Monchi veut Bensebaini au FC Séville    Le Soudan à l'heure d'une révolution incertaine    Des centaines de travailleurs et travailleuses de Rouiba-Réghaïa demandent à Sidi Saïd de dégager    Les prix des fruits et légumes ont baissé de 30 à 40%    Les députés FLN tentent la manière forte    Le FCE sous l'influence des résidus de l'ère Haddad ?    «L'armée doit écouter les propositions des élites»    Gaïd Salah nie toute «ambition politique»    Le procès de Kamel El Bouchi reporté au 19 juin    Benbitour interdit de débat à M'sila    Mustapha Djallit sera désigné manager général du club    Le MC Oran exposé à la saignée    Le duel jusqu'au bout !    Matthäus : «Bentaleb est un joueur exceptionnel, sa saison reflète celle de Schalke»    La rue face aux contradictions du système    Les soutiens encombrants de Gaïd Salah    L'ONU et l'UA dénoncent les ingérences en Libye    La commission de recours décide de faire rejouer la rencontre    Bientôt un nouveau procès    Algérie: la révolte populaire ne peut plus passer par la vieille « classe politique »    Tadjine el kemmoun    Prélèvement multi-organes et greffe hépatique à Constantine    ACTUCULT    Pari gagné !    Au cœur de la violence intégriste    La nuit du conte pour rallumer l'âtre de grand-mère    MO Béjaïa : Les Crabes condamnés ?    Oran : L'examen de la 5e en chiffres    Traitement des déchets ménagers à Bouira : Les communes défaillantes    El Tarf : L'APW dans une bulle    Amine Mohamed Djemal. Chanteur, compositeur et leader du groupe Babylone : «Le feuilleton Ouled Halal, une belle expérience familiale et fraternelle»    Election présidentielle : La période de dépôt de candidatures prendra fin demain    Elections européennes dans un fort climat eurosceptique    Volleyball - Coupe d'Algérie - Demi-finales: Le GS Pétroliers en favori    Les ambiguïtés autour du mot « dialogue »    L'AMOUR ET LA GUERRE    Trump ira en Irlande en juin    Affrontements à Jakarta après les résultats de l'élection    Ankara se prépare à d'éventuelles sanctions américaines    Après le décret Trump, Google coupe les ponts avec Huawei    La nouvelle définition mondiale du kilogramme entre en vigueur    Le gouvernement pris en étau    LG partage un Iftar avec la presse nationale    Le tombeau de la chrétienne comme vous ne l'avez jamais vu!    OCDE : L'organisation plus pessimiste sur le commerce mondial et la croissance    British Steel : Le repreneur d'Ascoval, pourrait déposer le bilan    Royaume-Uni et Italie : Vers des séismes politiques ?    Analyse : Les transmutations génétiques des coups d'Etat africains    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le rôle de l'«éducation aux médias et à l'information» dans la transformation numérique urbaine
Publié dans Le Soir d'Algérie le 01 - 11 - 2018

Les avancées en matière de systèmes des télécommunications sont sources de propagation des médias interactifs et d'autres diffuseurs d'information grâce auxquels les citoyens accèdent aux milliers d'informations disponibles. L'Unesco estime qu'il y a un besoin d'éducation aux médias et à l'information (EMI) pour faire des citoyens des agents de la transformation numérique urbaine.
Dans le cadre de la semaine mondiale de l'éducation aux médias et à l'information (EMI) 2018, célébrée du 24 au 31 octobre, sous le thème «le Concept des villes intelligentes et des citoyens», la commission nationale pour I'Unesco a organisé, à travers son comité technique «communication» et avec la contribution du bureau régional de l'Unesco à Rabat, une conférence-débat intitulée «Ville intelligente, ville intelligible, citoyens, villes et médias : l'éducation aux médias et à l'information en milieu urbain». La rencontre a eu lieu au siège de l'Unesco à Alger. Créée par le décret n°126/63 du 18 avril 1963, modifié par le décret n° 187/66 du 21 juin 1966, puis par le décret n°16-67 du 16 février 2016, la Commission nationale algérienne pour l'éducation, la science et la culture est un organe gouvernemental chargé d'intéresser l'opinion publique aux buts, aux programmes et à l'œuvre de l'Unesco, et cela, en vue de promouvoir en Algérie les idéaux de compréhension mutuelle entre les peuples et d'encourager les initiatives d'ordre intellectuel, ainsi que les efforts d'éducation, en particulier dans les domaines des droits de l'Homme, du respect de la diversité culturelle et de la protection de l'environnement. Placée sous la tutelle du ministre de l'Education nationale qui en assure la présidence, la Commission nationale pour l'Unesco travaille en étroite collaboration avec la délégation permanente de l'Algérie auprès de l'Unesco (www.unesco.org), l'organisation arabe Alesco (www.alesco.org.tn) et l'organisation islamique Isesco (www.isesco.org.ma).
Lors de la conférence du 24 octobre 2018, l'expert en communication numérique et président du comité Communication, Ahmed Benzelikha, a estimé que «communiquer, ce n'est pas seulement d'établir des liens entre particuliers fondés sur l'interaction des idées liées aux réseaux, mais c'est aussi comprendre la gamme des technologies liées à l'urbanisme et à l'urbanité». «Aujourd'hui, la communication assure la circulation, le partage et l'efficience des informations. Ce n'est pas seulement un moyen mais surtout un facteur d'intelligence et d'intelligibilité», a-t-il ajouté. Ahmed Benzelikha se dit également impressionné par la question de la migration vers les villes intelligentes. Croyant en l'importance d'une telle problématique, il a préconisé le remplacement du qualificatif «village global», attribué à l'expert canadien de la communication, Marshall McLuhan, par celui de «ville globale». L'orateur a justifié cette proposition par les dernières statistiques sur l'urbanisation des régions fournies par la Banque mondiale. Il a révélé qu'en 2017, 55% de la population mondiale vit dans les villes contre 33% en 1960. «En Algérie, 72% de la population algérienne habite les villes en 2017, contre 30% en 1960», a-t-il indiqué. C'est dans ce contexte qu'Ahmed Benzelikha a passé en revue les stratégies digitales déployées dans la «ville globale» pour devenir intelligente, sûre et respectueuse des procédés humains.
Il a également mis l'accent sur l'option de l'EMI pour consolider le processus de la «smartisation» des villes, afin d'assurer l'intelligibilité des informations échangées par les e-citoyens. «La révolution numérique doit marquer en premier lieu une citoyenneté active et devenir ainsi une révolution sociale», a-t-il affirmé. «La ville intelligente représente une nouvelle tendance en matière d'information, d'industrialisation et d'urbanisation. Le monde évoluera ainsi vers le tout numérique sans remettre en cause son humanisation», a-t-il conclu.
F. F.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.