Le DG du journal «Echaab» limogé    Algérie-Egypte: Donner un nouveau souffle à la coopération économique    Hydrocarbures: «Occidental Petroleum Corporation» veut faire plus en Algérie    Téléphonie mobile: L'Algérie rachète les actions de Veon dans Djezzy    Espagne : Le Parlement veut rétablir les relations avec l'Algérie    Libye: La désignation d'un représentant de l'ONU divise    Equipe nationale U18: L'urgence d'un système de développement    Un réseau de quatre individus arrêté: Plus de 25.600 comprimés psychotropes saisis    Une nouvelle stature    Tipasa: Un trafic international de cartes de paiement électronique démantelé    Grand Prix Assia Djebar du Roman: Les lauréats distingués    El-Bayadh: Le célèbre «Rakb Sid Cheikh» de retour    «Bâtissons des projets communs!»    Le prince de Monaco a séjourné à Oran    9 manifestants tués à Khartoum    Fin de parcours du touriste judiciaire    L'entrée fracassante des Algériens    Messi poussé vers la sortie?    Le club à l'affût pour Neymar    Un pays à la recherche de son destin    Trois projets de loi adoptés    L'Algérie dansera tout l'été    L'été en pente douce    La grande vadrouille    La rentrée scolaire se prépare en été    «C'est un écrin de l'esprit de Novembre»    Répéter, vaut souvent, convaincre!    «Je veux rallumer la Bougie»    Le HCA lance le débat    Clôture en apothéose    JM/Boxe dames : Hadjila Khelif (-60 kg) offre à l'Algérie une 2e médaille d'or    60e anniversaire de l'Indépendance: l'ANP organise un défilé militaire mardi prochain    JM/handball/ dames Gr.A - 1re journée : le point après Algérie - Croatie 21-31    JM /Athlétisme (2e journée) : Abdelmalik Lahoulou décroche le bronze sur 400M haies    Le ministre de la Communication installe les nouveaux DG d'El Chaâb et d'El Massa    Assurances: le DG de la CNMA, Cherif Benhabilès, élu vice-président de l'OAA    Lamamra à Beyrouth pour prendre part à la Réunion consultative des ministres arabes des Affaires étrangères    Inter Milan: Onana et Mkhitaryan, c'est signé !    Aïd Adha: mise en place d'un système d'encadrement sanitaire au niveau des points de vente de bétail et abattoirs autorisés    Formation/enseignement professionnels: diversifier les offres de formation en tenant compte des spécialités prioritaires    Front Polisario: le massacre horrible perpétré par les autorités marocaines contre les migrants africains, "un crime presque parfait"    Grand Prix Assia Djebar du roman : les lauréats distingués à Alger    JM 2022: Oran vibre au rythme de la mode algérienne et de l'habit traditionnel    Sidi Bel-Abbes: ouverture du festival international de danse populaire    Migrants tués par la police marocaine : le chanteur nigérian Seun Kuti annule un concert au Maroc    PAP: Abdelmadjid Azzedine élu président du Groupe géopolitique de l'Afrique du Nord    Le Président Tebboune reçoit la PDG de la compagnie américaine "Occidental Petroleum Corporation"    Justice: Ould Abbes et Barkat condamnés à 6 et 4 ans de prison    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Campagne contre l'abstention
À quelques jours de la clôture
Publié dans Le Midi Libre le 01 - 04 - 2009

Le spectre de l'abstention est présent dans l'esprit de tous les postulants à la magistrature suprême. Jamais menace d'une abstention massive n'a été aussi présente et aussi pesante.
Le spectre de l'abstention est présent dans l'esprit de tous les postulants à la magistrature suprême. Jamais menace d'une abstention massive n'a été aussi présente et aussi pesante.
C'est depuis treize jours que les candidats à l'élection présidentielle du 9 avril sillonnent le pays du Nord au Sud et d'Est en Ouest. De multiples haltes et autant de meetings et de rencontres de proximité avec les citoyens pour s'enquérir de leurs préoccupations.
Les grands axes et parfois les petits détails de leur programme électoral sont déclinés pour tenter de convaincre les électeurs de rejoindre en masse les bureaux de vote le 9 avril pour faire de ce jour « une vraie fête », selon le vœu de Louisa Hanoune, la candidate du PT (Parti des travailleurs).
Le spectre de l'abstention est présent dans l'esprit de tous les postulants à la magistrature suprême. Jamais menace d'une abstention massive n'a été aussi présente et aussi pesante. La défection des « grosses pointures » de la politique nationale fait craindre aux pouvoirs publics un remake du scénario des législatives de 2007, où on avait enregistré le plus fort taux d'abstention de l'histoire de l'Algérie pluraliste. « Voter pour qui vous voulez, mais voter pour l'intérêt de l'Algérie» a exhorté pour sa part le candidat-président indépendant Abdelaziz Bouteflika. C'est dire à quel point la campagne électorale qui se déroule au fil des jours qui s'égrènent a passé à la trappe les programmes pour ne se polariser que sur l'incitation des citoyens électeurs à aller voter. Les Louisa Hanoune, Moussa Touati, Fawzi Rebaïne et Mohamed Saïd ne manquent pas à chacune de leurs sorties, de haranguer les foules présentes dans les salles où ils tiennent leurs rassemblements et dans le travail de proximité qu'ils effectuent, d'appeler ces électeurs à se rendre en masse aux bureaux de vote le 9 avril. Les objectifs de participation sont d'ores et déjà rendus publics. On table sur une participation des plus honorables. Si le secrétaire général de l'instance exécutive du FLN, Abdelaziz Belkhadem, table sur un taux qui oscille entre 60 et 65%, le directeur de campagne du candidat indépendant, Abdelaziz Bouteflika, Abdelmalek Sellal, lui, revoie ce chiffre à la hausse. Le ministre des Ressources en eau mise sur une forte mobilisation du monde associatif pour atteindre un taux de participation le plus élevé possible, qu'il situe à 70%. Tous les candidats à l'élection présidentielle, en modulant leurs interventions, lancent le même appel pour inciter à voter. Moussa Touati ne déroge pas à la règle, tenant un discours pour une participation massive au vote, «même avec un bulletin blanc» pour barrer la route à la fraude. Pour lui, «l'abstention signifie le maintien du statu quo», précisant que «le changement démocratique s'opère par l'urne et le vote et non pas par le boycott et l'abstention». Le candidat Mohamed Saïd, qui dit représenter le courant majeur de la société est favorable pour que les boycotteurs s'expriment librement. L'Algérien, juge-t-il «fait preuve d'une capacité de discernement qui lui permet de décider seul», soulignant qu'il apporte l'espoir pour un changement dans les mœurs et la pratique politiques. L'Alliance, composée du Front de libération nationale (nationaliste), du Rassemblement national démocratique (RND, libéral) et du Mouvement de la société pour la paix (MSP), rejointe par les syndicats, organisations et associations qui soutiennent la candidature du candidat indépendant Abdelaziz Bouteflika vont dans le même sens, en lançant un appel pour le vote massif le 9 avril prochain. Il reste que l'abstention demeure la grande inconnue de cette élection et sera, peut-être, le pire adversaire du candidat-président, au même titre que ses concurrents à ce scrutin populaire. Ou peut-être, y aura-t-il « une surprise », comme le souhaite ardemment Louisa Hanoune, la pasionaria du PT.
A défaut d'un sondage d'opinion fiable et sûr, personne ne peut s'avancer sur ce terrain mouvant, tant l'électorat algérien est «versatile».
C'est depuis treize jours que les candidats à l'élection présidentielle du 9 avril sillonnent le pays du Nord au Sud et d'Est en Ouest. De multiples haltes et autant de meetings et de rencontres de proximité avec les citoyens pour s'enquérir de leurs préoccupations.
Les grands axes et parfois les petits détails de leur programme électoral sont déclinés pour tenter de convaincre les électeurs de rejoindre en masse les bureaux de vote le 9 avril pour faire de ce jour « une vraie fête », selon le vœu de Louisa Hanoune, la candidate du PT (Parti des travailleurs).
Le spectre de l'abstention est présent dans l'esprit de tous les postulants à la magistrature suprême. Jamais menace d'une abstention massive n'a été aussi présente et aussi pesante. La défection des « grosses pointures » de la politique nationale fait craindre aux pouvoirs publics un remake du scénario des législatives de 2007, où on avait enregistré le plus fort taux d'abstention de l'histoire de l'Algérie pluraliste. « Voter pour qui vous voulez, mais voter pour l'intérêt de l'Algérie» a exhorté pour sa part le candidat-président indépendant Abdelaziz Bouteflika. C'est dire à quel point la campagne électorale qui se déroule au fil des jours qui s'égrènent a passé à la trappe les programmes pour ne se polariser que sur l'incitation des citoyens électeurs à aller voter. Les Louisa Hanoune, Moussa Touati, Fawzi Rebaïne et Mohamed Saïd ne manquent pas à chacune de leurs sorties, de haranguer les foules présentes dans les salles où ils tiennent leurs rassemblements et dans le travail de proximité qu'ils effectuent, d'appeler ces électeurs à se rendre en masse aux bureaux de vote le 9 avril. Les objectifs de participation sont d'ores et déjà rendus publics. On table sur une participation des plus honorables. Si le secrétaire général de l'instance exécutive du FLN, Abdelaziz Belkhadem, table sur un taux qui oscille entre 60 et 65%, le directeur de campagne du candidat indépendant, Abdelaziz Bouteflika, Abdelmalek Sellal, lui, revoie ce chiffre à la hausse. Le ministre des Ressources en eau mise sur une forte mobilisation du monde associatif pour atteindre un taux de participation le plus élevé possible, qu'il situe à 70%. Tous les candidats à l'élection présidentielle, en modulant leurs interventions, lancent le même appel pour inciter à voter. Moussa Touati ne déroge pas à la règle, tenant un discours pour une participation massive au vote, «même avec un bulletin blanc» pour barrer la route à la fraude. Pour lui, «l'abstention signifie le maintien du statu quo», précisant que «le changement démocratique s'opère par l'urne et le vote et non pas par le boycott et l'abstention». Le candidat Mohamed Saïd, qui dit représenter le courant majeur de la société est favorable pour que les boycotteurs s'expriment librement. L'Algérien, juge-t-il «fait preuve d'une capacité de discernement qui lui permet de décider seul», soulignant qu'il apporte l'espoir pour un changement dans les mœurs et la pratique politiques. L'Alliance, composée du Front de libération nationale (nationaliste), du Rassemblement national démocratique (RND, libéral) et du Mouvement de la société pour la paix (MSP), rejointe par les syndicats, organisations et associations qui soutiennent la candidature du candidat indépendant Abdelaziz Bouteflika vont dans le même sens, en lançant un appel pour le vote massif le 9 avril prochain. Il reste que l'abstention demeure la grande inconnue de cette élection et sera, peut-être, le pire adversaire du candidat-président, au même titre que ses concurrents à ce scrutin populaire. Ou peut-être, y aura-t-il « une surprise », comme le souhaite ardemment Louisa Hanoune, la pasionaria du PT.
A défaut d'un sondage d'opinion fiable et sûr, personne ne peut s'avancer sur ce terrain mouvant, tant l'électorat algérien est «versatile».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.