Révision de la Constitution: Les propositions du MSP    Les 13 manifestants acquittés    Complexité insurmontable ?    Abdelhak Lamiri: «L'idée de relance de l'économie n'a jamais vu le jour»    Constructions inachevées et non conformes aux permis de construire: Plus de 15.000 dossiers régularisés par les commissions des daïras    Mali: tirs d'obus contre un camp de forces onusiennes, françaises et maliennes    Ligues 1 et 2: La reprise du championnat s'éloigne    Bi-nationalisme    Tiaret: Près de 1.800 logements attribués    DENSIFICATION    Oran: trois éléments de soutien aux terroristes arrêtés    Institut Cervantès: Un riche programme éducatif et culturel pour juillet    Le Salon international de Genève de 2021 annulé    Le groupe PSA se mobilise en Algérie    Marché automobile : le bout du tunnel ?    Ouyahia et Sellal rejettent en bloc les charges retenues contre eux    Colère des souscripteurs AADL à Médéa    Belhadj actionne la tenue de l'AG    Derradji confiné à l'hôtel Mouradi en Tunisie    Griezmann, une reconnexion "brillante" avec Messi et Suarez    Le Coram soutient 27 projets pour 150 millions d'euros    Flambée des prix des climatiseurs    Le financement participatif bientôt opérationnel    Confinement de 13h à 5h pour 18 communes    Près de 300 migrants interceptés par la Turquie    Un sixième centre de dépistage mis en service à Oran    Réception prochaine d'un service des urgences médico-chirurgicales    Les commerçants tirentla sonnette d'alarme    Abderazak Makri, toujours dans la surenchère sur la question de l'identité    "Le 7e art a permis un changement profond dans les révolutions"    Epopée d'un pays en construction    Eléments constitutionnels de "l'Etat démocratique et social"    Beaucoup de promesses et peu de décisions concrètes de la France    Mahieddine Tahkout auditionné pour son implication dans plusieurs affaires de corruption    L'UE réaffirme sa position de non reconnaissance de la marocanité du Sahara Occidental    IMPORTATION DE VEHICULES NEUFS EN ALGERIE : Le ministre de l'Industrie se prononce de nouveau    Boukadoum prend part à la 9e réunion ministérielle du FCCEA    Le Président Tebboune préside une séance de travail sur l'élaboration du plan national de relance socio-économique    La Juventus pied au plancher, la Lazio au rattrapage    Les Algériens Benchabla et Mordjane dans le Top 10    Benhadid réhabilité    Des structures baptisées des noms du Chahid Din Amhamed et du Moudjahid Zenati Bikat    «Un mépris confondant et scandaleux envers ceux que la France coloniale a exploités, opprimés et massacrés»    On vous le dit    Décès de Bettina Heinen-Ayech : La Mahouna s'est effondrée    "Papicha" de Mounia Meddour au 9e Festival du cinéma arabe de Séoul    Enfin !    Le ministre des sports répond a Taoufik Makhloufi    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le régime algérien et les occasions ratées
Publié dans Le Quotidien d'Algérie le 02 - 05 - 2020

Depuis l'indépendance, le régime algérien rate à chaque fois l'occasion historique d'évoluer pacifiquement vers la démocratisation par la mise en oeuvre de réformes qui permettent aux élites choisies par la population à travers le scrutin libre de diriger l'Etat. La première occasion a été le décès de Houari Boumédiène, dont la succession a été décidée par une dizaine de colonels réunis en secret dans une école militaire dans la banlieue d'Alger. Le parti unique, comme Tartarin de Tarascon du célèbre roman, s'est mobilisé sur ordre des colonels pour affirmer que son candidat est le colonel Chadli Bendjeidi. Ce dernier était à l'époque chef de la 2èm Région Militaire, officiellement choisi à l'unanimité par les militants du FLN. A l'époque, le brave Chadli Bendjedid, sachant qu'il n'avait pas l'envergure de diriger l'Etat, a été réticent à accepter la fonction. Les Oranais qui le connaissent disent que c'est un homme affable, patriote, mais ni politique ni machiavélique. Il a été incapable de réformer le système qui l'avait choisi et qu'il ne dominait pas comme son prédécesseur. Il a été surpris par le soulèvement à l'échelle nationale d'Octobre 1988 auquel il avait mis fin par un discours dans lequel il avait promis d'introduire des réformes importantes. S'appuyant sur une équipe de réformateurs qui n'avait pas de relais dans l'armée, il a mis fin au système du parti unique sans avoir épuré la hiérarchie militaire de ses éléments hostiles à la démocratie. L'expérience a duré trois ans et a mené vers un conflit sanglant qui marquera à jamais l'histoire de l'Algérie indépendante. Avec Chadli, le régime a raté une occasion de pacifier le champ politique et institutionnaliser l'autorité en l'ancrant dans la légitimité électorale.
L'autre occasion ratée a été celle de Zéroual qui était favorable au contrat de Rome et qui, sous la menace de ceux qui l'avaient désigné chef d'Etat, a dû le désavouer. Il a été obligé de démissionner en 1998 parce que les généraux n'acceptaient pas ses discussions avec les leaders islamistes qu'il avait sortis de prison pour les mettre en résidence surveillée. Il espérait trouver un accord avec eux pour mettre fin aux atrocités qui endeuillaient quotidiennement le pays. Il a été remplacé par Bouteflika qui n'a à aucun moment exprimé la volonté de rompre avec le système hérité de l'indépendance. Il était comme ses deux prédécesseurs limité intellectuellement, même s'il maîtrisait mieux qu'eux l'arabe classique et le français, mais il n'avait pas leurs qualités. Il n'a pas en effet leur sincérité; il n'a ni le bon sens de Chadli ni le nif (l'orgueil) de Zéroual. Pour réformer un Etat, il faut aimer son pays et et être attaché à son peuple. Bouteflika n'a ni l'une ni l'autre qualité. Chadli et Zéroual n'ont pas été de grands dirigeants, mais au moins ils avaient la fibre patriotique. S'ils avaient eu le machiavélisme de Boumédiène, nécessaire pour s'imposer à la hiérarchie militaire, le pays aurait été dans une moins mauvaise situation.
L'autre occasion que rate le régime est le hirak qui est un mouvement historique de refondation de l'Etat. Des élites jeunes, compétentes, à la fibre patriotique, se sont révélées depuis le 22 février 2019. Au lieu de les reconnaître et de discuter avec eux la perspective de la transition démocratique, le régime les harcèle et les emprisonne. Leur place n'est pas dans les prisons, elle est à l'Assemblée Nationale et au Sénat. Pire encore, à la faveur de la pandémie du Covid-19, le régime persiste à ignorer le hirak, faisant adopter des lois scélérates par une assemblée nationale dominée par le FLN et le RND dont les dirigeants sont en prison! C'est ubuesque.
La pandémie, qui doit mobiliser tout le monde pour la faire reculer, est la dernière des occasions ratées par le régime pour se réconcilier avec la population. Il utilise la pandémie pour arrêter et harceler de jeunes animateurs du hirak, croyant ainsi le décapiter. Il est pourtant illusoire de croire que le hirak s'arrêtera après l'arrestation de quelques centaines de jeunes. Le hirak reprendra en été ou en septembre parce qu'il ne réunit pas une centaine ou même un millier de jeunes. Il est l'expression du désir de la société de faire légitimer l'autorité de l'Etat par les élections et non par la cooptation des militaires. Au lieu de dissuader le hirak de reprendre en prenant des mesures comme la libération de tous les détenus d'opinion et la mise à la retraite des généraux âgés de plus de 65 ans et ceux impliqués dans des affaires de corruption, le régime fait du bricolage, rappelle les anciennes figures écartées il y a quelques années et s'enferme dans une logique qui enfoncera le pays dans la crise structurelle qu'il connaît depuis des années. Mabrad ma houk mabrad dit un proverbe populaire. A l'obstination du régime répondra la détermination du hirak.
نظام الحكم الجزائري والفرص الضائعة
منذ الاستقلال، يُصرّ نظام الحكم الجزائري في كل مرة على تضييع الفرص التاريخية للتطور سلميا نحو الدمقرطة، عن طريق وضع إصلاحات تتيح للنخب التي اختارها الشعب، عن طريق الانتخاب الحر، تسيير الدولة. تمثلت الفرصة الأولى في موت هواري بومدين، الذي تم حسم مسألة خلافته في اجتماع سري حضره عشرة من العقداء، عقد في مدرسة عسكرية في ضواحي العاصمة. ليوجه الأمر بعد ذلك للحزب الواحد كي يتجند ويعلن أن مرشحه لرئاسة الجمهورية هو العقيد الشاذلي بن جديد. علم الشاذلي الذي كان آنذاك يشغل منصب قائد الناحية العسكرية الثانية بعدم قدرته على تسيير الدولة جعله مترددا لقبول هذا المنصب. يقول أهل وهران الذين يعرفونه أنه شخص لطيف ومحب للوطن لكنه بعيد عن أن يكون رجلا سياسيا أو ميكيافيليا. لقد كان عاجزا عن إصلاح النظام الذي اختاره، ولم يقدر على السيطرة عليه كما كان حال بومدين قبله. تفاجئ الشاذلي بانتفاضة على الصعيد الوطني في أكتوبر 1988، ونجح في وضع حد لها بخطاب وعد فيه بالقيام باصلاحات مهمة. وبالاعتماد على فريق من الاصلاحيين الذين لم يكن لهم أتباع ومناصرين داخل الجيش، أنهى الشاذلي نظام الحزب الواحد دون أن يطهر قيادة الجيش من العناصر المعادية للديمقراطية. دامت التجربة ثلاث سنوات، وأفضت إلى صراع دموي سيطبع إلى الأبد تاريخ الجزائر المستقلة. ضيّع النظام مع الشاذلي فرصة تاريخية لإضفاء السلمية على الحقل السياسي، ومأسسة السلطة بتجذيرها في الشرعية الانتخابية.
الفرصة الضائعة الأخرى هي فرصة زروال الذي كان يساند عقد روما لكنه اضطر لإعلان رفضه له بضغط من أولئك الذين عينوه رئيسا للدولة. أُجبِر زروال على الاستقالة في 1998 لأن الجنرالات كانوا رافضين لمبادرته الحوار مع القادة الاسلاميين الذين أخرجهم من السجن ووضعهم تحت الاقامة الجبرية، آملا في الوصول معهم إلى اتفاق ينهي أحزان الجزائريين اليومية. تم استبدال زروال ببوتفليقة الذي لم يسبق له التعبير ولا مرة واحدة عن رغبته إحداث قطيعة مع النظام الموروث عن الإستقلال. مستوى بوتفليقة الفكري محدود، مثله مثل سابقيْه، رغم كونه متمكن أحسن منهما من اللغتين العربية والفرنسية، إلا أنه لم يكن يتمتع بالخصال التي كان يتمتع بها كل من الشاذلي وزروال. لم يكن لديه صدقهما؛ لا هو يتمتع بالحس السليم للشاذلي ولا بكبرياء (النّيف) زروال. إصلاح الدولة يتطلب حب الوطن والتعلق بشعبه. وبوتفليقة لا يتمتع لا بهذا ولا بذاك. لم يكن الشاذلي وزروال زعيمين كبيرين لكنهما كانا وطنيين، ولو كان لهما ميكيافيلية بومدين، الضرورية للسيطرة على القيادة العسكرية، لكانت الجزائر في وضعية أفضل من التي عرفتها وتعرفها الآن.
الفرصة الأخرى التي ضيعها النظام هي الحراك، الذي هو حركة تاريخية تستهدف إعادة التاسيس للدولة. بزرت منذ 22 فيفري 2019 نخب شابة كفأة ووطنية، وعوض أن يعترف النظام بها ويشاركها النقاش حول أفق التحول الديمقراطي، نجده يقوم بهرسلتها وسجنها. مكان هؤلاء ليس السجون بل المجلس الشعبي الوطني ومجلس الأمة. الأدهى من هذا، هو استغلال النظام لوباء الكوفيد-19 لتمرير قوانين تضيق على الحريات، صادق عليها مجلس نيابي يسيطر عليه الأفلان والارندي اللذين تقبع قياداتهما في السجن! الأمر مثير للسخرية فعلا.
الوباء الذي يتطلب تجند الجميع من أجل القضاء عليه، هو آخر الفرص التي ضيعها النظام للتصالح مع الشعب. لقد فضل النظام استغلال الوباء لممارسة التوقيف والهرسلة على الشباب الناشط في الحراك، معتقدا أن ذلك سيمكنه من قطع رأس الحراك والقضاء عليه. الاعتقاد بأن توقيف بعض المئات من الشباب سيوقف الحراك هو اعتقاد واهم. سيعود الحراك في الصيف أو في سبتمبر لأنه ليس مجرد تجمع لمئات أو لآلاف من الشباب، بل هو تعبير عن رغبة المجتمع في شرعنة سلطة الدولة عن طريق لانتخابات وليس عن طريق محسوبية العسكر. عوض أن يحاول النظام منع الحراك من العودة باتخاذ قرارات مثل إطلاق سراح كل مساجين الرأي وإحالة كل الجنرالات الذين تفوق أعمارهم 65 سنة والمتورطين في قضايا الفساد على التقاعد، نجده يفضل الحلول الترقيعية، باستدعاء شخصيات قديمة استبعدت منذ سنوات، والغلق على نفسه داخل منطق سيغرق البلد في أزمة هيكلية بدأت بوادرها في الظهور منذ سنوات.
كما يقول المثل الشعبي: “مبرد ما يحك مبرد”؛ عناد النظام سيقابله إصرار الحراك.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.