La fin de la récréation !    Chelsea : Abramovich offre un gros chèque à Lampard    Massimiliano Allegri va patienter jusqu'en juin    OM – Villas-Boas: «Brahimi était dans nos plans, mais…»    Mobilisation exceptionnelle à Alger    Les marches dénonçant l'ingérence étrangère,"une preuve irréfutable" de la conscience du peuple algérien    OIT: "faire du travail décent une réalité pour la jeunesse africaine"    MDN: large campagne sanitaire pour les habitants de zones enclavées à Ouargla    PROGRAMME DE LOGEMENTS LPA : Les souscripteurs d'Alger convoqués fin décembre    A TAMANRASSET : Tebboune s'engage à faire de la wilaya un pôle touristique    CAMPAGNE ELECTORALE : La campagne de Benflis visée par un plan d'infiltration    MASCARA : Création d'une zone industrielle à Mohammadia    ANSEJ MOSTAGANEM : 352 projets validés en 9 mois    TISSEMSILT : Saisie de 80 kg de viandes blanches impropres à la consommation    BECHAR : Arrestation de 4 braconniers à Beni Ounif    SURETE DE WILAYA DE TIARET : 307 permis de conduire retirés en novembre    Cancer de la prostate : des spécialistes plaident pour "un dépistage de masse précoce"    Harbi s'attaque à l'Armée    Loukal rappelle en Egypte l'engagement de l'Algérie pour l'autonomie financière de l'UA     Championnats arabes de Cyclisme sur route: deux autres médailles pour l'Algérie en clôture de la compétition    Gaïd Salah : l'Algérie mérite de la part de ses enfants qu'ils demeurent la "forteresse impénétrable"    Sonatrach "qualifiée" pour évaluer les actifs d'Anadarko en Algérie    Le projet de loi relative à l'organisation territoriale du pays adopté, un acquis pour la redynamisation du développement dans le Sud    Lutte antiterroriste: Une bombe artisanale détruite à Tlemcen    Jeux Paralympiques Tokyo-2020: l'Algérie candidate à l'organisation de deux tournois qualificatifs    La pièce de théâtre "Ez'Zaouèche" présentée à Alger    "L'Algérie contemporaine, cultures et identités", un nouvel essai en ligne de Ahmed Cheniki    JM Oran-2021 : la "nouvelle dynamique" des préparatifs de la 19e édition saluée    LOPIS: vulgarisation du contenu du guide scientifique au niveau des établissements éducatifs    Prix Assia-Djebar 2019: les noms des lauréats dévoilés    Les services de la Sûreté déjoue un plan de sabotage fomenté par le MAK    LOPIS : des laboratoires politiques oeuvrent à susciter "une crise de terminologies"    54 appareils distribués aux handicapés    Projecteurs braqués sur Vienne    La commission du renseignement du Congrès accable Trump    L'ONU lance un appel de près de 29 milliards de dollars    Nouvelle réunion tripartite à Washington lundi    ACTUCULT    Malgré des divergences entre ses pays membres : L'Otan adopte une déclaration consensuelle    Ligue des champions d'Afrique. ES Tunis – JS Kabylie (demain à 20h à Radès) : Mission compliquée pour les Kabyles    CAF Awards 2019 : Trois Algériens dans le top 10    Sidi Bel-Abbès: Le maire dépose sa démission, son successeur connu aujourd'hui    Le procès s'est ouvert hier: Sellal et Ouyahia à la barre    Intérêts d'Anadarko en Algérie: Sonatrach va exercer son droit de préemption    Iran : Le chef de la diplomatie omanaise en Téhéran, après une visite à Washington    France-Algérie : Nadia Kaci, le prix de la liberté    70e anniversaire de l'établissement des relations diplomatiques entre la Chine et la Bulgarie Ouverture à Sofia d'une exposition d'art sino-bulgare    Projection du film "Le voleur de bicyclette" le 7 décembre à Oran    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'univers des bulles se poursuit
1er FIBDA
Publié dans Le Midi Libre le 21 - 10 - 2008

Prévu du 15 au 19 du mois en cours, le ler Festival international de la BD d'Alger (Fibda) se poursuit, à travers des expositions dans certains sites prévus à cet effet. Des œuvres de bédéistes au talent graphique avéré et réputés mondialement meublent le musée MAMA et la galerie d'art Mohamed Racim qui vient d'être rénovée.
Prévu du 15 au 19 du mois en cours, le ler Festival international de la BD d'Alger (Fibda) se poursuit, à travers des expositions dans certains sites prévus à cet effet. Des œuvres de bédéistes au talent graphique avéré et réputés mondialement meublent le musée MAMA et la galerie d'art Mohamed Racim qui vient d'être rénovée.
Ainsi, le musée national d'art moderne (MAMA) abrite et ce, jusqu'au 19 novembre prochain les œuvres d'une pléiade de bédéistes suisses et belges dont les personnages sont connus dans la scène artistique. Zep (de son vrai nom Philippe Chappuis) est le créateur de la série Titeuf en 1992 dont des pans d'œuvres sont accrochés sur les cimaises de la galerie. Il présente son héros éponyme qui est un écolier caractérisé par sa longue mèche blonde. Très réaliste et plein d'humour, le bédéiste helvète nous interpelle, sans complexe, sur les questions qui pressent l'humanité : le chômage, le racket, le sida... mais aussi des thèmes intemporels comme la sexualité, l'amitié, l'autorité parentale, etc. Tintin ou le ''typiquement suisse'' est cette série à succès, publiée sous la forme d'albums et adaptée à la fois au cinéma et au théâtre. Les Aventures de Tintin font partie des plus célèbres bandes dessinées européennes du vingtième siècle, est-il souligné. Elles ont été traduites dans environ cinquante langues et vendues à plus de 200 millions d'exemplaires. Les albums de Tintin mélangent les genres : des aventures de cape et d'épée avec une touche de fantastique aux enquêtes policières, en passant par les histoires d'espionnage, ou encore la science-fiction. Les histoires que déroule le personnage font toujours la part belle à l'humour «peau de banane», humour contrebalancé dans les albums plus récents par un sens subtil de l'ironie et une réflexion sur la société. Le jeune Genevois Frederik Peeters qui fait dans l'autofiction dans le sens où il s'intègre en tant que personnage dans des situations qu'il n'a pas vécues, relève des critiques, pour créer une espèce de clash et imaginer ses réactions. Certains aspects de la vie, comme l'album intitulé ''la Pilule bleue'', il les grossit jusqu'à la caricature. Son travail, plein de sensibilité, se veut un conte poétique sur une famille ou la fable d'un homme parfaitement banal, mais dont le destin, lui, sort de l'ordinaire. Dans le même univers de la bulle, l'illustrateur neuchâtelois, Yves Nussbaum, dit Noyauce, préfère agrafer, en noir et blanc, ses scénarios dans un style différent autour des publics infantile et adulte. La bédéiste zurichoise, Anna Sommer emploie dans son travail une technique différente. Elle maitrise aussi bien le dessin à plume que l'eau forte et la découpe. Le monde qu'elle décline a souvent cette tendance osée que résume un zeste de caractère d'érotisme. Aux côtés des dessins Mix & Remix (de son vrai nom Philippe Becquelin), Bernard Cosey, considéré comme un des grands auteurs de bédé, nous convie à travers ses planches et illustrations à ''son'' aventure intérieure. Scénariste, dessinateur et coloriste, Cosey puise des histoires dont les personnages meurtris par le chaos du monde, ont besoin d'échanger avec l'altérité. Car selon lui, seule cette forme idéale de dialogue permettra de reconstituer pièce par pièce un « récit de soi », qui a, pour lui, valeur de puzzle ultime. Ses personnages dont le caractère est la quête de l'identité perdue altérée, narrent l'errance, les termes étrangers, le souvenir, etc. les décors, il les dessine avec le luxe des détails qu'il faut pour qu'ils fassent vrai et les caractères visuelles sont sélectionnés d'un endroit pour recréer son monde. Pierre Culliford ou Peyo (1928-1992) est ce dessinateur bruxellois qui insiste sur la règle de trois (…) : ''pour dessiner l'attitude d'un personnage, il faut absolument la sentir. Si je dessine un personnage qui baille, je baille automatiquement, car je suis sur le moment le personnage que je dessine. C'est alors que le lecteur y croit, car cette détermination passe par le dessin'', écrit-il. Une aile est dédiée à sa création, sinon au label des Schtroumpfs et Schtroumpfettes. L'auteur de cette série de bande dessinée belge, ce fabuliste et raconteur d'histoires, s'et fait mondialement connu pour les petits lutins bleus aux bonnets, chaussons et culottes blanches qui enchantent des milliers de lecteurs notamment avec l'album ''la flûte à six Schtroumpfs''. La galerie d'art Mohamed Racim, accueille, quant à elle, et ce, jusqu'au 30 du mois en cours, des planches d'une brochette de bédéistes de huit pays africains, en l'occurrence le Burkina Faso, le Sénégal, le Cameroun, le Mali, la Côte d'Ivoire, Madagascar, la République populaire du Congo et le Bénin. Des thèmes relatifs à l'éducation, la femme, les us et coutumes, la mise en valeur de la terre et la famine sont mis en relief sur les cimaises de l'espace artistique. La présence d'une vingtaine d'auteurs est une preuve éclatante de la nouvelle importance de la bande dessinée du continent sur une scène de plus en plus mondialisée. Soulignons que la BD est présente depuis longtemps sur le continent africain, reproduisant les malheurs et la joie de vivre des sociétés. Il y a lieu de préciser que les premières bandes dessinées arrivent ainsi dans les bagages des colons au lendemain de la Deuxième guerre mondiale. Dans les années 60, l'Eglise utilise la BD, comme mode d'expression, pour toucher les différentes franges de la population. Les décennies 70 et 80 sont ensuite marquées par des productions pédagogiques de diverses qualités, pour la protection de la faune ou dans le cadre de la lutte contre le sida. Peu avant 2000, salons, festivals et colloques se développent. Sous l'impulsion du charismatique auteur Barly Baruti, Kinshasa ouvre le bal en 1991, avec son premier salon suivi de nombreuses éditions. En 1998 sont lancées à Libreville les premières Journées africaines de la bande dessinée (JABD), reconduites l'année suivante. En 2001, le festival Cocobulles voit le jour à Abidjan, le deuxième épisode suivra en 2003. Aujourd'hui, les manifestations sont peu nombreuses, en dépit des compétences artistiques tels la nouvelle vague des illustrateurs, tels les Cissé, Mendoza, Ebongué, Youna, Kassi, Salo et autres talents Kwene, A'jé jé et Samon présents au 1er FIBDA, un événement qui, après une vingtaine d'années, renait de ses cendres.
F. B-H.
Ainsi, le musée national d'art moderne (MAMA) abrite et ce, jusqu'au 19 novembre prochain les œuvres d'une pléiade de bédéistes suisses et belges dont les personnages sont connus dans la scène artistique. Zep (de son vrai nom Philippe Chappuis) est le créateur de la série Titeuf en 1992 dont des pans d'œuvres sont accrochés sur les cimaises de la galerie. Il présente son héros éponyme qui est un écolier caractérisé par sa longue mèche blonde. Très réaliste et plein d'humour, le bédéiste helvète nous interpelle, sans complexe, sur les questions qui pressent l'humanité : le chômage, le racket, le sida... mais aussi des thèmes intemporels comme la sexualité, l'amitié, l'autorité parentale, etc. Tintin ou le ''typiquement suisse'' est cette série à succès, publiée sous la forme d'albums et adaptée à la fois au cinéma et au théâtre. Les Aventures de Tintin font partie des plus célèbres bandes dessinées européennes du vingtième siècle, est-il souligné. Elles ont été traduites dans environ cinquante langues et vendues à plus de 200 millions d'exemplaires. Les albums de Tintin mélangent les genres : des aventures de cape et d'épée avec une touche de fantastique aux enquêtes policières, en passant par les histoires d'espionnage, ou encore la science-fiction. Les histoires que déroule le personnage font toujours la part belle à l'humour «peau de banane», humour contrebalancé dans les albums plus récents par un sens subtil de l'ironie et une réflexion sur la société. Le jeune Genevois Frederik Peeters qui fait dans l'autofiction dans le sens où il s'intègre en tant que personnage dans des situations qu'il n'a pas vécues, relève des critiques, pour créer une espèce de clash et imaginer ses réactions. Certains aspects de la vie, comme l'album intitulé ''la Pilule bleue'', il les grossit jusqu'à la caricature. Son travail, plein de sensibilité, se veut un conte poétique sur une famille ou la fable d'un homme parfaitement banal, mais dont le destin, lui, sort de l'ordinaire. Dans le même univers de la bulle, l'illustrateur neuchâtelois, Yves Nussbaum, dit Noyauce, préfère agrafer, en noir et blanc, ses scénarios dans un style différent autour des publics infantile et adulte. La bédéiste zurichoise, Anna Sommer emploie dans son travail une technique différente. Elle maitrise aussi bien le dessin à plume que l'eau forte et la découpe. Le monde qu'elle décline a souvent cette tendance osée que résume un zeste de caractère d'érotisme. Aux côtés des dessins Mix & Remix (de son vrai nom Philippe Becquelin), Bernard Cosey, considéré comme un des grands auteurs de bédé, nous convie à travers ses planches et illustrations à ''son'' aventure intérieure. Scénariste, dessinateur et coloriste, Cosey puise des histoires dont les personnages meurtris par le chaos du monde, ont besoin d'échanger avec l'altérité. Car selon lui, seule cette forme idéale de dialogue permettra de reconstituer pièce par pièce un « récit de soi », qui a, pour lui, valeur de puzzle ultime. Ses personnages dont le caractère est la quête de l'identité perdue altérée, narrent l'errance, les termes étrangers, le souvenir, etc. les décors, il les dessine avec le luxe des détails qu'il faut pour qu'ils fassent vrai et les caractères visuelles sont sélectionnés d'un endroit pour recréer son monde. Pierre Culliford ou Peyo (1928-1992) est ce dessinateur bruxellois qui insiste sur la règle de trois (…) : ''pour dessiner l'attitude d'un personnage, il faut absolument la sentir. Si je dessine un personnage qui baille, je baille automatiquement, car je suis sur le moment le personnage que je dessine. C'est alors que le lecteur y croit, car cette détermination passe par le dessin'', écrit-il. Une aile est dédiée à sa création, sinon au label des Schtroumpfs et Schtroumpfettes. L'auteur de cette série de bande dessinée belge, ce fabuliste et raconteur d'histoires, s'et fait mondialement connu pour les petits lutins bleus aux bonnets, chaussons et culottes blanches qui enchantent des milliers de lecteurs notamment avec l'album ''la flûte à six Schtroumpfs''. La galerie d'art Mohamed Racim, accueille, quant à elle, et ce, jusqu'au 30 du mois en cours, des planches d'une brochette de bédéistes de huit pays africains, en l'occurrence le Burkina Faso, le Sénégal, le Cameroun, le Mali, la Côte d'Ivoire, Madagascar, la République populaire du Congo et le Bénin. Des thèmes relatifs à l'éducation, la femme, les us et coutumes, la mise en valeur de la terre et la famine sont mis en relief sur les cimaises de l'espace artistique. La présence d'une vingtaine d'auteurs est une preuve éclatante de la nouvelle importance de la bande dessinée du continent sur une scène de plus en plus mondialisée. Soulignons que la BD est présente depuis longtemps sur le continent africain, reproduisant les malheurs et la joie de vivre des sociétés. Il y a lieu de préciser que les premières bandes dessinées arrivent ainsi dans les bagages des colons au lendemain de la Deuxième guerre mondiale. Dans les années 60, l'Eglise utilise la BD, comme mode d'expression, pour toucher les différentes franges de la population. Les décennies 70 et 80 sont ensuite marquées par des productions pédagogiques de diverses qualités, pour la protection de la faune ou dans le cadre de la lutte contre le sida. Peu avant 2000, salons, festivals et colloques se développent. Sous l'impulsion du charismatique auteur Barly Baruti, Kinshasa ouvre le bal en 1991, avec son premier salon suivi de nombreuses éditions. En 1998 sont lancées à Libreville les premières Journées africaines de la bande dessinée (JABD), reconduites l'année suivante. En 2001, le festival Cocobulles voit le jour à Abidjan, le deuxième épisode suivra en 2003. Aujourd'hui, les manifestations sont peu nombreuses, en dépit des compétences artistiques tels la nouvelle vague des illustrateurs, tels les Cissé, Mendoza, Ebongué, Youna, Kassi, Salo et autres talents Kwene, A'jé jé et Samon présents au 1er FIBDA, un événement qui, après une vingtaine d'années, renait de ses cendres.
F. B-H.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.