hausse à vive allure des déficits jumeaux exigent une action urgente, car la dette publique augmente et les avoirs extérieurs risquent de s'épuiser brusquement.
Les tentatives de régler la question du double déficit à coups de restrictions des importations et des milliards de dinars issus de la planche à billets ont montré leurs limites. Le besoin de réformes structurelles n'a jamais été aussi pressant. L'équilibre budgétaire ne viendra plus du marché pétrolier.

Ali TITOUCHE


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.