Quatre cadres, dont l'ex-directeur des ressources en eau, placés en détention préventive pour corruption    Tahkout condamné à 16 ans de prison ferme    Annaba: installation de Madjid Aknouche à la tête de la sûreté de wilaya    Condoléances    Attar prendra part mercredi aux travaux de la 20e réunion du JMMC    Les précisions d'Air Algérie    Panique et inquiétude des clients    Une alternative familiale    Nouvelle offensive de Seat    Les avancées de Hyundai Trucks    23 clubs endettés, 14 interdits de recrutement    Le nouveau record du Real Madrid    Anthar Yahia conseille Benchaâ à l'ES Tunis    Le feu de forêt de Raouna maîtrisé    Coup d'épée dans l'eau    Le SG de la wilaya décède du coronavirus    Le directeur de l'hôpital n'a dû son salut qu'en sautant depuis la fenêtre de son bureau    10 décès et 527 nouveaux cas en 24 heures    Ces chiffres qui déroutent la population à Tizi Ouzou    Du débarquement des forces alliées en Algérie en 1942 et des dommages collatéraux causés aux populations autochtones    Jouer cartes sur table !    Au Cameroun, Alioum Moussa peint la fragilité du monde face au coronavirus    Une commission interministérielle chargée du suivi des projets de traitement des déchets    El Tarf : Les douaniers récupèrent des moutons en partance pour la Tunisie    Douanes : 27 inspections divisionnaires ciblées    Bouira : Le renforcement du réseau électrique contrarié    Un système numérique pour la traçabilité des mouvements de stocks    Maxime-Charles Keller de Schleitheim : L'incroyable destin d'un enfant déporté d'Algérie    Belaïd Lamara n'est plus : Disparition d'un militant des causes justes    Histoire. Le 14 juillet 1953 : La police abat 7 militants à Paris    Feu vert des pro-Haftar pour une intervention égyptienne: Risques d'embrasement en Libye    Dangereuses confluences régionales    Atalanta Bergame: Un redoutable poison offensif !    Déposée en mars: La demande d'adhésion de l'Algérie à la BERD approuvée    Le gouvernement maintient le cap, les syndicats sceptiques    La communauté internationale au chevet du Mali    Le cas Prince Ibara réglé    Sonatrach rassure Cherif El-Ouazzani    Les explications de Azzedine Arab    Une patrouille russo-turque visée par une explosion    La Jordanie renouvelle son rejet du plan d'annexion israélien    ...CULTURE EN BREF ......CULTURE EN BREF ...    "Numérique, diversité linguistique et culturelle" au cœur du 2e numéro    DESIGNATION DANS LES POSTES ET LES FONCTIONS A L'ANP : Chanegriha souligne les impératifs critères objectifs    La rumeur sur la mort d'Ouyahia affole la toile    La FAF fait le point sur le professionnalisme sur demande du MJS    Tebboune : "Je ne compte pas m'éterniser au pouvoir"    Ali Ghediri entame une grève de la faim    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





IDIR : UNE VOIX POUR LE PRINTEMPS HUMAIN.
Publié dans Le Quotidien d'Algérie le 04 - 02 - 2018

Une voix portée par le vent caresse le silence des lieux, ravive la flamme du petit feux. Une voix qui vient de Tama U Fella, le lieu où le merveilleux tisse le rêve pour nos âmes et « la fable pour nos cœurs ». « Ouvre-moi la porte, A Vava Inuva ! », dit la voix. Et comme par magie, la porte s'ouvre ! Il était temps ! Oui, il était temps que le chant ancestral rappelle à nos êtres les joies profondes qui les habitent.
Des joies restées muettes pendant trop longtemps ! Il était temps que le souffle fécond de ce chant redonne vie à tout ce qui en nous a cessé de chanter. Il était temps que « Ssendu » nous réapprenne à écrire la poésie du vivre sur la page du clair-de-lune avec la langue de notre métamorphose. Ssendu, c'est aussi l'image de cette maman qui habite notre enfance, l'âme du coeur de l'amour qui nous fait vivre. Une maman qui, tout en battant du lait, « rythme des mots, des idées, des chants, des soupirs », se confiant ainsi « à une chose inerte », à défaut d'avoir « un interlocuteur valable ». Finement ciselé, Ssendu est un hymne d'amour à la maman, à l'épouse, à la soeur, à la fille, à la Muse de tout ce que nous avons de meilleur : A la Femme ! Il était temps que cette poésie nous rappelle que nul ne peut savoir où il va s'il ne sait pas d'où il vient.
Il était temps que « Tiwizi » nous invite enfin à célébrer « les noces de l'olivier » avec la muse de l'Asefru, le poème du rêve ancestral de liberté, sur la terre de Jugurtha. Arthur Rimbaud disait : « Dans les monts d'Algérie, sa race renaîtra : Le vent a dit le nom d'un nouveau Jugurtha... » Comme « le poète a toujours raison », Rimbaud ne pouvait pas avoir tort ! Il a suffit aux doigts d'une main savante de caresser les lignes argentées d'une guitare émanant du fin fond de notre enfance pour que le rêve fasse d'Alger un bijou humain offert à l'Algérie, à l'Afrique du Nord, à la Méditerranée, à l'humanité entière. Pour vivre ce moment exceptionnel, les enfants de « La traversée » ont pris « Les chemins qui montent » vers les hauteurs d'Alger, pour voir Nedjma chanter « A Vava » de Tamacahutt : « Ouvre-moi la porte, a Vava inuva ! »
Ce soir-là, Nedjma était l'invitée privilégiée de « La Fiancée du soir » à Tassast, le village où vit l'enfance de notre être. Ce soir-là, elle a chanté pour nous et nous avons chanté pour elle. Ensemble, nous avons chanté avec Idir, le chardonneret de nos cœurs « qui, habillant de rythme à la fois moderne et immémorial les vers fidèles et beaux, prolonge pour nous avec des outils très actuels un émerveillement très ancien. » Idir, il nous a fallut attendre longtemps, très longtemps, pour vivre ces moments de communion avec notre être qui vient du plus profond de l'histoire humaine.
Cette attente ne t'a pas épargné, loin s'en faut ! Il a fallut à « A vava inuva » traverser les temps, les imaginaires et les mémoires de tant de peuples pour retrouver celles et ceux que porte son chant depuis des millénaires : les enfants de l'Algérie. Pour ces retrouvailles, pour ton oeuvre qui continue à faire vivre nos rêves, Idir, nous t'offrons notre reconnaissance en bouquet humain. Aussi, nous t'invitons à continuer à semer les graines d'un nouveau printemps partout où tu chanteras, notamment en Algérie, lors de ta prochaine tournée.
Ainsi, Idir de chacun de nous et, au de-là des individus, celui de notre être collectif vivra !
Les signataires (liste ouverte) : – Mohamed Arab Lahlou : Universitaire. – Tahar Khalfoune : Universitaire. – Hamid Salmi : Universitaire. – Brahim Senouci :Universitaire. – Ahmine Noureddine : Avocat – Souad Benani : Universitaire. – Ali Mammeri : Retraité des AE. – Akli Graïne : Militant de la cause démocratique et berbère. – Dalinda Ouamara : P.pharmacie – santé publique. – Smail Metmati : Artiste-Calligraphe Berbère. – Rabah Tabèche : Ancien maire d'At Yanni et militant du combat démocratique. – Samir Belateche : RadioHchicha.COM – Adel Ourabah : Universitaire. – Amel Cedik : Prof universitaire – Mohamed Chami : Archiviste de la chanson kabyle. – Saïda Mounaine : Retraitée et écrivain. – Nacer Djoudi : Journaliste. – Sadia Boudriche : Ingénieur agronome en retraite. – Asma Chraibi : Chef d'entreprise : MDM migration et développement – Zohral Bouras : Journaliste freelance et militante des droits de l'homme – Farouk Djouadi : Journaliste. – Samia Arhab : Journalite Santé. – Salim Serkhane : Journaliste. – Makhlouf Boughareb : Poète. – Yazid Berdjane : Enseignant et militant associatif. – Ali Choubane : Retraité. – Lamia Hanniche : Médiatrice socioculturelle (immigration intégration et cohésion sociale). – Brahim Deghoul : Architecte urbaniste. – Feda Benzaghou : Psychotechinicienne – Kamal Mammar : Militant pour la démocratie et les droits de l'Homme. – Smail Lamrous : Ingénieur en Travaux publics Retraité et militant de la démocratie – Adel Amrani : Musicien. – Kamel Khelitafi : Militant du combat démocratique. – Fatima Nait Maouche : Cadre administratif. – Dr Arezki Beddek : Medecin Gynecologue. – Dr Said Lebbah : Medecin. – Mohamed Said Ould Oulhadj : Militant du combat démocratique. – Chérif Addad : Poète, enseignant du français. – Sofiane Moali : Artisan bijoutier – Smail Siaghi : Artiste-peintre, poète-écrivain. – Samy Hassani Ould Ouali : Militant du combat pour les droits de la personne humaine et la démocratie. – A.Adel Djebbar : Retraité. – Sarmachek Mohammed : Enseignant – Smail Dadi : Surface mount technology technician – Ancien journaliste. – Kamal Sadeg : Directeur de collège et défenseur des droits de l'enfant. – Yacine Aït Abderrahmane : Artiste. – Mohamed Beddek : Ingénieur agronome – Youcef Djaroun : Juriste et militant des droits de l'homme. – Youcef Djelfi : Fonctionnaire. – Salah Djennane : Entrepreneur Electricien. – Hocine Gasmi : Journaliste. – Tahar Si Serir : Syndicaliste, militant des droits de la personne humaine. – Idir Tazerout : Journaliste. – Raveh Kadache: Enseignant de français. – Meziane Kadache : Artiste. – Essaid Aknine : Démocrate impénitent. – Hacène Loucif : Journaliste.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.