La ville d'Akbou s'anime    Anouar Malek arrêté en Turquie    Benabderrahmane au charbon    Le groupe d'amitié Algérie-Arabie saoudite installé    La loi de finances reportée à dimanche prochain    Développement en stand-by    En un combat douteux    Poutine promet la victoire en Ukraine    Buhari s'engage    L'Algérie, un sérieux candidat    Tirage clément pour l'Algérie    Le compte à rebours enclenché    Quand l'huile franchit les frontières    60 milliards de DA réalisés en 2022    «Le don des reins est en déclin permanent»    Les effets d'une profonde prise de conscience    «Les archives ne sont pas la propriété de la France»    Hamza Bounoua commissaire pour la session 2024    L'Armée sahraouie mène de nouvelles attaques contre les forces d'occupation marocaines dans plusieurs secteurs    Le Président Tebboune ordonne la création d'une autorité portuaire pour une meilleure gestion des ports    Formation d'enseignants-chercheurs en langue anglaise: Méthode d'enseignement "bien ficelée"    Le président de la Cour constitutionnelle prend part en Indonésie à la 5e Conférence mondiale sur la justice constitutionnelle    Bousculade mortelle dans un stade en Indonésie: l'Algérie présente ses condoléances    Le Premier ministre présente lundi la Déclaration de politique générale du gouvernement à l'APN    Mawlid Ennabaoui: campagne de sensibilisation sur les produits pyrotechniques    Le mouvement de la "Tunisie en avant" exprime son soutien au droit du peuple sahraoui à l'indépendance    Des partis mauritaniens passent en revue avec une délégation sahraouie les développements de la question sahraouie    Agrément à la nomination du nouvel ambassadeur d'Algérie auprès la République des Seychelles    8e édition du Prix littéraire Mohammed Dib: "la short list" dévoilée    Naissance de l'Association algérienne de l'anglais pour la science et la technologie    "Saint Augustin, un symbole de l'attachement à la patrie, à la paix et au dialogue"    Man City : Guardiola évoque son avenir    CHAN Algérie-2022: le compte à rebours enclenché pour la 7e édition    Un mouvement de foule dans un stade en Indonésie provoque 174 morts    Assainissement du foncier industriel: Des instructions pour récupérer les assiettes non exploitées depuis plus de 6 mois    Djelfa, Touggourt et Hassi Messaoud: De l'huile, des cigarettes et des psychotropes saisis    Les syndicats évoquent une forte surcharge: Une rentrée scolaire «très difficile et complexe»    Réparties sur six sites d'habitat précaire: Plus de 8.000 constructions illicites recensées à Es-Sénia    Ligue 2- Centre-Ouest: Un quatuor aux commandes    Ligue 1: Suspense à Bechar, Oran et Sétif    Algérie-Union européenne: Dialogue de haut niveau sur l'énergie le 10 octobre    Trabendisme mental !    Développement du tourisme: Les voyagistes pointent les insuffisances    Grazie Meloni !    Une sérieuse alerte    Sommet arabe d'Alger: Le compte à rebours a commencé    Mouvement dans le corps des Secrétaires généraux des wilayas    LA VIE... ET LE RESTE    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Qui va empêcher le sacre de l'« empereur » Bouteflika ?
Publié dans Le Quotidien d'Algérie le 05 - 03 - 2014

L'Algérie s'apprête à vivre son énième coup de force. Pour la stabilité du régime, et au grand dam de l'Algérie qui attend un changement salvateur, les décideurs vont nous imposer, comme à l'accoutumée, leur candidat. Apparemment, les querelles internes sont un souvenir ancien. En tout cas, en allant lui-même déposer son dossier au siège du conseil constitutionnel, un appendice d'El Mouradia, le chef de l'Etat sortant accomplit sans doute son dernier exercice avant de prêter serment.
Et pourtant, il y a quelques jours, avant l'annonce par procuration de la candidature d'Abdelaziz Bouteflika, la scène politique algérienne a connu une effervescence. Or, à chaque fois que les Algériens essayent de débattre, le régime intervient brusquement pour siffler la fin de la récréation. En effet, s'il y avait un deuxième tour, par exemple, opposant Mouloud Hamrouche à Ali Benflis, cela ne serait pas inintéressant. Par ailleurs, bien que la sortie médiatique de Mouloud Hamrouche soit destinée davantage au commandement militaire qu'aux Algériens, le contenu de ses deux messages peut-être considéré comme une esquisse exhaustive à la crise politique algérienne.
Or, comme par magie, à peine une semaine après la première déclaration de Mouloud Hamrouche, « le premier ministre », Abdelmalek Sellal, met fin à toutes les supputations en annonçant la candidature d'Abdelaziz Bouetflika. Dans la foulée, l'ancien chef de file des réformateurs des années 1990 renonce à une éventuelle candidature. Car, l'élection présidentielle en Algérie n'a jamais été une rencontre entre un candidat et le peuple. « J'appelle au boycott parce que les élections ne constituent pas dans notre pays un mécanisme pour choisir », déclare-t-il, le 27 février 2014.
En fait, depuis 1962, pour le régime algérien, dont A. Bouteflika est l'un des éléments clés de l'équipe usurpatrice, les élections sont formelles. Mais, puisque ses partisans évoquent souvent les principes démocratiques, peuvent-ils répondre à cette question : Est-ce qu'un candidat presque mourant a des chances de remporter des élections aux USA (Saidani a fait le parallèle avec Roosevelt) ou en Allemagne (référence de Sellal à Angela Merkel) ? Non seulement les décideurs enfreignent la constitution, mais ils défient les lois biologiques en misant sur un infirme pour sortir l'Algérie de son marasme. En tout cas, les images de l'ENTV du 3 mars 2014 montrant A. Bouteflika affaibli -il faut être aveugle pour ne pas constater la dégradation de son état de santé -sont une preuve irréfutable d'une machination contre l'Algérie.
Cela dit, face à une société démissionnaire, il n'est pas étonnant à ce que le salut de l'Algérie, d'après Mouloud Hamrouche, ne puisse venir que d'un coup d'Etat. Un coup d'Etat qui n'en dit pas son nom, bien entendu. « Nous avons plusieurs exemples où l'intervention de l'armée a permis en fin de compte à mettre un système démocratique plus au moins réussi même si cela demande beaucoup de temps en effet », estime Mouloud Hamrouche.
Or, dans les pays où l'armée a encouragé le processus démocratique, à l'instar de l'Espagne ou du Portugal, les sociétés étaient déjà en mouvement. En Algérie, avant l'avènement des réseaux sociaux, les voix contestataires -bien qu'elles soient nombreuses -étaient étouffées. Force est de reconnaître, tout compte fait, que leur détermination n'a pas suffi à enclencher la dynamique citoyenne. Désormais, la contestation que l'on voit dans la rue se contente d'empêcher le chef de l'Etat de se représenter. Est-ce cela la dynamique susceptible de réaliser le changement ? C'est pour cela, à mon humble avis, que la vision de Hamrouche, consistant à lier l'espoir démocratique en Algérie à l'intervention de l'armée, est une chimère.
En revanche, si les Algériens veulent que leur pays s'épanouisse, il faudra qu'ils retroussent les manches. Et ce ne sont pas les exemples qui manquent. De la Tunisie à l'Ukraine, les tyrannies ne résistent pas à la pression populaire. Cela dit, la chute du régime ne doit pas constituer une fin en soi. En effet, la société civile ne doit en aucun cas relâcher la pression jusqu'à ce que les institutions soient mises en place. A partir de ce moment-là, on ne vivra plus jamais des épisodes comme celui qu'on vit en ce moment. Premier mandat ou quatrième mandat, son titulaire ne sera qu'un simple exécutant de la volonté populaire.
Pour conclure, il va de soi que le passage en force du chef de l'Etat, en vue de briguer un quatrième mandat, n'est pas de bonne augure pour l'avenir du pays. Et le moins que l'on puisse dire, c'est que le pays qui a sacrifié ses meilleurs enfants pour sa libération mérite mieux. Or, jusque-là, le régime a fait de ce pays sa propriété privée. En s'appuyant sur les forces de sécurité, tous les Algériens qui dénoncent leur domination sont soumis à de multiples pressions, en l'occurrence policière et judiciaire. Et tout ça pour satisfaire l'Ego d'un homme voulant mourir sur le trône.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.