Rencontre, demain, des partisans d'une «transition de rupture»    Les citoyens de Haïzer réclament la libération immédiate des détenus    Protestation des journalistes hier à Tizi Ouzou    "Aucune disposition pénale ne sanctionne le port de l'emblème"    L'ordre des avocats dénonce une atteinte aux libertés    Samy Agli, nouveau président du FCE    Le P-DG de Sonelgaz rassure    Redorer le blason de l'UGTA    Poutine prolonge l'embargo alimentaire contre les Occidentaux    Ankara discute avec Moscou sur la date de livraison des missiles S-400    Paroles de joueurs    Le Mozambicain Anibal Manave élu président de FIBA Afrique    Deux cadors font leur entrée    Salif Sané forfait contre l'Algérie    Dziri, nouvel entraîneur    L'ONA actionne son dispositif d'intervention et d'alerte    Le plan canicule activé à Constantine    L'enfouissement montre ses limites    Alerte à la canicule    L'Algérien Toufik Hamoum à la tête du Conseil technique de l'Unesco    ACTUCULT    Deux stèles à l'effigie de Matoub Lounès et d'Imache Ammar    17,56 millions de dollars pour un film jamais tourné    Des apprentis artistes peintres à Dar Abdeltif    Saison estivale 2019 : Aménagement de 62 plages autorisées à la baignade    Nouvelles de l'Ouest    Le secteur de la santé à Chlef : Beaucoup d'argent consommé sans impact sur la population    Retards dans la réalisation de projets sportifs : Des mises en demeure adressées aux entreprises et bureaux d'études    Rocher de la vieille: Chute mortelle d'un homme du haut de la falaise    Affaire KIA: Youcef Yousfi auditionné par la Cour suprême    Tébessa: Cinq personnes écrouées pour une affaire de 730 milliards    Chambre de commerce et de l'industrie de l'Oranie - CCIO: La commission ad-hoc des JM 2021 installée    Conseil de la nation: La demande de levée de l'immunité parlementaire de Amar Ghoul à l'étude    Alger : Rassemblement pour la libération de manifestants détenus    L'ARBRE DESSECHE    Le drapeau    Analyse : Paix et sécurité en Afrique pour les nuls…et les plus avertis    Pour "réduire leur dépendance envers Moscou" : Les USA veulent accorder des prêts aux pays de l'Otan    Dédollarisation : Les alliés des Etats-Unis se débarrassent eux aussi du dollar    Energies renouvelables : L'Algérie s'est dotée d'une stratégie "ambitieuse" pour son développement    Avec Uptis : Michelin lance le pneu increvable    Libye: Le président du Conseil social des tribus Touareg salue les efforts de l'Algérie    Les études se poursuivent pour la reconversion de la prison de Serkadji en musée public    L'Etat à la rescousse    L'opposant Abdourahman Guelleh a pu quitter le pays    Mustang Shelby GT 500, un V8 de…770 chevaux !    Can 2019 Les verts réussissent leurs débuts    Speedy Algérie : Promo vacances sur les pneus, freins et cli    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





IL N'Y A pas DE DIGNITE SANS LIBERTE
Publié dans Le Quotidien d'Algérie le 12 - 03 - 2019

« Le peuple a perdu depuis bien longtemps la confiance de ses élus, dirigeants, institutions et gouvernants. Ce gouvernement n'a qu'une seule alternative c'est de dissoudre ce peuple et d'élire un autre à sa place ».
Les lambadas algériennes se révoltent intelligemment pour une simple et unique raison qui touche leur dignité avant tout. Ils ne veulent plus de « Hogra »( agression par provocation), ni de passe droits , ni de piston, les inégalités, la précarité, les conflits de tous ordres qui hantent notre pays arrosé de 37,5 million de litres de sang de nos martyres et qui font partie de notre essence quotidienne ; ils « ces algériens » demandent et veulent une justice sociale ou tout le monde se place en dessous de la loi, une justice totale, une équité globale, et des punitions pour tout fauteur, voleur, et « hagarines »( agression provocatrice) parce qu' ils ont n'en marre de cette injustice qui les traque et qui règne autour d'eux ; un contexte pourri par les nouveaux oligarques , les grands gros voleurs , les prédateurs, les fils à papa, les « si flène », les grands responsables ; ont tous les droits sur le mal acquis et peu de devoir et se permettent de tout faire sans se soucier de quoi que se soit .
Ces gens la Monsieur, se sont des faux bourgeois comme disait J.Brel, ils se permettent d'exporter des capitaux vers les pays d'ailleurs avec la complicité de ce gouvernement, pour mieux affamer le pays par le biais dés investissements dont découle la valeur de notre monnaie, la croissance économique, le plein emploi….. Enfin pour le développement du pays.
Par contre nos jeunes diplômés et autres sans diplôme ne trouvent même pas un pécule de quoi assurer leur avenir ; ils se trouvent dans l'incapacité d'avoir un job, leur permettant disant d'assurer une vie convenable,encore moins un toit pour la vie…..Ils doivent se faire crever en silence et dans un mutisme obligé ,car ce gouvernement ne les autorise pas de se manifester pour dire et crier leur mal vie ils trouvent sous une forme d'esclavagisme dictatoriale.Ceux qui ont choisi « al harba », d'autres « al harga », l'élite, la fuite des cerveaux, les sportifs, la fugue d'autres l'immolation….. Alors qu'un premier ministre, avance des bêtises trop insensés pour ceux qui sont ailleurs en leur disant ils sont partis pour aller ramasser les oranges et de la pomme de terre oubliant que le travail est un devoir honorifique, ils sont partis parce qu'isl n'ont pas trouver de job ici. Il sont sous payé à 800 euros que ce gouvernement ne peut l'offrir à un simple cadre. Alors cessant de se moquer des choses qui ne vous regardent pas et dont vous ignorez le sens même du terme
Le pays est en faillite par ces médiocres et incompétents, tout le patrimoine productif existant du temps de H. Boumediene Allah Yarahmah a été liquidés et privatisé par un dinars symbolique sous-évalué et non conventionnel, cette opération de bradage a été faite sans le consentement du peuple pour vous dire que ce peuple ne vaut pas un sous pour les beaux yeux de ce gouvernement.Dans sa première sortie ou première rencontre avec la presse algérienne en 1999,ou hamida« rachem » avait fait son « pitch », personne n'avait saisi ,ni commenté ce que Bouteflika leur avait avancé à propos de ce qu' il devait projeter de faire de notre économie, il avait bien dit : » je vais procéder à privatiser jusqu'à ce que l'esprit ne peut concevoir » il voulait dire par la le chemin de l' ultralibéralisme sera emprunté.
Par conséquent,nous y voilà, avec une économie de bazar, un marché de biens et services sous le diktat de l'Europe ou l'outil de production européen fonctionne à plein tube et l'Algérie se contente de consommer sa rente avec le plein chômage.
L'algérien le lambda, lui reste l'unique droit c'est d'aller gratuitement en prison suite a un mauvais et médiocre arrêt du à une grève, ou une petite manif non violente, ou un indu tandis que le chômage de masse à grande échelle qui est visiblement une forme de terrorisme, il affecte la vie, la santé, le suicide, la fuite , « al harga » ….. tout cela est à la faute au système, un système qui se cache derrière la violence institutionnelle bâti sur le non droit pour les faibles et le gros droit pour les forts, c'est la pérennisation de ce mauvais système que le 5ieme mandat est en train de se jouer en dehors bien sur du peuple qui a été souvent prit pour un ignorant.
Le peuple admire et aspire à ses devoirs tels : la loyauté, la flexibilité, la rentabilité et la disponibilité dans un cadre légal, juste et équitable.
Par ailleurs, il existe plusieurs systèmes ou le capital peut s'accumuler avec la force des travailleurs, seulement certains économistes, des médias serviles, des politiciens et philosophes nommés. Bien avant, ils étaient qualifiés de réactionnaires par ils essayaient de nous faire booster le crane que le capitalisme est la forme sublime de tout système pour l'être humain no nonobstant les différences en intérêts ou les riches prédateurs se font rouler le tapis rouge ou vert au nom de la légalité à eux et dans le même temps la main de fer s'abat sur la masse au nom de la loi pour mieux garantir la pérennité des institutions illégitimes à commencer la constitution. Le peuple dont les médecins,travailleurs, se font tabasser par des gens de la sécurité bien armés, des gens en robes noire représentant la justice condamne le pauvre et préserve le riche.
Dans ce système celui qui triche, pille, détourne, transgresse le droit et la loi et saccage à beaucoup de considération car ils ont beaucoup d'argent qui leur donne la fonction de tyran car celui qui possède de l'argent tient le pouvoir et delà la destinée des gens dépourvus .Ces formes injustices lèvent le vent de la révolte.
Une révolte populaire légitime se fait entendre un droit de la force illégitime car il n'émane pas de la force de la loi, car toute justice est un idéal de tout être humain, c'est pourquoi la révolte se manifeste et parfois se transforme en révolution, le gouvernement ne possède que la force qui est la seule qui gouverne.
Le passage d'un système à un autre ne se fait que par une révolution car l'évolution pacifique ne mène pas à la satisfaction du peuple,la résistance la grève, la désobéissance…..sont les moyens pour bannir et chasser ce système une bonne fois pour toute.
Le travail en profondeur de la révolution ou même la révolte se fait avec lucidité dans les esprits, la réalisation des idées nouvelles se cristallisent et les consciences évoluent positivement .La concrétisation du corps en mouvement qui font la révolution.la révolution se prépare doucement et lentement dans la société suite à une accumulations négatives de problèmes et une préparation positive de la marche en avant., car les révoltés, c'est-à-dire ceux qui veulent garder la pleine responsabilité de leurs actes, agissent en vertu de leurs droits et de leurs devoirs personnels, n'ont personne pour maître et ne sont les maîtres de personne semblable aux gilets jaunes français.
La seule issue est de se dégager de l'emprise de l'état réactionnaire et bourgeois, il faut faire ce « reve..olution », la vie est certes un groupement social ou des valeurs universelles et la morale soient respectées pour que l'être humain se prospère. Seul est impossible de faire avancer le bien en meilleurs, ensemble c'est plus aisé de transformer le monde.Nous nous associons les uns aux autres en personnes libres et égales, travaillant à une œuvre commune et réglant nos rapports mutuels par la justice, l'équité et la bienveillance réciproque.
Se contenter de voter dans une situation pareille du 5ieme mandat qui se pérennise par le 4ieme mandat, c'est se démettre ; car élire faussement par une mauvaise ruse un nouveau ancien maître devenu fantôme du 4ieme mandat, et revenant pour une autre période , le peuple doit alors renoncer à sa propre souveraineté. Ce maître imposé va devenir un monarque républicain ou un prince constitutionnel ou un autre Machiavel. le candidat du 5ieme mandat n'est que la continuité du 4ieme mandat dans l'illégalité que ce pouvoir porte malicieusement comme une lettre à la poste au trône ou au fauteuil sera votre supérieur mis sous un paravent : sa seule et unique mission sera de vous( cabinet noir) faire obéir par un cadre ;et son seulet unique projet sera de servir l'oligarchie( s'hab chkara-prédateurs) qui ne pense que mettre la main mise, et tarir l'unique source de la rente pétrolière.
Dans le même ordre d'idées, voter par prolongation pour des faux prétendus élus destitués, c'est de la simple bêtise ; c'est valider et croire que la personne élue a la vertu et la faculté de tout savoir et de tout comprendre et va servir le peuple « Fakou » en moins d'une année chose qui n'a pu la faire pendant 20 ans. Les nouveaux anciens mandataires ayant à légiférer sur toutes choses, ils vous semblent que leur intelligence grandisse en raison même de l'immensité de la tâche(Fakou).
Pourquoi votez alors quand le monarque dit non !
L'Histoire de nos institutions APC( assemblée populaire communale)-APW( assemblée populaire de wilaya) et APN( assemblée populaire nationale) nous enseigne que le contraire a lieu : dans toutes les assemblées souveraines, la médiocrité et l'incompétence prévaut fatalement et volontairement.vu la profusion des textes issus de l'exécutif voir aussi la complexité des textes législatifs non exécutés, on se demande si cette députée coiffeuse et ce député de la « chkara » ( grand sac d'argent)sont en mesure de créer un article, un alinéa, une phrase, des mots……peuvent ils apprécier et amender et enfin voter une loi, nos journalistes se contentent de nous rabâcher, les constats, les fonds des choses ne sont point dévoiler, enfin de compte c'est le parti qui avance ses propositions égoïstes et ses intérêts abstraction faite de ce peuple qu' il a propulsé vers de l'avant
Chaque jour à son lendemain avec la grâce de Dieu et le contexte a tendance de changer donc l'individu lui aussi a tendance de changer.Les candidats pendant la campagne s'inclinent devant le peuple pour mendier des voix et une fois élus ils se redresseront encore plus haut pour donner des ordres.Voilà l'image actuelle de la société algérienne. Une perpétuelle violence qui ne dit pas son nom, conjuguée à l'envie sans fin des despotes qui se relaye à la gouvernance, sociale, économique, culturelle,. Une violence entretenue par un état transformé par médiocres et incompétents autoritaire et répressif appuyé par ses organes de sécurité, et même de communication, télé-état, radio-état, presse écrite à ordre, avec à la manœuvre de prédateurs. Ces médias état qui servent « lahrira »des prédateurs à cuillère en bois tous les jours à heure de grande écoute pour mieux abrutir le petit lambda algérien
Le climat est trop malsain, et a pour cause la médiocrité et l incompétence qui ont pollué l'espace et la dimension dans le temps, il est tout a fait normal que les institutions des mandataires , deviennent un souk ou la corruption, les connivences, les groupes de pressions font germer plus le mal que le bien.Notre destinée est entre les mains d'incapables qui deviennent facilement des traîtres pour un petit sous non mérité .
Le peuple n'a pas à recevoir de leçons de ces bons à rien, ces brutes et ces truands, alors prenez la peine de confier à vous même vos intérêts au lieu a ces corrompus .le système ne peut continuer de la sorte, l'état de droit s'instaurera par la volonté populaire qui fait trembler les rues, les oligarchies et les contenues humaines à responsabilité illimité des institutions de l'état
BENALLALMOHAMED auteur


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.