ENI donne des détails sur son employé atteint du virus    Les expatriés du Groupe Volkswagen jettent l'éponge    Perspectives prometteuses pour le renforcement de la coopération bilatérale    Dziri Billel n'est plus entraineur de l'Usm Alger    Berraf maintient sa démission    Ce qu'il faut savoir    Le prix des masques chirurgicaux flambent    Tebboune appelle à une "extrêmevigilance"    Les avocats continuent de denoncer    Coronavirus en Algérie : L'inquiétude monte à Sétif    ARABIE SAOUDITE : Le président Tebboune en visite d'Etat    L'UA attachée à la tenue d'un référendum au Sahara occidental    Djerad reçoit l'Envoyé spécial du PM britannique pour le partenariat économique avec l'Algérie    ILS SE SERAIENT ACCAPARES DE 600 TERRAINS : Vers la levée de l'immunité de 2 députés FLN    Education: sit-in des enseignants et travailleurs de l'Unpef    Mustapha Berraf renonce à sa démission !    COUR D'ALGER : Le procès Ouyahia-Sellal à nouveau reporté    REMISE DES DECISIONS D'AFFECTATION AADL : Vers la convocation de 120 000 souscripteurs    Le parquet requiert des peines allant de 2 à 10 ans de prison    RENAULT ALGERIE FERME SES PORTES : Près de 1300 travailleurs au chômage technique    Ligue (USM Alger) : séparation à l'amiable avec l'entraîneur Dziri Billel    L'inébranlable détermination des étudiants    Une médaille pour le hirak à Montréal    «Nous devons d'abord évaluer notre potentiel»    La Libye en tête des préoccupations    L'ESS et le PAC accrochés, la JSS nouveau leader    Aït Djoudi optimiste malgré la situation du club    Le choc de titans    La chambre d'accusation renvoie le dossier au 3 mars    Seddik Chihab conteste son exclusion    L'instance présidentielle veut mettre fin aux dysfonctionnements du parti    Sanders confirme son avantage face à Biden    Doute sur la tenue du sommet quadripartite sur la Syrie    L'ONU dénonce la violence israélienne en Cisjordanie    Un changement pour la route    ACTUCULT    Des témoignages poignants sur la Guerre d'Algérie    "Intertextualité et conversation dans l'œuvre de Kateb Yacine"    Lettre écrite par Tahar Djaout après la mort de Mouloud Mammeri (25 février 1989) et publiée par Awal    Coup de mou chez Scorsese    Affluence du public    Boxe/Tournoi pré-olympique: Houmri et Bouloudinats passent en demi-finale    Constitution: l'université a un rôle "pivot" dans l'encadrement du débat de la société    Tizi-Ouzou: Mouloud Mammeri, fondateur de l'anthropologie algérienne    Pour se défaire de la dépendance aux hydrocarbures : Djerad prône une transition vers le solaire    Alger: la distribution de l'eau potable totalement rétablie mercredi avant le délai prévu    Haï Es-Sabah: Plus de 372 kilogrammes de viande impropre à la consommation saisis    Lavrov : les terroristes ne seront pas "les maîtres" à Idlib    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le plus grand bidonville d'Alger s'enflamme
Publié dans El Watan le 19 - 03 - 2010

« Pourquoi Diar Echems et pas nous ? » Après l'annonce de l'attribution de logements dans la cité d'El Madania, les revendications contaminent tous les ghettos d'Alger. Mercredi et hier matin, le plus grand bidonville de la capitale, où vivent 12 000 personnes, a été l'arène d'affrontements avec les gendarmes. Si les 27 jeunes interpellés ne sont pas relâchés aujourd'hui, les habitants menacent de fermer à nouveau la route de S'mar.
Ammi Mesbah, 56 ans, fonctionnaire, Remli I : « Pour rejoindre l'école, mes enfants traversent un oued d'eaux usées »
« Les gendarmes nous ont attaqués comme des vulgaires délinquants. On se serait cru dans une guerre. Nos femmes et nos enfants sont sortis de la maison fuyant les bombes lacrymogènes et autres explosifs… Ils n'ont épargné personne et nous ont demandé d'évacuer les vieux, les femmes et les enfants. Les gendarmes voulaient sûrement interpeller tous les jeunes du quartier et les mettre en prison… Et tout cet assaut pourquoi ? Parce que nous sommes sortis réclamer des logements dans la sérénité. Nous voulions juste marcher vers l'APC. Je vis ici depuis 1982 avec ma famille au milieu d'une immense décharge, des eaux usées… avec les rats. Au départ, j'ai construit ce taudis pour pouvoir me marier, espérant obtenir un logement rapidement car à l'époque, l'administration n'octroyait des logements qu'aux mariés.
Les années ont passé et mon taudis s'est vu réaménagé à plusieurs reprises, car j'ai eu en tout quatre enfants. J'ai honte devant eux car ils me demandent des comptes et m'interpellent chaque jour sur la vie que nous menons. Mon épouse et mes quatre enfants sont asthmatiques. Un de mes fils a failli mourir il y a quelques années de la tuberculose. Pour rejoindre l'école, mes enfants traversent un oued d'eaux usées, marchant sur de vieux pneus, dans la boue. En hiver, c'est l'enfer, puisque l'eau nous submerge. L'année dernière, l'oued a débordé et a tout emporté. En été, c'est pire. Les odeurs nauséabondes rendent les lieux inhabitables et les moustiques nous rendent la vie impossible. Nos enfants sont complètement défigurés et souffrent de problèmes épidermiques. Les autorités ne nous rendent visite qu'en période électorale et la police voit en nous des délinquants et des voleurs. Mon fils, étudiant en droit, est souvent appréhendé par la police à l'entrée du bidonville. Son tort ? Vivre dans un endroit nommé… Remli. »
Redouane, 38 ans, mécanicien, Remli II : « Je mets des bottes à ma fille de peur qu'elle ne soit pas mordue par les rats »
« Hier soir, nous avons compris que nous n'étions pas considérés comme des Algériens mais comme des étrangers. J'ai reçu sept explosifs dans la cour de mon gourbi, j'étais paniqué et je ne savais pas quoi faire, ma femme asthmatique a failli mourir et mes deux petites filles ont étouffé à cause des gaz lacrymogènes. Je vivais avec ma famille dans la baraque voisine avant que je ne me marie. A l'âge de 31 ans, je me suis marié avec une fille du bidonville car nous connaissions tous les deux la situation précaire dans laquelle nous vivons. J'ai construis alors cette baraque de trois pièces, tout en soumettant régulièrement des demandes de logement, dont aucune n'a été satisfaite. Je ne demande pas un logement social, juste un appartement que je pourrai payer à long terme.
Ma fille aînée a 6 ans, c'est sa première année à l'école, et cet hiver, elle a été obligée à porter des bottes à cause des flaques d'eau, de la boue et de peur qu'elle ne soit mordue par les rats. En plus, elle doit traverser la voie ferrée électrifiée récemment. Elle rentre chaque soir déprimée ! Je le vois dans ses yeux alors qu'elle n'a que 6 ans. Un jour, elle m'a demandé : « Papa, pourquoi je ne porte pas des baskets comme les autres filles ? Pourquoi les autres filles me regardent bizarrement ? » Des questions auxquelles je ne trouve pas de réponses. Je m'isole dans ma petite chambre et je pleure comme un enfant. Surtout, lorsque je vois ma fille jouer près de l'oued alors que normalement elle devrait le faire dans un jardin. Parfois, j'ai envie de me jeter dans cet oued. Mon message au gouvernement : Donnez-nous un fil du drapeau et prenez le reste. Pourtant, nous sommes tous sortis acclamer l'équipe nationale. Et aujourd'hui, on nous tire dessus… »
Ahmed, 24 ans, étudiant en psychologie, Remli III : « Je vis avec mes parents et mes huit frères dans trois chambres »
« Nous ne sommes pas des voyous mais notre quartier est devenu avec le temps, synonyme de délinquance. Mais on a oublié de dire que nous vivons dans un bidonville, le plus grand d'Alger, où des gens sont réduits à vivre dans des baraquements exigus, au milieu des ordures, aux abords d'un oued pollué qui peut déborder à n'importe quel moment. Nous sommes dépourvus de tout pour vivre décemment. Je vis avec mes parents et mes huit frères dans trois chambres. Mercredi soir, les habitants du quartier sont sortis dans la rue afin de protester contre la politique injuste pratiquée par les pouvoirs publics dans l'octroi des logements.
Les habitants de Diar Echems ont obtenu des quotas de logement aux cotés d'autres cités de la capitale, alors que notre bidonville est considéré comme le plus vieux et le plus important d'Alger. Comment voulez-vous que ces jeunes, ces vieux, ces femmes ne sortent pas dans la rue ? C'est de la hogra tout simplement. Les jeunes de ce bidonville vivent ici depuis leur enfance… dans la pauvreté, et la mauvaise réputation acquise n'a fait qu'aggraver la situation. On nous traite par le mépris, sinon pourquoi autant de violence dans la réaction des gendarmes et des policiers. Que voulez-vous que ces habitants comprennent ? Ces mêmes gendarmes sont venus sensibiliser les jeunes pour passer leur service national. Aujourd'hui, ils devraient se tenir sur leurs gardes. Les affrontements vont reprendre tant que nous n'aurons pas reçu des excuses et une réponse claire et franche ».
Abderrazek, 62 ans, retraité, Remli II : « Le regard des gens des autres quartiers nous fait mal »
« J'ai été blessé hier soir lors des affrontements avec les gendarmes. Je ne sais pas ce que j'ai reçu sur la tête, mais comme on courait de partout pour trouver un refuge pour nous abriter des tirs de grenades lacrymogènes, ma petite-fille a été piétinée et ma femme s'est évanouie pour avoir inhalé du gaz. Nous avons passé une nuit terrible, où les cris des femmes se mêlaient à ceux des enfants. Tout cela parce que les habitants de notre quartier sont sortis demander leur droit au logement. Je vis ici depuis 32 ans et j'ai cessé de rêver d'avoir une habitation décente. J'ai passé toute ma vie, dans une entreprise publique, au service de mon pays.
En contrepartie, je ne reçois rien, ou mieux, des bombes lacrymogènes. Mes fils m'en veulent car je n'ai pas été à la hauteur, ils me reprochent souvent de ne pas avoir occupé une villa à l'Indépendance, à Hydra comme les autres. Ils se sentent condamnés à vivre dans des gourbis avec leurs enfants, où leur dignité est bafouée tous les jours. Le regard des gens des autres quartiers nous fait mal. Pour toutes ces raisons, je ne mourrai pas tranquille. »


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.