Hassan Kacimi: «Etre attentif à ce qui est en train de se produire autour de nous»    Libération des projets d'investissement: Le satisfecit de la CAPC    Monétique: «2022, l'année de la vulgarisation du paiement en ligne»    La CNAS lance une campagne de sensibilisation: 15.000 déclarations annuelles sur les salaires déposées depuis le début de l'année    Sanctions improductives    L'argent, il faut qu'il nous serve, qu'il serve l'économie. Pour cela, il est urgent de le remettre à sa place !    Groupe E : Algérie-Côte d'Ivoire, aujourd'hui à 17h00 - Ça passe ou ça casse !    Groupe E: Sierra Leone-Guinée équatoriale, aujourd'hui à 17h00 - Un débat très ouvert    Groupe F : Gambie-Tunisie, aujourd'hui à 20h00 - Gare aux Scorpions !    Covid-19 : Les établissements scolaires fermés pour 10 jours    Les Castors: Six individus arrêtés pour vols dans des CEM    Foot et psychédélisme    Les êtres qui montrent le chemin    Il y a soixante huit ans naissait la Révolution algérienne    Isabelle Eberhardt: Après une vie courte et émouvante, c'est une ironie du sort que de mourir noyée dans le désert    Fatsah Chibane ressuscité    Les arguments du ministère    Les députés «épluchent» les comptes    Le RCK et la JSBM champions d'hiver    Le Nasria débouté dans l'affaire Deghmoum    Le match de la dernière chance    Comment unifier les procédures    Sellal et Necib condamnés à 5 et 4 ans de prison    La grève des avocats paralyse les tribunaux    Omicron en hausse    L'ANP fait son bilan    500 familles dans l'oubli    L'OTAN vante les mérites de l'Algérie    Staffan de Mistura démasque le Makhzen    «Le cessez-le-feu n'a apporté aucune solution»    Si Mohand u Mhand subjugue le public d'Akbou    La liste des auteurs retenus dévoilée    Une synergie à trois voix pour dénoncer les violences de genres    Renouvellement partiel des membres du Conseil de la nation: 503 dossiers de candidature déposés    Le pétrole algérien a gagné plus de 28 dollars en 2021    Report au 2 février prochain du procès en appel de l'ancienne ministre Houda Feraoun    De Mistura s'est enquis de la situation réelle des réfugiés sahraouis    Belmadi : "On peut parler jour et nuit, mais le plus important se passe sur le terrain"    Boumerdes: report du procès en appel d'Abdelghani Hamel et d'un nombre de responsables au 9 février    Les mises en garde de Tebboune    Algérie-Côte d'Ivoire se jouera au Japoma Stadium    100 000 personnes vaccinées contre la Covid-19    «Un virus appelé à disparaître vers le mois de mars»    Des bombardements font 11 morts à Sanaâ, la capitale du Yémen    Une semaine de documentaires récents et inédits    Le bilan macabre de la contre-révolution au Soudan    Vers la prise en charge des préoccupations des boulangers    Vibrant hommage à Didouche Mourad    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Carnaval à Sidi Fredj
Publié dans Le Quotidien d'Algérie le 06 - 07 - 2012

Ouverture du cinquantenaire : à la gloire du «guide» Bouteflika
El Watan le 06.07.12
A la fin du spectacle du Libanais Abdelhalim Carcalla mercredi soir au Casif de Sidi Fredj, à l'ouest d'Alger, c'était à se demander si on fêtait l'Algérie ou le président Abdelaziz Bouteflika.
Ce qui se voulait une fresque historique d'une heure et demie, avec quelque 800 comédiens et grands renforts de scénographie en mode Corée du Nord, a vite tourné à l'éloge du «guide», du «grand sage», de «l'homme éclairé», du «chéri (aziz) de l'Algérie», Abdelaziz Bouteflika. Les tableaux ethno-folkloriques se succèdent sous un superbe défilé d'images d'archives sur trois écrans géants. Colonisation, crimes de la France coloniale mais vite : la saga de la révolution agraire, la santé gratuite, puis le gouffre des années 1990 que Caracalla a choisi d'esquisser en une sombre métaphore. Des spectres shakespeariens, voilés de noir et masques blancs de Venise menant une danse se voulant macabre pour symboliser la «fitna», la «discorde».
Un point c'est tout. Puis éclate la lumière avec en fond sonore les discours du «rassembleur», du «réconciliateur» qui, par son «immense sagesse et savoir», a carrément sauvé le pays. Défilent alors les images d'archives de la jeunesse dorée du Bouteflika des années 1960 et 1970, ses postures haranguant les foules, une fois président, comme au temps des envolées lyriques des épopées nostalgique du tiers-monde. Final enfin, en chorale blanc vert rouge, en ode au pays, salve d'applaudissements, Bouteflika qui s'avance prestement, le pas léger vers la scène pour se voir remettre par Caracalla une cape brodée au Liban. «On dirait un roi d'un autre âge», se désole un collègue photographe, alors que déjà la scène se vide pour que les convives assistent au bord de la falaise derrière le théâtre en plein air aux superbes feux d'artifice tirés de navires en mer, après la levée du drapeau et Qassaman joué par la Garde républicaine.
Départ du président après vingt minutes de ballet pyrotechnique maritime, cohue aux abords du Casif, ministres abandonnés par leurs chauffeurs et gardes du corps qui errent entre les badauds et les familles venus en nombre : «Dès que le président est parti, on comprend la place qu'on réserve à l'exécutif, tout juste bon à être lâché au milieu de la foule, désemparé», remarque-t-on. Fin de la fête. Bonne fête Monsieur le président.
Les absents et les présents
L'Algérie officielle a fêté seule son indépendance. Aucun chef d'Etat maghrébin, arabe, africain ou autre n'a assisté à l'ouverture par Bouteflika des festivités du cinquantenaire de l'indépendance. Le pays est-il à ce point isolé ? Comment expliquer une telle absence pour commémorer l'un des évènements planétaires le plus marquant du XXe siècle ? Au plan interne, il est curieux de constater l'absence, mercredi soir au Casif, des représentants de l'ANP : ni le chef d'état-major, Ahmed-Gaïd Salah ni le ministre délégué à la Défense, l'ex-général Abdelmalek Guenaïzia n'ont fait le déplacement à Sidi Fredj. Autres absents de marque : le «représentant personnel» du président et patron contesté du FLN, Abdelaziz Belkhadem, ainsi que le frère du président, Saïd Bouteflika. Belkhadem a-t-il été boudé pour avoir décidé de lancer son propre programme de gouvernement, hérésie de l'ère Bouteflika puisqu'un Exécutif n'applique que le programme du président ? Quant à l'absence du frère cadet, il n'est même pas la peine de se perdre en conjecture, tant l'opacité s'est installée dans les grandes affaires de l'Etat. Heureusement qu'il y avait une petite touche people à la soirée guindée : la surprise de l'apparition du Premier ministre Ahmed Ouyahia en compagnie de sa très élégante épouse en tailleur blanc. Un choix plus judicieux que les couleurs de la toilette de la présentatrice du show : un maladroit bleu-blanc-rouge.
Adlène Meddi


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.