L'AS Roma vise un jeune buteur brésilien    Tournoi international ITF juniors-Tableau double: le Chypriote Chapides et l'Espagnol Salmeron sacrés    Le conteur Mahi Seddik au 3e Festival du conte de Larache (Maroc)    TSA nous menace de poursuites judiciaires pour avoir publié l'interview de Mr Hadj Nacer sans “autorisation”.    Foot/Coupe arabe des nations U20: l'Algérie bat la Palestine 1-0    Un 53e vendredi grandiose à Alger    AIR ALGERIE : Le PNC décide la suspension de la grève    L'AVICULTURE EN CRISE : Le poussin ne trouve pas preneur à Tiaret    L'Espagne dispute à l'Algérie ses eaux territoriales    MOSTAGANEM : Le chef de cabinet de la wilaya placé sous mandat de dépôt    LE 22 FEVRIER DECRETE JOURNEE NATIONALE : 1er anniversaire du hirak, tout a changé    REVISION DE LA CONSTITUTION : Le projet prêt d'ici le début de l'été    MASCARA : La BRI arrête 4 dealers à Tighennif    MASCARA : Un mort sur la RN 14    TIARET : Saisie de 195 kg de viande congelée impropre à la consommation    EX-MINISTRES ET WALIS CITES DANS DES AFFAIRES DE CORRUPTION : La justice retient des charges contre d'anciens responsables    M'sila: inhumation du poète et chercheur Ayache Yahiaoui à Ain Khadra    Boxe/Tournoi pré-olympique: élimination de Sara Kali en 8es de finale    Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce vendredi    La réponse du clan Neymar à la déclaration de Messi    Slimane Laïchour. officier de l'ALN, messager de Krim Belkacem, Mohamedi Saïd et le colonel Amirouche : «Le maquis est une leçon de courage, d'humilité, une leçon de la mort, mais aussi une leçon de la vie»    Le pianiste Simon Ghraichy anime un récital à Alger    Bendouda s'entretient avec l'ambassadeur de Russie sur l'ouverture de centres culturels    Psychotropes: impératif de revoir la loi de 2004    Journée nationale de la fraternité: instances et partis valorisent la décision du Président Tebboune    CRAAG: Secousse de magnitude 4.3 degrés enregistrée à Jijel    Promotion du dialogue social: une nouvelle approche pour le règlement des contentieux    2020, an II de la nouvelle Algérie    Président Tebboune: l'Algérie peut jouer le rôle d'un arbitre "impartial" dans la crise libyenne    Syrie: la vie reprend son cours normal à Alep et Idleb à l'aune des victoires de l'armée    Polisario: "le Maroc n'est qu'une puissance militaire occupante" du Sahara occidental    Cour suprême: l'ex-wali de Sidi Bel Abbes auditionné    Une expulsion et des interrogations    Le cynisme met fin au sauvetage humanitaire en Méditerranée    Nouveau sit-in des enseignants de l'université de Tizi Ouzou    Les Rouge et Noir renouent avec le derby    Serport annoncera aujourd'hui le rachat du club    L'UA encourage le Mali à dialoguer avec les chefs terroristes    Khalifa Haftar reçu par le ministre russe de la Défense    Décès du poète et chercheur Ayache Yahiaoui    Les chemins vers l'art    …sortir ...sortir ...sortir ...    La femme, une icône du pacifisme de la révolution    Aïn témouchent : deux morts et 13 blessés dans un accident de la route    Es Sénia: Plus de 158 tonnes de tabac à chiquer saisies    Pour faire face à la grève: Air Algérie affrète deux avions et recrute de nouveaux personnels navigants    Travaux de maintenance du réseau électrique: Des perturbations dans l'alimentation électrique dans trois communes    Près de 700 "gülenistes" arrêtés ou recherchés en Turquie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le plus grand bidonville d'Alger s'enflamme
Publié dans Le Quotidien d'Algérie le 19 - 03 - 2010


El Watan, 19 mars 2010
« Pourquoi Diar Echems et pas nous ? » Après l'annonce de l'attribution de logements dans la cité d'El Madania, les revendications contaminent tous les ghettos d'Alger. Mercredi et hier matin, le plus grand bidonville de la capitale, où vivent 12 000 personnes, a été l'arène d'affrontements avec les gendarmes. Si les 27 jeunes interpellés ne sont pas relâchés aujourd'hui, les habitants menacent de fermer à nouveau la route de S'mar.
- Ammi Mesbah, 56 ans, fonctionnaire, Remli I : « Pour rejoindre l'école, mes enfants traversent un oued d'eaux usées »
« Les gendarmes nous ont attaqués comme des vulgaires délinquants. On se serait cru dans une guerre. Nos femmes et nos enfants sont sortis de la maison fuyant les bombes lacrymogènes et autres explosifs… Ils n'ont épargné personne et nous ont demandé d'évacuer les vieux, les femmes et les enfants. Les gendarmes voulaient sûrement interpeller tous les jeunes du quartier et les mettre en prison… Et tout cet assaut pourquoi ? Parce que nous sommes sortis réclamer des logements dans la sérénité. Nous voulions juste marcher vers l'APC. Je vis ici depuis 1982 avec ma famille au milieu d'une immense décharge, des eaux usées… avec les rats. Au départ, j'ai construit ce taudis pour pouvoir me marier, espérant obtenir un logement rapidement car à l'époque, l'administration n'octroyait des logements qu'aux mariés.
Les années ont passé et mon taudis s'est vu réaménagé à plusieurs reprises, car j'ai eu en tout quatre enfants. J'ai honte devant eux car ils me demandent des comptes et m'interpellent chaque jour sur la vie que nous menons. Mon épouse et mes quatre enfants sont asthmatiques. Un de mes fils a failli mourir il y a quelques années de la tuberculose. Pour rejoindre l'école, mes enfants traversent un oued d'eaux usées, marchant sur de vieux pneus, dans la boue. En hiver, c'est l'enfer, puisque l'eau nous submerge. L'année dernière, l'oued a débordé et a tout emporté. En été, c'est pire. Les odeurs nauséabondes rendent les lieux inhabitables et les moustiques nous rendent la vie impossible. Nos enfants sont complètement défigurés et souffrent de problèmes épidermiques. Les autorités ne nous rendent visite qu'en période électorale et la police voit en nous des délinquants et des voleurs. Mon fils, étudiant en droit, est souvent appréhendé par la police à l'entrée du bidonville. Son tort ? Vivre dans un endroit nommé… Remli. »
- Redouane, 38 ans, mécanicien, Remli II : « Je mets des bottes à ma fille de peur qu'elle ne soit pas mordue par les rats »
« Hier soir, nous avons compris que nous n'étions pas considérés comme des Algériens mais comme des étrangers. J'ai reçu sept explosifs dans la cour de mon gourbi, j'étais paniqué et je ne savais pas quoi faire, ma femme asthmatique a failli mourir et mes deux petites filles ont étouffé à cause des gaz lacrymogènes. Je vivais avec ma famille dans la baraque voisine avant que je ne me marie. A l'âge de 31 ans, je me suis marié avec une fille du bidonville car nous connaissions tous les deux la situation précaire dans laquelle nous vivons. J'ai construis alors cette baraque de trois pièces, tout en soumettant régulièrement des demandes de logement, dont aucune n'a été satisfaite. Je ne demande pas un logement social, juste un appartement que je pourrai payer à long terme.
Ma fille aînée a 6 ans, c'est sa première année à l'école, et cet hiver, elle a été obligée à porter des bottes à cause des flaques d'eau, de la boue et de peur qu'elle ne soit mordue par les rats. En plus, elle doit traverser la voie ferrée électrifiée récemment. Elle rentre chaque soir déprimée ! Je le vois dans ses yeux alors qu'elle n'a que 6 ans. Un jour, elle m'a demandé : « Papa, pourquoi je ne porte pas des baskets comme les autres filles ? Pourquoi les autres filles me regardent bizarrement ? » Des questions auxquelles je ne trouve pas de réponses. Je m'isole dans ma petite chambre et je pleure comme un enfant. Surtout, lorsque je vois ma fille jouer près de l'oued alors que normalement elle devrait le faire dans un jardin. Parfois, j'ai envie de me jeter dans cet oued. Mon message au gouvernement : Donnez-nous un fil du drapeau et prenez le reste. Pourtant, nous sommes tous sortis acclamer l'équipe nationale. Et aujourd'hui, on nous tire dessus… »
- Ahmed, 24 ans, étudiant en psychologie, Remli III : « Je vis avec mes parents et mes huit frères dans trois chambres »
« Nous ne sommes pas des voyous mais notre quartier est devenu avec le temps, synonyme de délinquance. Mais on a oublié de dire que nous vivons dans un bidonville, le plus grand d'Alger, où des gens sont réduits à vivre dans des baraquements exigus, au milieu des ordures, aux abords d'un oued pollué qui peut déborder à n'importe quel moment. Nous sommes dépourvus de tout pour vivre décemment. Je vis avec mes parents et mes huit frères dans trois chambres. Mercredi soir, les habitants du quartier sont sortis dans la rue afin de protester contre la politique injuste pratiquée par les pouvoirs publics dans l'octroi des logements.
Les habitants de Diar Echems ont obtenu des quotas de logement aux cotés d'autres cités de la capitale, alors que notre bidonville est considéré comme le plus vieux et le plus important d'Alger. Comment voulez-vous que ces jeunes, ces vieux, ces femmes ne sortent pas dans la rue ? C'est de la hogra tout simplement. Les jeunes de ce bidonville vivent ici depuis leur enfance… dans la pauvreté, et la mauvaise réputation acquise n'a fait qu'aggraver la situation. On nous traite par le mépris, sinon pourquoi autant de violence dans la réaction des gendarmes et des policiers. Que voulez-vous que ces habitants comprennent ? Ces mêmes gendarmes sont venus sensibiliser les jeunes pour passer leur service national. Aujourd'hui, ils devraient se tenir sur leurs gardes. Les affrontements vont reprendre tant que nous n'aurons pas reçu des excuses et une réponse claire et franche ».
- Abderrazek, 62 ans, retraité, Remli II : « Le regard des gens des autres quartiers nous fait mal »
« J'ai été blessé hier soir lors des affrontements avec les gendarmes. Je ne sais pas ce que j'ai reçu sur la tête, mais comme on courait de partout pour trouver un refuge pour nous abriter des tirs de grenades lacrymogènes, ma petite-fille a été piétinée et ma femme s'est évanouie pour avoir inhalé du gaz. Nous avons passé une nuit terrible, où les cris des femmes se mêlaient à ceux des enfants. Tout cela parce que les habitants de notre quartier sont sortis demander leur droit au logement. Je vis ici depuis 32 ans et j'ai cessé de rêver d'avoir une habitation décente. J'ai passé toute ma vie, dans une entreprise publique, au service de mon pays.
En contrepartie, je ne reçois rien, ou mieux, des bombes lacrymogènes. Mes fils m'en veulent car je n'ai pas été à la hauteur, ils me reprochent souvent de ne pas avoir occupé une villa à l'Indépendance, à Hydra comme les autres. Ils se sentent condamnés à vivre dans des gourbis avec leurs enfants, où leur dignité est bafouée tous les jours. Le regard des gens des autres quartiers nous fait mal. Pour toutes ces raisons, je ne mourrai pas tranquille. »


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.