Victimes du terrorisme: la législation algérienne peut constituer une référence pour l'ONU    L'hommage de Messi à Maradona    Autodétermination : les Sahraouis en ont assez d'attendre un "mirage" promis par l'ONU    Le président de l'ARAV présente ses condoléances à la famille du moudjahid Saïd Bouhadja    Importance de coordonner les efforts pour la protection des catégories vulnérables    L'ancien ministre Abdelkader Ouali placé en détention provisoire    Arabie saoudite : Khashoggi avait reçu des menaces avant sa mort, selon un ami    Attaque contre une station saoudienne: l'Opep fermement attachée à la stabilité du marché pétrolier    Sport / préparation olympique : 34 athlètes perçoivent des subventions du MJS    Conflit au Tigré : des émissaires africains vont tenter une médiation    Séisme à Skikda : l'Etat disposé à prendre toutes les mesures pour la prise en charge des sinistrés    PORT D'ANNABA : Exportation de 41000 tonnes de clinker vers Haïti et la République Dominicaine    Sabri Boukadoum fait le ménage au MAE    KHENCHELA : Raccordement "prochain" de 450 foyers au réseau de gaz    Projet de loi sur la lutte contre l'enlèvement: des membres du Conseil de la nation saluent la teneur du texte    MASCARA : Deux arrestations et saisie d'hallucinogènes    La RASD appelle l'UA à prendre des mesures plus fermes contre le Maroc    Ligue 1: USMA-ESS, un choc pour lancer la saison    Le DGSN évoque avec l'ambassadeur suisse la coopération dans les domaines de police    FIFA Best : Les 5 nominés pour le titre d'entraineur de l'année    LDC : Le programme de ce mercredi    La FAF soutiendra le candidat sud-africain    Numérisation en cours    Déjà en phase de modernisation    Un scooter propre et innovant    Yacine Mebarki Condamné à un an de prison    «Nous jouerons le haut du tableau»    Des marchés couverts désertés par les commerçants et la clientèle    Covid-19 : tout sur les tests de dépistage    Vous parlez au nom de qui ?    Maïssa Bey sur les traces d'Amara Lakhous    Dans le Sud irakien, le narguilé, c'est l'affaire des ébénistes    Les banques publiques difficilement vendables    Renvoi du verdict au 8 décembre prochain    Des mesures pour faire face à une situation d'urgence    Liberté pour Yacine Mebarki    Le sujet qui fâche    Le Mouloudia d'Alger à pied d'œuvre au Bénin    Musée Public National des Antiquités d'Alger : Acquisition de nouvelles pièces archéologiques    Tlemcen: Un projet pour sécuriser l'alimentation en eau    Bouira: Assainissement du foncier industriel : 109 lots récupérés    Arabie saoudite : un site d'Aramco touché par un missile    Maroc-Sahara Occidental: «Une reprise des hostilités préméditée»    Pénurie de Lovenox: Le ministre accuse l'automédication    LA NATURE DU CIEL ET LE POIDS DU COUFFIN    La DGSN rappellel'obligation du port du masque en voiture    Le tourisme grand perdant    Macron provoque la tempête !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un pôle menacé de fermeture
Maison de l'artisanat de Oued Koriche
Publié dans Le Midi Libre le 12 - 10 - 2008

Le groupe d'artisans qui meuble l'espace s'est constitué en association pour promouvoir leur activité et sensibiliser les politiques sur ce patrimoine culturel immatériel qu'il faudra valoriser, notamment dans le secteur du tourisme.
Le groupe d'artisans qui meuble l'espace s'est constitué en association pour promouvoir leur activité et sensibiliser les politiques sur ce patrimoine culturel immatériel qu'il faudra valoriser, notamment dans le secteur du tourisme.
Inaugurée en grande pompe en avril 2006, la Maison de l'artisanat de Oued Koriche ne semble pas faire recette. Elle n'est visitée que par quelques ombres furtives. Hormis les artisans qui évoluent presque en ermites, l'espace qui abrite 18 locaux n'attire pas la grande foule. «Vous êtes là depuis deux heures et pas une âme n'a daigné visiter les lieux», me lance un artisan en cuir, lors de notre virée. Le même constat est établi par ses pairs de la corporation, versés dans les autres corps de métier d'artisanat, qu'ils soient céramiste, bijoutier, dinandier, potier, maroquinier, couturier ou vitrailliste. Nous poussons notre curiosité pour tenter de connaître les raisons de ce désintérêt criant sur ce pôle situé, pourtant, dans une rue grouillante entre Triolet et l'ex-Climat de France. Un bijou qui, au demeurant, ne semble pas susciter l'engouement des gens plutôt enclins à fréquenter le négoce de la fripe.
«Il ne s'agit pas non plus de médiatiser la Maison de l'artisanat pour la faire connaître au grand public si le ministère de tutelle ne se rapproche pas des problèmes rencontrés par les artisans (…). Si des mesures d'encouragement et d'assistance n'accompagnent pas notre activité artisanale, nous ne tarderons pas à fermer boutique», tient à souligner la présidente de l'association «Djouthûr oua taqâlid» (Racines et traditions ), Mme Nadia Ouaichouche qui reste rivée à sa passion qu'est l'art du vitrail. «Ce qui nous retient à ne pas mettre la clé sous le paillasson, c'est l'amour que nous vouons à l'activité artisanale, mais cela ne saurait être pérenne'', ajoute notre interlocutrice sur un air dépité, précisant que «lorsque la matière première dont nous avons besoin nous fait défaut, il devient très difficile de composer avec les moyens du bord. Ce qui suppose qu'il n'est pas aisé de maintenir longtemps sous perfusion nos métiers''. Le désarroi se dessine sur les visages des artisans qui ont le sentiment d'être livrés à eux-mêmes, voire abandonnés à leur triste sort, surtout avec les charges locatives auxquelles ils sont astreints. Cette situation dans laquelle ils se morfondent ne les empêche pas, cependant, à faire contre mauvaise fortune bon cœur. «Bien qu'ils aient peine à s'acquitter de leurs charges locatives, jugées élevées par rapport aux chiffres d'affaires réalisés, chacun d'eux se fait une raison pour ne pas baisser les bras en continuant à s'affairer petitement dans son atelier'', note le porte-voix des métiers de la Maison de l'artisanat qui interpelle les pouvoirs publics à considérer à leur juste titre ceux qui perpétuent le savoir-faire artisanal. La question du marketing n'est pas moins évoquée. «Certes, nous disposons d'un centre flambant neuf que nombre de communes nous envient, mais nous aurions souhaité voir les offices relevant du secteur du tourisme s'impliquer indirectement en intégrant dans leur circuit des virées dans notre enceinte. Cela nous permettra de faire connaître les produits du terroir'', relève le céramiste Hacène Ouhba. Le groupe d'artisans s'est, toutefois, constitué en association pour pouvoir promouvoir leur activité et sensibiliser les politiques sur ce patrimoine immatériel qu'il faudra valoriser, notamment dans le secteur du tourisme. «Cela fait une année que nous attendons l'agrément de l'association pour entreprendre des démarches légales, mais sans la délivrance du document, nous ne pouvons prétendre à l'ouverture d'un compte, encore moins à l'accès aux aides financières'', souligne Mme Nadia Ouaichouche. Dans la foulée, elle regrette de ne pas pouvoir former des jeunes qui viennent la solliciter pour apprendre l'art du vitrail. «Faute de matériel, je ne peux assurer l'apprentissage des jeunes qui sont nombreux à vouloir se frotter à cet art'', dira-t-elle en guise de conclusion.
F. B-H.
Inaugurée en grande pompe en avril 2006, la Maison de l'artisanat de Oued Koriche ne semble pas faire recette. Elle n'est visitée que par quelques ombres furtives. Hormis les artisans qui évoluent presque en ermites, l'espace qui abrite 18 locaux n'attire pas la grande foule. «Vous êtes là depuis deux heures et pas une âme n'a daigné visiter les lieux», me lance un artisan en cuir, lors de notre virée. Le même constat est établi par ses pairs de la corporation, versés dans les autres corps de métier d'artisanat, qu'ils soient céramiste, bijoutier, dinandier, potier, maroquinier, couturier ou vitrailliste. Nous poussons notre curiosité pour tenter de connaître les raisons de ce désintérêt criant sur ce pôle situé, pourtant, dans une rue grouillante entre Triolet et l'ex-Climat de France. Un bijou qui, au demeurant, ne semble pas susciter l'engouement des gens plutôt enclins à fréquenter le négoce de la fripe.
«Il ne s'agit pas non plus de médiatiser la Maison de l'artisanat pour la faire connaître au grand public si le ministère de tutelle ne se rapproche pas des problèmes rencontrés par les artisans (…). Si des mesures d'encouragement et d'assistance n'accompagnent pas notre activité artisanale, nous ne tarderons pas à fermer boutique», tient à souligner la présidente de l'association «Djouthûr oua taqâlid» (Racines et traditions ), Mme Nadia Ouaichouche qui reste rivée à sa passion qu'est l'art du vitrail. «Ce qui nous retient à ne pas mettre la clé sous le paillasson, c'est l'amour que nous vouons à l'activité artisanale, mais cela ne saurait être pérenne'', ajoute notre interlocutrice sur un air dépité, précisant que «lorsque la matière première dont nous avons besoin nous fait défaut, il devient très difficile de composer avec les moyens du bord. Ce qui suppose qu'il n'est pas aisé de maintenir longtemps sous perfusion nos métiers''. Le désarroi se dessine sur les visages des artisans qui ont le sentiment d'être livrés à eux-mêmes, voire abandonnés à leur triste sort, surtout avec les charges locatives auxquelles ils sont astreints. Cette situation dans laquelle ils se morfondent ne les empêche pas, cependant, à faire contre mauvaise fortune bon cœur. «Bien qu'ils aient peine à s'acquitter de leurs charges locatives, jugées élevées par rapport aux chiffres d'affaires réalisés, chacun d'eux se fait une raison pour ne pas baisser les bras en continuant à s'affairer petitement dans son atelier'', note le porte-voix des métiers de la Maison de l'artisanat qui interpelle les pouvoirs publics à considérer à leur juste titre ceux qui perpétuent le savoir-faire artisanal. La question du marketing n'est pas moins évoquée. «Certes, nous disposons d'un centre flambant neuf que nombre de communes nous envient, mais nous aurions souhaité voir les offices relevant du secteur du tourisme s'impliquer indirectement en intégrant dans leur circuit des virées dans notre enceinte. Cela nous permettra de faire connaître les produits du terroir'', relève le céramiste Hacène Ouhba. Le groupe d'artisans s'est, toutefois, constitué en association pour pouvoir promouvoir leur activité et sensibiliser les politiques sur ce patrimoine immatériel qu'il faudra valoriser, notamment dans le secteur du tourisme. «Cela fait une année que nous attendons l'agrément de l'association pour entreprendre des démarches légales, mais sans la délivrance du document, nous ne pouvons prétendre à l'ouverture d'un compte, encore moins à l'accès aux aides financières'', souligne Mme Nadia Ouaichouche. Dans la foulée, elle regrette de ne pas pouvoir former des jeunes qui viennent la solliciter pour apprendre l'art du vitrail. «Faute de matériel, je ne peux assurer l'apprentissage des jeunes qui sont nombreux à vouloir se frotter à cet art'', dira-t-elle en guise de conclusion.
F. B-H.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.