Paiement des amendes en contrepartie de la récupération du permis de conduire    Ligue 1 : Le live des matches de la 15e journée    Les efforts de l'Algérie dans la lutte contre le terrorisme dans la région sahélo-saharienne salués    L'Algérie envoie une deuxième cargaison d'aides humanitaires au Mali    Une députée britannique affirme avoir été évincée du gouvernement car musulmane    Le Pr Kamel Djennouhat appelle à rendre accessible les tests antigéniques    Ameur Chafik en superviseur à la CAN-2021    Ce n'était pas mission impossible pour les Aigles de Carthage    L'Algérie participe avec plus de 600 ouvrages    Des chutes de neige sur les reliefs de l'Ouest à partir de demain mercredi    Le Brent à plus de 87 dollars    L'Algérie condamne les agressions répétées contre l'Arabie saoudite et les Emirats Arabes Unis    Les horaires de distribution réaménagés    Plus de 60 000 m2 pour abriter la première mini-zone d'activités    JSK-Royal Leopards reporté à jeudi    La CAF inflige à la FAF une amende de 5 000 dollars    Les Verts reprennent du service avec leurs clubs    Sellal écope de 5 ans de prison ferme et Metidji de 8 ans    La police recrute dans les nouvelles wilayas    Vers le dénouement !    Bruits de bottes aux portes de Kiev    Plusieurs arrêtés de fermeture signés par le wali de Jijel    Danger sur les non-vaccinés    Les notaires en colère    Armée sahraouie: nouvelles attaques contre les positions de l'occupant marocain    Le Président Tebboune en visite de travail et de fraternité en Egypte    Des producteurs de lait s'en remettent au wali et au ministre    Victoire de l'ASMO devant le MC Saïda    Tayeb Mehiaoui livre ses «vérités»    La campagne de vaccination ne suscite pas d'engouement    Un homme apparemment déséquilibré fait 3 blessés dans un tram à Tunis    Un malheureux «chibani» à la croisée des chemins    Numérisation de 40 œuvres    Quarante millions d'entraîneurs pour aider Belmadi    Le président Tebboune quitte Alger à destination de l'Egypte    Un enfant blessé dans un effondrement partiel au centre ville: Les immeubles désaffectés squattés posent toujours problème    Eloge de l'amitié    Des juges qui ont le vertige...    «Les Algériens découvrent leur Sahara»    150000 quintaux produits à Oran    L'élan économique en sursis    Comment avoir les ripoux?    Les Emirats interceptent deux nouveaux missiles houthis    Plus de 150 morts dans l'assaut de l'EI    TAM renoue avec le tourisme    «Fouroulou était chacun de nous»    Ce patrimoine qu'on nous envie    Tebboune entame aujourd'hui une visite de travail et de fraternité en égypte    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le FLN increvable
Aprés deux joutes électorales
Publié dans Le Midi Libre le 06 - 12 - 2021

Décidément le parti du FL est increvable. L'ex-parti unique vient une fois encore de le prouver et de fort belle manière.
Décidément le parti du FL est increvable. L'ex-parti unique vient une fois encore de le prouver et de fort belle manière.
Il a remporté les élections locales anticipées du 27 novembre en dominant tous ses rivaux, notamment son meilleur frère-ennemi : le RND qui, lui, est arrivé en seconde position. Il y a à peine six mois, le parti du FLN remportait aussi le élections législatives du 12 juin. Ces résultats confirment que ce parti dispose bel et bien d'une certaine assise populaire qui lui permet encore de jouer un rôle significatif sur l'échiquier politique national. Ces résultats s'ils ont été, il faut le dire, surprenants pour nombre d'observateurs et d'analystes, ne l'étaient pas pour d'autres. Sur cette question les commentaires sont allés quelquefois divergents sur la victoire du parti, mais le fait est que le FLN reste la première force politique du pays. Aux dernières élections législatives le parti a remporté juste un peu moins de 100 sièges à l'Assemblée populaire national (APN) surclassant ainsi tous ses concurrents dont, notamment, le RND qui est arrivé en quatrième position loin derrière le MSP et les indépendants. Ces derniers, qui ont créé la surprise, sont arrivés en deuxième position. D'ailleurs le président de l'APN a été choisi parmi eux. Cette victoire, ou plutôt ce résultat puisque le
FLN n'a pas obtenu, contrairement aux précédentes joutes électorales, une grande majorité, a été, on s'en doute, considéré comme une surprise par nombre d'observateurs. Mais lors des élections locales le FLN a confirmé qu'il est, sans conteste aucun, le premier parti politique du pays. Certes le vieux parti n'a pas remporté de majorité écrasante ou absolue dans nombre d'assemblées élues locales. En effet, s'il a remporté la majorité absolue dans des dizaines d'APC ce fut loin le cas dans les APW. Dans les assemblées de wilaya, le FLN n'a pas remporté de majorité absolue dans les assemblées où il est arrivé en tête. D'ailleurs aucun autre parti n'a pu réaliser cette prouesse. Ce qui fait donc que la bataille des alliances fait rage actuellement pour pouvoir former ces assemblées locales et les tractations vont ainsi bon train. Mais là c'est une autre histoire. Il y a quelques mois seulement personne ne donnait cher de la peau du FLN. Rares sont les observateurs avertis qui allaient prédire ces résultats. Ainsi presque une unanimité se dégageait selon laquelle le vieux parti était nettement sur le déclin. Avec la révolution populaire, où le FLN était voué aux gémonies par les grandioses manifestations, l'on croyait que c'était bel et bien la fin d'un parti politique. Nombreux étaient aussi les Algériens qui réclamaient de mettre le parti au musée en faisant un bien propre à tous les Algériens.
Un patrimoine national puisque c'est ce fameux sigle qui a conduit la lutte de Libération nationale. Les responsables du FLN étaient jetés en prison, pour leurs accointances avec la "issaba" ils sont poursuivis pour corruption. C'est le cas de Djamel Ould Abbès qui était son secrétaire général lors du "hirak". ébranlé par cette cascade de coups le FLN était il est vrai au plus mal. C'est à la hâte qu'il a organisé son congrès pour élire un nouveau secrétaire général en la personne d'Abou El Fadl Baâdji. Ce dernier ne suscitant pas l'unanimité allait être contesté par de larges pans du magma FLN. Autant dire qu'au moment d'aborder les élections le FLN était au plus mal. Pourtant les résultats sont bel et bien là. Le FLN a prouvé à tout le monde qu'il faut encore compter avec lui.
Il a remporté les élections locales anticipées du 27 novembre en dominant tous ses rivaux, notamment son meilleur frère-ennemi : le RND qui, lui, est arrivé en seconde position. Il y a à peine six mois, le parti du FLN remportait aussi le élections législatives du 12 juin. Ces résultats confirment que ce parti dispose bel et bien d'une certaine assise populaire qui lui permet encore de jouer un rôle significatif sur l'échiquier politique national. Ces résultats s'ils ont été, il faut le dire, surprenants pour nombre d'observateurs et d'analystes, ne l'étaient pas pour d'autres. Sur cette question les commentaires sont allés quelquefois divergents sur la victoire du parti, mais le fait est que le FLN reste la première force politique du pays. Aux dernières élections législatives le parti a remporté juste un peu moins de 100 sièges à l'Assemblée populaire national (APN) surclassant ainsi tous ses concurrents dont, notamment, le RND qui est arrivé en quatrième position loin derrière le MSP et les indépendants. Ces derniers, qui ont créé la surprise, sont arrivés en deuxième position. D'ailleurs le président de l'APN a été choisi parmi eux. Cette victoire, ou plutôt ce résultat puisque le
FLN n'a pas obtenu, contrairement aux précédentes joutes électorales, une grande majorité, a été, on s'en doute, considéré comme une surprise par nombre d'observateurs. Mais lors des élections locales le FLN a confirmé qu'il est, sans conteste aucun, le premier parti politique du pays. Certes le vieux parti n'a pas remporté de majorité écrasante ou absolue dans nombre d'assemblées élues locales. En effet, s'il a remporté la majorité absolue dans des dizaines d'APC ce fut loin le cas dans les APW. Dans les assemblées de wilaya, le FLN n'a pas remporté de majorité absolue dans les assemblées où il est arrivé en tête. D'ailleurs aucun autre parti n'a pu réaliser cette prouesse. Ce qui fait donc que la bataille des alliances fait rage actuellement pour pouvoir former ces assemblées locales et les tractations vont ainsi bon train. Mais là c'est une autre histoire. Il y a quelques mois seulement personne ne donnait cher de la peau du FLN. Rares sont les observateurs avertis qui allaient prédire ces résultats. Ainsi presque une unanimité se dégageait selon laquelle le vieux parti était nettement sur le déclin. Avec la révolution populaire, où le FLN était voué aux gémonies par les grandioses manifestations, l'on croyait que c'était bel et bien la fin d'un parti politique. Nombreux étaient aussi les Algériens qui réclamaient de mettre le parti au musée en faisant un bien propre à tous les Algériens.
Un patrimoine national puisque c'est ce fameux sigle qui a conduit la lutte de Libération nationale. Les responsables du FLN étaient jetés en prison, pour leurs accointances avec la "issaba" ils sont poursuivis pour corruption. C'est le cas de Djamel Ould Abbès qui était son secrétaire général lors du "hirak". ébranlé par cette cascade de coups le FLN était il est vrai au plus mal. C'est à la hâte qu'il a organisé son congrès pour élire un nouveau secrétaire général en la personne d'Abou El Fadl Baâdji. Ce dernier ne suscitant pas l'unanimité allait être contesté par de larges pans du magma FLN. Autant dire qu'au moment d'aborder les élections le FLN était au plus mal. Pourtant les résultats sont bel et bien là. Le FLN a prouvé à tout le monde qu'il faut encore compter avec lui.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.